typo3conf/ext/e_magineurs/res/opus/ressources/images/interface/opus.png Flux RSS des actualités2881425fr_FRChambre d'agricultureThu, 30 Nov 2023 22:05:14 +0100Thu, 30 Nov 2023 22:05:14 +0100TYPO3 EXT:newsnews-135665Wed, 22 Nov 2023 15:33:46 +0100Collecte de pneus usagés ENSIVALOR : inscrivez-vous avant le 27 novembrehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/collecte-de-pneus-usages-ensivalor-inscrivez-vous-avant-le-27-novembre/Une collecte de pneus usagés dans le département est organisée par la FNSEA 16 entre le 04 et le 20 décembre prochains, via le dispositif national ENSIVALOR.Les tarifs

•    80 € HT / Tonne de pneus pour les adhérents FNSEA 16
•    90 € HT / Tonne de pneus pour les non-adhérents FNSEA 16

Les sites de collecte

C’’est à vous d’apporter vos pneus usagés sur le site de collecte :

  • Coopérative OCEALIA à Confolens
  • Coopérative OCEALIA à La Rochefoucauld
  • Coopérative OCEALIA à Rouillac
  • Coopérative OCEALIA à Salles de Barbezieux
  • Coopérative OCEALIA à Salles Lavalette
  • Coopérative OCEALIA à Verteuil sur Charente

 
Un planning précis des jours de collecte par site de collecte vous sera transmis dès que votre inscription finale sera enregistrée.

Il est important que les pneus ne soient pas "sales" (terre), n'aient pas de chambre à air ou de jantes et qu'ils ne soient pas plein d'eau lors du ramassage.

Comment s’inscrire ?

Pour valider votre inscription définitive, veuillez retourner les éléments suivants avant le 27 novembre 2023 :

Contact

Julie GUILLEBAUD - Animatrice Conseillère FNSEA 16 - 05 45 61 83 53

 

]]>
news-135659Wed, 22 Nov 2023 15:19:19 +0100Vers une filière chanvre en Charente, ça vous intéresse ?https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/vers-une-filiere-chanvre-en-charente-ca-vous-interesse/Un projet de filière chanvre est aujourd’hui en cours de création en Charente. Plusieurs départements se sont déjà lancés dans l’expérience, c’est aujourd’hui au tour de la Charente ! Ce projet régional est piloté par Chanvre Nouvelle-Aquitaine et Charente Eaux.
Quel est le projet ?

Le chanvre est une plante rustique adaptée à de nombreux types de sols et une réponse à de nombreux enjeux actuels : eau, sol, climat...

Le projet est de développer une filière chanvre locale, ancrée sur le territoire, en synergie avec le tissu économique et apportant de la valeur ajoutée aux agriculteurs. Les débouchés ciblés sont les marchés de l’alimentaire pour la graine et du bâtiment pour la paille en circuits courts.

Une unité collective de défibrage des pailles permettra au futur groupement agricole de produire lui-même les matières à destination du bâtiment et ainsi conserver la valeur ajoutée.

La démarche s’appuie sur un travail de capitalisation des savoirs et des expériences réussies en Nouvelle-Aquitaine.

Envie de rejoindre le projet ?

Les agriculteurs qui s’inscrivent dans la démarche auront accès à des plans et des modèles économiques existants,  notamment pour la mise en place de l’unité collective de défibrage des pailles qui permettra de produire les matières à destination du bâtiment.
Ils auront également accès au modèle économique pour la transformation des graines de chanvre (décorticage, pressage, farine).

Les engagements requis sont les suivants :

  • Etre en mesure de cultiver du chanvre (producteurs en grandes culture ou en polyculture élevage)
  • Investir du temps dans la démarche puis dans le fonctionnement de la chanvrière
  • Etre prêt à investir dans une unité de défibrage collective avec le soutien d’aides publiques
  • Devenir demain co-responsable d’une petite unité industrielle de transformation et s’investir dans son fonctionnement
  • Constituer un groupe solidaire de producteurs
  • Respecter la charte régionale

 

Pour plus d'information, vous pouvez télécharger le Dépliant (en haut à droite).

Si vous être intéressé ou souhaitez en savoir plus, contactez la Chambre d’agriculture de la Charente : Alexia ROUSSELIERE - 06 14 09 36 99 - alexia.rousseliere@charente.chambagri.fr

 

 

 

]]>
Grande culture096-Inst-NAQ-Charente
news-135642Wed, 22 Nov 2023 12:12:27 +0100Intempéries et PAC : la reconnaissance d’un cas de force majeure https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/intemperies-et-pac-la-reconnaissance-dun-cas-de-force-majeure/Les pluies importantes depuis fin octobre, sont susceptibles d’avoir perturbé le maintien ou l’implantation des cultures et couverts, ce qui peut vous empêcher de respecter certaines obligations au titre de la PAC. Le ministère a donc décidé de mettre en place un système de reconnaissance de cas de force majeure.

Pour la Charente, cela concerne le maintien ou l'implantation des cultures et couverts dans le cadre de :

la BCAE6 :

Il s’agit de l’obligation d’assurer une couverture des sols (couverts semés, repousses, cannes et chaumes, mulching) sur les parcelles de terres arables avec une inter-culture longue hors zone vulnérable. Cette couverture doit être maintenue sur une période de six semaines consécutives comprise entre le 1er septembre et le 30 novembre.

Si vous aviez prévu d’assurer une couverture sur une période incluant des dates postérieures au 20 octobre (par exemple, du 19 octobre au 30 novembre) et que le couvert prévu a été détruit en raison des conditions climatiques,

OU

Si vous n’avez pas déclaré de période de couverture car vous pensiez implanter des cultures d’hiver que vous ne serez pas en mesure d’implanter d’ici le 31 décembre,

vous pouvez demander la reconnaissance d’un cas de force majeure.

la BCAE 7 :

Il s’agit de l’obligation de rotation de cultures. Elle prévoit, dans le cas de parcelles conduites en monoculture (maïs en général), la possibilité de respecter le critère pluriannuel en mettant en place chaque année une culture secondaire qui doit être présente au minimum entre le 15 novembre et le 15 février.

Si vous aviez prévu l’implantation d’une culture secondaire, et que celle-ci a été détruite, n’a pas levé ou que vous n’avez pas pu la semer,

vous pouvez demander la reconnaissance d’un cas de force majeure.

PROCÉDURE

à suivre pour demander la reconnaissance d’un cas de force majeure

Vous devez faire une demande de reconnaissance de cas de force majeure ou de circonstances exceptionnelles auprès de la DDT de préférence par mail à l'adresse suivante : pac16.ddt@charente.gouv.fr (sinon par lettre recommandée avec accusé de réception)

Le sujet du mail devra être formalisé de la façon suivante : Dérogation intempéries- votre N°pacage- votre raison sociale

Cette demande doit être déposée dans un délai de 30 jours ouvrés à partir du 15 novembre.

Elle devra dans tous les cas contenir :

  • des éléments circonstanciés et justifiés, détaillant les conséquences de l'événement sur l'exploitation ainsi qu'une explication de l'impossibilité technique ou agronomique de respecter les obligations afférentes aux aides de la PAC.
  • la liste des ilots et parcelles concernées par la demande de dérogation

Une demande – type est téléchargeable ici

Il est souhaitable de transmettre avec la demande, des photos de préférence géolocalisées et datées illustrant l’impossibilité d'implanter une culture (parcelles impraticables car les sols sont gorgés d'eau ou inondés) ou attestant de l'état du couvert (couvert détruit ou n'ayant pas pu lever.

Si vous ne maitrisez pas la géolocalisation, vos photos devront dans la mesure du possible montrer des éléments permanents identifiables (poteau téléphonique, maison, forêt, haie, éolienne ....)

Pour toute question, vous pouvez joindre la Chambre d’Agriculture au 05 45 24 49 49

]]>
PAC
news-135636Wed, 22 Nov 2023 11:43:18 +0100FERTISOLNA, un projet pour répondre à vos questions sur la fertilité des sols.https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/fertisolna-un-projet-pour-repondre-a-vos-questions-sur-la-fertilite-des-sols/La chambre d’agriculture de la Charente s’est engagée dans un projet régional visant à mettre à disposition des agriculteurs les dernières références sur la gestion de la fertilité des sols (fertilisation, amendements, couverts…). En relation avec de nombreux partenaires (chambre régionale d’agriculture, coopératives et négoces agricoles, instituts techniques), Ce projet a pour objectif de référencer et mettre à disposition de tous (agriculteurs et techniciens) des supports pour favoriser et optimiser le pilotage de la fertilité des sols.

Ce sujet étant très vaste et complet nous souhaitons orienter nos travaux en fonction des attentes réelles du terrain. C’est pourquoi nous vous proposons de remplir le questionnaire en ligne joint pour nous donner vos besoins en références sur ce sujet.

Je complète le formulaire en cliquant ici

L’équipe technique grandes cultures.

]]>
Charente
news-135519Mon, 20 Nov 2023 16:51:58 +0100Les agriculteurs charentais passent sur CL.TV !https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/les-agriculteurs-charentais-passent-sur-cltv/4 témoignages sur les fermes, sur 4 jours de mardi 21 à vendredi 24 novembre, à partir de 17h.Retrouvez :

- L'équipe du GAEC de la Moulde en plein développement (vaches laitières et production de fromage) - Voir la vidéo
- Gabriel Charbonnaud, jeune producteur de légumes bio innovant - Voir la vidéo
- Ludovic Massacret, céréalier agri-communiquant ! - Voir la vidéo
- Joffrey Mazoin, jeune éleveur d'ovins dynamique - Voir la vidéo


Et à chaque émission, le restaurant Le Compostelle de Tusson vous proposera une recette avec le produit du jour.


Visionnez les émissions en direct de Charente Libre TV

 

]]>
096-Inst-NAQ-Charente
news-135377Thu, 16 Nov 2023 13:48:13 +0100Assistant(e)https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/assistante/La Chambre Départementale d’Agriculture de la Charente recherche un(e) assistant(e) affecté(e) au Service Entreprise AgricolesMISSIONS

Rattaché.e à la cheffe de service, vous serez un maillon essentiel pour le bon déroulement des activités du service en mettant en oeuvre une excellente communication avec les agriculteurs, porteurs de projets mais aussi avec l’équipe du service. Vos missions :

  • Assurer l’accueil téléphonique et physique
  • Vérifier et mettre en forme des productions écrites, rédiger des comptes-rendus et des courriers
  • Déposer et suivre les demandes de formations des agriculteurs auprès de VIVEA
  • Assurer le suivi des dossiers installation et de transmission
  • Assurer la prise de RDV et le suivi administratif des déclarations PAC des agriculteurs
  • Assurer la saisie et la facturation des prestations
  • Assurer le suivi administratif des agriculteurs inscrits auprès de la cellule « REAGIR »
  • Appliquer les procédures qualité, structurer l’archivage informatique et papier et proposer des procédures spécifiques en fonction des besoins.

PROFIL DU CANDIDAT

  • Diplôme BTS ou licence
  • Compétences avérées en secrétariat
  • Aisance en informatique
  • Très bon relationnel
  • Capacité d’adaptation
  • Une première expérience en qualité d’assistante et des connaissances en agriculture seraient appréciées

APTITUDES REQUISES

  • Vous êtes très à l’aise avec les outils informatiques et (maîtrise absolue d’excel, téléphonie mobile et tablette).
  • Vous possédez de réelles aptitudes en communication orale.
  • Vos capacités d’analyse, d’organisation, de rigueur et d’autonomie seront des gages de réussite dans le contexte de l’accueil.
  • Idéalement vous avez déjà exercé dans un poste similaire.
  • Des connaissances en bases de données et en langage SQL serait appréciées.
  • La réussite sur ce poste passe par une excellente présentation, l’écoute, la capacité d’adaptation et le sens du service pour représenter l’image de la Chambre d’Agriculture de la Charente et contribuer au développement de son activité.

CONDITIONS D’EMPLOI

  • Flexibilité dans le travail
  • Equipe d’experts
  • Dialogue, confiance
  • Autonomie, initiative
  • Télétravail possible
  • Salaire brut à partir de 1780.47€ sur 13 mois
  • 37h45 – 16 RTT
  • Avantages sociaux : mutuelle, prévoyance, retraite supplémentaire, véhicule de service

 

DATE D’ENTREE EN FONCTION

Dès que possible

DEPOT DES CANDIDATURES

Lettre de motivation et curriculum vitae à adresser, avant le 01/12/2023 par mail à : recrutement@na.chambagri.fr (référence : CA16 : CDD_Assistante)

~ Entretiens prévus en décembre 2023 ~

]]>
news-135073Thu, 09 Nov 2023 16:28:50 +0100Pensezlocal16 facilite l'accès des consommateurs et acheteurs professionnels aux produits locauxhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/pensezlocal16-facilite-lacces-des-consommateurs-et-acheteurs-professionnels-aux-produits-locaux/Plus de 200 producteurs fermiers, un espace dédié aux professionnels.Pensez Local 16 c’est d’abord plus de 200 producteurs fermiers charentais avec plus de 500 produits proposés, sur un site internet unique: www.pensezlocal16.fr. Vous naviguez en toute simplicité pour découvrir les producteurs fermiers charentais. Recherche par nom, par produit ou par mode de distribution, tout est possible (ou presque!)

Chaque producteur a une fiche de présentation avec ses produits, lieux de vente et offre d’accueil à la ferme.

Sur le site, les visiteurs ont également accès à une carte des producteurs et boutiques de producteurs, à un agenda des événements locaux en lien avec l’alimentation et l’agriculture, à un blog où on parle alimentation, produits locaux, qualité, agriculture, avec régulièrement des nouveaux articles et recettes!

Un espace dédié aux professionnels

Le site internet Pensez-Local 16 intègre un espace d’échanges privé entre les producteurs et tous les professionnels du territoire (collectivités, acheteurs professionnels, entreprises et associations).

Finies les longues heures de recherches ou de démarchage pour trouver des partenaires commerciaux. Grâce à cet espace, tout le monde peut déposer, en un clic, sa petite annonce.

Vous êtes à la recherche d’un producteur? Déposez votre annonce.Vous êtes producteur et vous cherchez à proposer vos produits? Cet espace est fait pour vous aussi!

L’espace pro Pensez local 16 est une opportunité pour chaque professionnel de se créer un réseau et ce, très rapidement.

Toutes les annonces publiées sont modérées par les équipes de Pensez local 16 à la Chambre d’agriculture de la Charente.

Pour accéder à cet espace professionnel, c’est simple, rendez-vous sur le site Pensez local 16 et inscrivez-vous gratuitement via l’onglet prévu à cet effet. En quelques minutes, votre espace est créé!

Pensez local 16 est un projet de la mandature 2020-2025 de la Chambre d’agriculture de Charente. Son objectif: faire de la Charente un territoire fier de manger local. L’idée générale est de faciliter l’accès des consommateurs et acheteurs professionnels aux produits locaux et de démocratiser la consommation des produits charentais tout en valorisant leur qualité et leur diversité.

]]>
Produit fermierAgriculture locale
news-135076Thu, 09 Nov 2023 16:13:12 +0100Dispositif d’indemnisation exceptionnel cerise et/ou noixhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/dispositif-dindemnisation-exceptionnel-cerise-etou-noix/Date limite de demande : 20 novembre 2023 à 14h00L'Etat a mis en place un dispositif exceptionnel de prise en charge des pertes économiques des exploitations agricoles spécialisées dans la production de cerise et/ou de noix.

L’aide est fondée sur la prise en charge d’une partie des pertes de chiffre d’affaires (CA) de l’exploitation spécialisée en production de cerise et/ou de noix.

Qui peut en bénéficier ?

Exploitant agricole à titre individuel et à titre principal, ou GAEC, EARL, ou une autre personne morale exerçant une activité agricole, spécialisé au moins à 25% en Cerise et/ou Noix et justifiant d'une perte de CA au moins égale à 20% sur l'activité.

Quel taux d'aide ?

80 % de la perte de CA éligible

Comment candidater ?

La demande d’aide est dématérialisée sur la Plateforme d’Acquisition de Données (PAD) sur pad.franceagrimer.fr/pad-presentation/vues/publique/retrait-dispositif.xhtml?codeDispositif=CERISE_NOIX_2023

Retrouvez toutes les infos sur le site internet FranceAgriMer www.franceagrimer.fr/Accompagner/Dispositifs-par-filiere/Aides-de-crise/CERISE-NOIX

Votre contact à la Chambre d'agriculture de la Charente : Léna MASSON - 05 45 24 49 50

 

]]>
Aide
news-135435Thu, 09 Nov 2023 15:44:25 +0100Ouverture des inscriptions pour le Concours Général Agricole 2024https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/ouverture-des-inscriptions-pour-le-concours-general-agricole-2024-1/ Faites découvrir votre savoir-faire au niveau national !Les inscriptions au Concours Génaral Agricole (CGA) des produits viennent d'ouvrir, candidatez rapidement !

Jusqu'au 22 novembre pour les volailles, apéritifs, bières, charcuterie, confitures, crèmes de fruits et pâtes à tartiner, jus de fruits, miel et hydromel, produits laitiers, produits issus de palmipèdes gras.

Jusqu'au 11 décembre pour cidres et poirés, eaux-de-vie (sauf Armagnac et Alsace), épices, huiles de noix, produits de l'aquaculture, mistelles (vins de liqueurs et pommeaux), rhums et punchs, viandes.

Jusqu'au 8 janvier pour les produits oléicoles.

Les inscriptions pour le concours des vins ouvriront prochainement.

 

Le Concours Général Agricole se tiendra du 24 février au 3 mars 2024 à Paris, pendant le Salon International de l'Agriculture (page officielle)

Le CGA c'est le goût avantrécompense la qualité des meilleurs produits du terroir.

Accédez à l'espace candidat ici

 

Liste des lauréats de 2023 ICI

Contact : produits@concours-general-agricole.fr

 

 

]]>
096-Inst-NAQ-Charente
news-135068Thu, 09 Nov 2023 15:44:25 +0100Ouverture des inscriptions pour le Concours Général Agricole 2024https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/ouverture-des-inscriptions-pour-le-concours-general-agricole-2024/ Faites découvrir votre savoir-faire au niveau national !Les inscriptions au Concours Génaral Agricole (CGA) des produits viennent d'ouvrir, candidatez rapidement !

Jusqu'au 22 novembre pour les volailles, apéritifs, bières, charcuterie, confitures, crèmes de fruits et pâtes à tartiner, jus de fruits, miel et hydromel, produits laitiers, produits issus de palmipèdes gras.

Jusqu'au 11 décembre pour cidres et poirés, eaux-de-vie (sauf Armagnac et Alsace), épices, huiles de noix, produits de l'aquaculture, mistelles (vins de liqueurs et pommeaux), rhums et punchs, viandes.

Jusqu'au 8 janvier pour les produits oléicoles.

Les inscriptions pour le concours des vins ouvriront prochainement.

 

Le Concours Général Agricole se tiendra du 24 février au 3 mars 2024 à Paris, pendant le Salon International de l'Agriculture (page officielle)

Le CGA c'est le goût avantrécompense la qualité des meilleurs produits du terroir.

Accédez à l'espace candidat ici

Contact : produits@concours-general-agricole.fr

 

 

]]>
news-134942Mon, 06 Nov 2023 17:11:30 +0100 Vols de tracteurs, alerte lancée par la gendarmerie en Charentehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/vols-de-tracteurs-alerte-lancee-par-la-gendarmerie-en-charente/Plusieurs vols de tracteurs ont eu lieu ces derniers jours dans la région, dont deux en Charente.Nous vous recommandons de faire preuve de la plus grande vigilance. Si vous en avez la possibilité, fermez les hangars et surtout ne laissez pas vos clés de contact sur le véhicule. En cas de vol, contactez immédiatement la gendarmerie (Appel 17) et ne touchez à rien.
Rappels de sécurité
  • Ne pas laisser les clefs sur les tracteurs.
  • Si possible enfermer les tracteurs dans les garages ou les hangars.
  • Ne pas laisser les tracteurs au champs la nuit ou entre midi et deux.
  • A la veille des travaux hivernaux, ne pas laisser les clefs dans les voitures au bord des champs.
  • En cas de vol : ne rien toucher et appeler immédiatement le 17

 

Crédit photo : Gendarmerie du Val d'Oise

]]>
Productions animalesGrande cultureVigne
news-103595Mon, 06 Nov 2023 15:45:00 +0100C'est le mois de la bio !https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/cest-le-mois-de-la-bio-1/Du 3 au 30 novembre, c'est le mois de la bio ! Des rencontres avec les acteurs de l'agriculture biologique et ses filières sont organisée dans toute la Nouvelle-Aquitaine.Le mois de la Bio, ce sont des rencontres sur le terrain avec tous les acteurs de la filière bio, des formations, des visites d’exploitations, dans tous les départements de la Nouvelle-Aquitaine. Ces journées sont réservées aux agriculteurs et futurs agriculteurs.

Retrouvez le programme en Charente en cliquant ici

]]>
Productions animalesGrande cultureVigne096-Inst-NAQ-Charente
news-134717Fri, 27 Oct 2023 14:57:36 +0200La Charente dans le périmètre réglementé de la MHE (Maladie Hémorragique Epizootique)https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/la-charente-dans-le-perimetre-reglemente-de-la-mhe-maladie-hemorragique-epizootique/Depuis jeudi 26 octobre, la quasi-totalité du département de la Charente passe en zone réglementée par la découverte de cas en Gironde (périmètre de 150km). Cette maladie concerne les bovins, ovins, caprins et cervidés d‘élevage.

La liste définitive des communes charentaises concernées sera disponible très prochainement sur le site internet de la Préfecture de la Charente : www.charente.gouv.fr/Actualites/Maladie-hemorragique-epizootique-MHE

 

Les mesures de prévention s'appliquent donc dans ces les communes réglementées :

Gestion des mouvements en France :

De Zone Réglementée (ZR) vers Zone réglementée (ZR) : mouvements des animaux libres

De Zone Indemne (ZI) vers Zone Indemne (ZI) : mouvements des animaux libres

De Zone Réglementée (ZR) vers Zone Indemne (ZI) :

  • à destination d'un abattoir : abattage sous 24h de l'animal et désinsectisation des moyens de transports (pas des animaux car temps d'attente pour rémanence produit).
  • à destination d'un élevage ou d'un centre de rassemblement : pour chaque animal, protection par un insecticide au moins pendant 14j, puis seulement PCR à partir de ce délai, et départ de l'animal dans les 7j max suivant le prélèvement sanguin. Attestation de désinsectisation et analyse doivent accompagner l'animal. Désinsectisation du véhicule avant départ.
    L'analyse PCR de mouvement n'est pas pris en charge par l’État.

De Zone Indemne vers Zone Réglementée :
Les animaux entrant en zone réglementée acquiert le statut de la ZR et doivent répondre aux exigences des mouvements prévus.

Gestion des mouvements en UE et à l'export :

Espagne :
Toute l'Espagne est en zone réglementée sauf Baléares et Iles Canaries

  • Mouvement possible de ZR en France vers les zones non indemnes à condition que les animaux ( BV/OV/CP) ne présentent pas de signes cliniques de MHE lors du chargement dans les camions (attestation vétérinaire).
  • Mouvement possible de ZR en France  vers les îles Baléares et Canaries sous réserve des conditions suivantes : désinsectisation des animaux au moins pendant 14 jours avant réalisation d’analyses PCR (PCR dans les 7 j avant départ) + désinsectisation des moyens de transport

Italie :

  • Mouvements de BV, OV, CP de ZR française vers ZI Italie possibles sous réserve des conditions suivantes : désinsectisation des animaux au moins pendant 14 jours avant réalisation d’analyses PCR (PCR dans les 7 j avant départ) + désinsectisation des moyens de transport + absence de signes clinique

 

Vous trouverez plus de détails sur le site de la préfecture de la Charente (notamment pour la certification à l’export des animaux issus de la ZR mais allotés en ZI) : www.charente.gouv.fr/Actualites/Maladie-hemorragique-epizootique-MHE

Pour toute question particulière n’hésitez pas à contacter Ted16-GDS au 05 45 23 71 25 ou la DDETSPP au 05 16 16 62 00 ou ddetspp-spae@charente.gouv.fr, et à prévenir votre vétérinaire sanitaire en cas de suspicion de cas cliniques.


Qu’est ce que la MHE ?

C’est une maladie présente en Europe depuis un an environ, véhiculée par un moucheron. Elle touche assez gravement les cervidés, un peu les bovins, et sur les ovins les retours sont encore peu nombreux pour en connaitre l’impact. Même si la mortalité est minime chez les bovins, elle peut impacter les performances techniques du cheptel.

Retrouvez l’ensemble des informations techniques via Ted16GDS, sur la page « sanitaire » du site internet de la Chambre d’agriculture www.charente.chambre-agriculture.fr/produire/productions-animales/sanitaire/


 

 

 

 

]]>
Productions animales096-Inst-NAQ-Charente
news-134673Thu, 26 Oct 2023 15:03:08 +0200Lutter contre les foreurs du maïs ça s’anticipe !https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/lutter-contre-les-foreurs-du-mais-ca-santicipe/En septembre la Chambre d’agriculture de la Charente a prospecté une quinzaine de parcelles de maïs dans tout le département, en partenariat avec la FREDON Nouvelle-Aquitaine.Les observations ont permis de noter les attaques de pyrales et sésamies, sur tiges et épis, ainsi que le nombre de larves total ou ayant atteint le stade leur permettant de passer l’hiver (graphique 1).

Cette prospection à l’automne a pour objectif principal d’évaluer le niveau d’attaque et d’infestation par les pyrales et les sésamies ainsi que de cartographier le risque potentiel de ces ravageurs pour la prochaine campagne de maïs (en 2024).

Les années se suivent et ne se ressemblent pas !

Cette année, les conditions climatiques du printemps ont aussi bien retardé le développement des maïs que l'arrivée des papillons de pyrales et sésamies. Le froid de ce début de campagne maïs a provoqué un retard dans les vols de foreurs. Les premières captures ont été enregistrées début mai pour les sésamies et mi-mai pour les pyrales.

Les températures plus estivales de la fin du mois de mai ont été plus favorables au développement des foreurs, dont les pics, moins intenses et légèrement décalés par rapport aux années précédentes, ont été atteints la première semaine de juin pour la sésamie et mi-juin pour la pyrale. Les premières attaques de sésamies en pieds de pontes ont été signalées vers la mi-juin. Fin de la première décade de juillet les jeunes larves baladeuses de pyrales et sésamies étaient présentes dans de nombreuses parcelles et les conditions climatiques étaient favorables à leur développement et à l’émergence d’une nouvelle génération de papillons.

Pour rappel : Le BSV (bulletin de santé du végétal) est le rapport privilégié pour suivre l'avancée des vols en cours de campagne. Cela permet de décider, ou non, d'une intervention et si nécessaire de positionner plus finement les traitements ou les poses d’auxiliaires (trichogrammes).


Graphique 1 : Pourcentage d’attaque des foreurs sur tige et épi par ex-canton en 2023

Sur les résultats obtenus (graphique 1), une variabilité importante est notée d’une parcelle à l’autre et d’un secteur géographique à l’autre. Une première analyse des données montre que les attaques sont en général modérées avec près de 45% d’attaques sur tiges et 33% sur épis.
Sur ces épis, quelques attaques de fusariose ont été observées.

En comparaison avec la dernière campagne d’observations (2021), ces attaques sont en légère augmentation (graphique 2).

 

Graphique 2 : Pourcentage d’attaque des foreurs sur tige par ex-canton de 2015 à 2023

 

La variabilité des attaques sur tiges s’explique essentiellement par le nombre moyen de larves par plante (pyrale ou sésamie de tous stades). Cette année ce nombre ne dépasse pas 1 individu par plante (graphique 3).

 

Graphique 3 : nombre moyen de larves par tige et par ex-canton en 2023

Pyrale et sésamie réalisent quasiment chaque année deux générations. C’est la deuxième génération qui fait les principaux dégâts économiques et sanitaires.

Cette année, dans le sud du département, ce sont encore principalement des larves de première génération (populations de larves hivernantes L4, L5, de grosse taille) qui ont été retrouvées aussi bien pour la sésamie (0,27 larves/pied), que pour la pyrale (0,05 larves/pied). Une fois l’hiver passé ce sont ces populations qui pourraient être à l’origine d’attaques sur les futurs maïs (année N+1). Dans le nord du département, la sésamie a montré le même comportement, avec plus de présence de larves de première génération (0,16 larve par plante). Par contre la pyrale était représentée par plus de larve de deuxième génération (0,15 larve par plante).

Pour observer une mortalité significatives des foreurs il faudrait un hiver très rigoureux : plusieurs jours consécutifs à - 7° C pour toucher les larves de sésamies dans les tiges ou à - 12° C pour les larves de sésamies à l’abri dans les pivots des maïs. Quant aux pyrales, moins sensibles au froid hivernal, elles peuvent résister jusqu’à des températures de -20° C. En Charente les conditions climatiques seules n’auront donc pas d’influence sur la gestion des populations larvaires.
 


Quelle gestion à prévoir ?

Les conditions climatiques n’ayant que peu d’impact sur la gestion des larves, il est nécessaire d’adopter une gestion anticipative de ces foreurs pour limiter les pertes qu’ils peuvent occasionner (environ 7% pour une infestation d’une larve par pied).

Sur les parcelles impactées par les ravageurs cet été, il est important de broyer et enfouir les résidus pour réduire le stock de larves et limiter ainsi la pression des ravageurs l’an prochain. Le broyage systématique fin et au ras du sol réalisé tôt après la récolte avec un broyeur à axe horizontal permet de détruire les larves ou de les exposer au froid et aux prédateurs. Cette intervention peut permettre d’éliminer 50 à 70 % des larves. Attention, le broyeur sous bec des moissonneuses n’a pas une efficacité suffisante en comparaison à un passage spécifique de broyeur post récolte.

L’incorporation des résidus est la seconde étape indispensable qui réduit encore les chances de survie des larves. Le labour, permettant d’enfouir à une plus grande profondeur, sera plus efficace que les autres techniques de travail du sol.

D'autres stratégies de lutte, utilisées en végétation, peuvent aussi permettre de contrôler l'impact de ces ravageurs. Il s'agit de solutions curatives qui consistent à protéger le maïs avec des insecticides ou des biocontrôles comme l’application de trichogrammes en début de vol de papillons de pyrales pour viser les premières pontes. Pour rappel dans les situations à risques pyrale et sésamie, comme en Charente, il reste difficile de viser à la fois les pyrales et les sésamies de façon optimale en un seul et même passage puisque les périodes d’application des ravageurs est décalée. La date de traitement ne coïncidant pas il est souvent constaté un manque d’efficacité sur un des deux ou les deux ravageurs.

L’utilisation de biosolutions (comme le Dipel DF, Xentari, Mezalid, le saccharose …) serait également une piste. Les pyrales du maïs sont sensibles au taux de sucre dans la sève : des applications foliaires de sucre montreraient une efficacité sur la pyrale du maïs.


 

 

]]>
Grande culture
news-134650Thu, 26 Oct 2023 14:28:42 +02001er cas de WEST NILE en Charente sur un équidéhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/1er-cas-de-west-nile-en-charente-sur-un-equide/Un premier cas de West Nile sur un cheval a été détecté le 19/10/23 à Mérignac en Charente. Des premiers cas ont été détecté cet été en Charente-Maritime et Gironde également chez les chevaux et les humains.Cette maladie était présente jusque-là uniquement dans le Sud Est de la France. Le virus de cette maladie est transmis par les moustiques, infectés par les oiseaux. Cependant, il n'y a pas de transmission entre les chevaux et les humains via le moustique.

Les symptômes chez le cheval sont des épisodes de fièvre parfois accompagnés de signes neurologiques (ataxie, trouble de la démarche, hypersensibilité à la lumière). Si dans la majorité des cas on observe une guérison au bout de quelques semaines, la maladie peut parfois entraîner la mort de l'animal dans les cas les plus graves (30% des cas avec troubles neurologiques). A ce jour il n'y a pas de traitement spécifique pour la maladie, le traitement consiste à soulager les symptômes. Un vaccin est disponible et assure une bonne protection. La prévention consiste à limiter l'exposition aux moustiques et à éviter autant que possible les zones d'eau stagnantes qui favorisent leur développement (abreuvoirs, marres, étangs...).

Je consulte le site IFCE qui décrit précisément la maladie (transmission, symptômes, traitement et prévention) en cliquant ici

]]>
EquinCharente
news-134600Wed, 25 Oct 2023 18:26:07 +0200L’agriculture Charentaise (Chambre d’agriculture de la Charente, FNSEA, JA, Aquanide16, ASA Aume Couture) ne cédera pas à la terreur !https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/lagriculture-charentaise-chambre-dagriculture-de-la-charente-fnsea-ja-aquanide16-asa-aume-cou/Ces derniers jours, une réserve d’eau a fait l’objet d’une destruction par lacération, à Tusson en Charente. Nous dénonçons cet acte odieux de vandalisme perpétré sur les outils de travail des agriculteurs par une poignée d’extrémistes radicalisés au nom d’une idéologie infondée. Nous apportons notre soutien sans faille aux six fermes et vingt personnes visées par cette agression. Nous appelons au sursaut citoyen pour refuser ce climat de terreur et ces actes de destruction. La solidarité de tous, élus de la République en tête, est indispensable à l’avenir de nos territoires. Nous appelons chacun à condamner ces actes et apporter son soutien. Cette réserve d’eau est intégrée au territoire depuis 13 ans et sécurisait les cultures et les élevages de six exploitations. Aujourd’hui l’avenir de ces six fermes est en péril. Comment justifier l’attaque d’agricultrices et d’agriculteurs qui font un travail remarquable pour produire notre alimentation ? Pourquoi priver d’accès à l’eau à une agricultrice récemment installée en agriculture biologique ? Pourquoi priver deux élevages d’assurer l’alimentation de leurs animaux ? Pourquoi couper dans son élan un jeune agriculteur, qui développe des plantations d’asperges, de pomme de terre et autres légumes vendus sur le département ? Pourquoi agresser une exploitation engagée dans l’agroécologie  ?...

La profession agricole fait front. Elle est solidaire de ceux qui vivent ce traumatisme. Nous ne laisserons jamais le découragement s’installer. En attaquant cet outil, les agresseurs s'en prennent directement à tous les agriculteurs et aux citoyens du territoire. Ces délinquants devront en répondre devant la justice. Nous appelons l’Etat à mobiliser tous les moyens nécessaires pour retrouver et condamner les auteurs !

Dans la démocratie qui nous est chère et que nous défendons, il n’y a pas de place pour les violences physiques et psychologiques. Toutes les organisations, qui cautionnent, suscitent ou organisent la contestation, doivent assumer leurs responsabilités devant la justice. Nous ne laisserons plus rien passer !

Contacts presse : 
Christian Daniau – Président de la Chambre d’agriculture de la Charente – 06 33 86 32 78
Guillaume Chamouleau – Vice-président de la Chambre d’agriculture de la Charente – 06 64 36 42 42
Sandrine Cazaux – Communication de la Chambre d’agriculture de la Charente – 06 25 06 36 71
 

Téléchargez le communiqué de presse.

]]>
096-Inst-NAQ-Charente
news-134670Wed, 18 Oct 2023 15:19:00 +0200PLUi de Grand-Cognac – Ouverture de l’enquête publique le 23 octobrehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/plui-de-grand-cognac-ouverture-de-lenquete-publique-le-23-octobre/L'enquête publique du PLU intercommunal (PLUi) de Grand Cognac s’ouvre du 23 octobre au 1er décembre.Ce document définit notamment les possibilités de construction de l'habitat, des bâtiments agricoles, des bâtiments à usage commercial ou industriel et les secteurs protégés de toute construction. Il présente des spécificités liées aux besoins de la filière viticole. La Chambre d'agriculture de la Charente encourage tous les agriculteurs de ce territoire à consulter ce document et à porter si nécessaire ses remarques dans le registre prévu, avant que le PLUi devienne applicable pour les 10 années à venir.

]]>
Vigne
news-134023Mon, 16 Oct 2023 14:21:52 +0200Les principaux dispositifs d’aides aux agriculteurshttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/les-principaux-dispositifs-daides-aux-agriculteurs-1/Récapitulatif des principaux dispositifs d'aides FranceAgriMer et PCAE (Plan de compétitivité et d'adaptation des exploitations agricoles) disponibles pour les agriculteurs.Téléchargez le document en cliquant ici

 

Contact PCAE Chambre d'agriculture de la Charente : Nicolas CHASLARD - 06 07 76 91 58

]]>
PCAEAideProductions animalesLégumeVigne
news-133985Fri, 13 Oct 2023 15:54:48 +0200Participez aux Gastronomades sous les couleurs d' #AimeTonAgrihttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/participez-aux-gastronomades-sous-les-couleurs-d-aimetonagri/Vous êtes agriculteur, passionné et aimez partager et parler de votre métier ?#AimeTonAgri recherche des ambassadeurs pour les Gastronomades qui auront lieu les 24, 25 et 26 novembre à
l’Espace Carat.

Votre mission? Échanger avec les visiteurs, expliquer votre métier d'agriculteur ou d'acteur dans la vie agricole du département !

Vous pouvez venir pour 2h, une demi-journée ou une journée entière selon vos disponibilités.

Toutes les filières et métiers agricoles sont les bienvenus ! Moment convivial assuré !

Vous êtes intéressé ? Vous avez des questions ? Contactez Jennifer LEOUTRE au 06 14 09 33 27 ou par mail jennifer.leoutre@charente.chambagri.fr

]]>
096-Inst-NAQ-Charente
news-133977Fri, 06 Oct 2023 15:23:00 +0200La société COLAS propose de la terre naturellehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/la-societe-colas-propose-de-la-terre-naturelle/La société COLAS propose de donner de la terre naturelle dans le cadre d'un chantier de 4 ans sur Cognac / Angoulême. Au total 380.000 tonnes de terre naturelle sera disponible.

Si vous êtes intéressé, contactez le 07 64 47 87 77.

]]>
news-132714Mon, 18 Sep 2023 10:27:45 +0200PROLONGATION de l'aide complémentaire du Fonds d'urgence biohttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/prolongation-de-laide-complementaire-du-fonds-durgence-bio/Le dispositif d’aide complémentaire du Fonds d'urgence bio est prolongé au 29 septembre 2023 à 14hL’État renforce son soutien aux exploitations AB en difficulté financière, avec la mise en place d’une aide complémentaire au Fonds d'urgence BIO 2023. Les demandes sont ouvertes du 16 août 2023 au 29 septembre 2023.
L'objectif de ce plan de soutien est d’aider les exploitations en agriculture biologique face à la conjoncture que rencontre la filière AB.

Date limite de dépôt

Le vendredi 29 septembre 2023 à 14h

Critères d’éligibilité

  • Etre une petite ou moyenne entreprise (PME).
  • Détenir un certificat "agriculture biologique" (certifié ou en conversion) valide sur l’ensemble des productions et surfaces.
  • Avoir subi une perte d’EBE d’au moins 20% entre les exercices comptables 2022/2023 et la moyenne des exercices de référence. 2022/2023 : dernier exercice clos entre juin 2022 et mai 2023. Exercices de référence : les deux exercices comptables clôturés entre le 1er juin 2018 et le 31 mai 2020.
  • Avoir subi une dégradation de trésorerie d’au moins 20% entre les exercices comptables 2022/2023 et la moyenne des exercices de référence.
  • Les exploitations ayant déjà bénéficié du fonds d’urgence BIO 2023 sont éligibles à cette nouvelle aide. Les montants déjà perçus seront déduis du montant de l’aide.

Le détail des conditions d’éligibilité et notamment celles concernant les nouveaux installés ou exploitations au micro-BA sont disponibles sur le site de FranceAgriMer.

Montant de l’aide

50 % de la perte d’EBE, avec un seuil minimum d’aide de 1 000 €.
Un stabilisateur budgétaire pourra être appliqué en cas de dépassement de l’enveloppe financière.

Comment et où ?

Une attestation établie par un comptable (modèle disponible sur FranceAgriMer) est nécessaire pour demander l’aide, y compris pour les exploitations au micro-BA sans comptabilité.
Dossier à remplir sur la plate-forme d’acquisition des données de FranceAgriMer jusqu'au 29/09/2023 à 14hen cliquant ici

Contact : Léna MASSON – lena.masson@charente.chambagri.fr - 05 45 24 49 25

]]>
Agriculture biologiqueAideCharente
news-132606Thu, 14 Sep 2023 14:54:54 +0200Témoignage des soeurs CONTEhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/temoignage-des-soeurs-conte/Agri-tourisme, vente directe et Bienvenue à la ferme : les plus-values pour mon exploitationAnne-Laure et Blandine Conte de la SARL Conte filles accueilleront les producteurs sur leur exploitation le 7 novembre lors de la journée « Solutions Bienvenue à la ferme » à Chillac.
Les deux soeurs ont repris l’exploitation familiale et cessé leurs activités extérieures lorsque leurs parents ont pris leur retraite. Elles se sont formées, car le métier évolue rapidement et elles produisent actuellement pineau, cognac, vins, pétillants de raisin.


« Nous étions attachées à ce lieu de notre enfance et prenons plaisir à travailler ensemble avec ma soeur. Nous souhaitions pérenniser l’entreprise familiale, apporter une autre vue pour emmener nos produits « plus loin », notamment avec la vente directe.

Nous organisons des visites oeno-touristiques, travaillons avec des cavistes, des distributeurs… Nous sommes complémentaires avec ma soeur : j’aime la mise en bouteille et la mise en marché, Anne-Laure préfère le travail en chais. Nous trouvons une flexibilité dans nos activités.

Nous avons adhéré à la marque « Bienvenue à la Ferme » (BF) en 2013. Ça nous a permis de rencontrer d’autres producteurs ayant le même état d’esprit que nous : créer de la valeur ajoutée à nos produits et qui ont une certaine « authenticité ». Cette marque nous permet de partager nos expériences et de créer un maillage de relations professionnelles sur le territoire. Avant, nous nous connaissions de nom seulement, ici on discute et on échange, car au quotidien nous sommes pris dans nos activités.

Le 7 novembre aura lieu « Solutions Bienvenue à la ferme », le 2ème rendez-vous ouvert à tous les professionnels de l’accueil à la ferme. Nous accueillerons et ferons visiter notre exploitation à l’occasion de cette journée. J’avais beaucoup aimé les ateliers du dernier forum, et nous cherchons toujours des idées pour faire vivre la ferme, créer de l’évènementiel. Les visites que nous réalisons sont rodées, mais nous voulons apprendre à construire un évènement.

Le thème de cette année est le tourisme - accueil à la ferme, mes attentes sont de comprendre le profil des vacanciers, qui évolue sans arrêt et veulent vivre « une expérience ». C’est important de répondre à une offre touristique, aux attentes de ces consommateurs, tout en faisant la promotion des produits et du territoire.

Si je devais donner un conseil à un producteur qui hésite ?
Tout d’abord c’est un moment convivial avec une réelle richesse d’échanges. Le tourisme est un axe de rentabilité des exploitations, une porte d’entrée vers autre chose. Cette journée permettra aussi de capitaliser sur cette douceur de vivre charentaise, que l’on oublie trop souvent de mettre en avant 
».

Plus d'infos sur l'évènement du 7 novembre

]]>
Charente
news-132458Mon, 11 Sep 2023 15:55:45 +0200Journée "Solutions Bienvenue à la ferme"https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/journee-solutions-bienvenue-a-la-ferme/Encore une semaine pour vous inscrire au repas. Pensez à vous inscrire au repas avant le 23 octobre !Vous êtes
  • agriculteurs avec une activité d'accueil à la ferme (boutique à la ferme, animations, accueil, hébergements sur l'exploitation, etc.) ou en projet
  • ou acteurs du tourisme

Inscription ICI

]]>
Charente
news-132415Fri, 08 Sep 2023 16:22:00 +0200Conseiller(ère) environnementhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/conseillerere-environnement/SITE d’ANGOULEME (16) - CDD 12 MOIS - DÈS QUE POSSIBLEQUI SOMMES-NOUS ?

La Chambre d’agriculture de Charente, Etablissement public, a pour rôle de contribuer à l’amélioration de la performance économique, sociale et environnementale des exploitations agricoles et de leurs filières.

QUE RECHERCHEZ-VOUS ?

Vous souhaitez accompagner les agriculteurs dans la transition agricole ?
Vous aimez aider, conseiller, convaincre ?
Vous souhaitez contribuer à l’épanouissement de l’agriculture ?

Rejoignez la Chambre d’agriculture de Charente et son réseau en tant que Conseiller.ère environnement.

QUE RECHERCHONS-NOUS ?

  • Une personne de terrain qui a le goût du contact et qui fait preuve de pédagogie
  • Vos valeurs, votre adaptabilité et votre aptitude à travailler en équipe
  • Des connaissances en certifications environnementales, en viticulture, en botanique et en biodiversité fonctionnelle
  • Des connaissances en informatiques (pack office) exigée
  • Des connaissances en cartographie seraient un plus
  • Une personne de formation supérieure en agriculture ou environnement

QU’AVONS-NOUS A VOUS APPORTER ?

  • Flexibilité dans le travail
  • Equipe d’experts
  • Dialogue, confiance
  • Autonomie, initiative
  • Télétravail possible
  • Package salarial : salaire sur 13 mois, 16 RTT, mutuelle, prévoyance, retraite supplémentaire, véhicule de service (déplacement à prévoir sur le département)

QUELLES MISSIONS ET ENJEUX ?

CERTIFICATION ENVIRONNEMENTALE

  • Assurer les formations d’autodiagnostic niveau 1
  • Accompagner les viticulteurs vers la certification environnementale Cognac ou HVE
  • Assurer les audits de certification
  • Participer à la conception de nouvelles prestations en lien avec la certification

AMENAGEMENT PARCELLAIRES/AGROFORESTERIE

  • Accompagner les viticulteurs pour l’aménagement du parcellaire afin de répondre aux enjeux ZNT (réaliser des schémas de plantations de haies)
  • Contribuer à l’animation de la Charte riverains

CONTRIBUER AU TRAVAIL D’EQUIPE POUR LA CONCEPTION DE PROJETS CHAMBRE AGRICULTURE

VOTRE FUTURE EQUIPE

Vous intégrerez l’équipe du Service Environnement et Energie. Votre interlocutrice sera Mme Audrey TRINIOL, Cheffe du Service. 

NOTRE PROCÉDURE DE RECRUTEMENT 

Lettre de motivation et curriculum vitae à adresser, avant le 15/09/2023 par mail à :
recrutement@remove-this.na.chambagri.fr (référence : CA16 : CDD_Conseiller(ère) Environnement)
~ Entretiens prévus fin septembre ~

]]>
EnergieEnvironnementFormation - EmploiEmploi
news-132412Fri, 08 Sep 2023 15:48:00 +0200Accompagner votre installation, c’est notre métierhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/accompagner-votre-installation-cest-notre-metier/Les conseillers installation de la Chambre d’agriculture proposent un accompagnement tout au long du projet d’installation. L’objectif est de structurer ce projet et cela passe par du conseil, une aide aux démarches administratives, des alertes et le recours aux experts… le tout coordonné pour aboutir à un projet viable et vivable. Ce travail s’articule en plusieurs axes :
  • Une base de travail solide, formalisée par un diagnostic préalable à l’installation réalisé sur l’exploitation avec le candidat à l’installation. Ce travail identifie les enjeux du projet dont les investissements, la valeur de reprise, la fiscalité, le système de production et les grands postes de fonctionnement de l’exploitation. Côté juridique : faut-il une société et si oui laquelle ?
  • Une perspective de la capacité à investir à la reprise et pour les aménagements futurs. L’étude prévisionnelle donne des repères, permet d’avoir un avis bancaire et positionne la viabilité dans un contexte économique évolutif. La participation du futur agriculteur est importante, pour garder la maitrise de son projet, être conscient des enjeux pour gagner en autonomie.
  • Un suivi jusqu’à 5 ans après installation est possible afin de ne pas rester seul face à la mise en place de son projet.


Depuis le 1er juin 2023, la Dotation Nouveaux et Jeunes Agriculteurs (DNJA) a remplacé la DJA. Afin de relever le défi du renouvellement des générations en agriculture, la DNJA se veut plus simple, plus souple et s’ouvre à de nouveaux profils.

En effet, en plus des jeunes de moins de 40 ans (JA), elle est désormais accessible aux « nouveaux agriculteurs » (NA) : au-delà des 40 ans et jusqu’à 55 ans. Les conditions en matière de diplôme changent également : les diplômés non agricoles détenant une expérience professionnelle significative dans le secteur agricole sont maintenant éligibles au même titre que ceux détenant un niveau 4 agricole.

La dotation se compose d’un volet trésorerie, accessible uniquement aux JA, et d’un volet outil de production, ouvert aux JA et aux NA.

JA = Le montant du volet trésorerie sera différent en fonction du zonage, de la certification « bio » ou non de l’exploitation reprise et du fait de s’installer dans le cadre familiale ou non. Le montant alloué à ce volet varie donc de 13 000 à 30 500 €*.

JA + NA = Le montant du volet outil de production dépendra de la nature et du montant des investissements mais également de l’orientation de production de l’exploitation. Ce montant varie de 4 000 à 22 000€*.

Les démarches et les engagements sont simplifiés. Quant aux attentes en terme de viabilité du projet, elles restent inchangées avec pour objectif l’atteinte d’un SMIC en année 4. Cet objectif sera vérifié grâce à une étude prévisionnelle réalisée avec une structure labélisée comme la Chambre d’agriculture.

Pour un JA (moins de 40 ans), le montant de la DNJA peut donc aller de 13 000 à 52 500€ et pour un NA (entre 41 et 55 ans) de 4 000€ à 22 000€.

* Montant valable pour la Nouvelle-Aquitaine.

Contact : Point Accueil Installation Transmission de la Chambre d’agriculture - 05 45 24 49 67

 

]]>
news-132406Fri, 08 Sep 2023 15:16:33 +0200Le Conseil stratégique phytosanitaire, une nécessité pour votre activitéhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/le-conseil-strategique-phytosanitaire-une-necessite-pour-votre-activite/Le conseil stratégique phytosanitaire (CSP) a été mis en place dans le cadre de la séparation du conseil et de la vente. C’est une obligation qui s’impose à tous les agriculteurs, quelles que soit leurs filières de production (sauf les agriculteurs certifiés Bio ou HVE qui sont exemptés du CSP).Concrètement, tous les agriculteurs devant repasser leur certiphyto* devront fournir l’attestation de leurs deux CSP sur la période de 5 ans d’éligibilité du certiphyto, avec une mise en place progressive pour les renouvellements entre 2024 et 2026 pour lesquels un seul CSP sera demandé.

Par ailleurs la réglementation impose que toutes les exploitations aient leur premier CSP avant le 31/12/2023.

 

 

En cas de contrôle de l’administration (PAC, zone vulnérable…), ce CSP pourra également être vérifié.

La Chambre d’agriculture de la Charente s’est organisée pour répondre à cette nouvelle demande en privilégiant le CSP sous forme collective.

Des sessions sont programmées à l’automne. Inscrivez-vous rapidement pour être sûr de rester en conformité.

Contact : Christine Beniteau - 05 45 24 49 78

]]>
Productions animalesGrande culture
news-132140Mon, 04 Sep 2023 10:26:31 +0200Bilan pousse de l'herbe 2023https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/bilan-pousse-de-lherbe-2023/Saison fourragère 2023 - CharenteAu sommaire :
  • Un printemps favorable à la pousse de l’herbe
  • Pluviométrie mensuelle
  • Somme de température base 1er fevrier
  • comparatif de pousse de l'herbe en Charente (sur deux exploitations)
  • Cumul de la biomasse d'herbe produite
  • Météo 2023
  • Un manque de précipitations - Comparaison pluviométrique mensuelle
  • Gestion du semis de prairies
  • Petit aperçu des moissons 2023

Consultez le Bilan ICI

]]>
Productions animalesGrande cultureCharente
news-132054Thu, 31 Aug 2023 09:49:00 +0200IRRIG'INFO N°15 du 30 août 2023https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/irriginfo-n15-du-30-aout-2023/Retrouvez toutes les infos irrigation de la semaine.dans Produire > Eau, irrigation et réserves > Irrig'info et gestion de l'eau.

Accès direct en cliquant ici.

]]>
Gestion de l'eauIrrigationCharente
news-131885Fri, 25 Aug 2023 09:58:08 +0200[Enquête] Equipements électriques et de communication : quels impacts sur l’élevage ?https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/enquete-equipements-electriques-et-de-communication-quels-impacts-sur-lelevage-1/Une enquête nationale ayant pour objet d’identifier, si elles existent, des corrélations entre des difficultés qui pourraient être observées en élevage et la présence d’antennes relais téléphoniques, d’installations électriques ou d’éoliennes, qui pourraient suggérer des relations de cause à effet, est ouverte jusqu’au 31 août 2023.L’impact des installations électriques collectives (lignes à haute tension, éoliennes, antennes relais, etc) n’est pas démontré scientifiquement sur les activités d’élevage. Pour autant, les troubles rapportés par certains éleveurs renvoient à la nécessité de conduire des recherches pour confirmer ou réfuter l’existence de ce phénomène.

Le ministère en charge de l’agriculture a donc confié au Conseil Général de l’Alimentation, de l’Agriculture et des espaces Ruraux la réalisation d’une enquête ayant pour objet de tenter d’identifier, si elles existent, des corrélations entre des difficultés qui pourraient être observées en élevage et la présence d’antennes relai téléphoniques, d’installations électriques ou d’éoliennes, qui pourraient suggérer des relations de cause à effet.

Cette enquête est nationale et anonyme. Elle ne concerne que des exploitations situées à moins de 2 km d’antennes téléphoniques, de certaines installations électriques (ligne à haute tension ou très haute tension, transformateur électrique, parc photovoltaïque) ou d’éoliennes.

Plus le taux de réponses sera élevé, plus nous serons en capacité de déterminer si l’implantation de
ces équipements est susceptible ou non d’engendrer des perturbations sur l’activité d’élevage.

Accédez à l'enquête en ligne via le lien ci-après : https://enquetes.ac-sg.agriculture.gouv.fr/index.php/724394?lang=fr

]]>
Productions animales
news-131848Thu, 24 Aug 2023 11:54:41 +0200Pistolets drogueurs connectés : des tests prometteurshttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/pistolets-drogueurs-connectes-des-tests-prometteurs/Chronique ovineDeux modèles de pistolets drogueurs connectés à un système de pesée ont récemment été testés au CIIRPO, sur le site expérimental du Mourier. Ils calculent automatiquement la dose de produit antiparasitaire à administrer par brebis en respectant la posologie de chaque produit.

Le poids de l’animal est transmis par Bluetooth de la bascule au pistolet après lecture de la boucle électronique. L’utilisation de ces deux outils a été comparée à un traitement avec un pistolet classique en parfait état de marche. Les 40 brebis pesant de 52 à 90 kg étaient alors traitées au couloir de contention. Afin de limiter les résistances des parasites aux anthelminthiques, le pistolet drogueur était réglé sur la posologie de la brebis la plus lourde du lot.

Des premiers résultats qui restent à confirmer

Le traitement avec le pistolet connecté TIPARI® associé au convoyeur pour la pesée des brebis a demandé plus de temps que celui réalisé au couloir (+ 60 %). Cette différence ne semble pas seulement liée au temps passé à la pesée mais également au chantier de l’intervention. Par ailleurs, l’utilisation de ce pistolet génère une importante économie de produit antiparasitaire.

Dans cette étude, elle s’établit à 25 % par rapport à un traitement calculé sur la brebis la plus lourde du lot. Pour 100 brebis traitées, cela représente 450 ml du produit testé. Toutefois, il est à noter qu’il n’est pas possible de traiter de nouveau une brebis qui n’aurait pas ingurgité l’ensemble de la dose qui lui a été affectée, ce qui a concerné 5% de l’effectif. Une modification du mécanisme est donc à prévoir.

Laurence Sagot, Institut de l’Elevage/ CIIRPO Nathalie Augas, Chambre d'Agriculture 16
Les activités du CIIRPO sont financées par l’Union Européenne et les conseils régionaux Nouvelle-Aquitaine et Région Centre-Val de Loire

]]>
Ovin
news-131847Thu, 24 Aug 2023 11:44:07 +0200Une transition plus facile pour les agneaux d’herbe rentrés en bergeriehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/une-transition-plus-facile-pour-les-agneaux-dherbe-rentres-en-bergerie/Chronique ovineL’utilisation de l’enrubannage est une des méthodes pour simplifier la délicate transition des agneaux d’herbe à la rentrée en bergerie. Le fourrage doit être d’une qualité irréprochable. Il est offert à volonté. Chaque agneau a sa place à l’auge. Il faut compter 4 ou 5 agneaux au mètre linéaire. Le concentré, aliment complet ou mélange fermier, est incorporé progressivement à la ration, à un rythme équivalent de celui mis en place avec du foin.

Sur les 110 agneaux suivis¹, aucun problème sanitaire lié à la transition n’a été observé. Dans les trois semaines qui ont suivi la rentrée en bergerie, leur croissance est restée soutenue avec plus de 200 g par jour en moyenne. En comparaison, les agneaux en disposant de paille et d’un aliment complet affichaient une croissance moyenne de 74 g par jour.

Le même cout de rations

Le fourrage humide est particulièrement bien consommé avec 600 à 700 g de matière sèche par agneau et par jour au cours des 3 premières semaines de transition. Cette pratique nécessite néanmoins soit une taille de lot d’agneaux importante soit la distribution du fourrage à un lot de brebis afin d’éviter que la botte ne chauffe.

Par ailleurs, elle autorise une économie de concentré de 5 kg par agneau de la rentrée en bergerie à la vente par rapport à un foin. Avec un coût d’enrubannage supérieur, le coût de la ration reste équivalent. Toutefois, l’utilisation de l’enrubannage pour les agneaux sevrés n’est actuellement pas autorisée dans les cahiers des charges des labels. Ces derniers sont cependant en cours de révision. Renseignez-vous auprès de votre technicien.

CP : CIIRPO
¹ Étude réalisée par le CIIRPO, le GIE Elevage Occitanie et le SIDAM
Pour en savoir plus, vous trouverez un film d’animation intitulé « Une transition plus facile : de l'herbe à la bergerie grâce à l'enrubannage » sur idele.fr.
Laurence Sagot, Idele/CIIRPO Nathalie Augas, Chambre d'Agriculture 16
Les activités du CIIRPO sont financées par l’Union Européenne et les conseils régionaux Nouvelle-Aquitaine et Région Centre-Val de Loire

]]>
Ovin
news-101910Thu, 24 Aug 2023 09:49:00 +0200IRRIG'INFO N°14 du 23 août 2023https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/irriginfo-n14-du-23-aout-2023/Retrouvez toutes les infos irrigation de la semaine.dans Produire > Eau, irrigation et réserves > Irrig'info et gestion de l'eau.

Accès direct en cliquant ici.

]]>
Gestion de l'eauIrrigationCharente
news-131755Mon, 21 Aug 2023 16:20:33 +0200Lutter contre l'ambroisie - Bien nettoyer son matériel de récoltehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/lutter-contre-lambroisie-bien-nettoyer-son-materiel-de-recolte-1/Pour éviter toute propagation de l’ambroisie dans les cultures voir même des refus de marchandises par les coopératives, il est important de bien nettoyer son matériel de récolte.Pour cela, plusieurs éléments sont à retenir : 
  • Récolter les parcelles saines en premier et terminer par les parcelles ayant de l’ambroisie ; 
  • Nettoyer la machine de fond en comble en ouvrant les grilles de nettoyage au maximum, en augmentant l’évent et en soufflant bien les parties les plus exposées (essieux, coupe, convoyeur etc.) 
  • Il faut apporter un soin particulier au soufflage pour éliminer les graines qui se seraient logées dans le matériel de récolte ; 
  • Pour un nettoyage efficace et complet, comptez 1h tous les jours ; 
  • Faire davantage attention aux outils en CUMA ou en copropriétés pour éviter la propagation dans les autres cultures. 
]]>
Productions animalesProductions végétalesGrande cultureLégumeVigneCharente
news-131743Mon, 21 Aug 2023 14:46:14 +0200Pensez à vous inscrire à "Solutions viticulture"https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/pensez-a-vous-inscrire-a-solutions-viticulture/Les inscriptions au repas sont possibles jusqu'au 24 août.Si vous souhaitez vous inscrire au repas de la journée technique "Solutions viticulture" du 7 septembre, dédiée à l’autoguidage pour un confort et un débit de chantier améliorés,
pensez à vous inscrire avant le 24 août !

Infos et inscription

]]>
Productions végétalesVigneCharente
news-131671Wed, 16 Aug 2023 16:50:00 +0200IRRIG'INFO N°13 du 16 août 2023https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/irriginfo-n13-du-16-aout-2023/Retrouvez toutes les infos irrigation de la semaine.dans Produire > Eau, irrigation et réserves > Irrig'info et gestion de l'eau.

Accès direct en cliquant ici.

]]>
Gestion de l'eauIrrigationGrande culture
news-131596Wed, 09 Aug 2023 16:24:00 +0200IRRIG'INFO N°12 du 9 aoûthttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/irriginfo-n12-du-9-aout/Retrouvez toutes les infos irrigation de la semaine.dans Produire > Eau, irrigation et réserves > Irrig'info et gestion de l'eau.

Accès direct en cliquant ici.

]]>
Gestion de l'eauIrrigationGrande culture
news-131525Fri, 04 Aug 2023 15:49:01 +0200#AimeTonAgri recherche des ambassadeurs pour la foire exposition de Barbezieux !https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/aimetonagri-recherche-des-ambassadeurs-pour-la-foire-exposition-de-barbezieux/Vous êtes agriculteur, passionné, et aimez partager et parler de votre métier ?#AimeTonAgri recherche des ambassadeurs pour la Foire Exposition de Barbezieux du 1er au 3 septembre.

Votre mission? Parler honnêtement de l’agriculture avec le public et participer aux animations du stand.

Vous êtes intéressé? Vous avez des questions? Contactez le 06 88 37 45 45

#AimeTonAgri est une marque généraliste qui évoque l’attachement à toutes les agricultures et tous les agriculteurs, quelles que soient les filières de production.

C’est une marque à vocation de communication vers le grand public qui porte une image positive et dynamique de l’agriculture.

#AimeTonAgri peut être utilisée par tous les acteurs du monde agricole et des territoires, qui s’engagent à respecter la charte.

Enfin, #AimeTonAgri n’a pas vocation à porter des jugements sur certaines pratiques agricoles ou formes d’agriculture, ni à défendre des choix d’orientation ou de pratiques agricoles.

Plus d’informations sur www.aimetonagri.fr

]]>
news-131524Fri, 04 Aug 2023 15:45:24 +0200Des gisements de fumier équins disponibles sur tout le territoire, une ressource intéressante pour amender les sols ou pour les projets méthanisationhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/des-gisements-de-fumier-equins-disponibles-sur-tout-le-territoire-une-ressource-interessante-pour-a/La plateforme VALFUMIER.FR donne accès à une cartographie des offres de fumier équin disponibles sur l’ensemble du territoire.Le programme VALFUMIER a pour objectif de développer des solutions de valorisation du fumier équin et apporter de la connaissance pour optimiser sa gestion et sa place en tant qu’amendement organique ou intrant pour la méthanisation.

La plateforme VALFUMIER.FR développée avec les Chambres d’Agriculture en partenariat avec l’Institut Français du Cheval et de l’Equitation et le Groupement Hippique National, donne accès à une cartographie des offres de fumier équin disponibles sur l’ensemble du territoire. Les valorisateurs potentiels consultent librement la carte des offres et entrent en contact localement avec les producteurs.

Le fumier et compost équins ont des valeurs d’amendement intéressantes, et présentent des avantages à l’utilisation. Par exemple, ils peuvent être utilisés en maraichage bio.

Le fumier équin à base de litière de paille a un pouvoir méthanogène de 220 L CH4/ kg MV. Il est plutôt riche en paille et possède en général des teneurs en matière organique et en matière sèche élevées.  Permettant d’augmenter la part réglementaire d’effluents d’élevage dans la ration des méthaniseurs, le fumier équin contribue aussi à entretenir un équilibre physico-chimique dans le digesteur. Les digestats issus en partie de fumier équin sont aussi riches en matières organiques et donc intéressants pour la fertilisation des sols.


Interlocuteurs en région :
Elise Cazeaux pour la Chambre régionale de Nouvelle- Aquitaine : 06 40 86 77 59 | valfumier@na.chambagri.fr
Véronique Mouxaux pour l’IFCE : 06 77 10 32 92 | dt.na@ifce.fr

 

]]>
Productions animales
news-131490Thu, 03 Aug 2023 14:57:09 +0200Foin - YVIERShttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/foin-yviers/Type de fourrageFoinPrécision sur le fourrage proposéfoin de prairie permananteConditionnement proposéAutreQuantité disponible70 tonnesDate de disponiblité03-12-2023Commune où se trouve le fourrageYVIERSDate de fin de disponiblité de l'offre01/07/2023Prénom et NOMvilleneuve stéphaneSociétévilleneuveAdresse5 route de l'étangCode postal et Ville16210 yviersEmails_villeneuve@orange.frTéléphone (portable de préférence)+33681931364]]>news-127850Tue, 01 Aug 2023 14:00:00 +0200Un(e) Conseiller(ère) en oenologiehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/une-conseillerere-en-oenologie/SITE SEGONZAC (16) - CDD DE 2 ou 4 MOIS - SEPTEMBRE 2023QUI SOMMES-NOUS ?

La Chambre d’agriculture de la Charente, établissement public, a pour rôle de contribuer à l’amélioration de la performance économique, sociale et environnementale des exploitations agricoles et de leurs filières.

QUE RECHERCHEZ-VOUS ?

Vous êtes passionné(e) par l’oenologie et le conseil ?
Vous avez à coeur d’accompagner la filière Cognac et ses viticulteurs ?
Vous êtes diplômé(e) en oenologie (DNO, ingénieur viti-oeno, Master vigne et vin, BTS viti-oeno)?
Vous recherchez une expérience enrichissante et polyvalente ?
Rejoignez la Chambre d’agriculture de Charente et son réseau en tant que Conseiller.ère oenologie

QUE RECHERCHONS-NOUS ?

• Intérêt pour la région de Cognac et l’élaboration des spiritueux
• Permis VL
• Aptitudes relationnelles et organisationnelles
• Autonomie

QU’AVONS-NOUS A VOUS APPORTER ?

• Une formation sur la vinification charentaise et un accompagnement tout le long de votre contrat
• Flexibilité dans le travail
• Equipe d’experts
• Dialogue, confiance
• Autonomie, initiative
• Prime repas

QUELLES MISSIONS ET ENJEUX ?

• Conseil oenologique pendant les vendanges/vinifications pour un groupe de viticulteurs
• Collecte et suivi des échantillons auprès de son groupe de viticulteurs en suivi
• Interprétation des résultats d’analyse et conseils oenologique auprès de son groupe de viticulteurs
• Participation aux dégustations d’eaux-de-vie nouvelles

VOTRE FUTURE EQUIPE

Vous intégrerez l’équipe du département OEnologie, au sein du service Productions Végétales, une équipe pluridisciplinaire composée d’oenologues, ingénieurs et techniciens de laboratoires.

NOTRE PROCÉDURE DE RECRUTEMENT 

Lettre de motivation et curriculum vitae à adresser, avant le 15/09/2023 par mail à :
recrutement@remove-this.na.chambagri.fr (référence : CA16 : CDD_2 à 4 mois_Conseiller(ère)_oenologie)

]]>
ViticulteurFormation - EmploiEmploiOenologieVigne
news-131281Thu, 27 Jul 2023 16:40:07 +0200Ambroisiehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/ambroisie-5/Présentation de cette plante allergène invasive cause de problèmes agricolesVidéo de présentation de l'ambroisie.
Recherche de moyens de lutte : techniques préventives et curatives, propositions de leviers demandant l'action coordonnée des différents acteurs : collectivités, agriculteurs, particuliers.

Retouvez plus d'infos ici

]]>
Productions animalesProductions végétalesGrande cultureVigneCharente
news-130584Thu, 13 Jul 2023 16:15:19 +0200Tests autoguidagehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/tests-autoguidage/Du 3 au 7 juillet ont eu lieu des tests de matériel d'autoguidage en situation de travail.En vue de la préparation de la journée "Solutions viticulture" du 7 septembre au lycée de l'oisellerie, des tests ont été réalisés sur différents type de parcelles avec des jeunes et des vieilles vignes.

Les techniciens et des viticulteurs ont testé :

  • si les outils étaient adaptés au vignoble charentais
  • s'ils étaient fiables et précis
  • si la prise en main était facile

Retrouvez le programme ICI

Inscrivez vous au repas et à la journée avant le 24 août ICI

 

    

]]>
VigneCharente
news-130582Thu, 13 Jul 2023 16:07:04 +0200Solutions viticulture pensez à vous inscrirehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/solutions-viticulture-pensez-a-vous-inscrire/7 septembre au lycée de l'Oisellerie (16) - L’autoguidage pour un confort et un débit de chantier améliorés.Le "Forum pulvé" devient "Solutions viticulture"

Cette année les thèmes abordés seront : les comparatifs de matériels d'autoguidage et outils d'aide à la conduite du vignoble (cartographies, outils combinés, matériels innovants). 

Programme et inscription au repas et à la journée

]]>
VigneCharente
news-130498Wed, 12 Jul 2023 09:50:00 +0200PCAE - Autonomie en eau pour l’abreuvement des animaux herbivores au champhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/pcae-autonomie-en-eau-pour-labreuvement-des-animaux-herbivores-au-champ/Date limite dépôt des dossiers : 30 septembre 2023La Région Nouvelle-Aquitaine soutient les investissements permettant d’assurer l’autonomie en eau pour l’abreuvement des animaux herbivores au pâturage mobilisant la ressource hydrique au champ.

Objectif :

Soutenir les investissements matériels de projets individuels ou collectifs exclusivement liés à l’abreuvement aux champs ou dans les bâtiments utilisés comme abris par les animaux au champ (pas d’usage de stabulation ou de logement).

Plus d'information sur : https://les-aides.nouvelle-aquitaine.fr/economie-et-emploi/autonomie-en-eau-pour-labreuvement-des-animaux-herbivores-au-champ

]]>
Aide
news-130463Tue, 11 Jul 2023 11:16:27 +0200Paille de blé - SAINT GENIS D'HIERSAChttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/paille-de-ble-saint-genis-dhiersac/Type de fourragePaille de BléPrécision sur le fourrage proposéBELLE PAILLE DE BLEConditionnement proposéEn botte sur place dans le champ, En tas à charger, AutreQuantité disponible200 TONNESDate de disponiblité11-07-2023Commune où se trouve le fourrageROUILLACDate de fin de disponiblité de l'offre31-12-2023Prénom et NOMPANNETIER JEAN MARCSociétéEXPLOITATION AGICOLEAdresse3 ET 6 RUE DES BARRIERES
16570 SAINT GENIS D HIERSACCode postal et Ville16570 SAINT GENIS D HIERSACEmailPANNETIER.JEANMARC@WANADOO.FRTéléphone (portable de préférence)0684602053]]>
news-130462Tue, 11 Jul 2023 11:15:22 +0200Paille d'Orge - ST GENIS D'HIERSAChttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/paille-dorge-st-genis-dhiersac/Type de fourragePaille d'orgeConditionnement proposéLivré, En botte sur place dans le champ, En tas à chargerQuantité disponible200 TONNESDate de disponiblité11-07-2023Commune où se trouve le fourrageROUILLAC ST GENIS D HIERSACDate de fin de disponiblité de l'offre31/12/2023Prénom et NOMPANNETIER J MARCSociétéSCEA DE LA RUE DES BARRIERESAdresse6 RUE DES BARRIERSCode postal et Ville16570 SAINT GENIS D HIERSACEmailPANNETIER.JEANMARC@WANADOO.FRTéléphone (portable de préférence)0749094945]]>news-130060Wed, 05 Jul 2023 11:28:00 +0200PCAE - Protection des cultures contre le gel et la grêle https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/pcae-protection-des-cultures-contre-le-gel-et-la-grele/Date limite dépôt des dossiers : 31 octobre 2023Le réchauffement climatique accroît la vulnérabilité des productions végétales aux dégâts de gel et de grêle, devenus plus fréquents au fil des décennies. L’investissement en matériel de réduction de l’exposition aux aléas climatiques devient incontournable. Les subventions attribuées dans le cadre de ce règlement visent donc à répondre à ce besoin d’acquisition de matériel de lutte et de prévention. Elles sont dédiées aux cultures de plein air : arboriculture (y compris les cultures de baies et drupes) et viticulture. Le dispositif s’inscrit dans le cadre du PCAE (Plan de compétitivité et d’adaptation des exploitations agricoles en Nouvelle-Aquitaine).

Plus d'information sur : https://les-aides.nouvelle-aquitaine.fr/economie-et-emploi/pcae-protection-des-cultures-contre-le-gel-et-la-grele

]]>
PCAEAide
news-129866Thu, 29 Jun 2023 16:52:59 +0200Comment optimiser et sécuriser sa culture de tournesol ?https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/comment-optimiser-et-securiser-sa-culture-de-tournesol/Le 21 juin dernier, la Chambre d’agriculture de la Charente organisait un rendez-vous technique sur la culture de tournesol. L’occasion de revenir, avec la trentaine de participants, sur quelques points importants de réussite et de protection de la culture et sur la gestion de l’ambroisie. Quatre ateliers techniques ont été proposés :
  • 1er atelier : visite de l’essai désherbage tournesol spécifique ambroisie mis en place par la Chambre d’agriculture de la Charente.
    Cet essai permet d’acquérir des références sur la gestion de l’ambroisie, notamment sur l’efficacité et l’utilisation d’un nouveau produit, le Viballa, dont l’homologation était très attendue. À base d’Arylex, et commercialisée par la société CORTEVA Agriscience TM, cette nouveauté a été homologuée en tout début d’année 2023.
    Objectifs de cet essai :
    • Poursuivre le travail sur les pré-levées pour la gestion des ambroisies, sans oublier la gestion des autres adventices (renouées, graminées, chénopodes, mouron…)
    • Poursuivre l’acquisition de références sur des nouveautés comme le Sunbright, produit à base d’aclonifen et d’imazamox proposé par la société Adama
    • Evaluer les différents positionnements des produits disponibles en post-levée (précoce/tardif, fractionnement/association) pour viser des stratégies adaptées aux différents contextes du secteur.
  • 2ème atelier : point sur les pathogènes du tournesol (par Terres Inovia). Les pathogènes les plus fréquents ont été rappelés (orobanche, phomopsis, verticilium…). Zoom sur le mildiou (reconnaissance, impact) et sur sa gestion pour les prochaines campagnes avec la présentation d’un ensemble de solutions et de recommandation à mettre en œuvre (rotation, bonnes pratiques agronomiques, choix variétal, traitement de semences anti-mildiou…)
     
  • 3ème atelier : comment gérer les dégâts d'oiseaux et les moyens de protection disponibles ? (Terres Inovia). Aucune solution miracle n’existe à ce jour mais plusieurs leviers ont été identifiés et leur mise en œuvre combinée permet d’atténuer les dégâts (date de semis, effaroucheurs, répulsif, semis sous couvert…). Certaines pistes sont encore en cours d’étude. Chambres d’Agriculture France propose un outil de déclaration national des dégâts, initiative à laquelle s’est associé Terres Inovia.
     
  • 4ème atelier : point sur le Viballa, nouveau produit homologué pour le désherbage en post levée du tournesol. Intervention de la société CORTEVA Agriscience TM.

 

La Chambre d’agriculture de la Charente remercie les agriculteurs chez qui l’essai a été conduit pour leur précieuse collaboration.

Les résultats de cet essai seront disponibles à l’automne 2023. Vous pouvez dès à présent retrouver les résultats de tous les essais mis en place par la Chambre d’agriculture de la Charente dans la rubrique PRODUIRE > Grandes cultures > Résultats d'essais. Accès direct en cliquant ici.

Contact : Lise GOUAUD-LECOQ - lise.gouaud@charente.chambagri.fr - 05 45 67 49 83

 

]]>
Grande culture
news-129833Thu, 29 Jun 2023 14:10:21 +0200Fermeture de l’antenne de Mansle et collaboration avec la Communauté de Communeshttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/fermeture-de-lantenne-de-mansle-et-collaboration-avec-la-communaute-de-communes/Entretien croisé avec Christian CROIZARD, Président de la Communauté de Communes (CdC) Cœur de Charente et Maire de Mansle et Christian DANIAU, Président de la Chambre d’agriculture de la Charente.

Pour des raisons d’espace vis-à-vis de l’agrandissement du service urbanisme, la Communauté de Communes de Cœur de Charente a dû mettre fin au bail de location des locaux de l’antenne de la Chambre d’agriculture à Mansle afin de récupérer les bureaux.

Au regard du coût nécessaire au maintien d’une antenne dans d’autres locaux, les élus de la Chambre d’agriculture de la Charente ont pris la décision de fermer le bureau de Mansle. Cette décision un peu précipitée s’appuie également sur les conclusions d’une enquête réalisée en 2021 dans laquelle la profession agricole privilégiait la présence des agents sur le terrain ou sur leurs exploitations à la présence d’une antenne physique.

Forte de ces éléments, la Chambre d’agriculture de la Charente poursuit sa volonté de développer sa présence sur le terrain, au plus proche des exploitations.


 

En tant que collectivité et Chambre consulaire, quel est votre rôle auprès des agriculteurs et filières agricoles du territoire ?

Christian CROIZARD : L’agriculture est un vecteur économique phare dans un territoire extrêmement rural tel que le nôtre. Si demain il n’y a plus d’agriculteurs, le monde rural, à la fois sur le plan économique et sociétal, sera totalement chamboulé.
Notre accompagnement auprès de la profession agricole est très vaste. Notre rôle s’exerce souvent à une échelle collective, dans le cadre de projets. Par exemple, depuis sa prise de compétence économique, la Communauté de Commune Cœur de Charente a décidé de mettre en place un Plan local d’urbanisme. Les échanges ont été riches, le travail collaboratif et cela a donné lieu à un vote à l’unanimité d’un plan local d’urbanisme intercommunal.

Christian DANIAU : C’est plus qu’un rôle, c’est une mission à part entière pour la Chambre d’agriculture. Nous portons les enjeux et les préoccupations de l’agriculture et travaillons en pleine cohérence avec le territoire. Face aux nombreux défis que nous devons relever collectivement (souveraineté alimentaire, sécurité énergétique, maintien de la diversité, vie des territoires ruraux,...), nous devons tout mettre en œuvre pour permettre aux agriculteurs de pratiquer une agriculture durable, Made in France plutôt que de laisser la société compter sur les importations.

Comment envisagez-vous l'accompagnement et le service auprès des agriculteurs ?

Christian CROIZARD : Notre accompagnement se traduit par l’appui, le soutien des projets en lien avec l’agriculture et la ruralité. Nous nous devons être facilitateurs des projets agricoles.
Christian DANIAU : Comme précisé en introduction et selon les résultats de notre enquête, nous privilégions la présence sur le terrain au plus proche des lieux de production et de transformation.

Aujourd'hui, quels sont les projets liés à l'agriculture où vous intervenez conjointement ?

Christian CROIZARD : Nous intervenons sur différents projets locaux en lien avec l’agriculture comme les projets d’énergies renouvelables (méthanisation, etc.)
Historiquement, notre territoire compte un nombre important de Marchés des Producteurs de Pays (MPP), marchés portés par la Chambre d’agriculture en collaboration avec les communes. Cet été 6 MPP sont organisés sur la Communauté de Communes.
Christian DANIAU : De par ses missions, la Chambre d’agriculture apporte une expertise technique de l’ensemble des projets qui touchent les espaces agricoles. Afin que les projets les plus vertueux aboutissent, il est primordial d’avoir une approche globale et cohérente entre la Chambre d’agriculture et les collectivités.

Quelles sont les attentes de la profession sur le terrain ?

Christian CROIZARD : La défense des territoires ruraux est notre combat. Les besoins de la profession agricole sont les mêmes que ceux de la ruralité, soit des besoins d’accessibilité à la santé, aux services, etc. Cela sera encore plus vrai pour les futurs agriculteurs, le territoire devra être dynamique pour qu’ils souhaitent s’y installer et s’y investir.
Christian DANIAU : Souvent la passion de notre métier nous dépasse, en tant qu’agriculteur, nous avons plus que jamais besoin de visibilité à moyen et long terme, d’être reconnus et rassurés en tant que citoyen actif du monde rural pour transmettre nos outils aux jeunes générations et faire vivre nos territoires.

Quelle collaboration ou partenariat envisagez-vous prochainement ?

Christian CROIZARD : Suivant les besoins de la Chambre d’agriculture nous nous adapterons et trouverons une solution pour mettre à disposition des salles de réunion, des bureaux, dans le cadre d’une convention. Quel que soit le sujet, nous veillerons à mener un travail collaboratif.
Christian DANIAU : La fermeture de l’antenne de Mansle nous emmène à être plus mobile et flexible et à collaborer encore davantage avec la CdC. Nous allons effectivement élaborer une convention de mise à disposition de locaux afin d’organiser nos réunions et nos permanences lors des périodes de déclaration PAC par exemple.
Cette situation nous encourage à poursuivre notre réflexion qui consiste à développer des partenariats avec les autres territoires.

 

]]>
news-128205Mon, 19 Jun 2023 09:39:00 +0200Diagnostic agricole sur le département de la Charente https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/diagnostic-agricole-sur-le-departement-de-la-charente/Dans le cadre de son PAT*, le Département de la Charente a lancé un diagnostic afin de connaître l’offre agricole et de la demande de la restauration collective sur le territoire. Le bureau d’études ECOZEPT a été mandaté pour mener à bien ce projet. Une enquête en ligne destinée aux agriculteurs est ouverte jusqu’au 30 juin. L’objectif de cette enquête est de collecter des informations sur les pratiques, les besoins et les attentes des agriculteurs pour la valorisation de leurs produits dans les circuits courts. L’enquête abordera les sujets suivants :
  • Identifier les principales productions
  • Connaître les circuits de commercialisation
  • Connaître le positionnement et définir les contraintes et les besoins pour développer l’approvisionnement de la restauration collective

 

Accédez à l'enquête en ligne en cliquant ici

Merci d’avance pour votre participation.

*Projet Alimentaire Territorial

 

]]>
news-129307Thu, 15 Jun 2023 10:30:00 +0200Enquête cuscute 2023https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/enquete-cuscute-2023/La cuscute est un parasite majeur de nombreuses cultures, en particulier de la luzerne. Son expansion actuelle impacte très fortement la production de fourrage et menace certains secteurs de production.Une enquête a été mise en place pour dresser un état des lieux de la problématique et construire un Plan d'Action de lutte. Ce travail est réalisé dans un cadre collaboratif multipartenaires (Chambres d'agricultures, Coopératives, FNAMS, FREDON, INRAE, Institut de l'élevage, Négoce, UFS, SEMAE, SRAL...).

Vous pouvez accéder à l'enquête en ligne via le lien suivant : https://forms.gle/7RXF7BwgwMnZRifQ9

Vous êtes céréaliers ou éleveur ? Vos réponses à cette enquête nous permettront de mieux comprendre la répartition sur le territoire, les mécanismes d’infestation pour une meilleur gestion de cette adventice.

]]>
Productions animalesGrande culture
news-129097Tue, 13 Jun 2023 17:37:24 +0200PCAE - microméthanisationhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/pcae-micromethanisation/La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 31 juillet 2023.L’appel à projets vise à soutenir les porteurs de projet se positionnant sur des technologies de microméthanisation d’effluents d’élevage affichant une puissance électrique en cogénération inférieure à 80 kWe (kilowatt électrique) ou dimensionnement équivalent, pour une valorisation en cogénération ou en chaudière ou sous forme de biocarburant (bio-GNV).

Plus d'information sur https://les-aides.nouvelle-aquitaine.fr/transition-energetique-et-ecologique/micromethanisation

]]>
Aide
news-129095Tue, 13 Jun 2023 17:26:42 +0200Appel à Projet PCAE - Investissements collectifs CUMAhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/appel-a-projet-pcae-investissements-collectifs-cuma/PCAE - Investissements collectifs CUMAVous êtes une CUMA (Coopérative d'utilisation de matériel agricole) dont le siège social se situe en Région Nouvelle-Aquitaine et vous avez un projet d’investissements en matériels agricoles ou d'équipements agricoles en vue d’ une utilisation collective. Ce dispositif s’inscrit dans le Plan de Compétitivité et d’Adaptation des Exploitations agricoles (PCAE) dont l’objectif est d’améliorer la performance économique, environnementale et sociale des exploitations agricoles en soutenant les investissements.

Plus d’informations sur : les aides.nouvelle-aquitaine.fr  ou au 05 45 24 49 50

]]>
AideProductions animalesProductions végétales
news-129094Tue, 13 Jun 2023 17:17:44 +0200Appel à Projet PMEhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/appel-a-projet-pme/PCAE - Plan de Modernisation des ElevagesLe Plan de modernisation des Elevages (PME) s’inscrit dans le Plan de Compétitivité des Exploitations Agricoles (PCAE). Il vise à améliorer la performance économique, environnementale et sociale des élevages tout en accélérant leur transition agroécologique, en lien avec la feuille de route Néo Terra de la Région.

Plus d’informations sur : les aides.nouvelle-aquitaine.fr  ou au 05 45 24 49 50

  

]]>
AideProductions animales
news-128729Fri, 02 Jun 2023 10:40:44 +0200Aide au soutien à l’autonomie en eau pour l’abreuvement des animaux herbivores au champhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/aide-au-soutien-a-lautonomie-en-eau-pour-labreuvement-des-animaux-herbivores-au-champ/Le dispositif régional est ouvert jusqu'au 30 septembre 2023.La  Région  Nouvelle-Aquitaine  a  décidé  de  soutenir  les  investissements  permettant d’assurer l’autonomie en eau pour l’abreuvement des animaux herbivores au pâturage mobilisant la ressource hydrique au champ.

Présentation du dispositif et critères d'éligibilité

Formulaire unique de demande d'aides

Diagnostic autonomie en eau

 

 

]]>
AideProductions animales096-Inst-NAQ-Charente
news-128727Fri, 02 Jun 2023 10:28:16 +0200Questionnaire : L'entretien mécanique, à chacun sa pratique !https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/questionnaire-lentretien-mecanique-a-chacun-sa-pratique/Questionnaire sur vos attentes concernant le désherbage mécanique du cavaillon.En vue de répondre à vos attentes concernant le désherbage mécanique du cavaillon et pour ajuster au mieux lajournée technique 6 juillet, nous vous proposons de répondre à un questionnaire. 

Je réponds au questionnaire en ligne

]]>
VigneCharente
news-128328Mon, 22 May 2023 15:49:41 +0200Appel à Projet « Plan Végétal Environnement (PVE) ».https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/appel-a-projet-plan-vegetal-environnement-pve/Date limite de dépôt des candidatures au 30 juin 2023 inclusCet appel à projets permet de soutenir les projets d'acquisition de matériels et d’outils numériques permettant une réduction ou la suppression de l’utilisation d’intrants (pesticides, nitrates, eau). Ce dispositif s’inscrit dans le Plan de Compétitivité et d’Adaptation des Exploitations agricoles (PCAE) dont l’objectif est d’améliorer la performance économique, environnementale et sociale des exploitations agricoles en soutenant les investissements. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 juin 2023 inclus
Plus d’informations sur : les aides.nouvelle-aquitaine.fr  ou au 05 45 24 49 50

]]>
096-Inst-NAQ-Charente
news-128327Mon, 22 May 2023 15:49:41 +0200Appel à Projet « Plan Végétal Environnement (PVE) »https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/appel-a-projet-plan-vegetal-environnement-pve-1/Appel à Projet CLOSCet appel à projets permet de soutenir les projets d'acquisition de matériels et d’outils numériques permettant une réduction ou la suppression de l’utilisation d’intrants (pesticides, nitrates, eau). Ce dispositif s’inscrit dans le Plan de Compétitivité et d’Adaptation des Exploitations agricoles (PCAE) dont l’objectif est d’améliorer la performance économique, environnementale et sociale des exploitations agricoles en soutenant les investissements. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 juin 2023 inclus
Plus d’informations sur : les aides.nouvelle-aquitaine.fr  ou au 05 45 24 49 50

]]>
Aide
news-127789Wed, 17 May 2023 16:27:00 +0200Prolongation - Fond d'urgence bio 2023 : les demandes sont toujours ouverteshttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/prolongation-fond-durgence-bio-2023-les-demandes-sont-toujours-ouvertes/Afin d’aider les exploitations en agriculture biologique en difficulté financières à faire face à la crise conjoncturelle rencontrée par la filière bio, un fond d’aide d’urgence national a été mis en place.L'objectif est de soutenir les exploitations en agriculture biologique risquant une reconversion voire la faillite.
Critères d’éligibilité
  • détenir un certificat "agriculture biologique" au titre de 2023 ou à défaut 2022 ;
  • tirer 80% de leurs recettes d'activités agricoles du mode de production biologique ;
  • ne pas bénéficier d’une aide CAB (conversion à l’agriculture biologique) sur plus de 10 % de la SAU).
Date limite

Les exploitants bio en difficulté qui respectent les critères d'éligibilités peuvent transmettre leur dossier complet à la DDT Charente au plus tard le 31 mai 2023.

Pour déposer une demande

Remplir le formulaire de demande et l’attestation de minimis et le transmettre à la DDT

Par e-mail à : ddt-crise-agricole@charente.gouv.fr

Par voie postale : DDT Charente
Service économie agricole et rurale / Unité Vie des exploitations
43 rue du Docteur Duroselle, 16016 ANGOULEME CEDEX

 

Contact / renseignement DDT :

Pierre COUTINOT : 05 17 17 39 02

Yao KOUAME : 05 17 17 38 93

 

Retrouvez toutes les infos ici

Téléchargez la notice Minimis ici

Contact à la Chambre d'agriculture de la Charente : 05 45 24 49 25

]]>
Agriculture biologiqueAide096-Inst-NAQ-Charente
news-128207Tue, 16 May 2023 17:04:33 +0200Renouvellement de votre Certiphyto en 2024 ou 2025 ? Pensez au Conseil stratégique phyto !https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/renouvellement-de-votre-certiphyto-en-2024-ou-2025-pensez-au-conseil-strategique-phyto/Concrètement, tous les agriculteurs devant repasser leur certiphyto devront avoir eu deux conseils stratégiques phytos (CSP) sur la période de 5 ans d’éligibilité du certiphyto, avec une mise en place progressive pour les renouvellements entre 2024 et 2026. Le conseil stratégique phyto (CSP) a été mis en place dans le cadre de la séparation du conseil et de la vente en 2021. Ce conseil a pour but d’effectuer un bilan des pratiques de votre exploitation, de voir les possibilités d’évolution de celles-ci et de mettre en place un plan d’amélioration.

Concrètement, tous les agriculteurs devant repasser leur certiphyto devront avoir eu deux CSP sur la période de 5 ans d’éligibilité du certiphyto, avec une mise en place progressive pour les renouvellements entre 2024 et 2026. Ainsi, si vous devez renouveler votre Certiphyto en 2024 ou 2025, un seul conseil stratégique vous sera demandé.

La Chambre d’agriculture de la Charente s’est organisée pour répondre à cette nouvelle demande en privilégiant le CSP sous forme collective. Des dates de sessions ont d’ores et déjà été programmées.

Nous vous conseillons de vous positionner rapidement afin d’éviter tout soucis lors de votre demande de renouvellement de certiphyto.

Renseignement et inscriptions : Christine BENITEAU - christine.beniteau@charente.chambagri.fr - 05 45 24 49 78

 

]]>
Grande culture
news-128060Fri, 12 May 2023 15:48:47 +0200Période d'interdiction de broyage et de fauchage des jachèreshttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/periode-dinterdiction-de-broyage-et-de-fauchage-des-jacheres/Conformément  à l'arrêté préfectoral du 27 avril 2023, le broyage et le fauchage des surfaces agricoles déclarées en jachères à la PAC (JAC) sont interdits entre le mardi 16 mai 2023 et le mercredi 24 juin 2023 inclus.

Les parcelles déclarées en jachères mais pâturées, fauchées ou mises en culture dans le cadre de la dérogation UKRAINE ne sont pas concernées par cette interdiction.

 

 

]]>
096-Inst-NAQ-Charente
news-127861Tue, 09 May 2023 10:24:00 +0200Un(e) Conseiller(ère) agro énergieshttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/une-conseillerere-agro-energies/SITE D’ANGOULEME (16) - CDD 12 MOIS EVOLUTIF VERS UN CDI - DÈS QUE POSSIBLEQUI SOMMES-NOUS ?

La Chambre d’agriculture de Charente, Etablissement public, a pour rôle de contribuer à l’amélioration de la performance économique, sociale et environnementale des exploitations agricoles et de leurs filières.

QUE RECHERCHEZ-VOUS ?

Accompagner les agriculteurs dans la transition agricole et environnementale, dans l’adaptation aux changements climatiques, dans  les économies d’énergies et le  développement d’énergies renouvelables, sont de réelles sources de motivation pour vous ? Vous souhaitez contribuer à l’épanouissement de l’agriculture ? Rejoignez la Chambre d’agriculture de Charente et son réseau en tant que Conseiller.ère en Agro Energies

QUE RECHERCHONS-NOUS ?

  • Une personne de terrain qui a le goût du contact et qui fait preuve de pédagogie
  • Vos valeurs, votre adaptabilité et votre aptitude à travailler en équipe
  • Des connaissances agricoles solides
  • Des connaissances en informatiques (pack office) exigée
  • Des connaissances en cartographie serait un plus

QU’AVONS-NOUS A VOUS APPORTER ?

  • Flexibilité dans le travail
  • Equipe d’experts
  • Dialogue, confiance
  • Autonomie, initiative
  • Télétravail possible
  • Package salarial : salaire sur 13 mois, 16 RTT, mutuelle, prévoyance, retraite supplémentaire, véhicule de service (déplacement à prévoir sur le département)

QUELLES MISSIONS ET ENJEUX ?

CERTIFICATION ENVIRONNEMENTALE

  • Accompagner les agriculteurs vers la certification environnementales Cognac ou HVE
  • Assurer les audits de certification
  • Participer à la conception de nouvelles prestations en lien avec la certification

AMENAGEMENT PARCELLAIRES/AGROFORESTERIE

  • Accompagner les agriculteurs pour l’aménagement du parcellaire : plantation haies, bandes mellifères
  • Contribuer au projet biodiversité du service

ENERGIES RENOUVELABLES

  • Acquérir des références sur le volet technique des projets agrivoltaïques / appui à la politique de la CA16
  • Intégration dans le réseau régional des chambres d’agriculture sur la méthanisation
  • Participer aux différents schémas de planification des collectivités en lien avec les énergies (PCAET, TEPOS,…)

VOTRE FUTURE EQUIPE

Vous intégrerez l’équipe du Service Environnement et Energie. Votre interlocutrice sera Mme Audrey TRINIOL, Cheffe du Service. 

NOTRE PROCÉDURE DE RECRUTEMENT 

Lettre de motivation et curriculum vitae à adresser, avant le 19/05/2023 par mail à :
recrutement@remove-this.na.chambagri.fr (référence : CA16 : CDD_Conseiller(ère)_Agro Energies)
~ Entretiens prévus fin mai/début juin ~

]]>
EnergieEnvironnementFormation - EmploiEmploi
news-127855Tue, 09 May 2023 10:11:16 +0200Un(e) Conseiller(ère) en Agroenvironnementhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/une-conseillerere-en-agroenvironnement/SITE D’ANGOULEME (16) - CDD 12 MOIS EVOLUTIF VERS UN CDI - DÈS QUE POSSIBLEQUI SOMMES-NOUS ?

La Chambre d’agriculture de Charente, Etablissement public, a pour rôle de contribuer à l’amélioration de la performance économique, sociale et environnementale des exploitations agricoles et de leurs filières.

QUE RECHERCHEZ-VOUS ?

Le changement de modèles agricoles, les enjeux climatiques et environnementaux mais aussi le service aux collectivités et aux agriculteurs vous tiennent à coeur ? Vous êtes passionné.e par les thématiques liées à l’agroenvironnement et l’agronomie ? Vous avez une formation supérieure en agriculture et environnement ? Rejoignez la Chambre d’agriculture de Charente et son réseau en tant que Conseiller.ère en Agroenvironnement

QUE RECHERCHONS-NOUS ?

  • Une personne de terrain qui a le goût du contact et qui fait preuve de pédagogie
  • Vos valeurs, votre adaptabilité et votre aptitude à travailler en équipe
  • Des connaissances en agronomie, en certifications environnementales et en agriculture
  • Des connaissances en informatiques (pack office) exigée
  • Des connaissances en cartographie

QU’AVONS-NOUS A VOUS APPORTER ?

  • Flexibilité dans le travail
  • Equipe d’experts
  • Dialogue, confiance
  • Autonomie, initiative
  • Télétravail possible
  • Package salarial : salaire sur 13 mois, 16 RTT, mutuelle, prévoyance, retraite supplémentaire, véhicule de service (déplacement à prévoir sur le département)

QUELLES MISSIONS ET ENJEUX ?

  • Accompagner les agriculteurs dans la transition agro écologique
  • Collaborer avec les collectivités dans la gestion des déchets organiques
  • Réaliser des prestations de services auprès des agriculteurs, collectivités, entreprises ou sociétés industrielles autour des thématiques suivantes :
    • Certification environnementale
    • Label bas carbone
    • Plan d’épandage et suivis agronomiques des déchets organiques de collectivités et d’industriels charentais (maintenir et développer les partenariats)
  • Contribuer au travail d’équipe pour la conception de projets de la Chambre d’agriculture
  • Contribuer aux activités du service : PAC, valorisation des données, travail collaboratif

VOTRE FUTURE EQUIPE

Vous intégrerez l’équipe du Service Environnement et Energie. Votre interlocutrice sera Mme Audrey TRINIOL, Cheffe du Service.

NOTRE PROCÉDURE DE RECRUTEMENT

Lettre de motivation et curriculum vitae à adresser, avant le 15/06/2023 par mail à :
recrutement@remove-this.na.chambagri.fr (référence : CA16 : CDD_Conseiller(ère)_Agroenvironnenent)
~ Entretiens prévus fin mai ~

]]>
EnergieEnvironnementFormation - EmploiEmploi
news-127819Fri, 05 May 2023 14:06:21 +0200Décalage de la date limite de dépôt du dossier PAC surface au 31 maihttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/decalage-de-la-date-limite-de-depot-du-dossier-pac-surface-au-31-mai/Les dossiers PAC surface pourront exceptionnellement être déposés jusqu’au 31 mai 2023, sans pénalité de retard.Attention, ce report de date ne concerne pas les demandes d’aide bovine et VSLM qui doivent être déposées avant le 15 mai.
De la même façon, les clauses de transfert de DPB devront être transmises à la DDT avant le 15 mai.
C’est également au 15 mai que vos engagements seront examinés notamment le caractère agriculteur actif.
Enfin, toute modification intervenue sur l’exploitation (entrée/sortie d’associé,…) doit également être déclarée dans l’onglet « données de l’exploitation » avant le 15 mai pour être pris en compte pour la campagne 2023.

 

]]>
PAC096-Inst-NAQ-Charente
news-125928Thu, 27 Apr 2023 15:24:00 +0200L'agriculteur actifhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/lagriculteur-actif/La PAC 2023-2027 introduit la notion d’agriculteur actif. Désormais, pour pouvoir bénéficier des aides PAC, il faudra être reconnu agriculteur actif.La définition de l’agriculteur actif dépend de la forme juridique de l’exploitation. Le cadre général est le suivant.
Pour les personnes physiques :

L’exploitant doit respecter les conditions suivantes :

  • être assuré à l’ATEXA (Assurance Accident du Travail des EXploitants Agricoles) au titre de son activité agricole auprès de la MSA;
  • s’il a 67 ans et plus, ne pas faire valoir ses droits à la retraite (tout régime confondu).

Pour les personnes morales sous forme sociétaires (par exemple EARL, GAEC, … )

Dans ce cas, il faut qu’au moins un des associés remplisse les conditions fixées pour une personne physique pour que la société soit réputée « agriculteur actif ».

Cas particulier des SCEA sans associé affilié à l’ATEXA : les dirigeants devront être affiliés à l’accident du travail et protection maladie du régime de protection sociale des salariés agricoles et détenir, seul ou ensemble s’ils sont plusieurs, au moins 25 % du capital social de la société. Par ailleurs, ils ne devront pas avoir fait valoir leurs droits à la retraite s’ils ont plus de 67 ans.

Pour les formes sociétaires de type, SA, SARL et SAS, sans associé cotisant à l'ATEXA

Pour être agriculteur actif, la société doit remplir les conditions suivantes :

  • exercer une activité agricole au sens du paragraphe 1 de l’article L722-1 du CRPM (exploitations de culture et d’élevage) ;
  • le ou les dirigeants doivent relever du régime de protection sociale des salariés des professions agricoles ;
  • le ou les gérants doivent détenir ensemble au minimum 25 % des parts sociales de la société
  • le ou les gérants ne doivent pas avoir fait valoir leurs droits à retraite s’ils ont 67 ans et plus

Si vous ne remplissez pas ces conditions, rapprochez-vous de votre juriste pour étudier votre situation.
Il faut noter que le caractère agriculteur actif n’est pas demandé pour les engagements MAEC/BIO en cours c’est-à-dire relevant de l’ancienne programmation (engagements débutés en 2022 ou avant).

Le cas des cotisants solidaires :
Les cotisants solidaires doivent respecter les mêmes critères pour être reconnu agriculteur actif. Un cotisant solidaire est assujetti à l’ATEXA s’il exploite une surface supérieure à 2/5ᵉ de la Surface Minimale d'Assujettissement ou s’il consacre au moins 150 h de temps de travail à l’activité agricole.

Conséquence pour la déclaration PAC :
Afin que l’administration puisse établir le caractère agriculteur actif, il faudra mettre à jour les données de l’exploitation dans Télépac et renseigner entre autre le numéro de sécurité sociale et la date de naissance de l’exploitant ou de chaque associé dans le cas d’une société.

 

]]>
PAC
news-127302Fri, 21 Apr 2023 13:30:16 +0200Enquête sur les couverts végétaux sur votre exploitation - ADOPTAEhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/enquete-sur-les-couverts-vegetaux-sur-votre-exploitation-adoptae/Un questionnaire en ligne est lancé auprès des viticulteurs, céréaliers et polyculteurs-éleveurs de Nouvelle-Aquitaine et OccitanieL’objectif est d’évaluer l’adoption des couverts végétaux sur nos territoires et d’identifier les leviers pour renforcer leur mise en place.

Que vous ayez ou non des couverts sur votre exploitation, merci d'avance pour vos réponses (cela vous prendra moins de 5 min) !

Accédez au questionnaire en cliquant ici

Le projet ADOPTAÉ (1), auquel la Chambre d'agriculture de la Charente participe, vise à démultiplier l'utilisation des couverts végétaux en Nouvelle-Aquitaine et Occitanie.


(1) ADOPTAÉ (Accompagner la DémultiplicatiOn de PraTiques Agro-écologiques Éprouvées) est un projet multi-acteurs qui vise à favoriser le déploiement des couverts végétaux, sur 7 territoires de Nouvelle-Aquitaine et Occitanie : filière Vigne (Gironde, Gers, Pyrénées-Orientales) ; filière Grandes cultures / Polyculture-élevage (sud Vienne/nord Charente ; sud-est Landes/nord-est Pyrénées-Atlantiques ; Gers/Tarn-et-Garonne ; Tarn/Aveyron). Ce projet implique une trentaine de structures issues de différents réseaux (Chambres d'agriculture, CUMA, Coopératives et négoces agricoles, réseau Bio, TRAME, IFV…) des 2 régions.

 

]]>
Grande cultureVigne
news-127272Thu, 20 Apr 2023 16:13:26 +0200L'Aspoulba : recherche d'éleveurshttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/laspoulba-recherche-deleveurs/Il n'y a plus actuellement de production de Poulet de Race Barbezieux en prêt à cuire depuis le mois de septembre 2022, date de l'arrêt de l'élevage de Vincent Piolé à Challignac.Actuellement, il n'y a plus d'éleveurs pros en Sud Charente et même en Charente. Le LPA de Salles-de-Barbezieux prévoit de mettre en place un lot cet été pour une production de poulets de Race Barbezieux PAC pour les fêtes de fin d'année. Paradoxalement nous avons de plus en plus de demandes de particuliers en local et d'éleveurs pros dans toute la France pour avoir des poussins ou des poules vivantes. Nous vendons maintenant beaucoup de poussins à des pros dans toute la France. Nous avons passé un accord avec Mr Godard de La Roche Chalais (24), La Ferme Avicole qui va nous prendre des poussins pour pouvoir vendre des Barbezieux en démarrés courant Juin. Allons-nous laisser partir de Charente notre race emblématique du Sud Charente ? Y aurait-il en Charente un éleveur de volailles capable de relever le défi de l'élevage de cette race prestigieuse !!

Heureusement, les éleveurs amateurs réunis au sein du "Poule de Barbezieux Club de France" continuent à conserver la Race et à participer à des concours.

Pour tous compléments d'information, merci de contacter Jean-Marie Arsicaud :

Portable : 06 29 84 10 47

Mail: jm.arsicaud@gmail.com

Site: https://aspoulba.fr/ 

Page FB: https://www.facebook.com/aspoulba

]]>
Productions animalesVolailleCharente
news-127264Thu, 20 Apr 2023 15:06:04 +0200DeciTrait, un Outil d'Aide à la Décision, développé par l'IFV* en collaboration avec MesParcelleshttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/decitrait-un-outil-daide-a-la-decision-developpe-par-lifv-en-collaboration-avec-mesparcelles/Cet outil regroupe l’ensemble des informations nécessaires à la mise en œuvre d’une stratégie de protection du vignoble économe en intrants.

Pour vous aider à raisonner la protection phytosanitaire de façon efficace en termes de sécurisation de la récolte et de réduction de l’IFT (Indicateur de Fréquence de Traitements phytosanitaires), un OAD (Outils d’Aide à la Décision) a été développé par l’IFV, en collaboration avec MesParcelles : DeciTrait.

Il propose, à l’utilisateur final, une stratégie de protection individualisée.

Avec DeciTrait, vous accédez à une visualisation synthétique de la pression maladies de vos parcelles ainsi que de la rémanence de vos produits.

Vous disposez également en détail :

  • Des données météorologiques localisées sur votre exploitation (passées et prévisionnelles)
  • D'un accès simplifié aux modèles de prévision des risques épidémiques
  • D’une prévision de date pour le prochain traitement à réaliser
  • De la dose de produit à utiliser en conventionnel (accès à optidose) et en bio (optidose cuivre)
  • De la rémanence expertisée des produits phytosanitaires

 

Couplé à MesParcelles, vous bénéficiez aussi :

  • D’une base de données complète sur les produits
  • D’une traçabilité complète et simplifiée (pas de double saisie)
  • D’un bilan de campagne (IFT, nombre de traitements, quantité de cuivre métal…)

Intégration de cet OAD à l’outil MesParcelles dès maintenant !

Ce service connecté optionnel sera le complément idéal de votre traçabilité et de votre accompagnement technique pour la saison.

L’OAD a été adapté à la plateforme MesParcelles avec un visuel plus attractif, et plus facile d’utilisation pour les vignerons.

L’information au travers de MesParcelles est claire, rapide et centralisée. En effet, toutes vos données de traitement et protection de cultures seront reprises dans l’outil DeciTrait. C’est simple et rapide d’utilisation !

Si vous en ressentez le besoin, cet OAD peut être complété par l’expertise d’un conseiller viticole qui vous accompagnera dans vos choix de traitements.

* Institut Français de la Vigne et du Vin

Je m'abonne à DeciTrait en etant déjà abonné "MesParcelles" :

Téléchargez la démarche pour vous inscrire à l'outil DeciTrait en cliquant ici

Je m'abonne à DeciTrait sans être abonné "MesParcelles" ?

Téléchargez la démarche pour vous inscrire à l'outil DeciTrait en cliquant ici

 

Contact : 

Plus d'informations sur "MesParcelles" ou "DeciTrait" contactez nous : 05 45 36 34 00 - ouest-ch@charente.chambagri.fr

]]>
ViticulteurVigneCharente
news-126958Mon, 17 Apr 2023 11:04:09 +0200Dégâts de la faune sauvage : une application pour les signalerhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/degats-de-la-faune-sauvage-une-application-pour-les-signaler-8/La Chambre d’agriculture de la Charente met à disposition des agriculteurs une application permettant de faciliter le signalement des dégâts de la faune sauvage sur leurs exploitations agricoles. Cet outil téléchargeable, issu du réseau des Chambre d’agriculture, n’a pas valeur de déclaration « pour l’indemnisation » mais comporte de très nombreux avantages comme notamment la localisation précise du dégât et toute l’année.

Les dégâts de la faune sauvage sur les cultures et les élevages sont loin d’être anodins et impactent chaque année les exploitations agricoles. Sans ces nombreuses remontées, nous risquons de perdre le classement « ESOD » (anciennement nuisible) de certaines espèces comme les corvidés, et donc la diminution des périodes de prélèvements. 

Une application digitale développée par les Chambres d’agriculture

La Chambre d’agriculture de la Charente a fait le choix de mettre à disposition cette application afin de faciliter les démarches de signalement de tous types de dégâts sur les exploitations. L’investissement financier de la CA16 dans cette application est important et sa mise en fonctionnement a nécessité une forte implication technique.

Cette application disponible depuis le mois de novembre sur les principales plateformes de téléchargement IOS et Androïd, permet de géo-localiser facilement le lieu où sont constatés les dégâts. Des photos des dégâts pourront être transmises très facilement.

Accédez à l'application web en cliquant ici

Téléchargez l'application sur IOS en cliquant ici

Téléchargez l'application sur Android en cliquant ici

Ces divers signalements permettront également d’enrichir une base de données scientifique relative à la pression de la faune sauvage sur les cultures et les élevages et serviront de base aux différentes mesures à mettre en place pour en minimiser l’impact.
Instituts de recherche, Fédérations Départementales de Chasse et Directions Départementales des Territoires considèrent ainsi cette démarche comme une avancée. Les données récoltées au niveau départemental seront centralisées par la suite au niveau national à Chambres d’agriculture France qui établira une jonction avec les différents Instituts de recherches et ministères concernés.
Un simulateur intégré permettra également de simuler le montant des indemnités en cas de déclaration.

Contact : Nicolas CHASLARD - nicolas.chaslard@charente.chambagri.fr - 05 45 24 49 95

 

]]>
Autre animal096-Inst-NAQ-Charente
news-119987Thu, 06 Apr 2023 13:55:00 +0200#AimeTonAgri recherche des ambassadeurs pour le Salon agri-école de la MFR de La Pérusehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/aimetonagri-recherche-des-ambassadeurs-pour-le-salon-agri-ecole-de-la-mfr-de-la-peruse/Vous êtes agriculteur, passionné et aimez partager et parler de votre métier ? #AimeTonAgri recherche des ambassadeurs sur son stand pour le Salon agri-école de la MFR de La Péruse le samedi 13 mai 2023 de 10h à 17h.Votre mission ? Parler honnêtement de l’agriculture avec le public, et participer aux animations du stand.  

Pour vous inscrire, cliquez-ici ! 

Vous êtes intéressé ? Vous avez des questions ? Contactez Jennifer LEOUTRE au 06 14 09 33 27

]]>
news-126245Tue, 28 Mar 2023 14:09:50 +0200Dégradation d’une réserve en Charente et manifestation à Sainte Soline : les agriculteurs charentais condamnent fermement les violences, l’implication de la Confédération Paysanne et les élus présents ! https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/degradation-dune-reserve-en-charente-et-manifestation-a-sainte-soline-les-agriculteurs-charentais/Communiqué de presse du 28 mars 2023Suite à la manifestation d’une extrême violence perpétrée samedi 25 mars à Sainte Soline pour protester contre les projets de construction de réserves de substitution, les agriculteurs charentais et leurs représentants souhaitent tout d’abord apporter leur soutien aux forces de l’ordre blessées.

Cette manifestation interdite par arrêté préfectoral a pourtant bien eu lieu et a été clairement soutenue par différentes organisations dont la Confédération Paysanne, les Soulèvements de la Terre et Bassines Non Merci. Les organisateurs dont la Confédération Paysanne ont mobilisé des ultraviolents de toute la France et même d’Europe. Peut-on alors encore considérer la Confédération Paysanne comme un syndicat agricole ?! Comment peut-on cautionner et revendiquer des saccages de culture et de matériel de collègues agriculteurs ?! Comment peut-on se féliciter d’instaurer un climat délétère sur ces territoires ?! C’est une HONTE pour la profession agricole !

Les actes de violences et de désobéissance civile sont clairement pilotés et revendiqués par ces organisations et par des élus de la République qui s’affichent fièrement comme participant à ce rendez-vous INTERDIT ! C’est une HONTE pour notre République !

Nous demandons des condamnations fermes et rapides de la part de tous les acteurs du territoire ! Nous appelons la justice française à effectuer son travail. Les fauteurs de trouble doivent être immédiatement stoppés et condamnés.

En préambule de cette manifestation, pour la première fois en Charente, une réserve de substitution avait été vandalisée. Nous condamnons unanimement ces dégradations, leurs revendications et leurs auteurs.

Face à cela nous apportons notre total soutien à tous nos collègues agriculteurs, leurs familles et leurs proches touchés par les actes de vandalisme et d’intimidation. L’agriculture en produisant notre alimentation quotidienne est d’intérêt général et ne doit plus être prise en otage par de telles actions d’écoterrorisme !

Nous voulons également dire STOP aux mensonges sans cesse répétés par ces manifestants ! Ce n’est pas en répétant des mensonges qu’ils deviennent réalité !

Les réserves bénéficient à seulement 6% d’agriculteurs : FAUX ! Ce sont 24 agriculteurs sur le secteur de Sainte Soline qui bénéficieront de cette réserve. Sur l’ensemble du projet du bassin de la Sèvre Niortaise, ce sont 450 agriculteurs soit 45% des exploitants du bassin.

Les agriculteurs ne changent pas leurs pratiques agricoles : FAUX ! Dans ces projets, l’accès à l’eau est conditionné au respect par les agriculteurs d’engagement dans un protocole pour une agriculture durable (changement d’assolement, pilotage numérique,…)

Les bassines vident les nappes phréatiques : FAUX ! Les réserves sont remplies par pompage dans les nappes de surface lorsque que celles-ci sont rechargées. Le niveau de la nappe l’été s’en trouve amélioré.

L’eau est destinée à l’agro-industrie : FAUX ! C’est bien une coopérative gérée par les 450 agriculteurs du bassin qui porte le projet. Ces agriculteurs sont sur le territoire du sud Deux-Sèvres et sont pour 55% des éleveurs. Les exploitations sont en moyenne de 80 ha et ne dépendent d’aucun groupe ou capitaux extérieurs.

Les recours juridiques ne seraient pas terminés : FAUX ! Tous les recours sont terminés sur les réserves en cours de construction. Le tribunal administratif de Poitiers a autorisé la construction des 7 premières réserves.


Contact PRESSE :  
Jérémy RICHARD – Président JA 16 – 06.33.07.12.90
Jean Bernard SALLAT – Président FNSEA 16 - 06.83.35.77.18
Lionel RASPIENGEAS – Président Aquanide16 – 06.65.68.85.21
Franck OLIVIER – Président CR 16 – 06.14.69.79.16
Christian DANIAU – Président CA 16 – 06.33.86.32.78

 

 

]]>
096-Inst-NAQ-Charente
news-126069Mon, 27 Mar 2023 11:34:06 +0200Les aides à l’installation évoluent, plus simples, plus souples, plus intéressanteshttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/les-aides-a-linstallation-evoluent-plus-simples-plus-souples-plus-interessantes/La DNJA (Dotation Nouveaux et Jeunes Agriculteurs) remplacera définitivement la DJA (Dotation Jeunes Agriculteurs) à partir du 1er juin 2023.Jusque-là financée par l’Union Européenne et l’Etat, la gestion de ces aides à l’installation sera désormais assurée par les régions qui affichent, pour la Nouvelle-Aquitaine, une réelle volonté d’augmenter le nombre d’installations aidées par an. En effet, le budget augmente de 60% pour passer de 17,4 million actuellement à 27.3 millions.

Les enjeux sont de taille : relever le défi du renouvellement des générations en agriculture tout en tenant compte des exigences agro-environnementales.

Pour cela, la DNJA se veut plus simple, plus souple, ouverte à de nouveaux profils

Concrètement, la DNJA est désormais accessible aux « nouveaux agriculteurs » (NA)  au-delà des 40 ans et jusqu’à 55 ans, et plus seulement aux jeunes de moins de 40 ans (JA). Les conditions en matière de diplôme changent également : les diplômés non agricoles détenant une expérience professionnelle significative dans le secteur agricole sont maintenant éligibles au même titre que ceux détenant un niveau 4 agricole.

La dotation se compose d’un volet trésorerie, accessible uniquement aux JA, et d’un volet outil de production, ouvert aux JA et aux NA.

JA = Le montant du volet trésorerie sera différent en fonction du zonage, de la certification « bio » ou non de l’exploitation reprise et du fait de s’installer dans le cadre familial ou non. Le montant alloué à ce volet varie donc de 13000€ à 30.500€ pour la Charente.

JA + NA = Le montant du volet outil de production dépendra de la nature et du montant des investissements mais également de l’orientation de production de l’exploitation. Ce montant varie de 4.000€ et 22.000€

La viabilité du projet reste inchangée avec l’objectif d’atteindre un SMIC en année 4, cet objectif sera vérifié grâce à une étude prévisionnelle réalisée avec une structure labélisée.

Les démarches et les engagements sont simplifiés. En Charente, pour un JA le montant de la DNJA peut donc aller de 13.000 € à 52.500 € et pour un NA de 4.000 € à 22.000 €.

D’autres aides sociales et fiscales peuvent s’ajouter à la DNJA.

Prenez contact avec le Point Accueil Installation Transmission de la Chambre d’agriculture de la Charente  au 05.45.24.49.67 pour connaitre plus précisément les démarches à effectuer.

 

]]>
news-125991Fri, 24 Mar 2023 10:11:40 +0100Les aides couplées végétales changent en 2023 https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/les-aides-couplees-vegetales-changent-en-2023/L’augmentation du budget aux protéines végétales, la création d’une aide couplée au maraichage, le retour de la prime aux légumineuses fourragères implantées avec une graminée et la création d’une nouvelle catégorie d’aides seront les changements principaux.Coté déclaration sous Telepac quelques changements seront à prendre en compte.

La nouvelle catégorie d’aide nommée « légume sec » comprend : le pois chiche, la lentille non fourragère, la fève et le haricot / flageolet. La demande d’aide sera regroupée avec la ligne légumineuses à graines, dans la rubrique demande des aides.

Les légumineuses à graines (pois, féverole, lupin, soja, mélanges de protéagineux…), les légumineuses déshydratées ou destinées à la production de semences conservent les mêmes conditions d’éligibilité qu’en 2022. Le changement sera le montant de l’aide, il sera identique pour toutes ces cultures. La culture de soja sera ainsi plus aidée.

L’aide aux légumineuses fourragères connait plusieurs changements. Le premier est le retour de l’éligibilité des mélanges : légumineuses ou mixte de légumineuses avec une ou des graminées. Le mélange de légumineuses fourragères est possible. Dans tous les cas, la part de légumineuses doit être prépondérante. La vérification sera faite sur la culture en place, à défaut sur la quantité de semences. Cette surface est éligible uniquement l’année du semis. Le second changement s’adresse aux producteurs de légumineuses fourragères qui n’ont pas de cheptel. Pour mémoire, l’éligibilité exige la détention d’au moins 5 UGB ou la contractualisation avec un éleveur. Cet éleveur pourra avoir plusieurs contrats contrairement à 2022 et lui-même demander l’aide pour ses surfaces.

D’autres aides couplées à la production végétale peuvent être sollicitées sur notre région comme l’aide au houblon, au chanvre, à la production de semences de graminées. Pour ces deux dernières, la contractualisation avec une entreprise est obligatoire.

L’aide au maraîchage, nouveauté 2023-27, est ciblée aux exploitations de moins de 3 ha SAU, transparence GAEC accordée. Les cultures seront éligibles, qu’elles soient sous serres ou en plein champ, à l’exception de l’arboriculture, des champignons, de la chicorée, des légumes secs (lentilles, haricots secs, fèves, pois chiche), de la pomme de terre primeur, des pépinières et des plantes aromatiques (PPAM). Les cultures hors sol sont exclues. Les surfaces en « petits fruits rouges » sont éligibles.

Ces évolutions touchent aussi le montant  des aides. Comme actuellement le montant sera connu à postériori, c’est le résultat d’une enveloppe nationale divisée par le nombre d’hectares sollicités. En 2023, il y aura un montant unique pour les catégories suivantes : légumineuses à graines ou déshydratées ou semences, soja, protéagineux, légumes secs. Montant estimé autour de 100 €/ha. Pour les légumineuses fourragères il se situerait autour de 150 €/ha. Enfin pour le maraichage la prévision est de 1550 €/ha.

Coté déclaratif, il y aura des évolutions. Au moment où nous rédigeons cet article, Télépac n’est pas ouvert pour 2023. Voici les informations connues :

  • Pour la luzerne, il n’y aura qu’un code culture (LUZ). Ensuite il faudra cocher si elle est destinée à la déshydratation, à la semence certifiée … Dans la rubrique demande des aides il faudra, comme les autres années, cocher la demande spécifique : soit légumineuse fourragère soit légumineuse à graine ou déshydratée.
  • Pour les légumes secs, les protéagineux, le soja… le code culture utilisé à la parcelle sous-entend l’éligibilité puis, toujours dans la rubrique « demande des aides », il faudra cocher « légumineuses à graines »
  • Pour le maraîchage, il y aura des codes cultures d’attribués. Cependant si sur un espace restreint il y a plusieurs cultures et que le dessin des parcelles n’est pas possible, voir des rotations rapides, le code maraichage diversifié (MDI) pourra être utilisé. Notez que les passages « d’hommes » ou le passage pour les engins de cultures font partie de la parcelle, de la surface primée. Dans la rubrique demande des aides, il y a une coche spécifique pour le maraîchage.

 

]]>
PAC
news-125988Fri, 24 Mar 2023 10:07:27 +0100La mise à jour des parcelleshttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/la-mise-a-jour-des-parcelles/Lors de la déclaration PAC, il faudra mettre à jour le RPG et donc renseigner la culture principale de chaque parcelle. Quelles est la définition de la culture principale ?

La culture principale est la culture pour laquelle l’exploitant demande le versement des aides de la PAC. Elle doit être présente au moins en partie sur la période du 1er mars au 15 juillet. Elle n’a pas besoin d’être présente majoritairement sur la période. Ainsi, une culture implantée au 1er juillet peut être déclarée en culture principale. A l’inverse, une culture récoltée en mai peut aussi être déclarée en culture principale.

Attention cependant, car le choix de la culture déclarée a des conséquences sur les aides couplées végétales, le calcul du scoring de l’écorégime (voie des pratiques agricole,)…

Des évolutions dans les codes cultures

La liste des codes cultures évolue et se simplifie. Cependant pour bon nombre de cultures, la déclaration devra être complétée par une précision (du type récolte en grain ou récolte en plante entière) ou des attributs.
La déclaration des jachères change puisqu’il n’y a plus qu’un seul code jachère (JAC) :

  • les jachères de 5 ans ou moins devront être déclarées en jachère (JAC)
  • les jachères précédemment codées J6S ou celles ayant 6 ans en 2023 (et donc déclarées en J5M en 2022) pourront être déclarées avec le code jachère (JAC) à condition qu’elles soient déclarées pour l’écorégime (voie des IAE) ou pour la BCAE8. Sinon, elles devront être déclarées avec un code prairie permanente
  • les jachères précédemment déclarées J6P, devront être déclarées avec un code prairie permanente.

Le code BOP (bois pâturé) est supprimé en 2023. La déclaration des surfaces correspondantes diffère selon les cas :

  • si la parcelle anciennement déclarée BOP correspond à un bosquet, il faudra la fusionner avec la parcelle adjacente et dessiner une SNA bosquet.
  • si la parcelle correspond à une surface boisée mais majoritairement en herbe, il faudra alors utiliser le code SPH (surface semi-boisée avec présence d’herbe importante)

 

Comme chaque année, Télépac mettra à disposition la liste de codes cultures avec leur catégorie de surface agricole et leur catégorie pour l’écorégime (pour le calcul du scoring diversité de cultures dans le cadre de la voie des pratiques agricoles). À consulter avant de faire votre déclaration.

 

]]>
PAC
news-125983Fri, 24 Mar 2023 09:38:11 +0100Les évolutions de Télépachttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/les-evolutions-de-telepac/À partir du 1er avril, le site Télépac permettra de réaliser la déclaration du dossier PAC 2023. Cette télédéclaration évolue pour intégrer les changements règlementaires. Comme chaque année, des notices seront disponibles dans l’onglet « Formulaires et notices » de la page d’accueil de Télépac : il est important de les lire avant de commencer sa déclaration.

Une des principales étapes de la déclaration est de mettre à jour le Registre Parcellaire Graphique (RPG) c’est-à-dire les ilots, parcelles, surfaces non agricoles (haies, arbres, bosquets,…) et zones de densité homogène. Concernant la description des parcelles, les modalités de déclaration changent : moins de codes cultures à disposition mais, en contrepartie,  plus de précisions et coches à renseigner en lien avec l’écorégime, les aides couplées la conditionnalité notamment.

Dans le formulaire de demande d’aides, vous devrez choisir la voie par laquelle vous souhaitez accéder à l’écorégime.

Il y aura toujours un RPG dédié aux engagements BIO ou MAEC : n’oubliez pas cette étape.

La déclaration des éléments favorables à la biodiversité se fera dans un onglet spécifique regroupant à la fois l’écorégime et le respect de la conditionnalité (BCAE8).
La télédéclaration comprendra également un écran sur les « Autres obligations » concernant notamment la conditionnalité :

  • le maintien des prairies permanentes (BCAE1)
  • le maintien des prairies sensibles (BCAE9)
  • l’obligation de couverture hivernale (BCAE6) : pour les exploitations avec des parcelles situées hors zone vulnérable, il faudra préciser la période de présence de couverture hivernale (6 semaines consécutives à positionner entre le 1er septembre et le 30 novembre)

Télépac proposera toujours des alertes : prenez le temps de les lire pour éventuellement réajuster votre déclaration.

 

]]>
PAC
news-125982Fri, 24 Mar 2023 09:35:01 +0100PAC 2023 - Indemnité Compensatoire de Handicaps Naturelshttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/pac-2023-indemnite-compensatoire-de-handicaps-naturels/Le dispositif pour accéder à l'ICHN reste inchangé par rapport à 2022, à l'exception du relèvement du seuil de détention du nombre d'UGB : de 3 celui-ci passe à 5 UGB herbivores. Les conditions de calcul du nombre d'animaux en détention sont par conséquent les mêmes par rapport à la programmation précédente. Pour les bovins, un temps de présence moyen sur l'exploitation est calculé entre le 16 mai de l’année précédente et le 15 mai de l’année en cours (ces données sont issues de la Base de Données Nationale d’Identification, BDNI, vous n'avez donc rien à déclarer).

Pour les autres animaux (mâles et femelles : ovins, caprins, camélidés, cerfs, alpaga, daim) eux, doivent être présents sur l'exploitation 30 jours consécutifs incluant le 31 mars.

Les conditions spécifiques pour les éleveurs d'équidés sont également maintenues. Pour que l'intégralité de l'effectif soit pris en compte, il faut 5 animaux éligibles, c'est-à-dire des équidés âgés de plus de 6 mois et moins de 3 ans au 31 mars ou ayant connu un mouvement de reproduction entre le 16 mai de l'année précédente et le 15 mai de l'année en cours (saillie avec déclaration auprès de l'IFCE, mise bas même si le produit est mort-né).

 

]]>
PAC
news-125981Fri, 24 Mar 2023 09:28:10 +0100Le transfert et la demande de DPB en 2023 !https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/le-transfert-et-la-demande-de-dpb-en-2023/Les droits à paiement de base représentent une part non négligeable des revenus agricoles et, en 2023, la détention d’un DPB sera obligatoire pour activer l’aide des éco-régimes.En 2023, la notification des transferts est plus simple. Le lien entre DPB et foncier n’existe plus sur la nouvelle programmation de la PAC 2023-2027. En conséquence, la justification du transfert de foncier n’est plus demandée et la taxation sur les transferts sans foncier est abolie.

L’échéance pour formaliser ces mouvements de DPB est le 15/05/2023, formulaires complétés et signés.

Afin de procéder aux transferts quelques rappels :

  • Le repreneur des DPB doit être éligible, c’est-à-dire « agriculteur actif. » au sens du règlement PAC. A contrario, ce statut n’est pas demandé pour le cédant.
  • Le DPB transmis doit avoir été activé en 2021 et / ou en 2022. A défaut il ne peut pas être activé en 2023
  • La reprise de l’exploitation entre conjoints nécessite des transferts des DPB définitifs et/ou temporaires.

Les programmes de réserves sont maintenus : jeunes agriculteurs, nouveaux agriculteurs, exécution d’une décision judiciaire ou acte administratif unilatéral, grands travaux, exploitants présents en 2013 ou 2014 et qui ont fait une déclaration PAC 2015 pour des surfaces et qui n’ont pas obtenu de DPB en 2015 car ils n’avaient pas de « ticket d’entrée ».

Le grand changement 2023 sera la simplification avec la suppression des justificatifs de transferts de foncier.

5 formulaires selon la nature du transfert :

  • Transfert définitif de foncier (formulaire 1) : vous cédez ou récupérez des DPB de façon définitive.
  • Transfert temporaire (formulaire 2) : vous récupérez des DPB de façon temporaire.
  • Transfert dans le cadre d’un héritage, d’une donation (formulaire 4)
  • Fin de transfert temporaire (formulaire 5), vous aviez signé une clause de transfert temporaire DPB qui prend fin.
  • Renonciation au DPB (formulaire 6), les DPB sont définitivement perdus au profit de la réserve nationale.

Dans le cas d’une reprise de foncier via la Safer, le formulaire est à signer entre le cédant des DPB et le repreneur.

Les modifications sociétaires sont traitées différemment des créations de sociétés, des fusions, des scissions. S’il y a une transformation de société avec une continuité de la personne morale, le transfert est automatique. A l’inverse, dès qu’il n’y a pas continuité de la personne morale, les transferts sont obligatoires ; par exemple, c’est le cas du passage de société à exploitant individuel ou vice versa.

L’installation d’un nouvel agriculteur ou d’un jeune agriculteur peut permettre l’accès aux programmes des réserves (lire article à ce sujet)

Enfin pour espérer faire ces démarches, tout comme la déclaration 2023, Il faut être titulaire d’un numéro PACAGE pour l’exploitation individuelle ou la société. Si vous ne l’avez pas, il est urgent d’en faire la demande auprès des services de l’Etat (DDT).

 

]]>
PAC
news-125968Thu, 23 Mar 2023 16:33:34 +0100Calendrier PAC 2023https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/calendrier-pac-2023/La déclaration PAC sera possible du 1er avril au 15 mai 2023.Du 16 mai au 9 juin, il sera toujours possible de faire une déclaration PAC : elle sera considérée comme un dépôt tardif et donc le paiement sera pénalisé de 1% par jour ouvré de retard. Au-delà du 9 juin, il ne sera plus possible de faire une déclaration PAC.

La PAC 2023 introduit le droit à l’erreur. Concrètement, l’exploitant aura la possibilité après le 15 mai de modifier sa déclaration. Deux cas de figure sont possibles :

  • soit c’est l’administration qui a détecté une anomalie et qui propose à l’agriculteur de modifier sa déclaration
  • soit la modification est à l’initiative de l’agriculteur. Elle doit dans ce cas être effectuée de bonne foi et sans connaissance d’un contrôle sur place ou d’une décision sur la demande d’aide

 

]]>
PAC
news-125967Thu, 23 Mar 2023 16:16:11 +0100Prairies permanentes : quelles sont mes obligations ?https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/prairies-permanentes-quelles-sont-mes-obligations/La PAC 2023 réaffirme l’intérêt des prairies permanentes pour la biodiversité et la séquestration du carbone. Ainsi, la nécessité du maintien des prairies permanentes est-elle réaffirmée dans les nouvelles règles.La définition des prairies permanentes n’est pas modifiée avec la réforme de la PAC : ce sont « les terres consacrées à la production d'herbe ou d'autres plantes fourragères herbacées (ensemencées ou naturelles) qui ne font pas partie du système de rotation des cultures de l'exploitation depuis cinq ans au moins. »

Le fait d’être compris dans la rotation est déterminé par la nature du couvert, sans tenir compte de la date du dernier labour. Une surface dont le couvert reste herbacé pendant cinq années révolues devient une prairie permanente (la 6ème année) même si elle est labourée et/ou travaillée et/ou réensemencée dans la période.

La conditionnalitérenforcée de la PAC 2023 reprend les obligations collectives de maintien des prairies permanentes (future BCAE1), ainsi que les obligations individuelles de maintien des prairies permanentes sensibles (future BCAE 9).

Dans le cadre de la future BCAE1, des contraintes au retournement des prairies permanentes seront mises en place dès que la baisse du ratio sera supérieure à 2% (aujourd’hui les contraintes se déclenchent à un seuil de 2,5%) :

  • Baisse du ratio supérieure à 2% = système d’autorisation préalable au retournement
  • Baisse du ratio supérieure à 5% = interdiction de retournement des prairies permanentes et obligation de réimplantation

Pour mesurer l’évolution du ratio, chaque année la proportion de prairies permanentes dans la SAU régionale sera calculée, et sera comparée au ratio régional de référence qui sera calculé sur la base des surfaces en prairies permanentes déclarées en 2018.

Dans le cadre de la future BCAE9, les prairies sensibles devront être strictement maintenues en place.
On entend par prairies sensibles :

  • les surfaces pastorales faisant partie du zonage Natura 2000
  • les prairies permanentes majoritairement herbacées faisant partie des zones Natura 2000 qui présentent une richesse importante en biodiversité.

L’éco-régime,quant à lui, va inciter les exploitants à gérer leurs prairies permanentes sans labour afin de garantir la séquestration du carbone. Il s’agit en effet d’avoir au moins 80% ou 90% de ses prairies permanentes qui ne subissent pas de labour sur une période d’un an (pour la campagne 2023 : entre le 1er septembre 2022 et le 31 août 2023).

]]>
PAC
news-125963Thu, 23 Mar 2023 15:58:22 +0100Réussir sa déclaration PAC 2023 vis-à-vis de l’éco-régimehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/reussir-sa-declaration-pac-2023-vis-a-vis-de-leco-regime/Avec la suppression du paiement vert, seul l’accès à l’éco-régime permettra de préserver le montant de vos aides découplées. Comment en faire la demande ?C’est sur l’écran « demande d’aides » de Télépac que vous pourrez cocher la case éco-régime. Vous devrez alors préciser quelle voie vous choisissez pour l’obtenir.
Quelle que soit la voie choisie, il est recommandé de déclarer les éléments nécessaires pour les différentes voies. Cela permettra à la DDT de revenir vers vous au moment de l’instruction si une autre voie que celle que vous aviez choisie est plus pertinente pour vous.

Voici les éléments nécessaires à renseigner pour chacune des voies :

  • Voie des pratiques :
     
    • Terres arables (lire article calcul du score diversité sur terres-arables ici) : le score diversité sur les terres arables sera calculé à l’instruction sur la base des cultures déclarées. Il n’y aura pas d’estimation par Télépac. A vous de vous assurer que vous obtenez la note minimale de 4 pour le niveau de base, 5 pour le niveau supérieur !
       
    • Prairies permanentes (lire article Quelles pratiques sur les prairies permanentes? ici) : si un labour a été ou sera réalisé dans la période du 1er septembre 2022 au 31 août 2023, vous devrez le préciser dans le descriptif de la parcelle pour chacune des parcelles de prairie permanente concernée. Le taux de labour ne sera pas calculé par Télépac.
       
    • Cultures permanentes (lire article sur l'enherbement-interrangs ici) : vous devrez préciser pour chaque parcelle de culture permanente la couverture inter-rang existante sur chaque parcelle. Le taux de couverture inter-rang ne sera pas calculé par Télépac.
  • Voie de la certification environnementale(lire article sur la voie de la certification ici) : vous devrez alors préciser quel type de certification vous concerne.
     
    •  Bio si 100% de votre surface est conduite en Bio ET si au moins une de vos parcelles ne bénéficie d’aucune aide Bio (ni CAB ni  MAB)
       
    • HVE si 100% de votre surface est certifiée par la voie A, et ce avant le 01/10/2022 si vous êtes certifiés dans l’ancien référentiel
       
    • CE2+
  • Voie des éléments favorables à la biodiversité : la déclaration des IAE (infrastructures agro-écologiques) et jachères se fera dans Télépac (sur le modèle de la déclaration des SIE jusqu’en 2022). Cette déclaration vaudra pour le respect de la conditionnalité (BCAE8) et pour l’écorégime. Une estimation des taux atteints sera faite par Télépac.

 

]]>
PAC
news-125958Thu, 23 Mar 2023 15:45:26 +0100PAC 2023 : réussir sa déclaration vis-à-vis du taux minimum d’IAE sur les terres arables (BCAE8)https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/pac-2023-reussir-sa-declaration-vis-a-vis-du-taux-minimum-diae-sur-les-terres-arables-bcae8/A partir de 2023, la conditionnalité de la PAC impose la présence d’éléments favorables à la biodiversité sur les terres arables. C’est la BCAE8. Dans certains cas, les exploitations qui remplissaient l’obligation de SIE pourraient ne pas respecter la nouvelle BCAE8. Explications :

La différence majeure entre BCAE8 et l’ancienne mesure SIE est la non-prise en compte, dans un premier temps, des cultures fixatrices d’azote ou dérobées.

En effet, avant de pouvoir faire valoir ces surfaces pour la BCAE8, il faut d’abord justifier d’au moins 3% d’éléments non productifs (verts dans le tableau ci-dessous). Les cultures dérobées ou fixatrices d’azote ne pourront venir qu’en complément de ces éléments.

Concrètement, dans Télépac, vous devrez choisir entre 2 options pour remplir les exigences de la BCAE8 :

  • 1ère option : respecter un pourcentage minimal de 4% de vos terres arables dédié à des infrastructures agroécologiques (IAE) ou à de la jachère (verts dans le tableau ci-dessous) ;
  • 2ème option : respecter un pourcentage minimal de 7 % de ses terres arables dédié à des infrastructures agro-écologiques (IAE), de la jachère, des cultures dérobées ou des cultures fixatrices d’azote (verts et jaunes dans le tableau ci-dessous). Dans ces 7%, un minimum de 3% devra être dédié uniquement à des infrastructures agroécologiques (IAE) ou à de la jachère (verts dans le tableau ci-dessous).

Ces éléments devront être déclarés via Télépac, dans un onglet spécifique de la déclaration (sur le modèle de la déclaration des SIE).

Les coefficients d’équivalence des différents éléments sont les mêmes que les coefficients SIE, sauf pour les haies dont le coefficient est doublé (500 mètres linéaires de haies = 1 hectare).

 

]]>
PAC
news-125951Thu, 23 Mar 2023 15:26:03 +0100PAC 2023 : réussir sa déclaration vis-à-vis de l’obligation de rotation des cultures (BCAE7)https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/pac-2023-reussir-sa-declaration-vis-a-vis-de-lobligation-de-rotation-des-cultures-bcae7/A partir de 2023, la conditionnalité de la PAC impose une rotation des cultures sur les terres arables. C’est la BCAE7. Que se passe-t-il pour les agriculteurs qui ont des parcelles en monoculture (maïs le plus souvent) ?

En Charente, un certain nombre de parcelles de terres arables sont conduites en monoculture, le plus souvent de maïs. Ces parcelles là ne respectent pas le critère de rotation pluriannuel (voir encadré ci-dessous)

La BCAE7 prévoit une seule alternative à la rotation des cultures : l’implantation, chaque année d’une culture secondaire. Exemple :

Une culture secondaire est un couvert semé (liste fixée dans la réglementation nationale) présent à minima entre le 15/11 et le 15/02, valorisable en fauche et pâturage ou en récolte en grains.

Cette culture secondaire devra être implantée ET déclarée pour chaque parcelle conduite en monoculture, dès la déclaration PAC 2023, en vue du contrôle du critère pluriannuel en 2

 

Rappel des 2 critères de rotation à respecter :

  • Un critère annuel (en raison de la guerre en Ukraine, ce critère ne sera pas vérifié en 2023 afin de faciliter les mises en culture) :

    Sur au moins 35 % de la surfaces en terres arables cultivées (terres arables hormis cultures pluri-annuelles, surfaces en herbe, fourrages herbacés et jachères), la culture principale diffère de la culture de l’année précédente

    OU

    Une culture secondaire est mise en place après la récolte
     
  • Un critère pluriannuel : à savoir, à compter de 2025 :

    Sur chaque parcelle, sur la campagne en cours et les trois campagnes précédentes, au moins deux cultures principales différentes ont été présentes,

    OU

    Une culture secondaire a été mise en place chaque année après la récolte.
 

 

 

]]>
PAC
news-125944Thu, 23 Mar 2023 14:32:57 +0100PAC 2023 - Les aides en faveur de l’Agriculture biologique https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/pac-2023-les-aides-en-faveur-de-lagriculture-biologique/Les aides à la conversion (CAB) et au maintien (MAB) : nouvelle PAC, nouvelles mesures !Quand demander les aides PAC bio ? Au moment de la déclaration PAC, au plus tard le 15 mai 2023 sur www.telepac.agriculture.gouv.fr

Ces aides à la surface, relèvent du second pilier de la PAC. Elles se déclinent en deux mesures, la mesure conversion (CAB) et la mesure maintien (MAB).

Pour les aides CAB

Il y a peu de changement par rapport à l’ancienne programmation, le montant ha des aides aux cultures annuelles passe de 300€ à 350€/ha. Le plafond est de 18 000€/exploitation/an et majoré à 22 000€/exploitation si nouvel installé ou si l’exploitation se situe sur une zone à enjeu eau, avec transparence GAEC. Le plancher est de 300€ minimum de paiement d’aides PAC bio. Il s’agit d’un contrat de 5 ans par parcelle, le montant de l’aide de la première année d’engagement d’une parcelle définit le montant plafond de la parcelle. Les surfaces éligibles sont les parcelles en 1ère année ou 2ème année de conversion uniquement et qui n’ont pas bénéficié de CAB ou MAB les 5 années précédentes.

Attention, en cas de rupture de contrat, il est demandé un remboursement des aides voire des pénalités et ce jusqu’à 3% du montant total des aides PAC.

Pour les aides MAB, il s’agit de la dernière année.

Elles auraient dû disparaître en 2023 mais la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé la prolonger d’une année sur un reliquat FEADER de la programmation 2015-2022. Elle sera attribuée en priorité aux agriculteurs 100% bio sur leurs surfaces (97% de la SAU admissible), avec un plafond à 6000€/exploitation, transparence GAEC. Le plancher est de 300€ minium de paiement d’aides PAC. Les surfaces éligibles sont les surfaces certifiées AB avec ou sans précédent aides CAB ou MAB. Il s’agit donc d’un engagement d’un an. Cette aide est cumulable sur la même exploitation (parcelles différentes) avec les aides CAB.

IMPORTANT : Pour ces deux aides, les surfaces doivent être déclarées en bio auprès de l’organisme certificateur et notifiées auprès de l’agence bio avant le 15 mai 2023.

* Associés à un atelier d’élevage : 0,2 UGB/ha de chargement minimum dès la première année de demande d’aide, ces animaux doivent être en bio ou conversion au plus tard la 3ème année de demande d’aide.
Bovins : animaux présents du 16/05/22 au 15/05/23
Autres que bovins, monogastriques et autres herbivores : les déclarer dans le formulaire « effectifs animaux » sous Télépac, ce sont les animaux présents au 31 mars 2023 et qui sont présents pendant au moins 30 jours consécutifs.

Télé-déclaration, les étapes à ne pas louper

  1. Sur le RPG des parcelles, cocher « conduite en agriculture biologique » et préciser si la parcelle est en C1, C2, C3 ou certifiée bio.
     
  2. Demander l’aide « mesure en faveur de l’agriculture biologique » dans le formulaire de demande d’aides en précisant CAB et/ou MAB.
     
  3. Sur le RPG MAEC/BIO :
  • Pour les nouveaux engagements, dessiner les éléments CAB ou MAB avec les codes NA-CAB (5 ans), NA-MAB (1 an)
  • Pour les anciens éléments en cours d’engagement CAB ou MAB de 5 ans, les éléments sont déjà dessinés.

 

L’ECO-REGIME : 110 €/ha pour les 100% bio

L’éco-régime est accessible via 3 voies possibles, la voie des pratiques, la voie des IAE (Infrastructures Agro-écologique) et la Voie de la certification (HVE ou Bio) et selon 3 montants, niveau 1 60€/ha, niveau 2 (80€/ha) et niveau 3 (110 €/ha).

Les exploitations bio peuvent accéder à l’aide de niveau 3 à 110 €/ha à condition de :

  • conduire toutes les surfaces en bio (100% de la SAU)
  • ne pas avoir toute la SAU rémunérée CAB ou MAB

Sinon les autres voies sont possibles pour un niveau de paiements 1 ou 2.

BCAE : pour les bios aussi !

Dans l’ancienne programmation les exploitations bio étaient considérées vertes et exemptée des mesures verdissement. Cette année les mesures du verdissement 2015/2023 ont été intégrées à la conditionnalité PAC et durcies, les bios devront donc respecter l’ensemble des mesures BCAE à l’exception de la BCAE 7.

BCAE 1 : Ratio PP/SAU

BCAE 2 : la protection des zones humides

BCAE 3 : le non brûlage des chaumes

BCAE 5 : le non travail des sols engorgés

BCAE 6 : la couverture des sols

Ils sont cependant exemptés de la BCAE 7 : rotations des cultures.

BCAE 8 : Infrastructures agro-écologiques (IAE) :

  •  ≥ 4% des terres arables de l’exploitation en IAE non productives
  • ou ≥ 3% des terres arables en IAE non productives complétées par des dérobés ou plantes fixatrices d’azote pour atteindre 7% des terres arables.

Le maintien des particularités topographiques (haies, mares, bosquets) et l’absence de taille des arbres entre le 16 mars et le 15 août de chaque année.

BCAE 9 : maintien des prairies sensibles (zone Natura 2000)


Le Crédit d’impôt : sur les revenus 2022 pour les exploitations avec 40% de chiffre d’affaire en bio

La demande de crédit d’impôt bio sur les revenus 2022 est à faire au printemps 2023, pour les exploitations dont le chiffre d’affaires bio est supérieur à 40 % du chiffre d’affaires global. Le Montant est de 3 500 € sachant que les aides CAB/MAB versées en 2022, cumulées au crédit d’impôt demandé en 2023 (au titre de l’année 2022), ne peuvent pas dépasser 4 000 €.

La transparence des GAEC s’applique pour le calcul global du crédit d’impôt, qui est réparti ensuite par associé dans la limite de 4. Il s’agit d’une aide de Minimis, le plafond est de 20 000 € sur 3 ans.

Formulaire CERFA Crédit d’impôt bio 2023 : N° 2079-BIO-SD (2023)

En 2024, le montant du crédit d’impôt sera augmenté à hauteur de 4500 € (max 5000€ d’aides PAC + crédit d’impôt) et sera valable sur les revenus des années 2023, 2024 et 2025.

Attention, ce crédit d’impôt bio n’est pas cumulable avec le crédit d’impôt zéro glyphosate.

Le cumul avec une aide MAEC est-il possible ?

Les agriculteurs qui demandent une  CAB et MAB ne peuvent pas cumuler sur la même parcelle une aide des mesures MAE au cahier des charges identique au cahier des charges bio. Cependant, un exploitant qui ne demande ni la CAB ni la MAB peut être éligible à une MAE localisée ou système.

Le tableau ci-dessous résume très rapidement les cumuls possibles ou non.

Cumul

Aides CAB

Aides MAB

MAEC LocaliséePossible selon mesurePossible selon mesure
MAE SystèmeNONNON

 

 

]]>
Agriculture biologiquePAC
news-125932Thu, 23 Mar 2023 12:22:34 +0100PAC 2023 : réussir sa déclaration vis-à-vis de l’obligation de couverture des sols (BCAE6)https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/pac-2023-reussir-sa-declaration-vis-a-vis-de-lobligation-de-couverture-des-sols-bcae6/À partir de 2023, dans le cadre de la BCAE6, l’obligation de couverture des sols déjà contrôlée dans les zones vulnérables (Directive Nitrates) est élargie à toutes les parcelles en terres arables situées hors zone vulnérable.Pour les parcelles EN ZONE VULNERABLE, la BCAE6 ne change rien aux obligations existantes depuis 2010, et n’entraînera rien de plus au niveau de la déclaration PAC.

Pour les parcelles HORS ZONE VULNERABLE (en blanc sur la carte de la zone vulnérable Charente) en revanche, la nouvelle obligation de couverture des sols va se traduire par la déclaration d’une période de couverture via Télépac.

En effet, sur les parcelles situées hors zone vulnérable, et concernées par une interculture longue (c’est-à-dire avant culture de printemps) une couverture végétale doit être mise en place pendant une période de 6 semaines située entre le 1er septembre et le 30 novembre.

Cette période de 6 semaines est laissée au choix de chaque agriculteur, et doit donc être déclarée dans Télépac (nouvel onglet « Autres obligations »).
Les couverts suivants seront autorisés : couverts semés, repousses, mulch, cannes ou chaumes du précédent. Le couvert peut aussi être assuré par la culture principale 2023 (récolte tardive).


À savoir : Si le demandeur n’est pas concerné (aucune parcelle hors zone vulnérable ou aucune parcelle en interculture longue), il pourra choisir la mention « non concerné ».


 

]]>
PAC
news-125931Thu, 23 Mar 2023 12:18:36 +0100PAC - Aide couplée aux veaux sous la mèrehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/pac-aide-couplee-aux-veaux-sous-la-mere/Pour prétendre à l’aide au VSLM, le demandeur doit disposer des certifications requises.Pour prétendre à l’aide au VSLM, le demandeur doit disposer des certifications requises, c’est-à-dire : être adhérent à un organisme de défense et de gestion en charge d’un label veau sous la mère ou IGP (Indication Géographique Protégée) ou être engagé en Agriculture Biologique au plus tard au cours de l’année civile précédant la demande d’aide.

Il n’y aura qu’une seule aide VSLM avec un seul montant unitaire, plus de majoration (montant indicatif 66 €/animal).

La demande d'aide est à faire par télédéclaration sous TelePac avant le 15 mai 2023, sur le formulaire spécifique : Aide aux Veaux Sous La Mère et aux veaux bio (VSLM 2023).

Il faut fournir avec la demande d’aide :

  • pour les veaux sous la mère : une preuve d’adhésion à un ODG en charge d’un label rouge, et une attestation de l’ODG  ou de l’organisation de producteurs précisant la liste des veaux éligibles l'année précédente ou depuis la date d'adhésion à l'ODG.  
  • pour les veaux bio : la copie délivrée par l’organisme certificateur en agriculture biologique certifiant l’engagement en AB pour la production de veaux, et les tickets de pesée pour les veaux éligibles.

 

]]>
PACProductions animales
news-125929Thu, 23 Mar 2023 12:10:05 +0100Eleveurs de vaches allaitantes, laitières et engraisseurs spécialisés, pensez à votre demande d'aide bovinehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/eleveurs-de-vaches-allaitantes-laitieres-et-engraisseurs-specialises-pensez-a-votre-demande-daide/La principale évolution au niveau de la réforme de la PAC concerne les aides bovines, elles passent désormais à une prime à l’UGB (Unité Gros Bétail). La déclaration est à faire sous Télépac entre le 1er janvier et le 15 mai 2023 sous l'onglet : Aide bovine Hexagone 2023.

Vous devez être agriculteur actif et détenir au moins 5 UGB bovines. Vous n'avez pas à déclarer de bovins car votre effectif sera calculé automatiquement à la date de référence (située 6 mois après le dépôt de votre demande d’aide) à partir des notifications réalisées auprès de l'EdEi.

Les mâles comme les femelles qui auront plus de 16 mois et qui auront été  présents au moins 6 mois sur l’exploitation à la date de référence seront primés, y compris les animaux vendus pour abattage durant l'année qui précède la date de référence.

Vous pouvez modifier votre demande d'aide après dépôt, en particulier pour décaler la date de référence qui sera retenue pour évaluer les effectifs éligibles (après le 16 mai réduction pour dépôt tardif).

Si vous êtes "nouveau producteur" soit entre le 1er Janvier 2020 et la date de dépôt de la demande d'aide, vous pouvez bénéficier pendant une durée de trois ans, d'une dérogation au plafonnement par le nombre de veaux pour le calcul du nombre de vaches primées. Pour cela vous devez télécharger la preuve de la date de votre début d'activité : enregistrement auprès de l'EdEi, inventaire BDNI…

Le nombre global d'animaux payés à l'aide bovine est plafonné à 120 UGB (avec transparence GAEC) et à 1.4 fois la surface fourragère (calcul ICHN). Les UGB éligibles au niveau supérieur (110 €) sont pour les mâles de toutes races (dans la limite 1 mâle par vache éligible) et pour les femelles de race à viande (dans la limite de 2 fois le nombre de veaux de race à viande nés et détenus au moins 90 jours). Les autres bovins seront primés au niveau de base (60 €) dans la limite de 40 UGB (avec transparence GAEC).

Rappel : tous les mouvements d'animaux (une naissance, une entrée, une sortie ou la mort d’un animal) doivent être notifiés auprès de l'EdEi dans un délai de 7 jours calendaires maximum. Une notification hors délais n'est pas éligible.

 

]]>
PACProductions animales
news-125923Thu, 23 Mar 2023 11:42:52 +0100PCAE : ouverture de deux nouveaux appels à projetshttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/pcae-ouverture-de-deux-nouveaux-appels-a-projets/Les appels à projet " Maraîchage, floriculture, pépinière, petits fruits, plantes aromatiques, à parfum et médicinales, houblon et champignons " et "Arbres et Agriculture en Nouvelle-Aquitaine" sont ouverts.Retrouvez toutes les infos dans MON EXPLOITATION > AIDES ET FINANCEMENTS > PCAE

Accès direct en cliquant ici

]]>
096-Inst-NAQ-Charente
news-113732Thu, 23 Mar 2023 11:28:00 +0100APPEL A PROJETS "Maraîchage, floriculture, pépinière, petits fruits, plantes aromatiques, à parfum et médicinales, houblon et champignons"https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/appel-a-projets-maraichage-floriculture-pepiniere-petits-fruits-plantes-aromatiques-a-parfum-e/Appel à Projet CLOSAccédez au dossier en cliquant ici

Accédez au cahier des charges en cliquant ici

Accèdez au formulaire de demande de subvention en cliquant ici

Contact : Nicolas CHASLARD - 05 45 24 49 95 - nicolas.chaslard@charente.chambagri.fr

 

]]>
PCAE
news-125916Thu, 23 Mar 2023 11:08:00 +0100APPEL A PROJETS " Arbres & Agriculture en Nouvelle-Aquitaine "https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/appel-a-projets-arbres-agriculture-en-nouvelle-aquitaine/Ouvert jusqu'au 28 juillet 2023 inclusAccès au dossier et au formulaire de demande d'aide en cliquant ici

Téléchargez le cahier des charges ici

Téléchargez le formulaire de demande de subvention ici

Contact : Nicolas CHASLARD - 05 45 24 49 95 - nicolas.chaslard@charente.chambagri.fr

]]>
PCAE
news-120807Wed, 15 Mar 2023 16:40:00 +0100Eco-régime « Voie des pratiques agro-écologiques » : Quelles pratiques sur les prairies permanentes ?https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/eco-regime-voie-des-pratiques-agro-ecologiques-quelles-pratiques-sur-les-prairies-permanentes/En termes de prairies permanentes, la voie des pratiques agro-écologiques prévoit le maintien de prairies permanentes non labourées dans le temps. Qu’entend-on exactement par-là ? Il s’agit en fait de vérifier, sur la campagne en cours, l’entretien des prairies permanentes sans avoir recours au labour sur la période du 1er septembre 2022 au 31 août 2023.

Le Ministère explique que l’objectif est de limiter au maximum le labour des prairies permanentes pour éviter le déstockage du carbone, et d’inciter à d’autres pratiques pour la régénération des prairies.

Ainsi, on entend par « maintien d’un ratio de 80% de prairies permanentes non labourées à l’échelle de l’exploitation » le fait de refaire au maximum 20% de ses prairies permanentes en les labourant.

Le maintien des surfaces en prairies permanentes dans le paysage, quant à lui, est vérifié à travers le calcul d’un ratio régional de prairies permanentes.

 

]]>
PAC
news-125489Tue, 14 Mar 2023 12:45:13 +0100Stage biodiversitéhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/stage-biodiversite/La Chambre départementale d’agriculture de Charente, 80 salariés, établissement public à caractère administratif représentatif des intérêts agricoles, au service des agriculteurs, recherche un stagiaire affecté au service Environnement et Energies.INTITULE DU STAGE

Mise en place d’expérimentations sur les auxiliaires de cultures en grandes cultures, suivis entomologiques et
botaniques. Impacts des auxiliaires sur les populations de ravageurs dans les parcelles cultivées.

CONTEXTE

Dans le cadre des stratégies nationales de réductions des intrants phytosanitaires, du plan de sortie du
glyphosate, de la certification environnementale des exploitations HVE, et des contraintes liées à la PAC, les
conditions de mise en œuvre des alternatives à l’utilisation des produits phytopharmaceutiques doivent être
appréciées et validées.

OBJECTIFS

Acquérir des références techniques, économiques et organisationnelles sur les conditions de mise en
œuvre de réduction des produits phytopharmaceutiques

CONTENU

  • Suivi des bandes semées (et témoins) en grandes cultures, sur un territoire spécifique, sur l’aspect botanique et entomologique, lien « plantes hôtes – ravageurs – auxiliaires », taux de colonisation et lien prédation.
  • Mise en place d’expérimentation par piégeage des auxiliaires de cultures sur ces bandes
  • Organiser les semis des futures bandes sur un groupe d’agriculteurs labellisés GIEE et HVE
  • Suivi de la mise en place des couverts et expérimentations dans le cadre du programme AGRIFAUNE, en grandes cultures
  • Caractérisation des itinéraires techniques, de l’organisation du travail, des contraintes techniques et économiques
  • Suivi du groupe d’agriculteurs dans leurs actions « biodiversité fonctionnelle »
  • Synthèse des données
  • Participation aux autres expérimentations, actions en lien avec la biodiversité fonctionnelle (service GC)

PROFIL RECHERCHE

Stage de fin d’études école d’ingénieur agri/agro/environnement ou Master

  • Connaissances du monde agricole et en grandes cultures appréciées
  • Connaissance dans les auxiliaires de cultures/ravageurs et les protocoles existants
  • Autonome, dynamique, rigueur scientifique et capacité à travailler en équipe
  • Maîtrise des outils informatiques et statistiques
  • Permis de conduire nécessaire

ZONE D’INTERVENTION

Tout le département (16) – Surtout la zone céréalière Nord Charente

CONDITIONS

Durée du stage : 4 à 6 mois (sur la période de mars à septembre)
Indemnité de stage, remboursement des frais

Dépôt des candidatures

(lettre de motivation avec CV détaillé) avant le 01/04/2023 à :
recrutement@remove-this.na.chambagri.fr
Objet : CA16_Stage valorisation des données 

]]>
EnergieEnvironnementFormation - EmploiEmploiProductions végétalesGrande culture
news-125487Tue, 14 Mar 2023 12:14:30 +0100Stage analyse et valorisation de données du service Environnement & Energieshttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/stage-analyse-et-valorisation-de-donnees-du-service-environnement-energies/La Chambre départementale d’agriculture de Charente, 80 salariés, établissement public à caractère administratif représentatif des intérêts agricoles, au service des agriculteurs, recherche un stagiaire affecté au service Environnement et Energies.INTITULE DU STAGE

Mise en place de la valorisation et de l’analyse des données du service Environnement & Energies.

CONTEXTE

La Direction de la Chambre d’Agriculture anime une réflexion sur la valorisation des données récupérées par l’ensemble des agents. Ces données permettent d’identifier des projets de développement interne et externe de manière à développer durablement la création de valeurs pour l’ensemble des services. Compte tenu des fortes ambitions à valoriser ces données, la Chambre d’Agriculture de la Charente recherche un stagiaire pour mettre en place cette mission au sein du service Environnement & Energies.

OBJECTIFS

Intégré au sein du service Environnement & Energies, vous mettrez en place les travaux d’analyse stratégique du service. Vous contribuerez à l’élaboration et le suivi de la valorisation des données du service. Vous accompagnerez également la structuration, en cours, de l’organisation de cette mission.

CONTENU

  • Identifier des outils d’analyse et des outils de reporting pertinents
  • Recueillir, trier, nettoyer et analyser les données
  • Créer des dashboard adaptés afin de rendre les résultats lisibles et exploitables
  • Participer ou initier des projets d’innovation, de restructuration autour de la DATA dans le but d’optimiser leurs utilisations
  • Développer des pratiques métiers avec les agents et accompagner les responsables dans la compréhension de la donnée.

Une partie de cette analyse se fera en accompagnement des équipes terrain.

  • Prise en compte de l'écosystème interne des acteurs concernés
  • Revue des données externes et internes pour comparaison

PROFIL RECHERCHE

Stage de fin d’études Licence, Master ou école d’ingénieur :

Connaissances du monde agricole

Autonome, dynamique, rigueur scientifique et capacité à travailler en équipe

Maîtrise des outils informatiques et statistiques type Excel

Permis de conduire nécessaire

LIEU DE TRAVAIL

Bureau basé à Angoulême (16)

CONDITIONS

Durée du stage : 4 à 6 mois (sur la période de mars à septembre) Indemnité de stage, remboursement des frais

Dépôt des candidatures

(lettre de motivation avec CV détaillé) avant le 01/04/2023 à : recrutement@remove-this.na.chambagri.fr

Objet : CA16_Stage valorisation des données

]]>
EnergieEnvironnementFormation - EmploiEmploi
news-125251Wed, 08 Mar 2023 17:09:28 +0100Ouverture d'aides FranceAgriMer "1er arrivé, 1er servi"https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/ouverture-daides-franceagrimer-1er-arrive-1er-servi/3 aides sont ouvertes : aléas climatiques, matériel innovant et PPAM.
  • Aide aux investissements pour l’acquisition de matériels en exploitations pour la protection contre les aléas climatiques "1er arrivé, 1er servi"
  • Ouverture d'aides pour l'équipement innovant dans les exploitations agricoles - "1er arrivé, 1er servi"
  • Aides FranceAgriMer pour les PPAM (Plantes à Parfum Aromatiques et Médicinales) - "1er arrivé, 1er servi"
  •  

    ]]>
    096-Inst-NAQ-Charente
    news-125249Wed, 08 Mar 2023 16:48:35 +0100Aide aux investissements pour l’acquisition de matériels en exploitations pour la protection contre les aléas climatiqueshttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/aide-aux-investissements-pour-lacquisition-de-materiels-en-exploitations-pour-la-protection-contre-1/"1er arrivé, 1er servi"FranceAgriMer a ouvert au 13/02/2023 une aide aux investissements permettant d’améliorer la résilience individuelle des exploitations agricoles face aux aléas climatiques dont la fréquence augmente (gel, grêle, sécheresse, vent, cyclones, ouragan, tornade), sur le principe "1er arrivé, 1er servi".

    Toutes les infos sur cette aide sur le site de FranceAgriMer

    Les matériels éligibles correspondent aux matériels de protection contre les aléas climatiques :

    • protection contre le gel,
    • protection contre la grêle,
    • protection contre la sécheresse,
    • protection contre le vent, cyclone, ouragan, tornade…,
    • réservé aux DOM.

    A noter : parmis les conditions d'éligibiilité, le demandeur doit pouvoir présenter une Assurance MultiRisque Climatique ou grêle/tempête avec extension "gel" contractée avant le 31/03/2023 et non 2022 tel que stipulé dans la notice.

    Pour déposer un dossier cliquer ici https://pad.franceagrimer.fr/pad-presentation/vues/publique/retrait-dispositif.xhtml?codeDispositif=ALEAS_22

    ]]>
    PCAEAide
    news-125239Wed, 08 Mar 2023 16:15:00 +0100Ouverture d'aides pour l'équipement innovant dans les exploitations agricoleshttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/ouverture-daides-pour-lequipement-innovant-dans-les-exploitations-agricoles/"1er arrivé, 1er servi"Suite aux annonces du Ministre mercredi 01/03/2023 au Salon de l'agriculture, l'appel à projets FranceAgrimer pour les équipements innovants est ouvert depuis le 6 mars 2023. Les exploitants agricoles peuvent donc faire les demandes de subvention dès aujourd'hui.

    Voici le lien vers la page du guichet et la télédéclaration pour les demandeurs.

    Les points à retenir :

    • Enveloppe de 40 M€ pour ce premier guichet (principe du premier arrivé premier servi)
    • Listes des matériels en annexe I, II et III de la décision de FranceAgrimer avec respectivement 20%, 30% et 40% de subvention
    • JA + 10 %
    • DOM 75 % de subvention
    • Plancher de dépenses de 2 000 €
    • Plafond de dépenses éligibles de 200 000 € (CUMA : 500 000 €)
    • Demandeurs éligibles : exploitants agricoles, GAEC, SCEA, EARL, ETA, GIEE, ASA, lycée agricoles, organismes stockeur, multiplicateurs de semences

     

    La décision complète avec la liste détaillée des matériels ici.

     

    Remarques importantes :

    • liste de matériel limitée : il n'y a pas d'équivalence de matériel envisagée. Seuls les matériels de la liste en annexe (marque, gamme et modèle) sont subventionnables
    • Un matériel n'est pas présent : la société mère n'a pas déposé de dossier ou il n'a pas été retenu suite au jury, il n'est pas finançable.

     

    Informations : 05 45 24 49 50

    ]]>
    Aide096-Inst-NAQ-Charente
    news-125245Wed, 08 Mar 2023 16:13:49 +0100Aides FranceAgriMer pour les PPAM (Plantes à Parfum Aromatiques et Médicinales)https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/aides-franceagrimer-pour-les-ppam-plantes-a-parfum-aromatiques-et-medicinales/"1er arrivé, 1er servi"Aides France Agrimer spécifiques à la filière PPAM :

     

    Informations : 05 45 24 49 50

    ]]>
    Aide
    news-124786Mon, 27 Feb 2023 12:27:14 +0100Grille de salaire https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/grille-de-salaire/Mise à jour de la grille de salaire agricole CUMA, CCN ETARF, ou le barème travail à la tache.Sur la page Réglementation administrative > Salariat retrouvez :

    et d'autres documents

    ]]>
    Productions animalesProductions végétalesGrande cultureVigneCharente
    news-124211Tue, 21 Feb 2023 15:51:00 +0100Témoignage d'agriculteur ayant diversifié par l'élevagehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/temoignage-dagriculteur-ayant-diversifie-par-lelevage/M. Normandin céréalier témoigne de sa diversification en élevage bovins viandeJean-Pierre Normandin exploitant de la SCEA du parc à Champniers accueillera sur son exploitation la journée "Solutions élevage" du 23 mars.
    Cette manifestation dédiée à la diversification par l'élevage est à destination de TOUS les agriculteurs quelle que soit leur production.

    Inscription à la journée 

    ]]>
    Agriculture biologiqueEntreprise agricoleProductions animalesProductions végétalesGrande cultureVigneCharente
    news-113733Mon, 20 Feb 2023 14:38:00 +0100L’APPEL A PROJETS « TRANSFORMATION ET COMMERCIALISATION DE PRODUITS AGRICOLES »https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/lappel-a-projets-transformation-et-commercialisation-de-produits-agricoles/Ouvert du 20 février au 31 mai 2023.Accès au dossier et au formulaire de demande d'aide en cliquant ici

    Appel à Projet / candidatures

    Contact : Nicolas CHASLARD - 05 45 24 49 95 - nicolas.chaslard@charente.chambagri.fr

    ]]>
    PCAE
    news-114265Fri, 17 Feb 2023 15:06:00 +0100Appel à projet " Plan de modernisation des élevages hors palmipèdes à foie gras "https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/appel-a-projet-plan-de-modernisation-des-elevages-hors-palmipedes-a-foie-gras/Ouverture prochainementPCAEProductions animalesnews-113734Fri, 17 Feb 2023 15:05:00 +0100L’APPEL A PROJETS " INVESTISSEMENTS DANS LES EXPLOITATIONS AGRICOLES EN CUMA "https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/lappel-a-projets-investissements-dans-les-exploitations-agricoles-en-cuma/Ouverture prochainementPCAEnews-124394Fri, 17 Feb 2023 11:24:25 +0100Le transfert et la demande de DPB lors d’une installation !https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/le-transfert-et-la-demande-de-dpb-lors-dune-installation/Les droits à paiement de base ne sont pas acquis ou transmis automatiquement et, au regard de l’impact économique sur les revenus, quelques points de vigilance s’imposentEn 2023, la notification des transferts est plus simple.

    Les réserves - Jeunes agriculteurs, Nouveaux Agriculteurs - sont maintenues avec des spécificités entre installation individuelle ou sociétaire.

    L’échéance pour formaliser ces mouvements de DPB est le 15/05/2023.

    Les transferts de DPB

    Le repreneur des DPB doit être éligible, c’est-à-dire « agriculteur actif » au sens du règlement PAC. A contrario, ce statut n’est pas demandé pour le cédant.

    Il faut être titulaire d’un numéro PACAGE pour l’exploitation individuelle ou la société. Si vous ne l’avez pas, il est urgent d’en faire la demande auprès des services de l’Etat (DDT).

    Le lien entre DPB et foncier n’existe plus sur la nouvelle programmation de la PAC 2023-2027. En conséquence, la justification du transfert de foncier n’est plus demandée et la taxation sur la valeur des DPB lors de transferts sans foncier est abolie.

    Les DPB transmis doivent avoir été activés en 2021 et/ou en 2022. A défaut, ils ne peuvent pas être activés en 2023.

    Enfin, lors d’une reprise de foncier via la Safer, le formulaire est à signer entre le cédant des DPB et le repreneur.

    L’installation en société : la création ou la reprise de parts sociales demande une attention particulière. Si la société existait et qu’il n’y a pas eu de mouvements de foncier, il suffira de notifier lors de la déclaration PAC 2023 votre arrivée. S’il y a eu des changements de foncier, les transferts sont à prévoir.

    Si nécessaire, vous pouvez faire appel au programme des réserves de DPB. Les demandeurs sous forme sociétaire ne peuvent bénéficier qu’une seule fois des programmes réserves, même si un second JA s’installe au cours des 5 ans.

    L’installation individuelle : vous devez compléter une clause de transfert définitif ou temporaire. Puis, si vos DPB sont de faible valeur, inférieurs à 129 €, ou s’il vous manque des DPB, vous pouvez solliciter les programmes réserves.

    La réserve « jeune agriculteur »

    Pour accéder à la réserve « Jeune agriculteur », il faut avoir moins de 40 ans à la date de la demande et être agriculteur actif.

    Il faut également avoir des compétences professionnelles soit :

    • être titulaire d’un diplôme agricole de niveau 4 ou supérieur (Bac pro, BPREA, etc)
    • ou être titulaire d’un diplôme de niveau 3 ou supérieur, quelle que soit la spécialité et prouver l’exercice d’une activité professionnelle dans le secteur agricole d’au moins 24 mois au cours des 3 dernières années.
    • ou prouver de l’exercice d’une activité professionnelle dans le secteur de la production agricole d’au moins 40 mois au cours des 5 dernières années.

    Enfin, il faut être installé depuis moins de 5 ans, et que ce soit la première demande à la réserve (une seule demande possible).

    La réserve est accessible aux personnes installées sous forme individuelle ou sociétaire.

    La réserve « nouvel agriculteur »

    Pour accéder à la réserve « Nouvel installé », il faut être pour la première fois agriculteur actif (critère d’âge, ATEXA, etc.) et justifier des compétences soit :

    • par un diplôme de niveau 3 ou supérieur, quelle que soit la spécialité,
    • ou par l’exercice d’une activité professionnelle dans le secteur de la production agricole d’au moins 24 mois au cours des 3 dernières années.

     

    Il faut par ailleurs être installé l’année de la demande ou dans les 2 années civiles précédentes.

    La réserve est également accessible aux personnes installées sous forme individuelle ou sociétaire.

    Contact : votre conseiller d’entreprise ou le 05 45 24 49 49.

    ]]>
    PAC
    news-124367Thu, 16 Feb 2023 16:07:49 +0100Nouvelle programmation MAEC 2023-2027https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/nouvelle-programmation-maec-2023-2027-1/Comment contractualiser ?Vous souhaitez réaliser un diagnostic ? Vous avez des questions ?

    Appelez votre Chambre d'agriculture au numéro unique MAEC : 05 45 24 49 96 lors des permanences téléphoniques les lundis, mercredis et vendredis matins.

    Retrouvez toutes les infos sur les MAEC ici

    ]]>
    Productions animalesGrande culture096-Inst-NAQ-Charente
    news-124297Wed, 15 Feb 2023 16:12:16 +0100Evaluation des potentiels réductions d’émissions de GES https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/evaluation-des-potentiels-reductions-demissions-de-ges/En tant qu'entreprise du territoire, participez à la collecte de données.Dans le cadre de sa charte de logistique urbaine durable, la Communauté d'Agglomération de GrandAngoulême fait une évaluation des potentiels réductions d’émissions de GES (Gaz à Effet de Serre) que certaines actions pourront engendrer.

    Certaines de ces estimations nécessitent des données d'entreprises, liées aux pratiques des professionnels sur le territoire, et plus précisément sur leurs flottes de véhicules et le kilométrage.

    Vous êtes une entreprise locale qui utilise un véhicule pour du transport de marchandises/matériel ? Répondez à un questionnaire en ligne accessible ici

    Les données renseignées seront strictement confidentielles et anonymisées lors de leur exploitation. Elles serviront uniquement à pouvoir estimer les réductions de CO2 à envisager sur le territoire avec la définition de ratios.

    ]]>
    news-124527Wed, 15 Feb 2023 09:33:56 +0100Ouverture des guichets d’aide aux investissements de protection face à la sécheresse et aux aléas climatiqueshttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/ouverture-des-guichets-daide-aux-investissements-de-protection-face-a-la-secheresse-et-aux-aleas-cl-1/Le Ministère a annoncé l'ouverture de deux nouveaux guichets d’aide aux investissements de protection face à la sécheresse et aux aléas climatiques. La règle du premier arrivé, premier servi est en vigueur.-> Programme d'aide aux investissements pour la protection contre les aléas climatiques - accessible uniquement aux agriculteurs disposant d'une assurance contre les risques climatiques - 20M€

    Le 13 février, FranceAgriMer a ouvert le guichet concernant les exploitants agricoles disposant d'une assurance risque climatique. Vous trouverez ici le lien vers la page FAM du guichet ainsi que le lien vers la télédéclaration de demande de subvention. Comme pour les autres dispositifs FranceAgriMer, la règle du premier arrivé, premier servi est en vigueur.

    La liste de matériel éligible est disponible en annexe de la décision de FAM.

    -> Programme d'aide aux investissements de protection face à la sécheresse - accessible à tous les agriculteurs - 20M€

    La décision de FAM est accessible et indique les conditions d'éligibilité, les taux d'aide et les investissements éligibles.

    Le guichet et la télédéclaration ne sont, quant à eux, pas encore ouverts. Nous vous tiendrons informés.

     

    Ci-dessous vous trouverez un tableau récapitulatif de ces deux guichets :

     

     

    ]]>
    AideProductions animales
    news-124233Wed, 15 Feb 2023 09:33:56 +0100Ouverture des guichets d’aide aux investissements de protection face à la sécheresse et aux aléas climatiqueshttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/ouverture-des-guichets-daide-aux-investissements-de-protection-face-a-la-secheresse-et-aux-aleas-cl/Le Ministère a annoncé l'ouverture de deux nouveaux guichets d’aide aux investissements de protection face à la sécheresse et aux aléas climatiques. La règle du premier arrivé, premier servi est en vigueur.-> Programme d'aide aux investissements pour la protection contre les aléas climatiques - accessible uniquement aux agriculteurs disposant d'une assurance contre les risques climatiques - 20M€

    Le 13 février, FranceAgriMer a ouvert le guichet concernant les exploitants agricoles disposant d'une assurance risque climatique. Vous trouverez ici le lien vers la page FAM du guichet ainsi que le lien vers la télédéclaration de demande de subvention. Comme pour les autres dispositifs FranceAgriMer, la règle du premier arrivé, premier servi est en vigueur.

    La liste de matériel éligible est disponible en annexe de la décision de FAM.

    -> Programme d'aide aux investissements de protection face à la sécheresse - accessible à tous les agriculteurs - 20M€

    La décision de FAM est accessible et indique les conditions d'éligibilité, les taux d'aide et les investissements éligibles.

    Le guichet et la télédéclaration ne sont, quant à eux, pas encore ouverts. Nous vous tiendrons informés.

     

    Ci-dessous vous trouverez un tableau récapitulatif de ces deux guichets :

     

     

    ]]>
    Productions animalesGrande cultureVigne
    news-124057Thu, 09 Feb 2023 15:26:25 +0100Plan de résilience – Prolongation en 2023 du guichet d’aide aux structures consommatrices de gaz et/ou d'électricitéhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/plan-de-resilience-prolongation-en-2023-du-guichet-daide-aux-structures-consommatrices-de-gaz-et/L’aide aux structures consommatrices de gaz et/ou d'électricité est prolongée jusqu’au 31 décembre 2023. Les dates de dépôts des périodes éligibles communiquées à ce jour sont les suivantes :

     

    Période éligiblePériode pour déposer votre dossier

    Septembre et octobre 2022

    16 novembre 2022 au 28 février 2023
    Novembre et décembre 202216 janvier 2023 au 31 mars 2023
    Janvier et février 202320 mars 2023 au 31 mai 2023
    Mars et avril 202317 mai 2023 au 31 juillet 2023
    Mai et juin 202317 juillet 2023 au 30 septembre 2023
    Juillet et août 202318 septembre 2023 au 30 novembre 2023
    Septembre et octobre 202320 novembre 2023 et le 31 janvier 2024
    Novembre et décembre 202317 janvier 2024 et le 31 mars 2024

     

    À savoir : les entreprises éligibles pour l'amortisseur électricité peuvent aussi bénéficier de cette aide « gaz et électricité » pour les factures 2023.
    Un guichet régularisation (sur 2022) sera également ouvert à partir du 16 janvier 2023 pour les entreprises qui n’avaient pas de factures définitives en 2022, ou concernées par l’utilisation de chaleur ou froid.

    La demande et la simulation sont à faire sur le site impots.gouv.fr

    Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez prendre contact au 05.45.24.49.25

     

     

    ]]>
    news-124056Thu, 09 Feb 2023 13:40:54 +0100Le nouveau dispositif d’assurance récolte en 2023https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/le-nouveau-dispositif-dassurance-recolte-en-2023-1/L’objectif de la réforme est de mieux couvrir les agriculteurs face aux risques climatiques. Pour cela, un nouveau dispositif articulera l’assurance récolte réformée et le fonds de solidarité nationale (FSN) remplaçant l’assurance récolte actuelle et les calamités agricoles.Le nouveau dispositif de gestion des risques remplace les calamités agricoles par un dispositif articulant l’assurance récolte subventionnée facultative avec une indemnisation de solidarité nationale versée à tous les agriculteurs.

    La loi du 2 mars 2022 réforme les outils de gestion des risques en agriculture, dans un contexte de multiplication des aléas en lien avec le changement climatique. L’objectif de la réforme est de mieux couvrir les agriculteurs face aux risques climatiques. Pour cela, un nouveau dispositif articulera l’assurance récolte réformée et le fonds de solidarité nationale (FSN) remplaçant l’assurance récolte actuelle et les calamités agricoles.

    Un dispositif à trois étages

    Le dispositif doit s’articuler en trois niveaux selon le taux de pertes (voir schéma 1). Pour les risques de faible ampleur, différentes stratégies peuvent être mises en place à l’échelle de l’exploitation : prévention, diversification, épargne de précaution… Pour les risques de moyenne ampleur, la souscription facultative d’un contrat d’assurance multirisques climatiques permet de couvrir son exploitation pour les pertes au-delà de la franchise souscrite. La franchise d’assurance subventionnable peut descendre jusqu’à 20% des pertes. Enfin, pour les risques de forte ampleur, le FSN pourra indemniser les pertes au-delà du seuil de déclenchement de la solidarité nationale (variable selon les filières).

    Pour l’année 2023, il est ainsi prévu le paramétrage suivant :

    Un guichet unique pour simplifier les procédures

    L’autre grande nouveauté de la réforme est la mise en place d’un guichet unique. Les assureurs pourront ainsi jouer ce rôle de guichet unique et verser les indemnités assurantielles et celles dues au titre de la solidarité nationale. Pour les agriculteurs non assurés, les indemnités du FSN pourront être versées par l’Etat ou par l’interlocuteur agréé choisi selon les situations. Ce dispositif pourrait s’appliquer à partir de 2024. Pour l’année 2023, les assureurs seront en gestion des indemnisations pour les cultures assurés. Les DDT seront en gestion des cultures non assurés.

    Information APCA

     

     

     

     

    ]]>
    Grande cultureVigne
    news-123477Fri, 27 Jan 2023 11:16:15 +0100Hausse des prix de l’énergie : faites votre demande de bouclier tarifaire ou amortisseur électricitéhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/hausse-des-prix-de-lenergie-faites-votre-demande-de-bouclier-tarifaire-ou-amortisseur-electricite-2/Afin de soutenir les entreprises touchées par la hausse des prix de l’énergie, en 2023 les TPE et PME sont éligibles aux aides suivantes :
  • Prix de l'électricité limité à 280 € / MWh pour les TPE ayant renouvelé leur contrat au second semestre 2022 et ne bénéficiant pas du tarif de vente réglementé.
  • Pour les TPE ayant un compteur électrique d’une puissance inférieure à 36 kVA : bouclier tarifaire (limite la hausse du prix de l’électricité à 15 %)
  • Pour les TPE et PME ayant un compteur électrique d’une puissance supérieure à 36 kVA : l’amortisseur électricité
    - prise en charge d’une partie de la part « part énergie » de la facture d’électricité
    - cumulable avec l’aide aux structures consommatrices de gaz et/ou d'électricité
  • Pour bénéficier de ces aides, rapprochez-vous de votre fournisseur d’énergie (attestation d'éligibilité à transmettre).

    Attestation téléchargeable ici


    Pour tout renseignement complémentaire, contactez votre Chambre d’agriculture au 05 45 24 49 25

     

    ]]>
    news-123474Fri, 27 Jan 2023 11:16:15 +0100Hausse des prix de l’énergie : faites votre demande de bouclier tarifaire ou amortisseur électricitéhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/hausse-des-prix-de-lenergie-faites-votre-demande-de-bouclier-tarifaire-ou-amortisseur-electricite/Afin de soutenir les entreprises touchées par la hausse des prix de l’énergie, en 2023 les TPE et PME sont éligibles aux aides suivantes :
  • Prix de l'électricité limité à 280 € / MWh pour les TPE ayant renouvelé leur contrat au second semestre 2022 et ne bénéficiant pas du tarif de vente réglementé.
  • Pour les TPE ayant un compteur électrique d’une puissance inférieure à 36 kVA : bouclier tarifaire (limite la hausse du prix de l’électricité à 15 %)
  • Pour les TPE et PME ayant un compteur électrique d’une puissance supérieure à 36 kVA : l’amortisseur électricité
    - prise en charge d’une partie de la part « part énergie » de la facture d’électricité
    - cumulable avec l’aide aux structures consommatrices de gaz et/ou d'électricité
  • Pour bénéficier de ces aides, rapprochez-vous de votre fournisseur d’énergie (attestation d'éligibilité à transmettre).

    Attestation téléchargeable ici


    Pour tout renseignement complémentaire, contactez votre Chambre d’agriculture au 05 45 24 49 25

     

    ]]>
    news-123447Thu, 26 Jan 2023 16:06:12 +0100Gestion de l’azote et Directive Nitrates, c’est le moment de… https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/gestion-de-lazote-et-directive-nitrates-cest-le-moment-de-1/Les cours des engrais azotés sont au plus haut, l’ajustement au plus près des besoins des cultures est donc un élément prioritaire pour réussir à tenir les charges opérationnelles des cultures. Faire son Plan prévisionnel de fumure azotée

    Le plan prévisionnel de fumure azotée est une méthode qui permet d’évaluer au mieux les apports à réaliser sur les cultures à partir des besoins des cultures et des différentes sources (minéralisation, restitution, amendements organiques), la fertilisation venant équilibrer ce bilan.

    Cette approche est  particulièrement importante compte tenu de l’évolution du prix des engrais pour cette campagne.

    Ce calcul est de plus obligatoire pour toutes les parcelles situées en zone vulnérable. Il doit être établi au mieux avant l’ouverture du bilan et au plus tard avant le 1er apport réalisé en sortie d’hiver  ou avant le 2ème en cas de fractionnement.

    Pour tous renseignements ou réalisation de ce document, la Chambre d’agriculture se tient à votre disposition.

    Faire son Reliquat sortie hiver

    Le reliquat sortie hiver permet de connaitre la dose d’azote disponible pour la culture. C’est un élément permettant d’affiner au mieux le plan prévisionnel de fumure.
    En outre, toute personne exploitant plus de 3 ha en zone vulnérable est tenue de réaliser, chaque année, une analyse de sol sur au moins un îlot cultural sur une des trois principales cultures de l’exploitation (reliquat azoté en sortie d’hiver dans le 1er horizon, ou analyse du taux de matière organique, ou encore l’azote total présent dans les horizons de sols cultivés).
    La date de l’analyse n’est pas le critère de contrôle retenu. Il faut une analyse par campagne culturale.

    La Chambre d’agriculture vous propose des tarifs négociés et un service d’acheminement des échantillons de terre en partenariat avec le laboratoire AUREA AgroSciences.

    En pratique
    1. Vous récupérez les sachets de prélèvement et les bordereaux de commande à la Chambre d’agriculture
    2. Vous réalisez vos prélèvements dans les délais impartis de mi-janvier à début mars.
    3. Vous rapportez rapidement vos échantillons en les gardant au frais
    4. La Chambre d’agriculture réceptionne l’échantillon accompagné du bordereau et transmet l’ensemble au laboratoire AUREA AgroSciences
    Anticiper sur le Fractionnement des apports azotés minéraux

    Pour certaines cultures, le fractionnement des apports de fertilisants azotés minéraux est obligatoire.

    Pour le 1er apport à retenir :

    • 50 unités d’azote/ha maximum avant le stade Epi 1cm pour toutes les céréales à paille
    • 80 unités d’azote/ha maximum à la reprise de végétation pour les colzas
    • 50 unités d’azote/ha maximum sur prairie dans tous les cas de présence de légumineuses.

    Retrouvez l'ensemble des règles de fractionnement dans la rubrique Reglementation-administr. > Directive-nitrates > Raisonnement-de-la-fertilisation-azotee

    Contacts :
    Sylvain Jonette - sylvain.jonette@charente.chambagri.fr – 06.19.85.25.12
    Alexia Rousselière – alexia.rousseliere@charente.chambagri.fr – 06.14.09.36.99
    Lise Gouaud-Lecoq – lise.gouaud@charente.chambagri.fr – 06.14.09.65.46

     

    ]]>
    Politiques et réglementations environnementalesGrande culture
    news-123127Fri, 20 Jan 2023 14:44:00 +0100Un(e) Conseiller(ère) d’entreprise – installation https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/une-conseillerere-dentreprise-installation/Vous souhaitez participer au maintien et au renouvellement des exploitations du monde rural charentais, rejoignez notre équipe de conseiller d’entreprise. La Chambre Départementale d’Agriculture de la Charente, 80 salariés, organe consultatif, représentatif et professionnel des intérêts agricoles, auprès de l’Etat, des collectivités territoriales et des établissements publics, recherche un Conseiller d’Entreprise affecté au Service Entreprises Agricoles en contrat à durée indéterminée.

    Vous souhaitez participer au maintien et au renouvellement des exploitations du monde rural charentais, rejoignez  notre  équipe  de  conseiller  d’entreprise.  Elle  oriente,  forme  et  conseille  les  candidats  à l’installation pour étudier la faisabilité technique, économique et humaine de leur projet. Aussi, elle accompagne les chefs d’entreprise tout au long de leur carrière pour les aider dans leurs prises de décisions stratégiques.

    MISSIONS PRINCIPALES

    Vous accompagnez les porteurs de projet  pour la réalisation de leur étude globale d’installation. Vous travaillez en collaboration avec des collègues ayant d’autres compétences (conseil technique, conseil juridique...).
    - Construire des scénarios du projet
    - Analyser la faisabilité technico-économique 
    - Réaliser le suivi post installation du projet

    Vous accompagnez les exploitants aux moments clefs dans leur réflexion stratégique et dans leur projet : réalisation d’audits, d’études économiques, de plans d’actions.

    Vous accompagnez les agriculteurs dans la réalisation de leur déclaration PAC.

    PROFIL, COMPETENCES

    • Des connaissances en économie de l’exploitation agricole (PAC, financement ...) et en stratégie d’entreprise (analyse et diagnostic des entreprises...).
    • Des notions sur les formes juridiques utilisées pour les exploitations.
    • Des capacités à analyser et comprendre le fonctionnement d’une exploitation agricole.
    • Une formation BAC +2 minimum
       

    APTITUDES REQUISES

    • Bon relationnel et sens du conseil
    • Capacité d’autonomie au travail tout en ayant l’esprit d’équipe
    • Maîtrise des outils bureautiques (Pack Office)

    CONDITIONS D’EMPLOI

    • CDI avec période d’essai.
    • Rémunération selon grille Chambre d’Agriculture 16 et expérience (emploi type : Conseiller-ère).
    • Salaire sur 13 mois
    • Mutuelle santé collective et chèques déjeuners.
    • Résidence administrative : Angoulême, déplacements sur le département à prévoir – voiture de service à disposition

    DATE D’ENTREE EN FONCTION

    Dès que possible.

    PROCEDURE DE RECRUTEMENT

    Dépôt des candidatures (lettre de motivation avec CV détaillé) avant le 03/03/2023 à : recrutement@na.chambagri.fr

    Objet : CA16_ConseillerEntrepriseInstallation_CDI

    ]]>
    Formation - EmploiEmploiCharente
    news-122764Fri, 13 Jan 2023 09:53:06 +0100OFFRE POURVUE :) - Un(e) Assistant(e) d’accueilhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/offre-pourvue-une-assistante-daccueil/OFFRE POURVUE :) Peut-être d'autres opportunités à saisir à la Chambre d'agriculture de la Charente ?Recherche dans le cadre d’un remplacement pour congés maladie, un (e) Assistant(e) d’accueil pour le département viticulture du service productions végétales.

    La Chambre Départementale d’Agriculture, 80 salariés, créée par la loi du 3 janvier 1924, établissement public à caractère administratif rattachée à l’Etat, organe consultatif, représentatif et professionnel des intérêts agricoles, auprès de l’Etat, des collectivités territoriales et des établissements publics, au service de tous les agriculteurs sans distinction aucune, recherche dans le cadre d’un remplacement pour congés maladie, un (e) Assistant(e) d’accueil pour le département viticulture du service productions végétales.

    VOS MISSIONS

    Etre l’assistante du pôle viticulture, composé de 6 conseillers

    • Assurer l’accueil physique et téléphonique des viticulteurs
    • Appui secrétariat : Réceptionner et diffuser le courrier, saisir et mettre en forme des documents (tableaux, graphiques, rapports…), rédiger courriers et procès-verbaux, assurer le secrétariat courant pour des structures partenaires
    • Assurer la logistique des réunions, déplacements des agents du service
    • Participer à la mise en place du programme de formation à destination des viticultures
    • Appui au service logistique sur l’antenne de Segonzac

    PROFIL RECHERCHÉ

    • Formation en secrétariat (Bac ou BTS) ou expérience dans les domaines de l’accueil et de l’assistance exigée.

    APTITUDES REQUISES

    • Vous possédez d’excellentes qualités relationnelles, d’aptitudes au dialogue. Vous êtes très à l’aise avec les outils informatiques (maîtrise de word, excel, messagerie). Vous possédez de réelles aptitudes en communication orale. Vos capacités d’analyse, d’organisation, de rigueur et d’autonomie seront des gages de réussite dans le contexte de l’accueil.

    CONDITIONS D'EMPLOI

    • CDD de remplacement à temps plein avec période d’essai
    • Rémunération selon grille chambre d’agriculture et expérience (emploi-type : assistante)
    • Résidence administrative : Segonzac (16)
    • Salaire sur 13 mois
    • Ticket restaurant

    DATE D'ENTRÉE EN FONCTION

    Idéalement mi-février 2023

    Dépôt des candidatures : Lettre de motivation et CV au plus tard le 27/01/2023 à : recrutement@na.chambagri.fr

    Objet : CA16_Assistante d’Accueil_CDD

     

    ]]>
    Formation - EmploiEmploi
    news-117651Wed, 11 Jan 2023 11:17:00 +0100OFFRE POURVUE :) - Un-e Conseiller-ère / Animateur-trice en création d'entreprise (H/F) https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/offre-pourvue-un-e-conseiller-ere-animateur-trice-en-creation-dentreprise-hf/OFFRE POURVUE :) Peut-être d'autres opportunités à saisir à la Chambre d'agriculture de la Charente ? Vous souhaitez vous investir dans le service aux agriculteurs, et participer à la construction des futures générations agricoles ? Le métier d’agriculteur est en constante évolution, avec des attentes variées selon les projets et les générations d’agriculteurs, et la nécessité de répondre aux demandes sociétales. La Chambre d’Agriculture de Charente fait de cet enjeu un de ses objectifs majeurs, et pour ce, elle souhaite développer son offre d’accompagnement aux futurs agriculteurs de demain. 

     

    La Chambre Départementale d’Agriculture, 80 salariés, créée par la loi du 3 janvier 1924, établissement public à caractère administratif rattachée à l’Etat, organe consultatif, représentatif et professionnel des intérêts agricoles, auprès de l’Etat, des collectivités territoriales et des établissements publics, au service de tous les agriculteurs sans distinction aucune, recherche un(e) Conseiller(ère) / Animateur(trice) en création d’entreprise affecté(e) au Service Entreprises Agricoles pour un Contrat à durée déterminée à temps plein pour le remplacement d’un congé maternité.

    MISSIONS

    Au sein de l’équipe Installation Transmission, vous aurez comme missions principales de :

    • Accompagner les futurs agriculteurs de l’émergence de leur projet de création d’entreprise jusqu’à  la concrétisation de l’installation,
    • Mettre en relation, dans le cadre du Répertoire Départemental à l’Installation, les futurs cédants avec les porteurs de projet. 
    • Animation de formation

    La liste des missions ci-dessus n’est pas exhaustive et le/la candidat(e) pourra se voir confier d’autres missions en lien avec ses compétences.
     

    PROFIL DU CANDIDAT 

    BTS  en agriculture ou niveau BAC+3
    Connaissances ou expériences en accompagnement à la création d’entreprise / gestion d’entreprise / aspects sociaux et réglementaires liés à l’installation
    Une expérience en animation de projet serait un plus.

     

    APTITUDES REQUISES 

    Homme ou femme de terrain, vous êtes doté(e) de bonnes capacités d’écoute et de qualités relationnelles vous permettant de faire exprimer une demande. 
    Organisé(e), rigoureux-se et autonome, vous avez le sens du service aux agriculteurs. 
    Votre aptitude à travailler en équipe sera un gage de réussite pour le poste.

     

    CONDITIONS D'EMPLOI 

    CDD remplacement congé maternité avec période d’essai.
    Rémunération selon grille Chambre d’Agriculture 16 et expérience (emploi-type : Conseiller-ère)
    Mutuelle de santé collective et chèques déjeuner.
    Résidence administrative : Angoulême, déplacements sur le département à prévoir – voiture de service à disposition
     

    DATE D'ENTRÉE EN FONCTION 

    Dès que possible 

     

    Dépôt des candidatures (lettre de motivation avec CV détaillé) avant le 27/01/2023 à recrutement@na.chambagri.fr 

    Objet du mail : CA16 : recrutement Conseiller/Animateur en création d'entreprise 

    ]]>
    Entreprise agricoleFormation - EmploiEmploi
    news-122603Tue, 10 Jan 2023 16:13:00 +0100Alternative à la paille - Dollit / Dolomie https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/alternative-a-la-paille-dollit-dolomie/Le bassin d’élevage Nouvelle-Aquitaine rassemble des exploitations dont une majorité pratique l’hivernage des animaux en bâtiment sur paille de céréales. L’autonomie en paille des élevages est relativement faible. Face à la demande des éleveurs, l’offre est variable en fonction des années climatiques, du territoire et de la disponibilité en paille, ce qui conduit à des fluctuations de prix importantes au cours de l’année. Cela rend les élevages encore plus vulnérables.C’est dans ce contexte et avec la répétition de sécheresses ces dernières années que les éleveurs et les structures les accompagnant se tournent de plus en plus vers différentes alternatives à la paille de litière. Le projet ARPIDA Paille a pour objectif de capitaliser et diffuser des références sur ces alternatives en donnant les principaux indicateurs techniques, économiques, environnementaux de chacune.

    LA DOLLIT ou DOLOMIE

    750 kg de Dollit remplacent 1 Tonne de Paille soit un pouvoir absorbant de 250 gr. eau/kg.

    La Dollit ou Dolomie est un sable calco-magnésien très fin qui peut servir d’amendement ou de litière. Ce produit se trouve sur le territoire du Poitou. Naturellement de pH élevé (entre 8 et 9), elle lutte contre l’acidification de la litière, contribuant ainsi au bon état sanitaire du bâtiment puis à l’obtention d’une fumure de haute qualité.

    Plus le bâtiment sera aéré, plus le pouvoir absorbant de la dolomie sera performant et efficace.

    Pour découvrir les conditions de stockage, la mise en oeuvre, les + et les - ou encore des retours d'expériences, cliquez ici. 

    Projet lauréat ARPIDA paille 2020.

    ]]>
    Entreprise agricoleProductions animalesProductions végétalesGrande cultureCéréale à paillePlante fourragère
    news-122596Tue, 10 Jan 2023 15:26:42 +0100Le GAEC de la Grande Dennerie : l'autonomie pour redonner du sens au métier d'éleveur"https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/le-gaec-de-la-grande-dennerie-lautonomie-pour-redonner-du-sens-au-metier-deleveur/Retrouvez les spécificités et leviers techniques pour l'autonomie alimentaire de l'exploitation, le regard des éleveurs, l'économie en quelques chiffres.Le Gaec de la Grande Dennerie situé dans le sud de la Charente transforme 600 000 litres de lait par an. Avec le passage en bio, les éleveurs ont revu complètement leur système fourrager et la conduite du troupeau avec une augmentation des surfaces en herbe et la mise en place du pâturage tournant dynamique. L’herbe représente plus de 80 % de la ration, elle est complétée par du maïs ensilage, du méteil grain autoconsommé, et des graines de féverole et soja bio achetées localement et toastées sur la ferme.
    Retrouvez l'intégralité de la fiche "Autonomie Alimentaire : les éleveurs témoignent" et la vidéo ici

     

    ]]>
    Agriculture biologiqueProductions animalesBovin laitCharente
    news-122476Fri, 06 Jan 2023 10:43:50 +0100Info Centre de Formalités des Entreprises (CFE)https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/info-centre-de-formalites-des-entreprises-cfe/En 2023 comme en 2022, la Chambre d’agriculture de la Charente continuera à vous accompagner dans vos démarches de formalité des entreprises, aussi bien pour les exploitants individuels que pour les sociétés.

    Une permanence téléphonique aura lieu tous les matins de 9 h 00 à 10 h 30 pour vous informer sur les démarches à réaliser 05 45 24 49 49.

    ]]>
    news-122471Fri, 06 Jan 2023 10:10:27 +0100Demande d’aides animaleshttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/demande-daides-animales/Les demandes d’aides animales ovines et caprines sont possibles du 1er au 31 janvier 2023. Les demandes d’aide bovines seront à faire entre le 1er janvier et le 15 mai 2023.]]>PACProductions animales096-Inst-NAQ-Charentenews-122470Fri, 06 Jan 2023 10:04:40 +0100Numéro pacage, numéro de détenteur : êtes-vous à jour ?https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/numero-pacage-numero-de-detenteur-etes-vous-a-jour-2/Sans numéro PACAGE, vous ne pourrez pas demander les aides PAC.Si vous êtes nouvel agriculteur, ou agriculteur n’ayant jamais demandé d’aide PAC à titre individuel ou en tant qu’associé d’une société et  que vous souhaitez faire une demande d’aide en 2023, vous devez demander l’attribution d’un numéro pacage.

    Ce numéro est en effet indispensable pour faire votre demande d’aide, y compris les aides animales.

    Rappelons qu’il faut demander l’attribution d’un numéro pacage dans les cas suivants :

    • Personne physique n’ayant jamais exercé d’activité agricole auparavant en tant que chef d’exploitation ou associé de société, et s’installant sous forme individuelle ou sous forme sociétaire. Dans le cas d’une installation au sein d’une société ayant déjà bénéficié d’aides PAC, la société devra également mettre à jour les informations la concernant.
    • Personne physique ou morale ayant déjà exercé une activité agricole mais ne détenant pas de numéro pacage et souhaitant demander des aides PAC pour la première fois.
    • Personne morale nouvellement créée.
    • Transformation de sociétés impliquant un GAEC
    • Changement du siège d’exploitation entre département

    Si vous êtes concerné et pour toute question, contactez la DDT au 05 17 17 39 39.

    Attention, l’obtention des justificatifs peut prendre du temps. C’est le cas notamment de l’extrait Kbis pour les formes sociétaires, l’affiliation à la MSA, le RIB, …

    Sans numéro PACAGE, vous ne pourrez pas demander les aides. Donc, soyez vigilant et anticipez vos démarches.

    Même vigilance pour le numéro de détenteur pour les éleveurs : il sera également nécessaire pour demander les aides animales. Pour cela, renseignez-vous auprès de l’EDEi au 05 45 24 49 88.

     

    ]]>
    PACProductions animalesGrande culture
    news-122169Tue, 20 Dec 2022 14:28:24 +0100Grippe aviaire : ouverture des demandes de solde (dispositif Amont éleveurs)https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/grippe-aviaire-ouverture-des-demandes-de-solde-dispositif-amont-eleveurs/OBLIGATOIRE EN CAS DE DEMANDE D’AVANCE AU DISPOSITIF ELEVEURSL’Etat prend en charge 100% des pertes subies pendant les mesures sanitaires (I1) ainsi que 100% des pertes post-restrictions sanitaires dues aux éventuelles difficultés de remise en place (I2) sur au maximum 150 jours de vides consécutifs à la levée des mesures sanitaires (jusqu’au 15 février 2023 au plus tard).

    Les exploitants agricoles ayant subi un vide sanitaire dans le cadre des mesures de restrictions pour lutter contre l’influenza aviaire en zones réglementées peuvent donc déposer une demande de solde sur indemnisation des pertes de non production.

    Attention, les exploitations ayant fait une demande d’avance sur indemnisation dans le cadre de l’influenza aviaire (dispositif éleveurs) sont dans l’obligation de faire une demande de solde afin de régulariser cette avance.

    En l’absence de demande de solde, l’avance devra être remboursée.

    Points importants :

    Date limite de dépôt : vendredi 24 février 2023 à 14h
    Eligibilité

    Pour bénéficier de cette aide, les exploitants doivent répondre aux critères suivants :

    • Etre un exploitant agricole, un GAEC, une EARL, ou autre personne morale ayant pour objet l'exploitation agricole et réaliser une activité commerciale de production de volailles ;
    • Etre immatriculés au répertoire SIREN de l’INSEE par un numéro SIRET ;
      avoir une activité d’élevage (ou d’engraissement (gavage) le cas échéant) de volailles dans les conditions suivantes :
      • les volailles ont une vocation commerciale : œufs ou chair (volailles vivantes, entières, découpées ou transformées)
      • les exploitations qui pratiquent l’engraissement (gavage) doivent répondre aux exigences de l’arrêté du 21 avril 2015 établissant des normes minimales relatives à l'hébergement des palmipèdes destinés à la production de foie gras.
      • les demandeurs réalisant de l’élevage en tant que prestataires sont éligibles ;
    • avoir au moins un bâtiment d’élevage situé dans une zone réglementée et une période éligibles définies à l’annexe 4, dès lors que l’activité de ce bâtiment répond aux critères d’éligibilité ;
    • pour bénéficier de I1 : avoir subi un vide prolongé durant les interdictions de remise en place de volailles lors de l’épisode d’influenza aviaire H5N1 2021-2022, dans les zones et périodes définies à l’annexe 4 ;
    • pour bénéficier d’I2 :
      • être éligible à I1 ;
      • avoir subi un vide prolongé lors de l’épisode d’influenza aviaire H5N1 2021-2022, dans les zones et au-delà des périodes définies à l’annexe 4 du fait de difficultés de remise en place ;
      • reprendre la production au plus tard le 31 mars 2023 et ne pas avoir définitivement cessé ou s’engager à ne pas définitivement cesser son activité avicole éligible.
    • avoir débuté une production de volaille avant la mise en œuvre des mesures d’interdiction de mise en place de volailles, pour l’épisode d’influenza aviaire H5N1 2021-2022, dans la zone réglementée dans laquelle l'exploitation est implantée  (voir l’annexe 4) ;
    • avoir respecté les obligations prévues à l’arrêté 29 septembre 2021 relatif aux mesures de biosécurité applicables par les opérateurs et les professionnels liés aux animaux dans les établissements détenant des volailles ou des oiseaux captifs dans le cadre de la prévention des maladies animales transmissibles aux animaux ou aux êtres humains.
    Montant de l’aide :

    Le calcul de l’aide dépend du type de circuit de commercialisation (filière courte/longue) et/ou de la catégorie des animaux élevés.

    Un coefficient stabilisateur sera appliqué en cas de dépassement du montant de l’enveloppe de l’aide.

    Les exploitations agricoles ayant bénéficié d’une aide à l’alimentation animale dans le cadre du Plan de Résilience sont bien éligible à cette aide, cependant le montant reçu sera, pour tout ou partie, déduit de l’indemnisation « grippe aviaire ».

    L’indemnisation au titre de ce dispositif n’est pas cumulable, pour une même perte, avec une indemnisation reçue dans le cadre d’une assurance privée pour cet épisode d’influenza aviaire

    Comment et où ?

    Dossier à remplir sur la plate-forme d’acquisition des données de FranceAgriMer jusqu'au 24/02/2023 à 14h en cliquant ici

    Important : l’annexe 1 doit être remplie par le comptable (Expert-Comptable, Association de Gestion et de Comptabilité, Commissaire aux comptes) y compris pour les éleveurs au micro BA ou sans comptable


    Pour tout renseignement complémentaire, contactez le 05 45 24 49 25.

     

    ]]>
    Productions animales096-Inst-NAQ-Charente
    news-122060Mon, 19 Dec 2022 10:42:31 +0100OFFRE POURVUE :) - Conseiller(ère) en viticulture et oenologie H/Fhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/offre-pourvue-conseillerere-en-viticulture-et-oenologie-hf/OFFRE POURVUE :) Peut-être d'autres opportunités à saisir à la Chambre d'agriculture de la Charente ?Vous recherchez une mission impactante et concrète qui se déroule sur le terrain ?
    Vous souhaitez côtoyer des experts ? des conseillers de proximité ? des expérimentateurs ?

    Rejoignez le réseau de la Chambre d’Agriculture de la Charente !

    La Chambre Départementale d’Agriculture, 80 salariés, créée par la loi du 3 janvier 1924, établissement public à caractère administratif rattachée à l’Etat, organe consultatif, représentatif et professionnel des intérêts agricoles, auprès de l’Etat, des collectivités territoriales et des établissements publics, au service de tous les agriculteurs sans distinction aucune, recherche dans le cadre d’un remplacement de poste, un (e) conseiller (ère) en viticulture et œnologie en contrat à durée déterminée à temps plein.

    VOS MISSIONS

    Acquérir des références techniques et apporter du conseil aux viticulteurs dans le domaine de la viticulture et de l’œnologie.

     

    • Missions en viticulture
      • Assurer le conseil et l’accompagnement des viticulteurs tant en individuel que dans le cadre d’animation de groupe ou de formation (certiphyto, conseil stratégique phyto, mes p@rcelles…) ;
      • Participer au programme d’expérimentation viticole déployé par la Chambre d’agriculture ;
      • Participer  aux réseaux animés par la Chambre (SBT, réseaux déployés dans le cadre d’Ecophyto).
    • Missions en œnologie
      •  Pendant la phase de vendanges vinification, assurer le suivi d’un portefeuille de viticulteurs : prélèvement d’échantillon, conseil œnologique.

    PROFIL RECHERCHÉ

    • Ingénieur agro-agri avec spécialisation en viticulture et oenologie
    • Titulaire du certiphyto conseiller et du DNO

    APTITUDES REQUISES

    • Capacité d’analyse et de synthèse ;
    • Aptitudes rédactionnelles ;
    • Communication et animation de groupe ;
    •  Maitrise des outils informatiques (pack office,…) ;
    • Aptitude au travail en équipe.

    CONDITIONS D'EMPLOI

    • CDD d’1 an à temps plein avec période d’essai, poste susceptible d’évoluer vers un CDI ;
    • Rémunération selon grille chambre d’agriculture et expérience (emploi-type : conseiller spécialisé) ;
    •  Résidence administrative : Segonzac (16) ;
    • Déplacements à prévoir – Voiture de service à disposition ;
    • Salaire sur 13 mois ;
    • Ticket Restaurant.

    DATE D'ENTRÉE EN FONCTION

    Idéalement début février 2023

    Dépôt des candidatures : Lettre de motivation et CV au plus tard le 10/01/2023 à : recrutement@na.chambagri.fr - Objet : CA16_Conseiller en viticulture et oenologie_CDD

     

     

    ]]>
    Entreprise agricoleGestion de l'entrepriseViticulteurFormation - EmploiEmploiOenologie
    news-122057Mon, 19 Dec 2022 10:23:19 +0100Résultats d'essais Grandes cultureshttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/resultats-dessais-grandes-cultures/Retrouvez les résultats d'essais maïs grains 2022Voici les synthèses des résultats d'essais maïs :

    et la vitirine de démonstartion en variété maïs grain bio :

     

    Tous les résultats d'essais sont accessibles sur cette page

    ]]>
    Productions végétalesGrande cultureCharente
    news-122042Mon, 19 Dec 2022 09:08:29 +0100OFFRE POURVUE :) - Conseillers(ères) opérateur PAC H/F https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/offre-pourvue-conseillerseres-operateur-pac-hf/OFFRE POURVUE :) Peut-être d'autres opportunités à saisir à la Chambre d'agriculture de la Charente ?
    La Chambre Départementale d’Agriculture, 80 salariés, créée par la loi du 3 janvier 1924, établissement public à caractère administratif rattachée à l’Etat, organe consultatif, représentatif et professionnel des intérêts agricoles, auprès de l’Etat, des collectivités territoriales et des établissements publics, au service de tous les agriculteurs sans distinction aucune, recherche des conseillers PAC H/F affectés au Service productions Entreprises Agricoles en contrat à durée déterminée à temps plein.

    MISSIONS

    Au sein d’une équipe de collaborateurs et sous le tutorat d’un conseiller expérimenté, vous aurez pour mission d’accompagner et conseiller les agriculteurs dans leur déclaration graphique PAC, enregistrer les données de la PAC sur l’outil cartographique TELEPAC. Un temps de formation est prévu en début de mission sur la réglementation et l’utilisation du logiciel.

    PROFIL DU CANDIDAT

    Formation niveau BTS Agricole ou niveau BAC +2 ou expérience en déclaration PAC

    APTITUDES REQUISES

    Vous possédez de bonnes connaissances du milieu agricole et des outils informatiques. Votre aptitude à travailler en équipe sera un gage de réussite pour le poste.

    CONDITIONS D'EMPLOI

    Poste à pourvoir à partir de mi-mars 2023
    35h00 du lundi au vendredi
    CDD de 1.5 mois à 2 mois selon date d’arrivée avec période d’essai
    Rémunération selon grille chambre d’agriculture 16 et expérience
    Résidence administrative : Confolens ou Angoulême

    Dépôt des candidatures (lettre manuscrite avec CV détaillé) avant le 31/01/2023 à :
    Monsieur le Président de la Chambre Départementale d’Agriculture de la Charente
    Mention recrutement n° CA16_CDD_TECHNICIEN PAC_2023
     66 Impasse Nièpce –ZA  Ma Campagne
    16016 ANGOULEME CEDEX
    Ou par mail à :
    recrutement@na.chambagri.fr

     

    ]]>
    Economie et politique agricolesPACEntreprise agricoleGestion de l'entrepriseFormation - EmploiEmploi
    news-122029Fri, 16 Dec 2022 15:15:28 +0100Marché de noelhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/marche-de-noel-9/Le marché Pensez local 16 de Noël aura lieu à l'espace Lunesse à Angoulême.Rendez-vous dimanche 18 décembre 2022 de 10h à 18h rue Paul Mairat 16000 Angoulême (face au Leclerc).]]>Charentenews-121900Wed, 14 Dec 2022 11:23:23 +0100Producteurs charentais, les préinscriptions pour les Marchés des Producteurs de Pays 2023 sont lancéeshttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/producteurs-charentais-les-preinscriptions-pour-les-marches-des-producteurs-de-pays-2023-sont-lance/Vous avez jusqu'au 20 décembre pour vous inscrire aux Marchés des Producteurs de Pays (MPP) 2023.En participant aux Marchés des Producteurs de Pays, vous aurez de belles occasions de permettre aux consommateurs de vous rencontrer, de découvrir la passion que vous mettez dans votre travail et, bien évidemment, de déguster vos produits sur place dans le cadre de l'espace restauration prévu à cet effet Pour candidater, rendez-vous sur www.pensezlocal16.fr dans votre espace producteur rubrique "Marchés des Producteurs de Pays".

    Vous n'avez pas encore d’espace producteur ? Sur Pensez local 16 un formulaire vous permettra de le créer facilement.

    Contact : contact@pensezlocal16.fr ou en appelant Camille MENARD – 06 98 76 24 39

    ]]>
    Entreprise agricoleProductions animalesProductions végétales
    news-121810Mon, 12 Dec 2022 14:11:15 +0100Alternative à la paille - LES COPEAUX ET SCIURES https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/alternative-a-la-paille-les-copeaux-et-sciures/Le bassin d’élevage Nouvelle-Aquitaine rassemble des exploitations dont une majorité pratique l’hivernage des animaux en bâtiment sur paille de céréales. L’autonomie en paille des élevages est relativement faible. Face à la demande des éleveurs, l’offre est variable en fonction des années climatiques, du territoire et de la disponibilité en paille, ce qui conduit à des fluctuations de prix importantes au cours de l’année. Cela rend les élevages encore plus vulnérables.C’est dans ce contexte et avec la répétition de sécheresses ces dernières années que les éleveurs et les structures les accompagnant se tournent de plus en plus vers différentes alternatives à la paille de litière. Le projet ARPIDA Paille a pour objectif de capitaliser et diffuser des références sur ces alternatives en donnant les principaux indicateurs techniques, économiques, environnementaux de chacune.

    LES COPEAUX - SCIURES

    La litière en sciures est réalisée à partir des résidus de bois dans la scieries et les industries de bois. C'est un produit qui présente de nombreux avantages ; grandes qualités absorbantes, un pouvoir abrasif intéressant, bonne captation des odeurs d'ammoniac, un niveau de confort élevé et un pouvoir isolant intéressant.

    C'est un produit qui peut s'utiliser seul ou en mélange. Il faut s'assurer que le produit à été dépoussiéré et ne contient pas d'adjuvants chimiques. C'est un produit qui est surtout utilisé en bovin lait et en volailles.

    Les bois riches en tanins (chênes) ont tendance à acidifier le sol lors de l'épandage. Des bois blancs (peuplier) sont à privilégier. Les bois exotiques sont à proscrire car ils sont source de déforestation.

    Pour découvrir les conditions de stockage, la mise en oeuvre, les + et les - ou encore des retours d'expériences, cliquez ici. 

    Projet lauréat ARPIDA paille 2020.

    ]]>
    Entreprise agricoleProductions animalesProductions végétalesGrande cultureCéréale à paillePlante fourragère
    news-121645Wed, 07 Dec 2022 10:17:13 +0100 Devenez un bon manager : gestion des salariés agricoleshttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/devenez-un-bon-manager-gestion-des-salaries-agricoles-1/Vous êtes éleveur et vous souhaitez améliorer vos compétences en management ? Savoir transmettre des consignes, apprendre à déléguer ou encore vous affirmer dans votre rôle d'employeur ? Objectifs pédagogiques :
    • Encadrer son (ses) salarié(s) ; transmettre des consignes et savoir demander ;
    • Savoir s’affirmer dans son rôle d’employeur ;
    • Apprendre à déléguer pour travailler en confiance ;
    • Être à l’aise sur l’évaluation du travail.

     

    Public et pré-requis :

    • Éleveurs du département de la Charente
    • Être employeur de main d’œuvre ou en avoir le projet.

     

    Programme :

    • Définir son rôle d'encadrant : rôle du responsable, intérêt d'un encadrement impliquant le salarié, diagnostic de son style personnel, préparer un recrutement ;
    •  Établir une relation efficace avec son salarié : se positionner dans la relation avec son interlocuteur, comprendre les nouvelles générations, exprimer ses attentes, savoir demander, savoir exprimer des remarques ou des critiques ;
    • Dynamiser sa relation : les différents canaux de communication, rendre ses réunions attractives, distinguer consigne et demande, formuler des objectifs, mener des entretiens individuels, savoir recevoir une critique ;
    • Stimuler et entretenir la motivation : comprendre les attentes individuelles et collectives, s'adapter aux différents profils de personnalité, savoir féliciter, pratiquer la délégation ;
    • Renforcer son charisme : mieux se connaître, se faire confiance et inspirer confiance, travailler la posture assertive, développer une aisance relationnelle, trouver sa posture physique d'affirmation ;
    • Résoudre efficacement les dysfonctionnements : anticiper les tensions, analyser les types de désaccords, recadrer à bon escient, gérer les résistances, être médiateur ;
    • Repérer ses atouts, travailler ses points de progrès, utiliser les outils du management en situation.

     

    Tarifs :
    Public VIVEA : pris en charge par VIVEA et la Chambre d'agriculture - Autre public : 161€

    Pour en savoir plus sur la formation, cliquez-ici.

    Pour vous inscrire, vous pouvez contacter :
    Diane PASQUIER - diane.pasquier@charente.chambagri.fr ou +33 7 71 73 02 86
    Sylvie VIGNAUD - sylvie.vignaud@charente.chambagri.fr ou +33 6 71 27 63 75

     

     

    ]]>
    Entreprise agricoleEleveurProductions animalesProductions végétales096-Inst-NAQ-Charente
    news-121601Tue, 06 Dec 2022 14:21:01 +0100Formations viticulture 2023https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/formations-viticulture-2023/C'est le moment de vous inscrire !La Chambre d'agriculture propose différentes formations viticulture-oenologie sur 2023.
    Les inscriptions ont débuté, pensez à vous inscrire dès à présent en ligne ou par télephone au 05 45 36 34 00

     

    FORMATIONS VITICULTURE

    FORMATIONS OENOLOGIE

    ]]>
    AgroalimentaireVigneCharente
    news-121487Mon, 05 Dec 2022 15:18:06 +0100Carte des producteurs "Bienvenue à la ferme" est en lignehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/carte-des-producteurs-bienvenue-a-la-ferme-est-en-ligne/Venez redécouvrir le goût et le plaisir des bons produits de la ferme.Retrouvez :
    • les coordonnées des agriculteurs ‍
    • les services proposés sur les fermes
    • les temps forts Bienvenue à la ferme

     

    ]]>
    Charente
    news-121477Mon, 05 Dec 2022 12:27:07 +0100"Coaching sur mesure" pour la taille de la vignehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/coaching-sur-mesure-pour-la-taille-de-la-vigne/Vous avez loupé les formations taille ? Nous vous proposons le "coaching sur mesure"Sur votre exploitation, pendant une demi-journée, la Chambre d'agriculture vous accompagne vous et vos salariés sur :
    • la reprise des fondamentaux
    • la réadaptation des pratiques selon votre situation et vos objectifs
    • les réponses à des problématiques spécifiques : parcelles gelées, grêlées, taille d’établissement, gestion des entreplants, ...

    Renseignements : 05 45 36 34 00

    ]]>
    VigneCharente
    news-121423Fri, 02 Dec 2022 10:43:21 +0100Appel à candidature " Cap sur l'Agriculture Durable 2022 "https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/appel-a-candidature-cap-sur-lagriculture-durable-2022-3/Vous avez innové sur votre exploitation pour en améliorer la durabilité ? Candidatez c'est très simple ! 

    Un appel à candidature ouvert à toutes les agricultrices et tous les agriculteurs innovants de Nouvelle-Aquitaine souhaitant valoriser leurs initiatives !

    L'appel à candidature " Cap sur l'Agriculture Durable 2022 " s’inscrit dans la continuité des précédents et s’adresse à toutes les agricultrices et tous les agriculteurs situés en Nouvelle-Aquitaine qui ont innové sur leur exploitation pour en améliorer la durabilité.

    C’est très simple…

    Pour candidater, il suffit :

    • de se connecter sur le site www.agridurableaquitaine.com pour télécharger la feuille d’inscription
    • de répondre en quelques mots aux six questions permettant de situer l’initiative proposée, en regard des objectifs d’amélioration de la durabilité du système d’exploitation
    • de retourner ce document par mail (ou par courrier)

     
    Une sélection rigoureuse fondée sur l’expérience d’experts indépendants

    Après une présélection sur dossier, les exploitations retenues recevront la visite d’experts qui analyseront, sur place, l’initiative proposée en se fondant sur une grille de lecture qui prend en compte les trois dimensions du développement durable : économique, environnementale et sociale.

     
    Une dotation de 1 500 à 2 000 €

    Sur la base de cette analyse le comité exécutif de la Fondation choisira les lauréats. Les lauréats recevront une  dotation de 1 500 à 2 000 € selon la qualité de la réalisation. La publication des résultats aura lieu pendant le Salon de l’Agriculture Nouvelle-Aquitaine, qui se tiendra du 13 au 21 mai 2023.

    L’appel à candidature sera clos le 30 décembre 2022.

     
    Plus de 100 lauréats depuis 2009

    Depuis sa création la fondation a soutenu plus de 100 réalisations avec l’ambition que chaque lauréat puisse partager son expérience et illustrer auprès de tous les publics le fait que l’agriculture innove dans le sens de l’intérêt général par des initiatives concrètes, utiles et efficaces !

     
    Valoriser collectivement le travail de chacun au bénéfice de tous !

    L’essentiel de ces témoignages est à retrouver sur le site web de la Fondation, ou sur agriweb.tv, avec notamment l’interview de Dominique Gaborieau un des lauréats 2021.

     
    Contact

    Bruno MILLET- Délégué Général- brunomillet.faduna@orange.fr - 06 81 42 77 40

    Maison de l’agriculture et de la Forêt
    6 parvis des Chartrons
    33000 Bordeaux

    ]]>
    news-121250Mon, 28 Nov 2022 15:03:54 +0100Cette année, offrez un coffret cadeau de produits locaux https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/cette-annee-offrez-un-coffret-cadeau-de-produits-locaux/Oh Oh Oh... Noël arrive à grand pas ! Et qui dit Noël, dit cadeaux ! Et qui dit cadeaux dit "Qu'est-ce que je vais bien pouvoir offrir cette année ?" Vous en faites pas, on a de quoi mettre tout le monde d'accord. Les producteurs partenaires de Pensez local 16 vous proposent de nombreux coffrets cadeaux à mettre au pied du sapin. Sucré, salé, mixte... il y en a pour tous les goûts !

    Pour découvrir tous les coffrets proposés à la vente, cliquez-ici.

    ]]>
    Entreprise agricole
    news-121242Mon, 28 Nov 2022 11:58:47 +0100Résultats d'essais maïs et tournesolhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/resultats-dessais-mais-et-tournesol/Venez consulter les résultats d'essais pour préparer votre prochaine campagne.Retrouvez les résultats des essais variétés :
    • Maïs en culture sèche
    • Tournesol Linoléique précoce
    • Tournesol Oléique précoce

    sur la page produire > grandes cultures > résultats d'essai

    ]]>
    Productions végétalesGrande cultureCharente
    news-121236Mon, 28 Nov 2022 11:39:35 +0100Alternative à la paille - LES ÉCORCES DE BOIS https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/alternative-a-la-paille-les-ecorces-de-bois/Le bassin d’élevage Nouvelle-Aquitaine rassemble des exploitations dont une majorité pratique l’hivernage des animaux en bâtiment sur paille de céréales. L’autonomie en paille des élevages est relativement faible. Face à la demande des éleveurs, l’offre est variable en fonction des années climatiques, du territoire et de la disponibilité en paille, ce qui conduit à des fluctuations de prix importantes au cours de l’année. Cela rend les élevages encore plus vulnérables.C’est dans ce contexte et avec la répétition de sécheresses ces dernières années que les éleveurs et les structures les accompagnant se tournent de plus en plus vers différentes alternatives à la paille de litière. Le projet ARPIDA Paille a pour objectif de capitaliser et diffuser des références sur ces alternatives en donnant les principaux indicateurs techniques, économiques, environnementaux de chacune.

    LES ÉCORCES DE BOIS

    Les écorces de bois déchiquetées sont issues de scierie, sous forme rectangulaire d'un calibre inférieur à 60 mm provenant de bois de feuillus (achat local).

    Pour découvrir les conditions de stockage, la mise en oeuvre, les + et les - ou encore des retours d'expériences, cliquez ici

    Projet lauréat ARPIDA paille 2020.

    ]]>
    Entreprise agricoleProductions animalesProductions végétalesGrande cultureCéréale à paille
    news-121335Fri, 25 Nov 2022 14:43:19 +0100Plan de résilience - Aide aux structures consommatrices de gaz et/ou d'électricitéhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/plan-de-resilience-aide-aux-structures-consommatrices-de-gaz-etou-delectricite/Le 19 novembre, des modalités de simplification et de renforcement des différents dispositifs d'aides aux entreprises ont été présentées par le Gouvernement, notamment l’aide aux structures consommatrices de gaz et/ou d'électricité. Vous trouverez ci-dessous les informations et conditions relatives pour chaque période éligible : Pour les dépenses de mars à mai 2022 : date limite de dépôt au 31 décembre 2022
    • Achats de gaz et/ou d’électricité 2021 supérieur ou égal à 3 % du chiffre d’affaires 2021
    • Doublement du prix du gaz et/ou de l’électricité sur la période éligible par rapport à une moyenne de prix sur l’année 2021.

    Et suivant les régimes de prise en charge :

    • Régime 1 : prise en charge de 30 % des couts éligibles (plafond 2 M€) :
      - Baisse d’EBE supérieure ou égale à 30 % par rapport à 2021 OU EBE négatif sur la période
    • Régime 2 : prise en charge de 50 % des couts éligibles (plafond 80 % montant de la perte et de 25 M€) :
      - EBE négatif par rapport à 2021 sur la période et augmentation des couts éligibles  ≥  50 % de la valeur absolue de l’EBE


    Pour les dépenses de juin à août 2022 : date limite de dépôt au 31 décembre 2022

    • Achats de gaz et/ou d’électricité 2021 supérieur ou égal à 3 % du chiffre d’affaires 2021
    • Doublement du prix du gaz et/ou de l’électricité sur la période éligible par rapport à une moyenne de prix sur l’année 2021.

    Et suivant les régimes de prise en charge :

    • Régime 1 : prise en charge de 30 % des couts éligibles (plafond 2 M€) :
      - Baisse d’EBE entre 2021 et 2022 ou EBE négatif sur la période
    • Régime 2 : prise en charge de 50 % des couts éligibles (plafond 80 % montant de la perte et de 25 M€) :
      - EBE négatif par rapport à 2021 sur la période
      - Augmentation des couts éligibles  ≥  50 % de la valeur absolue de l’EBE


    Pour les dépenses de septembre et octobre 2022 : dépôt à partir du 19/11/2022

    • Augmentation de  50 % du prix du gaz et/ou de l’électricité sur la période éligible par rapport à la moyenne de prix sur l’année 2021.

    Et suivant les régimes de prise en charge :

    • Régime 1 : 50 % du différentiel entre la facture 2021 majorée de 50 % et la facture 2022 (plafonds : 70 % de la consommation 2021 et 4 M€) :
      - Achats de gaz et/ou d’électricité septembre et/ou octobre 2022 supérieurs à 3 % du chiffre d’affaires 2021 sur la même période (CA septembre/octobre  2021 ou au CA 2021 proratisé).
      - Plus de condition de baisse d’EBE
       
    • Régime 2 : 65 % du différentiel entre la facture 2021 majorée de 50 % et la facture 2022 (plafonds : 70 % de la consommation 2021 et 50 M€) :
      - Dépenses d’énergie 2021 supérieures à 3 % du chiffre d’affaires 2021 OU dépenses d’énergie du 1er semestre 2022 représentant plus de 6% du chiffre d’affaires du premier semestre 2022
      - EBE < 0 OU en baisse de 40 % sur la période.

    Pour les dépenses de novembre à décembre 2022 : dépôt début 2023

    Pas d’infos à ce jour sur les conditions d’éligibilité


    Vérifiez votre éligibilité à l'aide gaz et électricité à l'aide du simulateur d'aide mis en place et déposez votre demande sur le site impots.gouv.fr : https://www.impots.gouv.fr/aide-gaz-electricite

    Les TPE et PME auront toujours accès aux aides sur les factures de gaz 2023 mais n’en bénéficieront plus sur les factures d’électricité 2023.
    Cependant, à partir de janvier 2023, d’autres dispositifs d’aide face à la hausse des prix de l’énergie prendront le relais.

    Plus d’informations sur les dispositifs mis en place actuellement pour faire face à la hausse des factures de l’électricité et du gaz en cliquant ici

     

    ]]>
    news-121144Thu, 24 Nov 2022 17:26:05 +0100Café démonstration Mes P@rcelles https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/cafe-demonstration-mes-prcelles-2/Vendredi 10 février à 10h00, venez découvrir le logiciel Mes p@rcelles et nos offres d'abonnement autour d'un café à la Chambre d'agriculture à Segonzac.Ce logiciel de traçabilité développé par les Chambres d’agriculture vous permet d’enregistrer toutes vos pratiques culturales, de faire votre plan prévisionnel de fumure azoté, de calculer vos IFT et de gérer vos stocks d’intrants. C’est un bon outil pour préparer votre dossier PAC et gérer votre certification HVE.
    Contact : Marie-Christine BIDAULT - mariechristine.bidault@charente.chambagri.fr - 05 45 24 49 62 - 06 13 50 11 99]]>
    Productions végétalesGrande cultureVigneCharente
    news-120810Thu, 17 Nov 2022 14:54:20 +0100Les principales évolutions des aides couplées végétales https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/les-principales-evolutions-des-aides-couplees-vegetales/Parmi les évolutions significatives : 
    •  la création d’une aide couplée au maraîchage, 
    •  l’homogénéisation du montant des aides,
    • l’entrée d’une nouvelle catégorie « légumes secs » dont : lentilles, pois chiches, fèves, haricots secs,
    • le mélange de légumineuses et de graminées à nouveau éligible mais uniquement l’année du semis,
    • le budget aux protéines végétales en augmentation.

    Un montant d’aide identique estimé à 100 €/ha pour les cultures 
    soja, protéagineux, semences de légumineuses fourragères, légumes secs (lentilles, haricots secs, pois chiches et fèves), légumineuses déshydratées. Ces cultures doivent être récoltées à maturité.

    Un montant d’aide estimé à 149 €/ha pour les légumineuses fourragères.
    L’année du semis, les mélanges de légumineuses fourragères et de graminées seront éligibles. Mêmes conditions d’éligibilités qu’en 2022.
    Les autres productions végétales aidées (chanvre, houblon, semences de graminées…) le resteront en 2023-2027. 
    Le montant des aides couplées végétales, comme actuellement, est issu du montant de l’enveloppe nationale, divisé par le nombre d’hectares éligibles ; d’où une estimation à ce jour.

    L’aide couplée au maraîchage
    Nouveauté de la PAC 2023, une aide sera accordée aux maraîchers. Ce principe est acté cependant des précisions sont attendues cet automne en particulier la liste des cultures exclues.

    • Critères d’éligibilité et montant de l’aide
      L’exploitation devra avoir une SAU comprise entre 0.5 et 3 ha de SAU. La transparence GAEC sera appliquée au plafond des 3 ha. Les exploitations hors GAEC dont la SAU est supérieure à 3 ha ne seront pas éligibles.Tous les légumes frais seraient éligibles qu’ils soient sous serres ou en plein champ à l’exception de la chicorée, des légumes secs (lentilles, haricots secs, fèves, pois chiches), des pommes de terre primeur et des pépinières. Les cultures hors sol seraient exclues. Cette liste définitive sera définie par la France, fin 2022 et elle précisera l’éligibilité des fruits rouges. A ce jour, le montant estimatif est de 1588 € /ha.
    • Statut d’éligibilité : pour bénéficier des aides il faudra être agriculteur « actif ».
    • La conditionnalité 2023-2027 en contrepartie des aides couplées.
    • Cumul des aides : l’aide couplée aux maraîchers sera indépendante des aides à la conversion bio, idem pour le crédit AB. Si vous détenez des droits aux paiements de base (DPB), l’aide vient en complément.
    ]]>
    2027PACProductions végétalesGrande culture
    news-120811Thu, 17 Nov 2022 14:54:20 +0100Les aides Ovines et Caprineshttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/les-aides-ovines-et-caprines/Pas de changement concernant l'obtention de l'aide ovine et caprine les règles restent inchangées. Les déclarations seront comme d'habitude à faire au mois de Janvier et la période de détention sera toujours d'au moins 100 jours à compter du 1er février.
    L'aide aux nouveaux producteurs pour les éleveurs ovins est maintenue. Cette aide est versée aux producteurs détenant pour la première fois un atelier ovin, en complément de l’aide ovine, elle permet de les accompagner pendant les 3 premières années de leur activité. ]]>
    2027PACProductions animales
    news-120812Thu, 17 Nov 2022 14:54:20 +0100Aide couplée aux veaux sous la mèrehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/aide-couplee-aux-veaux-sous-la-mere/Pour prétendre à l’aide au VSLM, le demandeur doit disposer des certifications requisesPour prétendre à l’aide au VSLM, il faut être adhérent à un organisme de défense et de gestion en charge d’un label veau sous la mère ou IGP (Indication Géographique Protégée) ou être engagé en Agriculture Biologique et au plus tard au cours de l’année civile précédant la demande d’aide. 
    Il y aura une seule aide VSLM avec un seul montant unitaire (plus de majoration). Les veaux devront être détenus au moins 45 jours sur l’exploitation. Pour les veaux issus de l’agriculture biologique ils devront être vendus pour abattage à un âge entre 3 mois et moins de 8 mois]]>
    2027PACProductions animales
    news-120813Thu, 17 Nov 2022 14:54:20 +0100Aides bovineshttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/aides-bovines/La principale évolution au niveau de la réforme de la PAC concerne les aides bovines, basées jusqu’alors sur une prime à la mère et qui passent à une prime à l’UGB (Unité Gros Bovin).L’aide couplée bovine résulte de la fusion de l’aide couplée aux vaches laitières et de l’aide couplée aux vaches allaitantes. Les montants seront désormais calculés sur les UGB et non par tête. Les mâles comme les femelles (de plus de 16 mois et présents au moins 6 mois sur l’exploitation) seront primés, y compris les animaux vendus pour abattage. L’ajout des mâles dans le système de prime vise  à favoriser l’engraissement dans les exploitations. 

    Détenir au moins 5 UGB bovines à la date de référence : la date de référence d’une campagne est individuelle. Elle se situe 6 mois après le dépôt de la demande d’aide qui s’effectue du 1er janvier au 15 mai.

    Deux montants sont prévus :

    • un premier montant supérieur (110 €/UGB) pour les mâles de toutes races et pour les femelles de race à viande (plafonné à 120 UGB et un chargement maximum de 1,4 UGB par ha de surfaces fourragères).
    • un second montant niveau de base (60 €/UGB) pour les vaches laitières ou mixtes et pour les mâles issus d’élevage type « engraisseurs spécialisés » (plafonné à 40 UGB).

    La transparence GAEC s’applique pour les plafonds de 40 et 120 UGB.

    Si les UGB payées au niveau supérieur n'ont pas saturé les deux plafonds (1,4 fois la surface fourragère et 120 UGB) et qu'il y a d’autres bovins éligibles, les UGB restantes sont primées au niveau de base dans la limite de 40 UGB

    Sur le critère du chargement (1,4 UGB/ha de surface fourragère) quelques précisions, la définition de la surface fourragère est la même définition que celle pour le calcul de  l'ICHN à savoir les prairies, plantes fourragères et céréales consommés par les animaux. Pour les exploitants ne demandant pas l'ICHN, seront pris en compte uniquement la surface fourragère, le maïs ensilé et le méteil fourrager.

    Lorsque une exploitation est mixte : bovins et ovins (ou caprins), pas de répartition au prorata des UGB, toute la surface (définition ci-dessus) sera prise en compte sans distinction.

    Il y a cependant une garantie de paiement pour 40 UGB indépendamment du chargement.

    ]]>
    2027PACProductions animales
    news-120821Thu, 17 Nov 2022 14:54:20 +0100Eco-régime « Voie des pratiques agro-écologiques » : des précisions sur l’enherbement inter-rangshttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/eco-regime-voie-des-pratiques-agro-ecologiques-des-precisions-sur-lenherbement-inter-rangs/Lors d’un groupe technique PAC 2023, le Ministère a récemment apporté des précisions sur les attentes en termes d’enherbement des inter-rangs pour répondre aux obligations de l’éco-régime par la voie des pratiques agro-écologiques sur cultures pérennes.Tout d’abord, le Ministère indique que l’enherbement ne concerne que l’inter-rang (aucune exigence sur le rang).
    Le contrôle sera effectué uniquement sur place, le contrôle aérien ne permettant pas d’aller jusque-là. La largeur de l’enherbement ne sera pas vérifiée : seul le nombre de rangs enherbés sera vérifié et comparé à la déclaration.
    Il y aura ensuite une grille de correspondance pour calculer le pourcentage de rangs enherbés : par exemple, 3 inter-rangs sur 4 enherbés équivalent à 75% d’enherbement.]]>
    2027PACProductions végétalesGrande cultureVigne
    news-120808Thu, 17 Nov 2022 12:48:05 +0100Eco-régime : des précisions importantes sur la voie de la certificationhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/eco-regime-des-precisions-importantes-sur-la-voie-de-la-certification/Suite aux derniers arbitrages, des évolutions notables ont été prises concernant la certification HVE et les exploitations Bio.La première évolution concerne les exploitations Bio
    Jusqu’ici les exploitations 100% certifiées ou en conversion Bio accédaient au même niveau d’éco-régime que les exploitations 100% HVE (montant annoncé de 80 €/ ha).
    Désormais, ces exploitations Bio accèderont à un niveau spécifique, pour lequel le montant de l’éco-régime est annoncé à 110 €/ ha, à condition qu’au moins une parcelle ne bénéficie plus de l’aide à la conversion (CAB).

    Des précisions sur les exploitations HVE
    Le Ministère précise que, à partir du 1er octobre 2022, l’accès à l’éco-régime par la certification HVE se fera uniquement au travers de nouveaux certificats correspondant au référentiel rénové.

    Ainsi, les exploitations en cours de certification après le 1er octobre 2022 et qui n’auront pas obtenu leur certificat pour la campagne PAC 2023, devront dans un premier temps accéder à l’éco-régime par la voie des pratiques agro-écologiques ou par la voie des infrastructures agro-écologiques.

    Enfin, pour la campagne 2023, les exploitants certifiés HVE avant le 1er octobre 2022, pourront avoir accès à l’éco-régime (niveau supérieur d’un montant annoncé de 80 €/ ha), uniquement s’ils ont été certifiés par la voie A.

    Les exploitations ayant été certifiées HVE par la voie B ne pourront pas accéder à l’éco-régime par la certification HVE, et devront se tourner vers la voie des pratiques ou la voie des infrastructures agro-écologiques.

    ]]>
    2027PAC
    news-120809Thu, 17 Nov 2022 12:48:05 +0100Régime des DPB en 2023https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/regime-des-dpb-en-2023/A compter de 2023, pour bénéficier du régime de droit au paiement de base (DPB), un demandeur doit répondre aux critères d’agriculteur « actif ». Le nombre de DPB détenus fin 2022 sera reconduit pour la période 2023-2027, qu’ils soient détenus en propriété ou temporairement.La valeur des DPB reconduits sera modifiée en 2023 pour tenir compte de la nouvelle répartition des enveloppes budgétaires. La valeur devrait légèrement augmenter à l’exception des DPB d’une valeur supérieure à 1350 € (estimation à ce jour). Pendant cette programmation il y aura deux étapes de convergence des valeurs de DPB, l’une en 2023 et l’autre en 2025.

    Les transferts de DPB devront être notifiés avant le 15/05/2023 à la DDT, tout comme les modifications sociétaires. Le changement de forme sociétaire ou le mouvement d’associés peut être à l’origine d’un transfert.
    L’attribution ou la revalorisation de DPB par la réserve se fait au travers des programmes suivants : jeune agriculteur, nouvel installé, grands travaux, « exploitants présents en 2013 ou 2014 » qui ont déposé une demande de DPB en 2015 et qui n’ont jamais détenu de DPB.

    Les DPB constituent un paiement découplé qui conditionne également l’accès à trois aides découplées :

    • l’aide redistributive sur les 52 premiers hectares, sans changement du montant unitaire.
    • l’écorégime prenant la forme d’un paiement découplé sur les hectares éligibles. L’agriculteur « actif » doit détenir au minimum un DPB.
    • l’aide complémentaire au revenu pour les jeunes agriculteurs ; montant forfaitaire.
    ]]>
    2027PAC
    news-120814Thu, 17 Nov 2022 12:48:05 +0100l'Indemnité Compensatoire de Handicaps Naturels https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/lindemnite-compensatoire-de-handicaps-naturels/Le dispositif pour accéder à l'Indemnité Compensatoire de Handicaps Naturels reste inchangé, à l'exception du relèvement du seuil de détention du nombre d'UGB de 3 celui-ci passe à 5 UGB. 
    Les conditions de calcul du nombre d'animaux en détention sont par conséquent inchangées par rapport à la programmation précédente. Les conditions spécifiques pour les équidés (N° SIRE conformes) sont également maintenues.]]>
    2027PAC
    news-120803Thu, 17 Nov 2022 12:48:05 +0100Eco-régime « Voie des pratiques agro-écologiques » : Calcul du score diversité sur terres arableshttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/eco-regime-voie-des-pratiques-agro-ecologiques-calcul-du-score-diversite-sur-terres-arables/Pour rappel (voir notre article de présentation de l’éco-régime) l’atteinte des objectifs de diversification est mesurée par le calcul d’un score :
    Un nombre de points est attribué en fonction du poids de chaque famille de cultures dans la surface de l’exploitation.

    Le barème utilisé est représenté dans le tableau ci-dessous.

    Pour atteindre le niveau de base de l’éco-régime, la conduite des surfaces en terres arables devra permettre d’obtenir 4 points.
    Pour atteindre le niveau supérieur, le score devra être de 5 points.

    Quelques précisions :
    - Pour des exploitations disposant de peu de terres arables et pour lesquelles il sera difficile de mettre en œuvre un assolement suffisamment diversifié, le fait d'avoir moins de 10 ha de TA apporte 2 points de bonus.
    - Les exploitations avec une part importante de prairies permanentes dans la SAU, présentant le plus souvent un volume de terres arables limité, peuvent engranger un bonus allant jusqu'à 3 points. 
    Point d'attention : comme c’est le cas aujourd’hui, il conviendra de veiller à maintenir ces prairies temporaires dans une dynamique de rotation et ainsi d’éviter une requalification administrative de ces prairies comme permanentes (au-delà des 5 ans de couverts herbacés).
     

    ]]>
    2027PAC
    news-120797Thu, 17 Nov 2022 12:48:05 +0100Eco-régime : êtes-vous fixé pour 2023 ?https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/eco-regime-etes-vous-fixe-pour-2023/Avec la suppression du paiement vert, seul l’accès à l’éco-régime permettra de préserver le montant de vos aides découplées. C’est pourquoi, dès maintenant, vous devez savoir par quelle voie vous allez accéder à cette nouvelle aide. Petit rappel ! L’éco-régime sera conditionné au respect de nouvelles règles environnementales. Il prendra la forme d’un paiement versé sur tous les hectares admissibles de l’exploitation (à condition de détenir au moins 1 DPB ou une fraction de DPB).

    Vous aurez le choix entre 3 voies d’accès pour bénéficier de ce nouveau paiement : voie des pratiques agro-écologiques, voie de la certification ou voie des IAE*.
    Pour chacune de ces voies, en fonction du niveau atteint par votre exploitation, le paiement pourra se faire à un niveau de base (montant annoncé 60€) ou à un niveau supérieur (montant annoncé 80€). Les exploitations 100% BIO pourront sous certaines conditions bénéficier d’un montant spécifique de 110 €/ha.

    Voici le détail des règles à respecter pour chacune des voies possibles :

    Les agriculteurs éligibles à l’éco-régime par les voies « pratiques agricoles » ou « certification » pourront en plus bénéficier d’un Bonus « Haies gérées durablement ».
    Pour cela, ils devront disposer d’un ratio d’au moins 6% de haies sur la SAU de l’exploitation.
    Ils devront également justifier d’une certification attestant de la gestion durable des haies (« Label Haies »). Le montant de ce bonus est estimé à 7€/ ha.
     

    ]]>
    2027PAC
    news-120795Thu, 17 Nov 2022 12:48:05 +0100Conditionnalité 2023 : couverture des sols élargiehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/conditionnalite-2023-couverture-des-sols-elargie/A partir de 2023, dans le cadre de la BCAE6, l’obligation de couverture des sols déjà contrôlée dans les zones vulnérables (Directive Nitrates) est élargie à toutes les parcelles en terres arables situées hors zone vulnérable.Jusqu’en 2022, les BCAE imposaient une couverture des sols sur 3 types de surfaces :
    • Les terres en jachère avec l’existence d’un couvert implanté ou spontané au 31 mai ;
    • Les surfaces restées agricoles après arrachage de vignes, vergers et houblonnières, avec la présence d’un couvert végétal, implanté ou spontané au 31 mai entre les phases d’arrachage et de réimplantation des cultures fruitières, viticoles ou de houblon ;
    • Les cultures arables en zone vulnérable, avec le respect des mesures de couverture des sols pendant les périodes sensibles prévues dans le Programme d’Actions Régional Nitrates (PAR).

    Ces obligations seront évidemment maintenues après 2023, et elles seront complétées par une obligation de couverture des sols sur les cultures arables hors zone vulnérable.

    L’obligation hors zone vulnérable consistera à mettre en place une couverture végétale pendant une période de 6 semaines (période au choix de chaque agriculteur) située entre le 1er septembre et le 30 novembre.
    Les couverts suivants seront autorisés : couverts semés, repousses, mulch, cannes ou chaumes.

    ]]>
    2027PAC
    news-120794Thu, 17 Nov 2022 12:44:29 +0100Nouveauté : la conditionnalité socialehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/nouveaute-la-conditionnalite-sociale/A partir de 2023, et pour la première fois dans le cadre de la PAC, le respect des règles minimales en termes de droit du travail sera pris en compte au titre de la conditionnalité des aides.Cette nouveauté intéresse les employeurs de main d’œuvre. Mais ce nouveau champ de la conditionnalité s’appuie sur le système de contrôles existant déjà au titre du droit du travail, et plus particulièrement sur les suites données aux contrôles effectués par les inspecteurs du travail.
    Cela signifie qu’il n’est pas prévu de mettre en place des contrôles supplémentaires sur ce thème dans le cadre de la PAC. Mais un manquement aux dispositions du droit du travail conduisant à des sanctions administratives ou pénales, pourront désormais entraîner une réduction des paiements PAC de l’exploitant contrôlé.
    Les règles contrôlées au titre de la conditionnalité sociale de la PAC sont les règles relatives :
    • Aux conditions de travail (termes du contrat de travail), de sécurité et de santé des travailleurs 
    • A l’utilisation d’équipements de travail
    ]]>
    2027PAC
    news-120793Thu, 17 Nov 2022 12:35:45 +0100Une conditionnalité renforcéehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/une-conditionnalite-renforcee/Cette nouvelle réforme de la PAC va engendrer un renforcement des règles de la conditionnalité.En effet, les règles du paiement vert actuel vont être intégrées dans les futures BCAE (Bonnes Conditions Agricoles et Environnementales). Ainsi les règles du paiement vert actuel n’engendreront plus d’aides supplémentaires, mais feront partie du socle de règles à respecter pour bénéficier de l’intégralité de ses aides PAC.
    Une nouvelle exigence concernant le respect des zones humides va également venir compléter les BCAE à partir de 2024.

    Les autres domaines de la conditionnalité restent évidemment d’actualité, avec quelques évolutions :

    Dernière nouveauté notable de 2023,la conditionnalité sociale qui va être ajoutée au dispositif, et sur laquelle nous revenons également ICI 

    ]]>
    2027Economie et politique agricolesPAC
    news-120703Tue, 15 Nov 2022 17:32:08 +0100Conditionnalité 2023 : une nouvelle obligation, la rotation des cultureshttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/conditionnalite-2023-une-nouvelle-obligation-la-rotation-des-cultures/La principale nouveauté concernant les futures exigences de conditionnalité, se situe au niveau de la BCAE7 relative à la rotation des cultures, alors que jusque-là, seule une diversité de l’assolement sur les terres arables était demandée.A compter de 2023, il faudra justifier d’une rotation des cultures, à savoir respecter les 2 critères cumulatifs suivants :
    • Un critère annuel : à savoir, chaque année dès 2023* :
      Sur au moins 35 % de la surfaces en culture de plein champ (terres arables hormis cultures pluri-annuelles, surfaces en herbe, fourrages herbacés et jachères), la culture principale diffère de la culture de l’année précédente
      OU
      Une culture secondaire est mise en place après la récolte (présente au minimum du 15 novembre au 15 février) ;
    • Un critère pluriannuel : à savoir, à compter de 2025 :
      Sur chaque parcelle, sur la campagne en cours et les trois campagnes précédentes, au moins deux cultures principales différentes ont été présentes, 
      OU
      Une culture secondaire a été mise en place chaque année après la récolte (présente au minimum du 15 novembre au 15 février).

    * Cependant, pour 2023, la France a décidé de reconduire la dérogation Ukraine. Ainsi, cette obligation de rotation sur 35% de la surface en culture de plein champ ne sera pas vérifiée en 2023. En revanche, la dérogation Ukraine ne remettra pas en cause le critère pluriannuel (2 cultures différentes au moins entre 2022 et 2025 ou une culture secondaire présente après les récoltes 2023-2024 et 2025).

    ]]>
    2027Economie et politique agricolesPACGestion de l'entrepriseProductions animalesProductions végétalesGrande cultureVigneRéglementation
    news-120704Tue, 15 Nov 2022 17:32:08 +0100Conditionnalité 2023 : présence d’éléments non productifs obligatoirehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/conditionnalite-2023-presence-delements-non-productifs-obligatoire/A compter de 2023, les exigences en termes d’éléments favorables à la biodiversité se renforcent : il faudra disposer sur ses terres arables d’au moins 3% d’éléments réellement non productifs. Les cultures dérobées ou fixatrices d’azote ne pourront venir qu’en complément de ces éléments.Concrètement, il y aura 2 façons de remplir les exigences de la BCAE8 dénommée «Part minimale de la superficie agricole consacrée à des zones ou des éléments non productifs » :
    • 1ère possibilité : respecter un pourcentage minimal de 4% de ses terres arables dédié à des infrastructures agroécologiques (IAE) ou à la jachère ;
    • 2ème possibilité : respecter un pourcentage minimal de 7 % de ses terres arables dédié à des infrastructures agro-écologiques (IAE), de la jachère, des cultures dérobées ou des cultures fixatrices d’azote. Dans ces 7%, un minimum de 3% devra être dédié uniquement à des infrastructures agroécologiques (IAE) ou à de la jachère

    Pour ce calcul, les coefficients d’équivalence des différents éléments sont les mêmes qu’avant, sauf pour les haies dont le coefficient est doublé à partir de 2023 (500 mètres linéaires de haies = 1 hectare).

    ]]>
    2027Economie et politique agricolesPACGestion de l'entrepriseProductions animalesProductions végétalesGrande cultureVigneRéglementation
    news-120702Tue, 15 Nov 2022 17:32:08 +0100Etre agriculteur actif : la condition nécessaire pour accéder aux aides PAChttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/etre-agriculteur-actif-la-condition-necessaire-pour-acceder-aux-aides-pac/A partir de 2023, le caractère « agriculteur actif » du demandeur sera vérifié et conditionnera l’accès à certaines aides PAC dont les aides directes. La définition de l’agriculteur actif diffère selon la forme juridique du demandeur.Pour les personnes physiques :
    Vous devrez remplir les 2 conditions suivantes:
    • être assuré à l’ATEXA au titre de son activité dans l’exploitation individuelle,
    • et, si vous avez plus de 67 ans, ne pas avoir fait valoir vos droits à la retraite (tout régime confondu).

    Pour les personnes morales sous formes sociétaires :
    Dans ce cas, pour que la société soit reconnue agriculteur actif, il faudra qu’au moins un des associés respecte les conditions fixées pour une personne physique.

    Pour les formes sociétaires sans associé cotisant à l’ATEXA :
    Si la société ne comporte aucun associé cotisant à l’ATEXA, elle pourra être reconnue agriculteur actif si:

    • elle exerce une activité agricole (exploitation de culture et d’élevage),
    • et, tous les dirigeants :
      • relèvent du régime de protection sociale des salariés des professions agricoles (cotiser à l’assurance accidents du travail et maladies professionnelles des salariés agricoles),
      • n’ont pas fait valoir leur droit à la retraite pour ceux ayant plus de 67 ans,
      • et détiennent au moins 40% des parts sociales (s’il y a plusieurs dirigeants, ils doivent détenir ensemble au moins 40% du capital).

    Pour les personnes morales ne relevant pas d’une forme sociétaire :
    Seront considérés comme agriculteurs actifs :

    • les structures de droit public si elles ont une activité agricole (exemple : lycées agricoles),
    • les associations loi 1901 dont les statuts prévoient l’activité agricole,
    • les fondations d’utilité publique ayant une activité agricole.


    Cas particulier des indivisions :
    Les indivisions ne sont pas des agriculteurs actifs. Cependant, les indivisions successorales, après le décès de l’exploitant, pourront être acceptées.

     

    A noter que le caractère agriculteur actif sera vérifié chaque année à la date limite de dépôt de la demande d’aide.

     

    Agriculteur actif et transparence GAEC :
    Attention, la notion d’agriculteur actif a des conséquences sur la transparence GAEC.
    Jusqu’à présent, la transparence s'appliquait au prorata des parts sociales détenues au sein du GAEC par chacun des associés du groupement. 
    A partir du 1er janvier 2023, s’appliquera en premier le caractère actif de chacun des membres du GAEC. Autrement dit, la transparence ne pourra s'appliquer qu'aux seuls associés respectant les conditions pour être agriculteur actif au même titre qu'un exploitant individuel et s'appuiera sur le nombre de parts sociales détenues par chacun des associés actifs.

     

    ]]>
    2027Economie et politique agricolesPACGestion de l'entrepriseProductions animalesProductions végétalesGrande cultureVigneRéglementation
    news-120592Mon, 14 Nov 2022 10:34:01 +0100Information au EDE et aux éleveurs pour l'appel de cotisation équarrissage 2022 https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/information-au-ede-et-aux-eleveurs-pour-lappel-de-cotisation-equarrissage-2022/ATM Ruminants est l’association en charge de l’organisation et du financement de l’équarrissage des animaux trouvés morts dans les élevages. ATM Ruminants collecte les cotisations des filières bovines, ,ovines et caprines pour honorer les factures, d’enlèvement et de transformation des animaux morts en ferme. Aux côtés des associations ATM des autres espèces (porc, volailles, etc.), elle est en charge de la négociation des contrats d’équarrissage en ferme à l’échelle nationale avec les sociétés d’équarrissage. Cet outil interprofessionnel a été mis en place en 2009, lorsque l’Etat s’est désengagé du financement de l’équarrissage en ferme.Pour prendre en charge les coûts d’équarrissage, l’association ATM Ruminants dispose de deux types de ressource dont la collecte est rendue obligatoire par accord interprofessionnel étendu par les pouvoirs publics :
    • Une cotisation « amont » appelée chaque année auprès des éleveurs de bovins, ovins et caprins par les EDE (ou GDS). Cette cotisation est indexée sur le cheptel présent dans les exploitations. Elle représente 20% des ressources de l’association.
    •  Une cotisation « aval », collectée par les abatteurs sur la base des volumes abattus et répercutée en intégralité sur les factures de viande jusqu’aux bouchers, à la grande distribution et à la restauration. Elle représente 80% des ressources de l’association.

    Le coût moyen de l’équarrissage des bovins, ovins et caprins s’élève chaque année à environ 95 millions d’euros HT.

    Au travers d’ATM Ruminants, une double mutualisation des coûts est donc appliquée pour le financement de l’équarrissage des animaux morts en ferme :

    • d’une part entre maillons de la filière, afin de ne pas faire reposer cette charge importante uniquement sur les éleveurs (ainsi, les éleveurs bovins ne paient que 15 % du coût réel de l’équarrissage) ;
    • d’autre part entre territoires, la cotisation de l’éleveur étant la même quel que soit le département de localisation de son élevage, malgré des coûts de collecte très variable selon les zones géographiques (de l’ordre de 1 à 10).

    Les éleveurs ont donc tout intérêt à régler leur part de cotisation, afin de bénéficier à la fois de la mutualisation des coûts au sein de la filière et de la mutualisation des coûts entre les zones géographiques.

    Pour en savoir plus sur nouveau marché 2022 - 2024, cliquez-ici

    ]]>
    Entreprise agricoleProductions animalesBovinOvinPorcin
    news-120584Mon, 14 Nov 2022 09:10:21 +0100Alternative à la paille - PLAQUETTES DE BOIS https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/alternative-a-la-paille-plaquettes-de-bois/Le bassin d’élevage Nouvelle-Aquitaine rassemble des exploitations dont une majorité pratique l’hivernage des animaux en bâtiment sur paille de céréales. L’autonomie en paille des élevages est relativement faible. Face à la demande des éleveurs, l’offre est variable en fonction des années climatiques, du territoire et de la disponibilité en paille, ce qui conduit à des fluctuations de prix importantes au cours de l’année. Cela rend les élevages encore plus vulnérables.C’est dans ce contexte et avec la répétition de sécheresses ces dernières années que les éleveurs et les structures les accompagnant se tournent de plus en plus vers différentes alternatives à la paille de litière. Le projet ARPIDA Paille a pour objectif de capitaliser et diffuser des références sur ces alternatives en donnant les principaux indicateurs techniques, économiques, environnementaux de chacune.

    LES PLAQUETTES DE BOIS 

    Dans les régions de bocages et de forêts, la matière bois est présente localement sur les exploitations ou à proximité. Le bois issu de l'entretien des lisières et des haies (élagage, recépage) peut ainsi être valorisé en plaquettes pour la litière en ayant recours qu'à très peu d'énergie fossile (pas de transport, peu de transformation).

    De plus, les arbres, par leur croissance, vont capter et séquestrer le carbone atmosphérique et participer ainsi à la réduction des gaz à effet de serre présents dans l'atmosphère. Les haies et les lisières jouent également un rôle capital pour le maintien de la biodiversité ordinaire (corridors, refuges des insectes, nidifications des oiseaux, etc.) 

    Par ailleurs, ces infrastructures agro-écologiques luttent contre l'érosion et participent à la préservation de la qualité de l'eau.

    Ensuite, le fumier à base de plaquettes pourrait offrir une source d'éléments fertilisants pour les cultures et prairies en substitution aux engrais chimiques (valeur agronomique en cours d'étude). Le sol pourrait alors béénficier d'un apport de matière organique stable et s'enrichir en carbone (stockage). 

    Enfin, c'est un produit 100% naturel, peu transformé, biodégradable et présent partout en France.

    Pour découvrir les conditions de stockage, la mise en oeuvre, les + et les - ou encore des retours d'expériences, cliquez ici. 

    Projet lauréat ARPIDA paille 2020. 

    ]]>
    Entreprise agricoleProductions animalesProductions végétalesGrande culturePlante fourragère
    news-120132Wed, 02 Nov 2022 10:06:18 +0100Alternative à la paille - LES DÉCHETS VERTS https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/alternative-a-la-paille-les-dechets-verts/Le bassin d’élevage Nouvelle-Aquitaine rassemble des exploitations dont une majorité pratique l’hivernage des animaux en bâtiment sur paille de céréales. L’autonomie en paille des élevages est relativement faible. Face à la demande des éleveurs, l’offre est variable en fonction des années climatiques, du territoire et de la disponibilité en paille, ce qui conduit à des fluctuations de prix importantes au cours de l’année. Cela rend les élevages encore plus vulnérables.C’est dans ce contexte et avec la répétition de sécheresses ces dernières années que les éleveurs et les structures les accompagnant se tournent de plus en plus vers différentes alternatives à la paille de litière. Le projet ARPIDA Paille a pour objectif de capitaliser et diffuser des références sur ces alternatives en donnant les principaux indicateurs techniques, économiques, environnementaux de chacune.

    LES DÉCHETS VERTS 

    Le broyât de déchets verts provient des déchetteries réparties sur les départements et est ensuite transporté dans des élevages locaux dans un rayon, en moyenne, de 15 km autour de la déchetterie. Il est composé essentiellement de branches dont le diamètre est inférieur à 10 cm, de tontes et de feuilles. Cela permet de traiter et de valoriser les déchets verts au plus proche de ses usagers et dans le souci du développement durable. Cette démarche permet également de répondre aux objectifs de la loi TEPCV (Transition Énergétique Pour la Croissance Verte) en matière de déchets, en améliorant leur valorisation dans une logique d’économie
    circulaire. En Haute-Vienne, le coût est aujourd’hui nul pour l’exploitant. Par convention, le SYDED le rémunère pour la valorisation du déchet, cette rémunération couvre le coût du transport et du compostage assurés par la CUMA de l’Or Noir (CUMA départementale).

    Pour découvrir les conditions de stockage, la mise en oeuvre, les + et les - ou encore des retours d'expériences, cliquez ici. 

    Projet lauréat ARPIDA paille 2020. 

    ]]>
    Productions animalesProductions végétalesGrande cultureCéréale à paillePlante fourragère
    news-120008Thu, 27 Oct 2022 09:54:27 +0200Bio au top ! https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/bio-au-top-1/Dans le cadre du mois de la bio, la Chambre d'agriculture de Charente, en partenariat avec MAB 16, organise une journée multi-filières.Autonomie alimentaire pour mon élevage, optimiser ma fertilisation en bio, s'affranchir des herbicides en viticulture, produire ses semences en bio, choisir des variétés économes pour mes grandes cultures, la biodiversité fonctionnelle sur l'exploitation... tout autant de sujets abordés lors de cette journée " BIO au top ! "

    Rendez-vous le 24 novembre 2022, de 9h45 à 17h00 à l'EARL de Rodas - Paul Bourrinet à Magnac-Lavalette-Villars.

    Pour découvrir le programme, cliquez ici

    Vous pouvez vous inscrire à l'ensemble de la journée ou aux ateliers de votre choix. L'inscription pour le repas est obligatoire.

    Pour vous inscrire, c'est par ici

     

    Contact : 

     

    Evelyne BONILLA - MAB 16

    projetbio@mab16.com 

    06.45.59.63.11

     

    Anne-Laure VEYSSET - CA16 

    anne-laure.veysset@charente.chambagri.fr 

    06.25.64.54.55 

    ]]>
    Agriculture biologiqueEnvironnementBiodiversitéProductions animalesProductions végétales
    news-119926Tue, 25 Oct 2022 17:27:31 +0200Indemnisation pour calamité agricole apiculture https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/indemnisation-pour-calamite-agricole-apiculture/Vous avez subi des pertes d'essaims et/ou de récoltes ?Faites votre demande d'indemnisation ! Vous êtes un/une apiculteur/trice avec plus de 70 colonies et vous avez subi des pertes d'essaims et/ou de récoltes suite au gel d'avril 2021 ? 
    Demandez une indemnisation pour calamité agricole en cliquant ici.  

    Les demandes sont à déposées avant le 09 novembre 2022.

    Pour plus d'informations, vous pouvez contacter : 

    Claire THUAULT

    06 36 37 92 31

    Damien ROY

    06 07 76 76 29

    ]]>
    Entreprise agricoleProductions animalesAbeille
    news-119736Fri, 21 Oct 2022 13:54:39 +0200testhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/test-8/news-115973Thu, 20 Oct 2022 08:00:00 +0200Le conseil stratégique phyto, en quoi suis-je concerné ? https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/le-conseil-strategique-phyto-en-quoi-suis-je-concerne/Dans le cadre de la séparation du conseil et de la vente, le législateur a mis en place un nouveau conseil phytosanitaire : le conseil stratégique à l’utilisation des produits phytosanitaires. Celui-ci est entré en vigueur au 1er janvier 2021. Pourquoi avoir un conseil stratégique ?
    Dans le cadre de la séparation du conseil et de la vente, le législateur a mis en place un nouveau conseil phytosanitaire : le conseil stratégique à l’utilisation des produits phytosanitaires. Celui-ci est entré en vigueur au 1er janvier 2021. 
    Il permet de faire un bilan sur les pratiques de l’exploitation et de préparer, avec l’appui d’un conseiller spécialisé d’une structure agréée conseil indépendant, un plan d’action d’évolution des pratiques dans un objectif de réduction de l’usage et des impacts des produits phytosanitaires.
    Ce plan intègrera donc autant que possible, le respecte des principes de la protection intégrée (privilégie les méthodes alternatives et préconise si cela est nécessaire, les produits phytosanitaires) et la promotion des CEPP (Certificat d’Economie des Produits Phytopharmaceutiques). 

    Si mon exploitation est en Agriculture Biologique ou certifiées HVE, je suis exempté du conseil stratégique.
    De même si je n’utilise sur mon exploitation que des produits de biocontrôle ou des substances de base ou à faible risque

     

    Comment mettre en place le conseil stratégique sur mon exploitation ?
    La réglementation impose à partir de 2025 deux conseils stratégiques sur la période de validité du certiphyto du chef d’exploitation, des mesures transitoires étant prévues sur la période courant jusqu’en 2025. A noter qu’un justificatif de ce conseil sera demandé pour pouvoir renouveler son certiphyto.


    Si mon certiphyto arrive à échéance en 2024 ou 2025, je pense d’ores et déjà à contacter mon conseiller pour faire mon conseil stratégique.

    Le conseil stratégique, comment ça se passe ?

    Le conseil stratégique se déroule en deux étapes :

    • Le premier conseil permet de faire un bilan des pratiques et de préparer le plan d’action ; 
    •  Le second permet de faire un état des lieux de la mise en place du plan d’action (réussites, difficultés rencontrées, adaptation du projet initial…)

     

    Pour réaliser le bilan des pratiques votre conseiller s’appuiera sur un certain nombre d’indicateurs et éléments techniques : assolement, rotation, gestion des cultures, bilan IFT etc…

    Ce conseil sera proposé en prestation à la Chambre selon deux possibilités :

    • En individuel, sous forme d’un rendez-vous pour faire le bilan et la préparation du plan d’action
    • En mixte collectif et individuel avec la réalisation du bilan en collectif permettant l’échange entre agriculteurs sur leurs itinéraires et réfléchir collectivement aux évolutions possibles des systèmes puis une partie en individuel pour finaliser le plan d’action.

    Dans tous les cas, il vous sera demandé d’avoir préparé un certain nombre d’éléments (assolement, bilan IFT).
     

     Si j’utilise Mes p@rcelles, la collecte des indicateurs sera facilitée et un tarif préférentiel appliqué pour l’accompagnement individuel.
     La Chambre d’agriculture vous proposera dès cet automne des sessions collectives.
     

    ]]>
    Productions végétales
    news-119485Tue, 18 Oct 2022 11:24:11 +0200Réunions de présentation de la certification Haute Valeur Environnementale « HVE »https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/reunions-de-presentation-de-la-certification-haute-valeur-environnementale-hve-1/La Chambre d’agriculture de la Charente organise un temps d’échange via des réunions d’information, afin de présenter plus précisément le processus de Certification HVE.Cette démarche est encouragée par différents dispositifs qui sont en train de voir le jour, notamment dans le cadre de la nouvelle PAC 2023-2027 et la mise en place des Ecorégimes.
    Vous pourrez vous informer sur la démarche et identifier les actions à mettre en place sur votre exploitation.
    Consultez le calendrier des réunions 
    Contact : 05 45 24 49 50]]>
    EnvironnementProductions animalesProductions végétalesGrande cultureCharente
    news-119455Tue, 18 Oct 2022 09:55:53 +0200Dégustations collectives - Eaux-de-vie nouvelles https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/degustations-collectives-eaux-de-vie-nouvelles/Campagne 2022-2023 Au travers de dégustations collectives gratuites et ouvertes à tous, animées par l'équipe de la Chambre d'agriculture, les œnologues des maisons de négoce et un courtier, venez déguster vos eaux-de-vie nouvelles pour suivre la qualité de votre production, vous perfectionner à la dégustation de vos eaux-de-vie et être conseillé.

     

    Vous avez peur de ne pas trouver le bon moment pour y aller ? Pas de panique ! Une trentaine de dates, allant de novembre 2022 à mars 2023, sont à votre disposition. On se donne rendez-vous dans la salle de dégustation de la Chambre d'agriculture à Segonzac ? 

    Pour découvrir l'ensemble des dates : cliquez-ici 

    ]]>
    Entreprise agricoleViticulteurOenologieProductions végétales
    news-119442Tue, 18 Oct 2022 08:56:09 +0200Formation "Associés : bien vivre le travail ensemble"https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/formation-associes-bien-vivre-le-travail-ensemble/La Chambre d’agriculture met en place une session sur le travail à plusieurs : gagner en complémentarité, partager les décisions, organiser la gouvernance du groupe, limiter les « ratés». le 24 novembre après midi – les journées du 09 et 20 décembre 2022.C’est quoi un groupe, une société ?

    Former un groupe c’est partager entre plusieurs individus :

    • des valeurs,
    • une idéologie,
    • un projet,
    • des pratiques,
    • des moyens,
    • des relations entre personnes.

    Les causes de « ratés » sont multiples car chaque groupe est unique et vivant.

    Cependant le fruit d’expériences concrètes permet d’attirer l’attention sur les difficultés récurrentes, souvent sous-estimées.

    La prochaine formation aura lieu le 24 novembre après midi – les journées du 09 et 20 décembre 2022 à la Chambre d’agriculture de la Charente à Angoulême.

    Au programme :

    • Délimitation de ses propres représentations du travail à plusieurs, où sont les risques de « rater »
    • Identification des besoins des individus et ceux du groupe,
    • L’organisation de la gérance : rôle, délégation, limites…
    • Etre polyvalent mais être reconnu dans son travail ?
    • Communiquer : quand et pourquoi ? Communiquer comment ?
    • Structurer des règles de fonctionnement performantes

    Plus d'information et inscription

    ]]>
    Entreprise agricoleProductions animalesProductions végétalesGrande cultureVigneCharente
    news-119381Mon, 17 Oct 2022 09:22:24 +0200Alternative à la paille - LE MISCANTHUShttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/alternative-a-la-paille-le-miscanthus/Le bassin d’élevage Nouvelle-Aquitaine rassemble des exploitations dont une majorité pratique l’hivernage des animaux en bâtiment sur paille de céréales. L’autonomie en paille des élevages est relativement faible. Face à la demande des éleveurs, l’offre est variable en fonction des années climatiques, du territoire et de la disponibilité en paille, ce qui conduit à des fluctuations de prix importantes au cours de l’année. Cela rend les élevages encore plus vulnérables.C’est dans ce contexte et avec la répétition de sécheresses ces dernières années que les éleveurs et les structures les accompagnant se tournent de plus en plus vers différentes alternatives à la paille de litière. Le projet ARPIDA Paille a pour objectif de capitaliser et diffuser des références sur ces alternatives en donnant les principaux indicateurs techniques, économiques, environnementaux de chacune.

    LE MISCANTHUS 

    Le Miscanthus est une plante pérenne à rhizomes qui est implantée pour 20 ans et plus. Sa récolte annuelle se fait par ensileuse en fin d’hiver (aux alentours du mois d’avril) à un taux de matière sèche de 15 à 20 %. Le produit se présente en brins de 10 à 30 mm. Il possède un fort pouvoir absorbant et sèche vite. Il ne chauffe pas et reste sain tout au long de son utilisation en litière. 

    Pour découvrir les conditions de stockage, la mise en oeuvre, les + et les - ou encore des retours d'expériences, cliquez ici

     

    Projet lauréat ARPIDA paille 2020. 

    ]]>
    Entreprise agricoleEleveurProductions animalesProductions végétalesGrande cultureCéréale à paillePlante fourragère
    news-119326Fri, 14 Oct 2022 09:20:16 +0200Foin - SURIShttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/foin-suris/Type de fourrageFoinPrécision sur le fourrage proposé2ème coupeComposition (espèces fourragères)luzerneConditionnement proposéEn tas à chargerQuantité disponible17Date de disponiblité13-10-2022Commune où se trouve le fourrageSURISDate de fin de disponiblité de l'offre13-10-2023Prénom et NOMMAUILLON ElisabethSociétéGAEC du CouradetAdresseLes courades SurisCode postal et Ville16270 TERRES DE HAUTE CHARENTEEmailgaecouradet@wanadoo.frTéléphone (portable de préférence)0634953479]]>news-119325Fri, 14 Oct 2022 09:18:48 +0200Foin 1ère et 2ième coupe - SURIShttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/foin-1ere-et-2ieme-coupe-suris/Type de fourrageFoinPrécision sur le fourrage proposé1ere et 2ème coupeComposition (espèces fourragères)prairies temporairesConditionnement proposéEn tas à chargerQuantité disponible330Date de disponiblité13-10-2022Commune où se trouve le fourrageSurisDate de fin de disponiblité de l'offre13-10-2023Prénom et NOMMAUILLON ElisabethSociétéGAEC du CouradetAdresseLes courades
    SurisCode postal et Ville16270 TERRES DE HAUTE CHARENTEEmailgaecouradet@wanadoo.frTéléphone (portable de préférence)0634953479]]>
    news-119324Fri, 14 Oct 2022 09:17:41 +0200Enrubannage - SURIShttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/enrubannage-suris/Type de fourrageEnrubannagePrécision sur le fourrage proposé1ere et 2ème coupeComposition (espèces fourragères)ray grass et trèfleConditionnement proposéEn tas à chargerQuantité disponible170Date de disponiblité13-10-2022Commune où se trouve le fourrageSurisDate de fin de disponiblité de l'offre13-10-2023Prénom et NOMMAUILLON ElisabethSociétéGAEC du CouradetAdresseLes courades
    SurisCode postal et Ville16270 TERRES DE HAUTE CHARENTEEmailgaecouradet@wanadoo.frTéléphone (portable de préférence)0634953479]]>
    news-119307Thu, 13 Oct 2022 15:54:23 +0200Nouveau une rubrique "énergies" en lignehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/nouveau-une-rubrique-energies-en-ligne/ Retrouvez des infos sur le photovoltaisme et la méthanisation.Une rubrique énergies est lancée sur le site de la Chambre d'agriculture de la Charente, avec 2 parties : le photovoltaisme et la méthanisation. 
    • Découvrez ce qu'on entend par agrivoltaïsme et quelques aspects réglementaires.
    • Retrouvez ce qu'est la méthanisation 

    Accédez à un témoignage d'agriculteur, de la documentation et des contacts !

    Consultez la page rubrique PRODUIRE > ENERGIES

    ]]>
    Charente
    news-119279Thu, 13 Oct 2022 10:57:45 +0200Nouvelles formations sur la réforme de la PAC 2023 en novembrehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/nouvelles-formations-sur-la-reforme-de-la-pac-2023-en-novembre/Comprendre la réforme de la PAC 2023 et simuler les mesures sur votre exploitation.Vous souhaitez :
    • acquérir les compétences nécessaires pour comprendre les mécanismes de la future PAC 2023/2027
    • mesurer l’impact sur les montants de soutien
    • identifier les leviers possibles
    • réfléchir à une stratégie pour se préparer et s’adapter à cette réforme ?

    Infos et inscription ICI

    ]]>
    2027PACProductions animalesProductions végétalesGrande cultureRéglementationCharente
    news-119071Mon, 10 Oct 2022 14:30:04 +0200Instal'agri 2022 : sautez le pas ! https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/instalagri-2022-sautez-le-pas/Devenir agriculteur/trice à Grand Angoulême : 2 jours à la découverte des exploitations et du territoireLes journées Instal’agri, organisées par la Chambre d’agriculture, en partenariat avec la Communauté d'Agglomération du Grand Angoulême, s’adressent à tous ceux qui ont un projet de création d’entreprise agricole. Elles se dérouleront les 4 et 5 novembre 2022 à Grand Angoulême. Les porteuses et porteurs de projet seront accueillis gratuitement pendant ces deux jours pour visiter des exploitations à reprendre, découvrir le territoire, rencontrer des personnes ressources et bénéficier d’un accompagnement personnalisé sur leur projet d’installation.

    Ainsi, ces journées leur permettront de connaître le contexte économique, les services et infrastructures nécessaires à l’installation. Un temps important sera consacré à l’approche technique des projets, à des échanges d’expériences et à des rencontres permettant à chaque participant de se constituer un réseau de contacts locaux.

    Les candidats sont invités à venir seuls ou en couple ; il s’agit d’un projet de vie et il est nécessaire de penser leur intégration personnelle et familiale sur le territoire.

    Les organisateurs ont pour mission de vous faire découvrir Grand Angoulême et de vous donner envie d’y vivre et d’y entreprendre.

    Repas et hébergement compris pour les deux jours

     

    Programme des deux jours

    • Accueil par les élus, présentation de l'évènement et du Projet Agricole Territorial de Grand Angoulême ;
    • Intervention du Crédit Agricole d'Initiative Charente et de Miimosa au sujet des financements ;
    • Témoignages d'un jeune installé 
    • Présentation par Grand Angoulême de leur Pack Talents ;
    • Visites de deux exploitations avec la présence des techniciens filières ;
    • Intervention sur la thématique "Recherche de foncier" avec la SAFER, Terres de Lien et la Chambre d'agriculture ;
    • Ciné débat sur l’équilibre vie professionnel et vie privé
    • Visite du territoire Grand Angoulême avec l'office de tourisme d'Angoulême.

    Retrouvez le détail du programme en cliquant ici.

     

    Vous êtes intéressé par cet événement ? Remplissez le bulletin d'inscription 

    Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 20 octobre 2022

    Contact :

    Elise MELLA DURAN 

    06 36 37 30 06 - 05 45 24 49 58

    elise.melladuran@charente.chambagri.fr

    ]]>
    Entreprise agricole
    news-119047Mon, 10 Oct 2022 10:38:37 +0200Prolongation et extension aux PME de certaines mesures du plan de résiliences https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/prolongation-et-extension-aux-pme-de-certaines-mesures-du-plan-de-resiliences/Découvrez la prolongation et/ou l'extension de certaines mesures du plan de résilience.
  • Le dispositif de PGE (prêt Garanti par l'Etat) est prolongé jusqu'au 31 décembre 2022 : Plus d'informations ici
  • L'aide aux entreprises grandes consommatrices de gaz et d'électricité est également prolongée (et simplifiée) jusqu'en décembre 2022. Plus d'informations ici
  • La remise sur le carburant est prolongée jusqu'à décembre 2022. Elle sera portée à 30 centimes en septembre et en octobre puis ramenée à 10 centimes en novembre et en décembre.
  • L'alignement du tarif réduit d'accise applicable au GNR sur le tarif de droit commun est prolongé d'un an, jusqu'au 1er janvier 2024.
  • Le bouclier tarifaire visant à protéger les ménages français contre les augmentations successives des tarifs de l'électricité et du gaz, mis en place en 2021, est étendu aux PME (petite entreprises de moins de 10 salariés, CA < 2M€). La hausse des prix sera ainsi limitée à 15% en janvier 2023 pour le gaz et 15% en février 2023 pour l'électricité. 
  • ]]>
    Entreprise agricoleProductions animalesProductions végétales
    news-119044Mon, 10 Oct 2022 10:01:44 +0200Plan de résilience - Aide aux structures consommatrices de gaz et/ou d'électricité - PROLONGATION ET SIMPLIFICATION DE L'AIDEhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/plan-de-resilience-aide-aux-structures-consommatrices-de-gaz-etou-delectricite-prolongation-et/L'aide aux entreprises grandes consommatrices d'énergie est prolongée jusqu'à fin décembre 2022 et simplifiée. Cette aide est ainsi toujours accessible aux entreprises dans les situations suivantes : 
    • Être une entreprise créée avant le 1er décembre 2021, ne se trouvant pas en procédure de sauvegarde, de redressement ou de liquidation judiciaire et ne disposant pas de dette fiscale ou sociale impayée au 31 décembre 2021 ;
    • Entreprises ayant des achats de gaz et/ou d’électricité atteignant au moins 3 % de leur chiffre d’affaires 2021 ; 
    • Entreprises ayant également subi un doublement du prix du gaz et/ou de l’électricité sur la période éligible par rapport à une moyenne de prix sur l’année 2021.

     

    Plusieurs niveaux d’aides sont possibles selon les cas : 

    • Baisse d’EBE : Aide égale à 30 % des coûts éligibles plafonnée à 2 millions d’euros, pour les entreprises subissant une baisse d’excédent brut d’exploitation (EBE) calculée sur une base mensuelle par rapport à 2021 ou ayant un EBE négatif.
    •  Perte d’EBE (EBE < 0) et montant des pertes ≤ 2 fois les couts éligibles : aide égale à 50 % des coûts éligibles plafonnée à 25 millions d’euros, limitée à 80 % du montant des pertes

     

    Périodes éligibles

    Période éligiblePériode pour déposer votre dossier 
    Mars à mai 202204/07/2022 au 31/12/2022
    Juin à août 202203/10/2022 au 31/12/2022
    Septembre et octobre 2022

    15/11/2022 au 31/01/2023

    Novembre à décembre 202216/01/2023 au 24/02/2023

     

    A noter : Une entreprise qui a sollicité une prise en charge de cotisation sociale dans le cadre du plan de résilience ne pourra bénéficier de l’aide « gaz et électricité » que si elle n’a pas justifié de surcoûts sur ces deux postes de dépenses dans sa demande de PEC.


    Demande à faire via le formulaire disponible dans l’espace professionnel de la messagerie sécurisée de l’entreprise depuis le site https://www.impots.gouv.fr/
     

    ]]>
    Entreprise agricoleGestion de l'entrepriseProductions animalesProductions végétales
    news-118979Fri, 07 Oct 2022 11:07:18 +0200Formations certiphyto V2https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/formations-certiphyto-v2/Le renouvellement du Certiphyto doit être effectué au plus tard 2 MOIS avant sa date d’échéanceComment obtenir le CERTIPHYTO V2 ?

    à destination de tous les professionnels concernés par la manipulation et/ou l'utilisation de produits phytopharmaceutiques, est en vigueur depuis le 1er octobre 2016, avec de nouvelles modalités de validité et de renouvellement.

    En quoi suis-je concerné ?

    Vous êtes détenteur du Certiphyto V1 obtenu jusqu’en 2016 avec une validité de 10 ans, OU Certiphyto V2 à partir de 2017 avec une validité de 5 ans, l’échéance est donc proche.
    Vous avez un ou des salariés détenteurs d’un Certiphyto Opérateur En Exploitation Agricole (OEA).

    Quels sont les délais ?

    Le renouvellement du Certiphyto doit être effectué au plus tard 2 MOIS avant sa date d’échéance. (Exemple : j’ai obtenu mon Certificat UADE en 2012 sa date de fin de validité est 15 mars 2022, je dois le renouveler avant le 15 janvier 2022). 
    Le renouvellement d’un certiphyto peut être obtenu jusqu’à 4 ans après la date de fin de validité (mais pendant ce délais votre certiphyto étant périmé vous ne pouvez plus acheter de produits phyto ni faire de traitement phyto).

    Comment obtenir ce renouvellement ?

    3 voies possibles pour obtenir le renouvellement (qui sera valable 5 ans) du moment que qu’il existe un numéro de certiphyto, que vous êtes toujours utilisateur professionnel des produits phyto (en activité agricole) et que dès fin 2023,  vous aurez au moins un Conseil Stratégique Phyto :

    • La Journée de formation (7h00 sans évaluation) avec prise en charge par VIVEA. La Chambre d’Agriculture de Charente vous propose ce type d’accompagnement. A la fin de cette journée, nous vous fournirons la procédure DRAAF pour créer un compte sur le site « entreprendre.service-public.fr » et effectuer la démarche en ligne pour que dans les 2 mois qui suivront, la DRAAF valide votre certiphyto et que vous l’imprimiez.
    • Le Test de vérification des connaissances (prestation payante) : QCM sur informatique de 30 questions. 15 réponses justes valident le Certificat. La Chambre d’Agriculture de Charente vous propose ce type d’accompagnement: nous organisons des rendez-vous collectif chaque mois, de 2h00 environ avec, après le test, la démarche en ligne sur « entreprendre.service-public.fr » pour que dans les 2 mois qui suivront, la DRAAF valide votre certiphyto et que vous l’imprimiez.       
    • Dans les 3 dernières années avant la date de fin de validité de votre certiphyto, vous avez effectué 14h00 de « formations Labellisées Ecophyto ». Vous serez contacté directement par VIVEA.

    Votre Chambre d’agriculture est soucieuse de vous accompagner au mieux dans vos différentes démarches et projets. Aussi, vérifiez la date d’échéance fixée par la DRAAF sur votre Certiphyto et contactez-nous pour vous inscrire au plus tôt.

    Contacts

    Jocelyne LATUS les mardi et jeudi
    ou Christine BENITEAU les lundi et mercredi
    par téléphone 05 45 24 49 49

    ou par mail jocelyne.latus@remove-this.charente.chambagri.fr -  christine.beniteau@remove-this.charente.chambagri.fr

    ]]>
    Productions animalesProductions végétalesGrande cultureVigneCharente
    news-118905Thu, 06 Oct 2022 09:20:28 +0200Grippe aviaire : Ouverture des demandes d’indemnisation (dispositif poules pondeuses – œufs)https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/grippe-aviaire-ouverture-des-demandes-dindemnisation-dispositif-poules-pondeuses-oeufs/Les mesures sanitaires mise en place pour lutter contre l’influenza aviaire de 2021-2022 ont eu un impact économique sur les producteurs d’œufs de consommation. Ce dispositif est mis en place pour indemniser les éleveurs de poules pondeuses situés en zone réglementée et concernés par des pertes liées à la destruction ou à la moindre valorisation de leurs œufs du fait des restrictions.

    Les exploitants agricoles détenteurs d’un numéro SIRET, éleveurs de poules pondeuses, commercialisant les œufs issus de cette activité et ayant au moins un bâtiment se situant dans une zone réglementée dans laquelle des restrictions spécifiques ont été mises en place pour les mouvements d’œufs de consommation sont éligibles à une indemnisation.

    Points importants :

    Date limite de dépôt :Vendredi 21 octobre 2022

    Eligibilité : Pour bénéficier de cette aide, les exploitants doivent répondre aux critères suivants :

    • Ne pas avoir déjà bénéficié d’une indemnisation dans le cadre de la première vague d’indemnisations pour les éleveurs de poules pondeuses des départements du 31, 32, 40, 47, 59, 64, 65 et du 76.
    • être un exploitant agricole, un GAEC, une EARL, ou autre personne morale ayant pour objet l'exploitation agricole avec activité d’élevage de poules pondeuses ;
    • Ayant la taille d’une très petite, petite ou moyenne entreprise ;
    • être immatriculés au répertoire SIREN de l’INSEE par un numéro SIRET ;
    • Avoir une activité d’élevage de poules pondeuses et commercialiser les œufs de cette activité ;
    • Avoir au moins un bâtiment d’élevage situé dans une commune de la liste des zones réglementées dans laquelle des restrictions ont été mises en place pour les mouvements d’œufs de consommation
    • Justifier de la destruction d’œufs de consommation ayant entrainé des frais pendant la période de restriction sanitaire et/ou de pertes liées à la non ou moindre valorisation d’œufs de consommation sur cette même période ;
    • Ne pas être concernés par une liquidation (judiciaire ou amiable) ;
    • Aide cumulable avec une indemnisation reçue dans le cadre d’une assurance privée.

     

    Montant de l’aide : prise en charge à 100 % des couts admissibles des couts de destruction des œufs et/ou de la perte liée à la non ou moindre valorisation des œufs sur la période des restrictions sanitaires.

    Les couts de destruction sont appréciés sur facture et les pertes dues à la dévalorisation sont appréciées au regard d’un prix de référence.

    Le prix de référence correspond au dernier prix de vente des œufs avant restrictions sanitaires, ou dernier prix de reprise indexé avant restriction (éleveurs en début de bande n’ayant pas pu vendre d’œufs avant les restrictions).

    Le calcul des coûts et pertes se fait à l’aide du tableur disponible sur le site de FranceAgriMer.

    Un coefficient stabilisateur sera appliqué en cas de dépassement du montant de l’enveloppe de l’aide.

    Montant minimum d’attribution de l’aide : seuil de 500 €

    Montant maximum d’aide : 150 000 €

    Comment et où : Dossier à remplir sur la plate-forme d’acquisition des données de FranceAgriMer jusqu'au 21/10/2022 en cliquant ici

    Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez prendre contact au 05.45.24.49.25

    ]]>
    Productions animalesCharente
    news-118651Fri, 30 Sep 2022 09:18:33 +0200Retour sur la réunion bout de champ sur la robotisation du désherbage et de la biodiversité fonctionnellehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/retour-sur-la-reunion-bout-de-champ-sur-la-robotisation-du-desherbage-et-de-la-biodiversite-fonction/ Journée du 6 septembre 2022.La société Ouvard Charentes a réalisé une démonstration du robot de désherbage autonome de la sociétée NAIO. Sa polyvalence et ses principales évolutions en font un véritable assistant agricole et peut répondre aux difficultés de recrutement des exploitants.

    La Chambre d'agriculture et l'Acpel ont conduit un atelier participatif autour de la biodiversité fonctionnelle et de ses applications en maraichage. Des échanges ont eu lieu autour des résultats d'essais et souhaits des maraichers concernants ses dispositifs.

    Contact : Sylvie Sicaire

    ]]>
    Agriculture biologiqueProductions végétalesLégumeCharente
    news-118572Thu, 29 Sep 2022 08:18:52 +0200Foin - SAINT QUENTIN SUR CHARENTEhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/foin-saint-quentin-sur-charente/Type de fourrageFoinPrécision sur le fourrage proposéfoinComposition (espèces fourragères)dactyle rgh trefle luzerneQuantité disponible200Date de disponiblité28-09-2019Commune où se trouve le fourragesaint quentin sur charenteDate de fin de disponiblité de l'offre31/07/2023Prénom et NOMludovic coulonSociétéearl de la digueAdressela brunetteCode postal et Ville16150 saint quentin sur charenteEmailludovic.coulon16@gmail.comTéléphone (portable de préférence)0660455999]]>news-118516Wed, 28 Sep 2022 09:39:49 +0200Quelques conseils de préparation du lait pour des agneaux au biberon https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/quelques-conseils-de-preparation-du-lait-pour-des-agneaux-au-biberon/Elever des agneaux au biberon impose le respect de règles strictes afin de limiter les problèmes sanitaires et de conserver un intérêt économique à cette technique. Par exemple, le surdosage et le sous dosage de la concentration du lait reconstitué ont des conséquences sanitaires importantes. La recommandation commune est de 200 g de poudre de lait par litre d’eau quel que soit l’âge des agneaux. Peser les quantités d’aliment d’allaitement et d’eau lors de chaque préparation ou bien utiliser des ustensiles étalonnés est indispensable. 

    Par ailleurs, la température de dilution conditionne la bonne émulsion des matières grasses nécessaires à la digestion des agneaux. Elle se situe en général entre 55 et 65 °C (se reporter aux indications du fabriquant sur l’étiquette du sac), alors que la température de distribution ne doit pas dépasser 45 °C. 


    Une hygiène irréprochable 
    L’espace dédié aux agneaux doit être sain et propre. Compter une densité de 4 agneaux/mètre carré maximum. Le paillage se justifie tous les jours, voire plusieurs fois par jour. De même, l’ensemble du matériel, biberon, multibiberon, tétine, fouet, etc… doit être soigneusement lavé et désinfecté tous les jours. Enfin, compte tenu du coût des aliments d’allaitement, un sevrage précoce des agneaux reste indispensable. Au niveau physiologique, un agneau peut être sevré à partir d'un poids de 12 à 13 kg à condition qu’il soit âgé de 35 jours minimum.

    Vous trouverez un plan d’alimentation type et une estimation du coût de ce mode d’alimentation sur idele.fr/ciirpo et www.inn-ovin.fr sur la fiche CIIRPO : « des conseils de préparation du lait pour des agneaux nourris au biberon ou au seau multi-tétines ». 

     

    Rédacteurs 

    Laurence Sagot, Institut de l’Elevage/ CIIRPO                   

    Nathalie Augas, Chambre d'Agriculture

    ]]>
    Productions animalesOvin
    news-118421Mon, 26 Sep 2022 14:38:33 +0200Accouveurs - Grippe aviaire : Ouverture des demandes d'avance sur indemnisation https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/accouveurs-grippe-aviaire-ouverture-des-demandes-davance-sur-indemnisation/Les mesures sanitaires mise en place dans les zones règlementées et par certains pays tiers pour lutter contre l’influenza aviaire de 2021-2022 ont eu un impact économique sur les entreprises du maillon sélection-accouvage et les éleveurs de cheptel reproducteur de volailles (dont gibier à plumes). Les entreprises agricoles de sélection et/ou d’accouvage détentrices d’un numéro SIRET et respectant les conditions ci-dessous sont éligibles à une indemnisation. Date limite de dépôt : vendredi 7 octobre 2022 à 14h.

    Pour bénéficier de cette aide, les exploitants doivent répondre aux critères suivants

    • Eleveurs de cheptel reproducteur de volailles (dont gibier à plumes) :
      • Avoir subi une perte d’EBE de l‘activité d’élevage de cheptel reproducteur de volailles estimée supérieure à 20%
        • Cas général : Calcul sur la période du 1er décembre 2021 au 31 juillet 2022 par rapport à la même période en N 3 ;
        • En cas d’abatage d'une partie du troupeau (dont vous êtes propriétaires) sur décision administrative : Calcul du 1er décembre 2021 au 31 octobre 2022 au regard de la même période en N-31
    • Entreprises de sélection et/ou d’accouvage : Respecter au moins l’une de ces conditions suivantes :
      • Avoir subi un abattage de cheptel reproducteur dont l’entreprise est propriétaire, sur décision administrative en lien avec l’épizootie d’influenza aviaire ;
      • être implantée dans l’une des communes situées en zone réglementée (liste pour la Charente ici) ;
      • avoir réalisé au moins 25 % de son chiffre d’affaires hors taxes (CA HT) de l’activité sélection-accouvage sur l’exercice comptable clos en 2019 :
        • avec les communes situées en zone réglementée (liste pour la Charente ici) ;
        • et/ou
        •  en exportant directement vers des pays tiers ayant pris des décisions de fermeture motivées par l’épizootie d’influenza aviaire en vigueur au 1er décembre 2021 ou ayant pris de telles décisions depuis le 1er décembre 2021 (cf. annexe) ;
      • avoir subi une perte d’excédent brut d'exploitation (EBE) de l’activité sélection-accouvage estimée supérieure à 20 % :
        • Cas général : sur la période du 1er décembre 2021 au 31 juillet 2022 au regard de la même période en N-3 ;
        • En cas d’abatage d'une partie du troupeau (dont vous êtes propriétaires) sur décision administrative : Calcul du 1er décembre 2021 au 31 octobre 2022 au regard de la même période en N-3 . 

     

    Montant de l’aide : 50% du montant de l'estimation de la perte d’EBE
    Un coefficient stabilisateur sera appliqué en cas de dépassement du montant de l’enveloppe de l’aide. 
    Montant minimum d’attribution de l’aide : seuil de 1 000 €

    Pour faire votre demande, merci de remplir le dossier sur la plate-forme d'acquisition des données de FranceAgriMer jusqu'au 07/10/2022 à14h00 en cliquant ici.

    Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contactez le 05.45.24.49.25 
     

    ]]>
    Entreprise agricoleProductions animales
    news-118108Tue, 20 Sep 2022 14:18:20 +0200Les journées « Agri Partage et confiance »https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/les-journees-agri-partage-et-confiance/un rendez-vous maïs honoré !Mercredi 14 septembre, le groupe Agri Partage est confiance et la Chambre d’agriculture de la Charente accueillaient plus d’une cinquantaine d’agriculteurs sur leur essai maïs lors d’une journée technique.

    Après un mot d’accueil d’Alain DELAUNAY (adhérent du groupe) qui a présenté l’historique du groupe, son fonctionnement et ses orientations de travail, les agriculteurs ont participé à quatre ateliers techniques :

    • Présentation de l’essai maïs (par la Chambre d’Agriculture de la Charente) et présentation du Best-a (par la société charentaise Elicit plant) qui est une solution à base de phytostérols végétaux pour diminuer les effets du stress hydrique sur les cultures en conditions sèches ou réduire la consommation d'eau en culture irriguée.
    • Présentation de l’outil numérique Climate FieldViewTM (par la société Bayer-Dekalb) qui est une plateforme en ligne qui permet à l’agriculteur de collecter l’ensemble de ses données machine (travail du sol, semis, récolte…) afin d’adapter les pratiques pour avoir le meilleur rendement économique.
    • Présentation des travaux de recherche sur la création des hybrides (par la société LG Seeds) qui permettent de produire des variétés avec une meilleure tolérance au stress hydrique et/ou d’autres caractéristiques agronomiques précises.
    • Présentation des critères techniques indispensables à la bonne implantation d’un maïs (par la société Syngenta), tels que rapidité, homogénéité de levée, profondeur optimale, vitesse de semis…, pour permettre aux agriculteurs de mettre toutes les chances de leur côté pour maximiser leur rendement.

    La volonté du groupe était également de faire de cette occasion un moment convivial en organisant un repas pour clôturer cette rencontre. Un rendez-vous, en pleine période de travaux agricole, pour lequel les agriculteurs ont quand même répondu présents : un challenge réussie pour le Groupe Agri Partage et Confiance.

    Vous pouvez retrouver les résultats d’essais de la Chambre d'agriculture ICI

     

    ]]>
    Productions végétalesGrande cultureCharente
    news-117931Fri, 16 Sep 2022 08:53:38 +0200Faisons fleurir les opportunités ! https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/faisons-fleurir-les-opportunites/La Chambre d’agriculture de Charente organise le premier forum professionnel du réseau Bienvenue à la ferme. Vendredi 7 octobre prochain, se réuniront les adhérents du réseau ainsi que les professionnels du tourisme charentais. L’objectif ? Mobiliser les acteurs du secteur afin d’échanger sur de futurs projets liés à l’agritourisme. Cet événement inédit sera également accompagné d’une dimension régionale et nationale avec la présence d’adhérents du réseau, de professionnels de l’agritourisme de Nouvelle-Aquitaine et d’intervenants exceptionnels. Une programmation riche en activités et des intervenants de qualité rythmeront la journée. Le ton est donné « Faisons fleurir les opportunités ».  

    Zoom sur deux temps forts de la journée :
    -    Speed meeting entre producteurs et acteurs du tourisme charentais(réservé aux adhérents BF Charente) – Les différents acteurs bénéficient d’un temps pour réfléchir et échanger collectivement aux projets et prestations agritouristiques qui pourront être mis en place sur le territoire. 
    -    Ateliers/débats (Ouvert à toutes les structures de Nouvelle-Aquitaine) – Découvrez les initiatives du réseau et nos partenaires nationaux. Parmi elles, Miimosa, une plateforme de financement participatif destinée aux projets d’agriculture et d’alimentation durable ou encore Elloha, une plateforme de vente en ligne destinée aux acteurs du tourisme.

    Pour découvrir le programme complet et vous inscrire à cet évènement cliquez-ici. Les inscriptions sont jusqu’au 3 octobre 2022.

    Pour toute question, contactez Laura CAROLE au 07 88 13 87 96 ou par mail laura.carole@charente.chambagri.fr 
     

    ]]>
    Agritourisme et vente directeEntreprise agricole
    news-117928Fri, 16 Sep 2022 08:42:15 +0200Remplacer la paille de litière https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/remplacer-la-paille-de-litiere/Si la paille doit constituer une part de la ration des brebis cet hiver par manque de foin, il est possible de la remplacer en litière par une autre matière première, partiellement ou totalement. C’est le cas par exemple des plaquettes de bois. Leur prix d’intérêt est de l’ordre de 9,5 € le MAP (MAP = équivalent d’un m³ de plaquettes) pour un prix de la paille à 100 € la tonne par exemple. Cela signifie qu’en dessous de ce prix, les plaquettes sont plus intéressantes que la paille. Toutefois, pour obtenir les mêmes résultats techniques et maintenir le bien-être des animaux, les plaquettes de bois doivent impérativement afficher un taux de matière sèche de 80 % minimum lors de leur utilisation. 

    Une couche de 4 à 5 cm
    Une taille de 3 cm convient parfaitement pour des plaquettes à destination de la litière. Couper plus petit est plus onéreux pour un résultat moins satisfaisant car le bois se rapproche alors de la sciure et peut se compacter. 
    Le mode d’emploi n’est pas le même que celui utilisé en bovins. En effet, étaler une sous-couche de 10 cm est inutile. La mise de départ doit présenter une épaisseur de 4 à 5 cm seulement. Le rechargement est ensuite réalisé par couches de 2 cm environ lorsque cela devient nécessaire. 

    Toutes les essences de pin sylvestre, frêne, peuplier, chêne, aulne, hêtre, bouleau, mélanges de bois blancs et de feuillus peuvent être utilisées en litière. Les plaquettes de bois issues d’arbres fruitiers n’ont pas été testées mais il est possible de les utiliser sous réserve de vérifier l’absence de rémanence de produits phytosanitaires. 
    Pour en savoir plus : « des plaquettes de bois en litière pour les brebis et les agneaux » sur idele.fr et inn-ovin.fr. Enfin, il est également possible d’utiliser de la dolomie sans modification des résultats techniques par rapport à la paille. Une étude est en cours pour en déterminer l’intérêt économique.

    Rédaction 

    Laurence Sagot - Institut de l'Elevage / CIIRPO 

    Nathalie Augas - CA16 
     

    ]]>
    Entreprise agricoleProductions animales
    news-117648Fri, 09 Sep 2022 10:32:21 +0200Grêle de juin 2022 : Fonds d'urgence mis en place par l'État https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/grele-de-juin-2022-fonds-durgence-mis-en-place-par-letat/Suite aux orages de juin 2022, un fonds d’urgence est mis en place par l’Etat pour aider les exploitations les plus touchées par la grêle. Cette aide forfaitaire de 5 000 € est destinée aux exploitations en extrême difficulté, touchées par la grêle et dont la trésorerie ne permettrait plus de faire face aux dépenses immédiates nécessaires à la poursuite de l’activité et aux besoins essentiels du foyer. 

    Date limite de dépôt : 27 septembre 2022

    Eligibilité

    • Bénéficiaires : Exploitants agricoles à titre principal, GAEC ou EARL. Les autres sociétés avec pour objet l’exploitation agricole avec au moins 50 % du capital détenu par des exploitants agricoles à titre principal peuvent être éligibles. 
    • Les exploitants devront attester des dégâts par tous les éléments à leur disposition (photos, rapport d’expertise,…) et de difficultés de trésoreries ne permettant plus de faire face aux dépenses immédiates nécessaires à la poursuite de l’activité et aux besoins essentiels du foyer.
    • Ces difficultés de trésorerie seront à justifier par des renseignements comptables (taux d’endettement, taux de spécialisation, montant des dettes fournisseurs, des prélèvements privés, trésorerie nette, …) sur les années précédentes et en prévisionnel sur 2022. 
    • Aide de « minimis » : les aides perçues dans ce cadre ne doivent pas dépasser 20 000 € sur 3 exercices fiscaux, l’exercice en cours compris (en cas de doutes sur ce montant, vous pouvez vous rapprochez de la DDT). 
    • Les exploitations en liquidation judiciaire ne sont pas éligibles. Les entreprises en procédure de sauvegarde ou de redressement judiciaire peuvent être éligibles si un plan est arrêté par le tribunal au moment du paiement.

     

    Pour faire votre demande d'aide, cliquez-ici

    Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez prendre contact avec la cellule de crise au 05.45.24.49.25

     

    ]]>
    Entreprise agricoleProductions animalesProductions végétales
    news-117544Thu, 08 Sep 2022 08:47:46 +0200Les prairies n'attendent que la pluiehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/les-prairies-nattendent-que-la-pluie/Quand la pluie revient après une période de sécheresse, la reprise de végétation est généralement très bonne.Le retour de la pluie sur un sol chaud provoque un pic de minéralisation, permettant d’assurer la nutrition azotée des graminées, à condition que les plantes et leur système racinaire n’aient pas été épuisés par une surexploitation. Il n’est donc pas nécessaire d’apporter de l’azote minéral, qui ne sera que très peu valorisé. Pour ne pas compromettre la production de fourrage à venir, il est recommandé de ne pas sur-pâturer les prairies actuellement rases et de laisser un temps de repousse suffisant à celles qui reverdissent. En général, cela nécessite d’attendre 3 à 4 semaines minimum après la pluie. 
     

    Des rations d’hiver

    En attendant, les  brebis peuvent être rentrées en bergerie ou bien resserrées sur une parcelle  « sacrifiée ». Un affouragement et une complémentation sont mis en place selon les besoins des animaux. Au final, cette solution sera moins coûteuse que la perte de production fourragère due à un surpâturage généralisé. Malgré tout, dans certains cas, un entretien, voire un sur-semis de certaines prairies pourra être nécessaire.

    Des conditions climatiques favorables à l’automne (pluies suffisantes et températures clémentes, sans gel) permettront de prolonger le pâturage sur les prairies en place, et d’économiser d’autant la consommation de fourrages grossiers. On peut également, dans certaines régions, envisager une conduite en pâturage hivernal d’une partie du troupeau. Ceci dépendra bien évidemment des conditions de sols, de climat et du type de prairies. 

     

    Rédactrices 

    Laurence Sagot (Institut de l'Elevage / CIIRPO) 

    Nathalie Augas (CA16) 

    ]]>
    Productions végétalesGrande culture
    news-117292Thu, 01 Sep 2022 09:51:15 +0200Lutter contre l'ambroisie - Bien nettoyer son matériel de récolte https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/lutter-contre-lambroisie-bien-nettoyer-son-materiel-de-recolte/Pour éviter toute propagation de l’ambroisie dans les cultures voir même des refus de marchandises par les coopératives, il est important de bien nettoyer son matériel de récolte. Pour cela, plusieurs éléments sont à retenir
    • Récolter les parcelles saines en premier et terminer par les parcelles ayant de l’ambroisie ; 
    • Nettoyer la machine de fond en comble en ouvrant les grilles de nettoyage au maximum, en augmentant l’évent et en soufflant bien les parties les plus exposées (essieux, coupe, convoyeur etc.) 
    • Il faut apporter un soin particulier au soufflage pour éliminer les graines qui se seraient logées dans le matériel de récolte ; 
    • Pour un nettoyage efficace et complet, comptez 1h tous les jours ; 
    • Faire davantage attention aux outils en CUMA ou en copropriétés pour éviter la propagation dans les autres cultures. 
    ]]>
    Entreprise agricoleProductions végétales
    news-116811Thu, 18 Aug 2022 15:29:55 +0200La méthanisation, une solution pour l’agriculturehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/la-methanisation-une-solution-pour-lagriculture/Aujourd’hui, le secteur agricole se questionne, il évolue pour faire face à de nouveaux besoins et à de nouvelles attentes sociétales. Parallèlement à ça, la crise énergétique continue. Le gaz, essentiel pour assurer l’excellence cognaçaise, voit son prix progresser, comme l’azote, l’électricité ou le carburant. Pour répondre à tous ces défis, l’agriculture française doit continuer de trouver des solutions pour se pérenniser. La méthanisation peut être une solution. Si la méthanisation est un allié de l’agriculture, la recherche d’informations sur le sujet peut s’avérer compliquée. Qu’est-ce-que la méthanisation ? Les digesteurs, de larges panses de ruminants

    Le lien est souvent fait entre les ruminants et le digesteur de l’unité de méthanisation. En effet, dans cette grande cuve fermée hermétiquement, l’exploitant introduit de la matière organique non-ligneuse afin que les bactéries la digèrent sous forme de digestat et de biogaz. Contrairement au bovin, ici, on introduit du fumier, du lisier, des intercultures et autres végétaux, des issues de céréales, de la vinasse ou bien des biodéchets de l’industrie agro-alimentaire…

    Ce phénomène de dégradation est naturel et se fait en condition anaérobie. 

    Le biogaz produit par la méthanisation est composé pour moitié de méthane. Il est valorisé par combustion dans une génératrice produisant de la chaleur et de l’électricité, ou est épuré avant d’être injecté dans le réseau de « Gaz de Ville ». Cette dernière valorisation nécessite d’avoir une canalisation de distribution à distance raisonnable afin de garantir une rentabilité, classiquement de l’ordre de 10 km maximum. Les réseaux denses présents entre Barbezieux et La Rochefoucauld rendent cette zone particulièrement propice à ce type de valorisation.

    La méthanisation, un atout pour l’exploitant comme pour le territoire

    Les externalités positives sont nombreuses et dépendent du contexte de  l’exploitation : ça peut être la réduction du recours à l’azote minéral grâce au digestat, la production du carburant pour véhicule (gaz comprimé/liquéfié, ou électricité), la réduction de la facture de chauffage (école, maison, piscine municipale…), ou encore la réduction de l’odeur des effluents. 

    Si la méthanisation est intéressante pour l’agriculteur qui peut valoriser ses effluents et biodéchets, elle est aussi une opportunité pour les collectivités et entreprises, qui devront recycler leurs biodéchets, par exemple sous la forme de compost ou de digestat en janvier 2023 ou 2024 selon les situations. 

    ]]>
    EnergieEntreprise agricoleProductions animales
    news-116672Tue, 16 Aug 2022 14:16:04 +0200PAC 2023-2027 : les derniers arbitrages changent la donnehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/pac-2023-2027-les-derniers-arbitrages-changent-la-donne/Fin 2021, la France avait communiqué à la Commission Européenne sa proposition de Plan Stratégique National (PSN) pour la PAC 2023-2027. Depuis, des négociations se sont poursuivies afin de définir les règles qui vont entrer en vigueur dès l’an prochain. Le 15 juillet, le Ministre de l’Agriculture français a annoncé la fin de ces négociations et a donné les futures règles, en particulier en matière de conditionnalité et d’éco-régime.  

     

     

     

    Conditionnalité : vers une réelle obligation de rotation des cultures 

    La principale nouveauté concernant les futures exigences de conditionnalité, se situe au niveau de la BCAE7 relative à la rotation des cultures, qui jusque-là se contentait de vérifier une diversité de l’assolement sur les terres arables.

    A compter de 2023, il faudra justifier d’une rotation des cultures, à savoir respecter les 2 critères cumulatifs suivants :

    • Un critère annuel : chaque année dès 2023
      • sur au moins 35 % de la surfaces en culture de plein champ (terres arables hormis surfaces en herbe, fourrage herbacé et jachère), la culture principale diffère de la culture de l’année précédente ;
      • OU
      • un couvert hivernal est mis en place* ;
    • Un critère pluriannuel : à compter de 2025,
      • sur chaque parcelle, sur la campagne en cours et les trois campagnes précédentes, au moins deux cultures principales différentes sont présentes ; 
      • OU
      • un couvert hivernal (15 novembre-15 février) a été présent chaque année.

    * Cependant, pour 2023, la France a décidé de reconduire la dérogation Ukraine. Ainsi, cette obligation de rotation sur 35% de la surface en culture de plein champ ne sera pas vérifiée en 2023. En revanche, la dérogation Ukraine ne remettra pas en cause le critère pluriannuel (2 cultures différentes au moins entre 2022 et 2025 ou un couvert hivernal chaque année).
     

    Le Ministre précise qu’une disposition alternative sera mise en place pour certaines zones composées de sols, riches et fertiles, d’alluvion limoneux ou argileux, et sujettes à des inondations par remontée de nappe. A ce jour, cette disposition alternative ne concerne que la Plaine du Rhin.

     

    Eco-régime : des modifications sur la voie "certification" 

    La première évolution concerne les exploitations Bio :
    Jusqu’ici les exploitations 100% certifiées ou en conversion Bio accédaient au même niveau d’éco-régime que les exploitations 100% HVE (montant annoncé de 82 €/ ha).
    Désormais, ces exploitations Bio accèderont à un niveau spécifique, pour lequel le montant de l’éco-régime est annoncé à 110 €/ ha, à condition qu’au moins une parcelle ne bénéficie plus de l’aide à la conversion (CAB).

    Des précisions sur les exploitations HVE :
    Le Ministère précise que, à partir du 1er octobre 2022, l’accès à l’éco-régime par la certification HVE se fera uniquement au travers de nouveaux certificats correspondant au référentiel rénové.

    Ainsi, les exploitations en cours de certification après le 1er octobre 2022, et qui n’auront pas obtenu leur certificat pour la campagne PAC 2023, devront dans un premier temps accéder à l’éco-régime par la voie des pratiques agro-écologiques ou par la voie des infrastructures agro-écologiques.

    Enfin, pour la campagne 2023, les exploitants certifiés HVE avant le 1er octobre 2022, pourront avoir accès à l’éco-régime (niveau supérieur d’un montant annoncé de 80 €/ ha), uniquement s’ils ont été certifiés par la voie A

    Les exploitations ayant été certifiées HVE par la voie B ne pourront pas accéder à l’éco-régime par la certification HVE, et devront se tourner vers la voie des pratiques ou la voie des infrastructures agro-écologiques.

     

    Des formations pour se préparer 

    Pour vous aider à comprendre cette réforme, en mesurer l’impact sur votre exploitation et vous préparer, nous mettons en place plusieurs sessions de formations sur les mois de septembre et octobre :

    • 14 septembre 2022 de 9h à 17h à Montmoreau (Communauté de Communes) 
    • 16 septembre 2022 de 9h à 17h à Angoulême (Chambre d'agriculture) 
    • 22 septembre 2022 de 9h à 17h à Mansle (Chambre d'agriculture) 
    • 11 octobre 2022 de 9h à 17h à Confolens (Chambre d'agriculture) 

    Pour les exploitants, ces formations sont prises en charge par Vivea.

    Pour découvrir le programme et s'inscrire, c'est par ici

     

    ]]>
    2027Economie et politique agricolesPACEntreprise agricoleGestion de l'entrepriseProductions animalesProductions végétales
    news-116667Tue, 16 Aug 2022 11:45:08 +0200Des difficultés liées à la sécheresse ? La cellule Réagir vous accompagne ! https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/des-difficultes-liees-a-la-secheresse-la-cellule-reagir-vous-accompagne/Depuis plusieurs mois, la Charente est touchée par une sécheresse exceptionnelle. L’impact du manque d’eau sur les rendements, les contraintes  et les coûts liés à ce contexte s’accumulent (achats de fourrage non prévus, baisse de résultat, etc.). En cas de difficultés financière ou de trésorerie sur l’exploitation, nous vous invitons à contacter la cellule Réagir, afin d’être accompagné sur la mise en place des solutions adaptées, de bénéficier d’une analyse de la situation, d’un accompagnement : technico-économique, technique, sanitaire, social…  

    Pour solliciter l’accompagnement de la cellule Réagir, contactez le 05 45 24 49 25, ou envoyez un mail à reagir@charente.chambagri.fr

    Pour plus d’information sur la cellule Réagir, cliquez ici ou téléchargez la plaquette 

    ]]>
    Entreprise agricoleProductions animalesProductions végétales
    news-116658Tue, 16 Aug 2022 09:35:39 +0200En recherche de fourrages ou du fourrage à vendre ? Une plateforme d’annonces est disponible sur notre site ! https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/en-recherche-de-fourrages-ou-du-fourrage-a-vendre-une-plateforme-dannonces-est-disponible-sur-not/Dans le contexte actuel de sécheresse, certains éleveurs sont en recherche de fourrages pour pouvoir alimenter leur troupeau durant tout l’hiver. La Chambre d’agriculture a mis en place une plateforme pour faciliter les échanges entre agriculteurs. Chacun peut déposer une offre de paille ou fourrage ou consulter les offres disponibles. Rendez-vous sur sur la plateforme dédiée pour déposer votre annonce ou consulter les offres disponibles. ]]>Entreprise agricoleEleveurProductions animalesProductions végétalesPlante fourragèrenews-116600Thu, 11 Aug 2022 14:16:50 +0200Grippe aviaire : Ouverture des demandes d’avances sur indemnisationhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/grippe-aviaire-ouverture-des-demandes-davances-sur-indemnisation/Une partie de la Charente a été touchée par l’influenza aviaire en début d’année, avec plusieurs zones de restrictions sanitaires. Les exploitants agricoles détenteurs d’un numéro SIRET et éleveurs de volailles (palmipèdes et gallinacés, cheptels non reproducteurs) ayant subi un vide sanitaire dans le cadre de ces mesures de restrictions en zones réglementées peuvent d’ores et déjà déposer une demande d’avance sur indemnisation des pertes de non production.

    Ces demandes d’avance devront obligatoirement entrainer une demande d’aide ultérieure en fin d’année 2022 pour régulariser cette avance.

    Points importants :

    Date limite de dépôt : vendredi 16 septembre 2022 à 14h

    Eligibilité : Pour bénéficier de cette avance, les exploitants doivent répondre aux critères suivants :

    • Etre un exploitant agricole, un GAEC, une EARL, ou autre personne morale ayant pour objet l'exploitation agricole et réaliser une activité commerciale de production de volailles ;
    • Etre immatriculés au répertoire SIREN de l’INSEE par un numéro SIRET ;
    • Avoir son siège social et au moins un bâtiment d’élevage situés dans une commune de la liste des zones réglementées OU au moins un bâtiment d’élevage situé dans une de ces communes. Liste des communes disponible en cliquant ici
    • Etre éleveurs et/ou engraisseurs de volailles (palmipèdes, gallinacées, gibier à plumes), y compris en tant que prestataires ;
    • Ne pas avoir déjà bénéficié d’une avance d’indemnisation dans le cadre de l’épidémie d’influenza aviaire 2021/2022 ;
    • Avoir son siège social et au moins un bâtiment d’élevage situés dans une commune de la liste des zones réglementées, OU au moins au moins un bâtiment d’élevage situés dans une de ces communes ;
    • Avoir subi un vide sanitaire prolongé dû aux interdictions de remise en place de volailles ;
    • Respecter les normes minimales relatives à l’hébergement des palmipèdes gras en cas d’engraissement et les obligations de biosécurité ; • avoir débuté une production de volaille avant les mesures d’interdiction de mise en place de volailles dans la zone réglementée ;
    • Ne pas avoir bénéficié ou demandé une indemnisation dans le cadre d'une assurance privée ; 
    • Ne pas être concernés par une liquidation (judiciaire ou amiable).

    Montant de l’aide : 2 situations possibles en fonction du montant des pertes de marges brutes réelles en raison des restrictions sanitaires et des difficultés de remises en place :

    • Estimation des pertes de marge brutes réelles par rapport à la même période de référence sur l’année 2019 supérieure à 40 000 € (pour chaque type de volaille): avance de 20 000 €.
    • Estimation des pertes de marge brutes réelles par rapport à la même période de référence sur l’année 2019 inférieure à 40 000 € (pour chaque type de volaille): avance de 50 % du montant de cette estimation.

    Un coefficient stabilisateur sera appliqué en cas de dépassement du montant de l’enveloppe de l’aide.

    Montant minimum d’attribution de l’aide : seuil de 500 €

    Comment et où : Dossier à remplir sur la plate-forme d’acquisition des données de FranceAgriMer jusqu'au 09/09/2022 à 14h en cliquand ici

    Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez prendre contact au 05.45.24.49.25

    ]]>
    VolailleCharente
    news-116524Tue, 09 Aug 2022 11:41:29 +0200Prêt à relever le DEPHY ? https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/pret-a-relever-le-dephy/Le réseau DEPHY, créé en 2011, a pour objectif d’expérimenter, de valoriser et de déployer les techniques et systèmes agricoles qui réduisent l’usage des produits phytosanitaires. Ces techniques et systèmes agricoles sont performants sur les volets économiques, environnementaux et sociaux.Le dispositif est présent sur l’ensemble du territoire français. Il couvre toutes les filières de production (viticulture, grandes cultures polyculture élevage, maraichage, arboriculture, horticulture, cultures tropicales) et mobilisent de nombreux acteurs (chercheurs, agriculteurs, animateurs, etc.).

     

     

     

    Il se divise en deux catégories :

    • DEPHY FERME : 3000 exploitations engagées dans une démarche volontaire (50% en grandes cultures polyculture élevage, 20% en viticulture). Les Chambres d’agriculture animent 69% des exploitations du réseau. D’autres structures sont également animatrices (associations, instituts techniques, etc.). En outre, le dispositif DEPHY FERME comporte 120 lycées agricoles partenaires et plus de 600 exploitations en agriculture biologique à l’échelle nationale.
    • DEPHY EXPE : 41 projets visant une forte réduction de l’usage des produits phytosanitaires

     

    ZOOM SUR DEPHY FERME 

    Les groupes sont composés d’une dizaine d’agriculteurs accompagnés et suivis par l’animateur. Des réunions collectives sont organisées autour de thématiques définis par le groupe (entretien du sol, réduction de l’utilisation du cuivre, engrais verts, etc.). Ces rencontres permettent de favoriser le partage d’expérience, d’acquérir et de transférer les résultats obtenus sur les exploitations (DEPHY FERME) et les sites d'expérimentation (DEPHY EXPE). Les acteurs du réseau organisent de nombreuses actions de communication et de démonstration locales et produisent régulièrement différents types de documents techniques ou méthodologiques.

     

    A quoi sert le réseau DEPHY ?

    Le réseau DEPHY a pour mission de produire des références sur les systèmes économes en produits phytosanitaires. Il vise à démontrer qu’il est possible de réduire et de maintenir à un bas niveau l’usage de produits phytosanitaires dans les systèmes agricoles français. Aussi, d’identifier les situations et les stratégies agricoles associées à la réduction d’utilisation des produits phytosanitaires.

     

    Les produits phytosanitaires en baisse grâce au groupe DEPHY

    L’IFT (Indicateur de Fréquence de Traitements) est un indicateur qui rend compte du nombre de doses de produits phytosanitaires appliqué par hectare lors d’une campagne culturale. En viticulture, à l’échelle nationale, une baisse significative de cet indicateur est constatée sur les 10 ans de fonctionnement du réseau. Elle s’explique par la mise en place de différents leviers par les viticulteurs (arrêt des herbicides, réduction de la dose des produits, etc.). L’IFT présente une forte hétérogénéité en fonction de la campagne culturale et du bassin viticole. En effet, les conditions climatiques sèches limitent l’apparition des maladies contrairement aux années humides. De plus, chaque bassin viticole à des problématiques qui lui sont propres. 

     

    Localisation des fermes DEPHY

     

    Pour plus d'informations sur le réseau DEPHY : c'est par ici

    Sources : Laurent Deliere, Marie Rougier, Emeric Emonet, Emeric Pillet, Xavier Burgun, et al.. Réseau DEPHY EXPE : Synthèse des résultats à mi-parcours à l’échelle nationale - filière Viticulture. [Rapport de recherche] Cellule d’Animation Nationale DEPHY Ecophyto. 2016, 70 p. hal-02016730

    ]]>
    Entreprise agricoleViticulteurEnvironnementProductions végétales
    news-116473Fri, 05 Aug 2022 13:23:26 +0200Aide à l'implantation de prairies et cultures fourragèreshttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/aide-a-limplantation-de-prairies-et-cultures-fourrageres-1/Une aide de la Région Nouvelle-Aquitaine pour les éleveurs victimes des dégâts dus à la grêle et aux orages.A la demande des Chambres d'agriculture de Nouvelle Aquitaine, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de mettre en œuvre un "Dispositif régional d’aide à l’implantation de prairies et de cultures fourragères" pour intervenir auprès des éleveurs touchés par les orages de grêle du mois de juin 2022. (Dispositif téléchargeable ci-contre)

    Principaux éléments à retenir

    • Bénéficiaires :
      • être éleveurs d’herbivores (titulaires d’un numéro de cheptel) ; 
      • avoir le siège social implanté dans une zone touchée par les épisodes de grêle. (Non écrit dans le règlement mais accord verbal avec les services : la situation d'éleveurs fortement impactés mais dont le siège d'exploitation n'est pas sur une commune concernée pourra faire l'objet d'une demande particulière qui sera examinée au cas par cas)
    • Liste des communes reconnues :

    La liste des communes reconnues, est en cours de finalisation. Vous pouvez la télécharger en cliquant ici.


    Si votre commune n’apparait pas et que vous avez été touchés par un épisode de grêle en juin 2022, entrainant de forts dégâts, vous pouvez contacter la cellule de crise pour le signaler.  
    Le numéro de la cellule de crise est le suivant : 05 45 24 49 25.  
    Un formulaire en ligne est également à disposition.   

     

    Aide

    • Une aide forfaitaire de 50 €/ha à 75€/ha maximum sera attribuée au bénéficiaire afin de contribuer au surcoût engendré par la mise en place de cultures estivales (liste dans le règlement joint).  Les surfaces déclarées sont au minimum de 2 ha et au maximum de 10 ha. Les dates d’achat de semences et d’implantation doivent être comprises entre le 06/06/2022 et le 31/08/2022.
    • L'enveloppe financière allouée au dispositif est de 200 000 € pour l'ensemble de la région Nouvelle-Aquitaine.
    • Cette aide s'inscrit dans le régime dit "de minimis".

     

    La date limite de dépôt des dossiers est fixée au 30 septembre 2022.

    • Pièces à fournir :
      • formulaire de demande à télécharger en cliquant ici ; 
      • Copies des factures acquittées d'achat de semences ; 
      • Certificat d'immatriculation indiquant le n°SIRET ; 
      • Attestation de minimis à télécharger en cliquant ici ; 
      • RIB à jour comportant IBAN.
    • Rôle de la Chambre d'agriculture :
      • La Chambre d'agriculture est chargée d'instruire les dossiers et de les faire remonter à la Région Nouvelle-Aquitaine pour paiement à l'éleveur ; 
      • Tous les dossiers complets et dûment signés devront être adressés par courrier  à :

     

    Chambre d'agriculture de la Charente

    A l'attention de Léna MASSOn 

    ZE Ma Campagne - 66 impasse Joseph Nièpce 

    16016 ANGOULEME CEDEX 

    • La Chambre d'agriculture proposera un accompagnement au montage des dossiers dès début septembre. 

     

    Remarques :
    Pour information, au-delà des factures acquittées des semences achetées, est pris en compte, dans le calcul de la dépense, le coût d'implantation des cultures hors main d'œuvre. A titre d'information voici des coûts avancés auprès de la Région :

    • déchaumage/semis/roulage : 113,70 €/ha
    • labour/semis/roulage : 160,51 €/ha

     
    Ces coûts ne sont fournis qu'à titre indicatif ; vous pouvez les reprendre ou les adapter à l'itinéraire et à vos références locales, mais dans tous les cas il faudra les mettre dans la dépense.
    Pour compléter la déclaration sur l'honneur sur les aides de minimis, les éleveurs pourront contacter les services de la DDT.

    Pour tout renseignement complémentaire vous pouvez prendre contact avec la cellule de crise au 05.45.24.49.25 ou le service élevage au 05.45.84.09.28

     

    ]]>
    Productions animales
    news-116281Mon, 01 Aug 2022 11:03:37 +0200PAC 2023 - Préparez vous ! https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/pac-2023-preparez-vous/En 2023, la nouvelle réforme de la PAC se met en place. Si tout n’est pas encore définitivement connu à ce jour, la fin du paiement vert est d’ores et déjà actée. Pour compenser la perte de cette aide, qui représente 30 à 40% de vos aides découplées, il faudra émarger à une nouvelle aide : l’éco-régime. Une des voies d’accès à l’éco-régime se fera par les pratiques agricoles incluant une diversité de cultures. Nous vous encourageons à en tenir compte dans la réflexion de votre assolement 2022/2023.

    L’éco-régime n’est pas la seule nouveauté. La conditionnalité et les aides couplées vont également évoluer. L’enjeu est de taille, aussi, pour vous aider à comprendre cette réforme, en mesurer l’impact sur votre exploitation et vous préparer, nous mettons en place plusieurs sessions de formations sur les mois de septembre et octobre :

    • 14 septembre 2022 de 9h à 17h à Montmoreau (Communauté de Communes) 
    • 16 septembre 2022 de 9h à 17h à Angoulême (Chambre d'agriculture) 
    • 22 septembre 2022 de 9h à 17h à Mansle (Chambre d'agriculture) 
    • 11 octobre 2022 de 9h à 17h à Confolens (Chambre d'agriculture) 

    Pour les exploitants, ces formations sont prises en charge par Vivea.

    Pour découvrir le programme et s'inscrire, c'est par ici

    ]]>
    2027PACEntreprise agricole
    news-116206Thu, 28 Jul 2022 16:14:26 +0200OFFRE POURVUE :) Conseiller(ère) en viticulture https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/offre-pourvue-conseillerere-en-viticulture/OFFRE POURVUE :) Peut-être d'autres opportunités à saisir à la Chambre d'agriculture de la Charente ?Consultez toutes nos offres d'emploi en cours.

    La Chambre Départementale d’Agriculture, 80 salariés, créée par la loi du 3 janvier 1924, établissement public à caractère administratif rattachée à l’Etat, organe consultatif, représentatif et professionnel des intérêts agricoles, auprès de l’Etat, des collectivités territoriales et des établissements publics, au service de tous les agriculteurs sans distinction aucune, recherche un(e) conseiller(ère) viticulture affecté(e) au Service productions végétales en contrat à durée déterminée à temps plein.

    MISSIONS PRINCIPALES 

    Acquérir des références techniques et apporter du conseil aux viticulteurs :

    • Assurer le conseil et l’accompagnement des viticulteurs tant en individuel que dans le cadre d’animation de groupe ou de formation (certiphyto, formation taille, mes p@rcelles…)
    • Participer au programme d’expérimentation viticole déployé par la Chambre d’agriculture
    • Participer aux réseaux animés par la Chambre (SBT, réseaux déployés dans le cadre d’Ecophyto)
    • Participer aux missions transversales liées à l’environnement (certification des exploitations)
    • contribuer à représenter la chambre d’agriculture dans les domaines d’activité du secteur.

     

    PROFIL RECHERCHE

    • Ingénieur agro-agri avec spécialisation en viticulture
    • BTS viti-oeno avec première expérience dans le domaine du conseil ou de l'expérimentation 
    • Titulaire du certiphyto conseiller 

     

    APTITUDES REQUISES

    • Capacité d’analyse et de synthèse
    • Aptitudes rédactionnelles
    • Communication et animation de groupe
    • Maitrise des outils informatiques (pack office,…)
    • Aptitude au travail en équipe

     

    CONDITIONS D’EMPLOI

    • CDD de 12 mois évolutif vers un CDI
    • Résidence administrative : Segonzac
    • Déplacement à prévoir sur le département – voiture de service à disposition
    • Rémunération selon grille chambre d’agriculture et expérience (emploi-type : conseiller / conseiller spécialisé) sur 13 mois
    • Ticket restaurant
    • Téléphone portable et ordinateur portable
    •  

    DATE D’ENTREE EN FONCTION

    Octobre 2022

     

    CANDIDATURE 

    Dépôt des candidatures (lettre manuscrite avec CV détaillé) avant le 19/08/2022 à : recrutement@na.chambagri.fr

    ]]>
    ViticulteurFormation - EmploiEmploi
    news-116199Thu, 28 Jul 2022 15:17:04 +0200OFFRE POURVUE :) Un(e) conseiller (ère) accompagnement transition agroécologie dans le domaine de l'irrigation et des grandes cultures https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/offre-pourvue-une-conseiller-ere-accompagnement-transition-agroecologie-dans-le-domaine-de-l/OFFRE POURVUE :) Peut-être d'autres opportunités à saisir à la Chambre d'agriculture de la Charente ?Consultez toutes nos offres d'emploi en cours.


    La Chambre Départementale d’Agriculture, 80 salariés, créée par la loi du 3 janvier 1924, établissement public à caractère administratif rattachée à l’Etat, organe consultatif, représentatif et professionnel des intérêts agricoles, auprès de l’Etat, des
    collectivités territoriales et des établissements publics, au service de tous les agriculteurs sans distinction aucune, recherche dans le cadre d’un développement de l’activité du secteur, un(e) conseiller (ère) irrigation et grandes cultures affecté(e) au Service productions végétales en contrat à durée déterminée à temps plein

     

     

    MISSIONS PRINCIPALES 

    Accompagner les agriculteurs sur les enjeux stratégiques forts liés à la ressource en eau :

    • Assurer une gestion optimum de la ressource par la diffusion d’informations techniques (suivi de parcelles de référence, message technique) et accompagner les irrigants dans l’évolution de leurs pratiques (contrôle de matériel, stratégie d’esquive, choix d’assolement…)
    • Construire un programme de recherche de référence en irrigation intégrant les évolutions techniques et réglementaires
    • Assurer l’appui des irrigants dans leurs projets d’évolution (création de réserve…) et participer à l’élaboration des protocoles de gestion de l’eau.

     

    Accompagner les agriculteurs vers la transition agroécologique en grandes cultures

    • Accompagner les agriculteurs dans leurs décisions techniques vers l’amélioration des pratiques (conseil individuel et collectif, organisation de journées techniques, formations)
    • En relation avec les autres conseillers, participer à l’acquisition des références techniques (expérimentations, démonstrations)

     

    PROFIL RECHERCHE

    BTS PV ou GEMEAU ou Ingénieur agri agro

    Certiphyto conseiller souhaité

     

    APTITUDES REQUISES

    Vous possédez de bonnes connaissances en irrigation et en grandes cultures et faites preuve de curiosité sur les évolutions techniques. Vous avez le goût du terrain et une bonne capacité relationnelle. La connaissance des outils informatiques (pack office) est exigée. Votre aptitude à travailler en équipe et être force de proposition sera un gage de réussite pour le poste.

     

    CONDITIONS D’EMPLOI

    • CDD de 12 mois évolutif vers un CDI
    • Résidence administrative : Angoulême
    • Déplacement à prévoir sur le département – voiture de service à disposition
    • Rémunération selon la grille de la Chambre d’Agriculture 16 et expérience (emploi-type : conseiller/conseiller spécialisé) sur 13 mois
    • Ticket restaurant
    • Téléphone portable et ordinateur portable

     

    DATE D’ENTREE EN FONCTION

    Dès que possible.

     

    CANDIDATURE 

     

    Dépôt des candidatures (lettre manuscrite avec CV détaillé) avant le 15/08/2022 à : recrutement@remove-this.na.chambagri.fr

    ]]>
    EmploiProductions végétalesGrande culture
    news-116145Wed, 27 Jul 2022 13:49:17 +0200Semis des intercultures : petit rappel des dates réglementaireshttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/semis-des-intercultures-petit-rappel-des-dates-reglementaires/A l’occasion des semis de cultures intermédiaires rendus obligatoires par les différentes réglementations, voici un rappel des dates ou périodes de présence obligatoires.
  • Dérobées SIE :
    • Le couvert doit avoir levé et être présent sur une durée de 8 semaines s’étendant du 1er septembre au 26 octobre inclus pour les exploitations dont le siège est en Charente.
    • Le couvert ne doit pas recevoir de traitements phytopharmaceutiques (y compris homologués bio) durant ces 8 semaines de présence obligatoire.
  • Point de vigilance : si une exploitation implante des cultures dérobées sur plusieurs départements, la période de présence obligatoire de 8 semaines à respecter, est celle déterminée par le département du siège de l’exploitation (1er septembre au 26 octobre inclus pour la Charente).

    Retrouvez ici notre fiche rappelant toutes les règles pour les dérobées SIE

    • CIPAN Directive Nitrates :
      • Implantation du couvert au plus tard le 30 septembre
      • Présence du couvert d’au moins 2,5 mois
      • Pas de destruction du couvert avant le 15 novembre (sous réserve du respect des 2,5 mois de présence)

     

    Retrouvez ici toutes les règles sur la gestion des couverts végétaux au titre de la Directive Nitrates

    • Jachère déclarées comme SIE (J5M ou J6S) :
      • Le couvert jachère doit être présent sur la période du 1er mars au 31 août. Sur cette période, pas de valorisation du couvert et pas de traitement phytosanitaire.
      • L’entretien par fauche (sans récolte) ou broyage est interdit sur une période de 40 jours consécutifs, du 16 mai au 24 juin inclus pour 2022. 
    • Pour les jachères mellifères, la période de présence obligatoire s’étend du 15 avril au 15 octobre inclus.

     

    Retrouvez ici notre fiche rappelant toutes les règles pour les jachères SIE

    • Rappel des règles pour les jachères non déclarée comme SIE (J6P ou J5M non déclarée comme SIE) :
      • Le couvert jachère doit être semé au plus tard le 31/05
      • Il doit être présent pendant une période d’au moins 6 mois incluant le 31 août
      • L’entretien par fauche (sans récolte) ou broyage est interdit sur une période de 40 jours consécutifs, du 16 mai au 24 juin pour 2022. 
    ]]>
    PAC
    news-115843Wed, 20 Jul 2022 11:16:32 +0200Rencontres régionales de la restauration collective 2022https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/rencontres-regionales-de-la-restauration-collective-2022/Cette année les rencontres régionales de la restauration collective auront lieu le 23 novembre au Palais des Congrès du Futuroscope à Poitiers.  Vous êtes producteurs et vous souhaitez rencontrer de potentiels futurs acheteurs ? C'est l'occasion idéal ! 

    Bonne nouvelle ! Le stand est gratuit pour les agriculteurs

    Si vous souhaitez bénéficier d'un stand, merci de remplir le bulletin d'inscriptionavant le 09 septembre 2022

     

    Programme de la journée

    • 9h30 – 11h15 : 2 Ateliers techniques de 45 minutes sur inscription (20 places)  
      • Comment concilier le localisme, Egalim et NéoTerra ?  
      • La sensibilisation des convives par les cuisiniers, les agents de service, les animateurs périscolaires, accompagnement du mangeur  
    • 11h30 – 12h : Ouverture officielle (discours) sur l’espace salon.  
    • 12h – 13h30 : Buffet bio et local, avec la valorisation des produits des fournisseurs exposants.
    • 13h30 – 14h30 : Salon des fournisseurs - découverte et rdvs BtoB avec les exposants / fournisseurs.  
    • 14h15 – 15h : Démonstration culinaire “Les recettes antigaspi et végétarienne”  
    • 14h30 – 15h30 : Conférence 1 : Les PAT & démarches alimentaires de territoires comme activateur de la relocalisation alimentaire en restauration collective  
    • 15h30 – 16h15 : Démonstration culinaire “Les recettes antigaspi et végétarienne”
    • 15h15 – 16h15 : Conférence 2 : Comment maintenir des achats de qualité en période de crise ?

     

    Vous avez des questions ?

    Julien LAYRISSE

    j.layrisse@aana.fr

     

    ]]>
    Entreprise agricoleProductions animalesProductions végétales
    news-115837Wed, 20 Jul 2022 10:31:08 +0200Concours des saveurs 2022https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/concours-des-saveurs-2022/Le Concours des Saveurs porté par l’AANA continue au second semestre 2022. Une nouvelle catégorie cette année « saveurs à découvrir ». Pour rappel, le concours récompense les meilleurs produits de Nouvelle-Aquitaine à travers 28 catégories : produits de pâtisserie, chocolats, miels, confitures, jus de fruits, Pineau des Charentes AOC, Cognac AOC, vins, charcuterie, produits du canard et terrines de volaille, produits laitiers, huîtres, huiles, bières… Ce concours est ouvert à tous les agriculteurs de Nouvelle-Aquitaine. Les artisans, entreprises agroalimentaires sont aussi permis à partir du moment où les ingrédients principaux sont d’origine régionale.  

    Prochaines dates du concours :  

    • Samedi 22 octobre à Agen : Bières - Vins du Sud-Ouest, Spécialités sucrées/salées du L&G, Saveurs à découvrir/produits Innovants, Jus de fruits et confitures, Produits de la ruche, Pastis landais. Clôture des inscriptions le 5 Octobre 2022.
    • Mercredi 9 novembre dans la Vienne : Boulangerie/Charcuterie, Produits laitiers/Tomme des PA, IGP Huîtres Marennes, Pineau/Cognac, Spécialités sucrées/salées Poitou Charentes. Clôture des inscriptions le 15 octobre 2022.
    • Mardi 15 novembre en Charente-Maritime : Miels de NA. Clôture des inscriptions le 22 septembre 2022
    • Novembre ou Décembre dans les PA : Ossau/Baguette, Piment d’Espelette.

     

    Quel coût pour les producteurs ?  

    • 20€ par échantillon produit 
    • Cas particuliers : 
      • 30 € par échantillon de Vins 
      • 35 € par Pineau des Charentes AOC, Cognac AOC et Huîtres Marennes Oléron 

     

    Les dépôts des échantillons peuvent se faire en direct ou par la poste : 

    • Dans les locaux de l’Agence de l'Alimentation Nouvelle-Aquitaine :
      •  Poitiers - Chambre agriculture, 2133 Rte de Chauvigny, 86550 MIGNALOUX-BEAUVOIR ; 
      • Angoulême - Locaux Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations de la Charente - Cité administrative – bât A – 4 rue Raymond Poincaré – 16000 ANGOULEME
      • Bordeaux - AANA, 6 Prom. de la Cité Mondiale, 33000 BORDEAUX
    • Sur le lieu du concours, la veille après-midi avant 17h.

     

    Pour plus de détails, découvrez le mode d'emploi du concours des saveurs 2022.

     

    Vous avez des questions ? 

    Nathalie TAVARES 

    05 45 25 57 80 

    n.tavares@remove-this.aana.fr 

     

    ]]>
    AgroalimentaireEntreprise agricoleProductions animalesProductions végétales
    news-115797Tue, 19 Jul 2022 14:03:34 +0200Plan de résilience - Mesure PEC - prise en charge des cotisations sociales https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/plan-de-resilience-mesure-pec-prise-en-charge-des-cotisations-sociales/Le formulaire de prise en charge des cotisations sociales est en ligne ! Le formulaire de demande de PEC résilience et sa notice sont désormais en ligne sur les sites des caisses de MSA : https://www.msa.fr/lfp/crise-ukraine-mesures-soutien,   

    Concernant les Outre-Mer, le formulaire devrait bien être déposé sur les sites des CGSS.

    Pour rappel, la date limite de retour du formulaire est fixée au 12 octobre, pour un octroi prévu entre le 31 octobre et le 31 décembre 2022.

    ]]>
    Autres politiques communautaires
    news-115788Tue, 19 Jul 2022 12:28:02 +0200Plan de résilience - Aide aux structures consommatrices de gaz et/ou d'électricité - PROLONGATION DE L'AIDE ET SIMPLIFICATION DE L'AIDEhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/plan-de-resilience-aide-aux-structures-consommatrices-de-gaz-etou-delectricite-prolongation-de/Vous êtes une entreprise agricole ou agroalimentaire et vous consommez du gaz et/ou de l'électricité ? Faites votre demande d'aide ! PROLONGATION DE L'AIDE ET SIMPLIFICATION DE L'AIDE

    L’aide aux entreprises grande consommatrices d’énergie est  prolongée jusqu’à fin décembre 2022 et simplifiée.


    Cette aide est ainsi toujours accessible aux entreprises dans les situations suivantes : 

    • Être une entreprise créée avant le 1er décembre 2021, ne se trouvant pas en procédure de sauvegarde, de redressement ou de liquidation judiciaire et ne disposant pas de dette fiscale ou sociale impayée au 31 décembre 2021 ;
    • Entreprises ayant des achats de gaz et/ou d’électricité atteignant au moins 3 % de leur chiffre d’affaires 2021 ; 
    • Entreprises ayant également subi un doublement du prix du gaz et/ou de l’électricité sur la période éligible par rapport à une moyenne de prix sur l’année 2021.

     

    Plusieurs niveaux d’aides sont possibles selon les cas : 

    • Baisse d’EBE : Aide égale à 30 % des coûts éligibles plafonnée à 2 millions d’euros, pour les entreprises subissant une baisse d’excédent brut d’exploitation (EBE) calculée sur une base mensuelle par rapport à 2021 ou ayant un EBE négatif.
    •  Perte d’EBE (EBE < 0) et montant des pertes ≤ 2 fois les couts éligibles : aide égale à 50 % des coûts éligibles plafonnée à 25 millions d’euros, limitée à 80 % du montant des pertes

     

    Périodes éligibles

    Période éligiblePériode pour déposer votre dossier 
    Mars à mai 202204/07/2022 au 31/12/2022
    Juin à août 202203/10/2022 au 31/12/2022
    Septembre et octobre 2022

    15/11/2022 au 31/01/2023

    Novembre à décembre 202216/01/2023 au 24/02/2023

     

    A noter : Une entreprise qui a sollicité une prise en charge de cotisation sociale dans le cadre du plan de résilience ne pourra bénéficier de l’aide « gaz et électricité » que si elle n’a pas justifié de surcoûts sur ces deux postes de dépenses dans sa demande de PEC.


    Demande à faire via le formulaire disponible dans l’espace professionnel de la messagerie sécurisée de l’entreprise depuis le site https://www.impots.gouv.fr/
     

     

    ]]>
    Autres politiques communautaires
    news-115739Mon, 18 Jul 2022 15:30:32 +0200PAC 2023 - impact sur les élevages ovins du Centre-Ouest https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/pac-2023-impact-sur-les-elevages-ovins-du-centre-ouest/La nouvelle PAC devrait s’appliquer au 01/01/2023, et l’essentiel des mesures est connu, même si le Plan Stratégique National français n’a pas encore été validé par l’Union Européenne. Les futures aides du 1er pilier ont été estimées par les conseillers du réseau INOSYS Centre-Ouest pour les fermes de références qu’ils suivent. La majorité d’entre elles ne sera pas impactée, ou assez modérément. Il est encore trop tôt pour conduire un travail similaire concernant le 2ème pilier, largement tributaire des décisions régionales, notamment concernant les MAEC (Mesures Agro-Environnementales et Climatiques).La réforme du 1er pilier de la PAC reprend la logique de la précédente, avec un budget total qui serait quasiment maintenu : 2% de baisse du fait de la convergence européenne. A l’échelle française, le découplage va reprendre, passant d’un taux de 70% à 85%. Le verdissement va également se poursuivre : les règles conditionnant l’actuel paiement vert seront intégrées dans la conditionnalité de l’ensemble des aides, et un nouveau dispositif, les « éco-régimes », devrait inciter à la mise en place de pratiques préservant l’environnement, avec 3 niveaux de paiement (2 en conventionnel et 1 en bio). Dernier point, les aides couplées animales vont baisser de 15%, pour développer celles destinées à la production de protéines végétales (montants prévisionnels 2023 : 104 €/ha pour les légumineuses à graines et 149 €/ha pour les légumineuses fourragères). L’atteinte du 2ème niveau des éco-régimes est essentiel pour compenser les baisses subies par ailleurs.

    Les éco-régimes au cœur de la nouvelle PAC
    3 voies d’accès aux éco-régimes seront proposées :

    • Les pratiques culturales agroécologiques (cf. détail ci-dessous) : essentiellement diversification des cultures et maintien des prairies permanentes.
    • La certification environnementale : la certification HVE donnerait accès au 2ème niveau (en discussion avec Bruxelles), la Bio donnerait accès à un 3ème niveau spécifique (110 €/ha).
    •  Les infrastructures agroécologiques et jachères, avec des ratios respectifs de 7% et 10% pour les niveaux 1 et 2.

     

    L’obtention des éco-régimes via la voie des pratiques agroécologiques est liée à l’obtention d’un certain nombre de points :

    • 5 points pour le niveau 2 (82 €/ha),
    • 4 points pour le niveau 1 (60 €/ha).

    La totalité des élevages étudiés accèderait au niveau 2 des éco-régimes par la voie des pratiques agroécologiques. 

     


    Les élevages avec un fort chargement par hectare de SAU les plus pénalisés
    Hors ovins-bovins, une seule ferme de références serait perdante en 2023, contre la moitié en 2027 (chiffrage plus aléatoire, fonction de l’évolution nationale des cheptels qui jouera sur les enveloppes). Pour 85% d’entre elles le gain ou la perte serait inférieur à 2 000 €. Les facteurs déterminant le gain ou la perte sont le niveau initial des DPU (poursuite de la convergence), mais aussi le ratio brebis (ou UGB pour les systèmes mixtes) par hectare de SAU : plus celui-ci est élevé plus les aides animales pèsent dans le total, or celles-ci subiront globalement une baisse de 15%.
    Estimation de l’impact de la réforme de la PAC sur les aides du 1er pilier touchées par les fermes des références ovins viande spécialisées ou avec cultures (source réseau INOSYS ovin Centre-Ouest, 2022)


    Quelles adaptations pour les élevages perdants ?
    La totalité des fermes étudiées accèderait au niveau 2 des éco-régimes. Pour les élevages n’accédant qu’au niveau 1, accéder à un niveau supérieur semble la 1ère solution pour limiter la perte, via les pratiques agroécologiques, la certification ou les IAE. L’implantation de légumineuses fourragères, voire de protéagineux, sera sans doute l’autre grande voie d’adaptation, pour compenser la baisse des aides animales, comme pour limiter l’impact de la crise actuelle sur les prix des aliments et des autres matières premières.

    ]]>
    PACOvinOvin laitOvin viande
    news-115738Mon, 18 Jul 2022 15:00:54 +0200Peste porcine africaine - Soyez vigilant ! https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/peste-porcine-africaine-soyez-vigilant/La peste porcine africaine (PPA) étend sa présence en Europe avec des cas récents dans le Nord de l’Italie et l’Ouest de l’Allemagne mais également à proximité des Antilles. L’Etat, la filière porcine et les acteurs des territoires sont mobilisés pour préserver le statut indemne de notre territoire. 

    La peste porcine africaine est une maladie hautement contagieuse des porcs et des sangliers. Il n’existe pas de vaccin contre cette maladie. Elle ne représente pas de danger pour la santé humaine mais peut occasionner de sévères pertes économiques agricoles.

    Découvrez les bonnes pratiques à avoir pour protéger vos animaux de cette maladie. 

     

     

    ]]>
    Productions animalesBien-être et santé animalePorcinTransport animal
    news-115506Mon, 11 Jul 2022 09:40:44 +0200#AimeTonAgri - Recherche d'ambassadeurs ! https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/aimetonagri-recherche-dambassadeurs/Vous êtes agriculteur, passionné, et aimez partager et parler de votre métier ? #AimeTonAgri recherche des ambassadeurs pour la Foire Exposition de Barbezieux du 2 au 4 Septembre 2022. Votre mission ? Parler honnêtement de l’agriculture avec le public, et participer aux animations du stand sur au moins une demi-journée. 
    En prime : de la bonne humeur, entrée gratuite sur la foire, goodies, concerts …

    Vous êtes intéressé ? Vous avez des questions ? Remplissez le formulaire
    Vous n'êtes pas disponible pour la foire mais vous voulez en savoir plus sur #AimeTonAgri ? Rendez-vous sur la page dédiée

    ]]>
    Manifestation grand publicEntreprise agricoleViticulteurMétierProductions animalesProductions végétalesGrande culture
    news-115370Wed, 06 Jul 2022 12:10:41 +0200Des dérobées d'été à pâturer https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/des-derobees-dete-a-paturer-1/Semées en mai, les dérobées d’été prennent le relais des prairies, souvent pénalisées par les conditions climatiques.Semées en mai, les dérobées d’été prennent le relais des prairies, souvent pénalisées par les conditions climatiques. A partir d’une plateforme d’essais semée au printemps 2021 au CIIRPO, sur le site expérimental du Mourier, des premiers résultats comparent les rendements et valeurs alimentaires de quatre espèces et variétés multi-coupes. 
    La pluviométrie enregistrée, sur le site expérimental du Mourier, a été particulièrement favorable à la pousse des dérobées au cours de l’été 2021 avec 109 mm en juin et 86 mm en juillet. 
    Les moha, millet perlé et teff grass affichent des rendements équivalents de l’ordre de 8 tonnes de matière sèche par hectare. Parmi les sorghos multi coupe, la variété PPS (caractère "photo période sensible") se distingue avec un rendement de 8 tonnes de matière sèche par hectare en deux coupes contre 10 tonnes pour les trois autres variétés.


    Réserver les stades précoces aux animaux à forts besoins

    Compte tenu de l’évolution des valeurs alimentaires en fonction du stade des plantes, en particulier azotées, les dérobées d’été sont à pâturer par les animaux à forts besoins en priorité aux stades « montaison » et « épi 1 cm ». 
    En effet, quelle que soit l’espèce ou la variété, leur valeur protéique passe de plus de 80 g de PDI par kg de matière sèche au stade « épi 1 cm » à 60 g au stade « floraison ».  Dans ce dernier cas, le fourrage est alors adapté aux brebis à l’entretien. 
    La valeur énergétique ne subit pas la même diminution. Les moha, millet perlé et sorgho dosent entre 0,73 et 0,87 UFL par kg de matière sèche avec une légère baisse de la concentration dès le stade « dernière feuille étalée ». Ces résultats restent à vérifier sur les collections fourragères mises en place sur les mêmes sites en 2022. Les couts d’implantation et intérêts économiques de chacune de ces dérobées d’été seront alors déterminés.

     

    Etude réalisée dans le cadre du projet France Relance CAPROTEINES

    Laurence Sagot, institut de l'Elevage/CIIRPO

    Nathalie Augas, Chambre d'agriculture de Charente 

    ]]>
    Productions animalesOvin
    news-115309Tue, 05 Jul 2022 12:06:32 +0200Viticulture de précision et Robotique pour l'entretien des solshttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/viticulture-de-precision-et-robotique-pour-lentretien-des-sols/La Section Viticole des Groupements de la région de Cognac, en partenariat avec la Chambre d'agriculture de Charente, organise une demi-journée de démonstrations des outils et solutions techniques.Le 29 juillet 2022 - Dès 8h30 

    Vignoble du Maine Verret

    1, Le Maine Verret

    16130 Verrières

     

    Au programme de cette demi-journée : 

    • Démonstration de robots de tonte Vitirover : une alternative adaptée à la gestion de l’enherbement ?
    • Viticulture de précision et drones en viticulture : quelles applications possibles ? 
    • Vers une meilleure gestion des parcellaires et la modulation des doses  – Sté Chouette
    • Solutions de traçabilité au champ : outils de gestion matériels et parcellaires – Sté Karnott

     

    Vous souhaitez participer à cet événement ? Merci de vous inscrire au 05 45 36 34 00.

    ]]>
    Productions végétalesVigne
    news-115202Fri, 01 Jul 2022 10:03:13 +0200Brasserie recherche éleveur pour valorisation de drêches https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/brasserie-recherche-eleveur-pour-valorisation-de-dreches/La nouvelle brasserie artisanale Jukebox à Cognac recherche un éleveur pour la valorisation de drêches. La nouvelle brasserie artisanale Jukebox à Cognac recherche un éleveur pour la valorisation de  drêches. Les drêches sont les résidus de céréales, une fois le processus de brassage terminé. Elles constituent une source de nourriture pour les animaux. La nouvelle brasserie souhaiterait  qu'elles contribuent à nourrir un élevage, plutôt que de générer toujours plus de déchets.

    L'idée est de trouver un éleveur dans les alentours de Cognac qui serait intéressé par cette nourriture. Les drêches seront cédées gratuitement, l’éleveur aurait juste à venir les chercher sur place de manière régulière (planning à déterminer ensemble)

    A noter, le malt utilisé pour brasser ne sera dans un premier temps pas certifié BIO.

    Contact : Clément ROY Co-fondateur de la brasserie Jukebox
    06 70 50 97 93

     

    ]]>
    Productions animales
    news-115198Fri, 01 Jul 2022 09:28:20 +0200 Familiarisez-vous avec l’informatique grâce à notre conseillère numérique !https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/familiarisez-vous-avec-linformatique-grace-a-notre-conseillere-numerique/La Chambre d’agriculture de la Charente souhaite accompagner les agriculteurs qui ne sont pas l’aise avec ces outils grâce à la présence d’une Conseillère Numérique.Aujourd’hui, il est difficile de se passer de l’utilisation d’un ordinateur, d’un mobile ou d’une tablette. La Chambre d’agriculture de la Charente souhaite accompagner les agriculteurs qui ne sont pas l’aise avec ces outils grâce à la présence d’une Conseillère Numérique, Nora OUASSIME. 


    Elle peut, entre autres, vous aider à : 
    -    Prendre en main un équipement informatique (ordinateur, smartphone, tablette, etc.) 
    -    Naviguer sur internet ;
    -    Envoyer, recevoir, gérer ses courriels ;
    -    Installer et utiliser des applications utiles sur son smartphone ;
    -    Créer et gérer (stocker, ranger, partager) ses contenus ;
    -    Connaître l’environnement et le vocabulaire numérique ;
    -    L’utilisation de Télépac et bientôt d’autres outils utiles dans le monde agricole

    Vous êtes novice et vous voulez monter en compétence sur les outils numériques ? Vous pouvez d’ores et déjà  appeler, Nora OUASSIME, Conseillère Numérique au 05 45 24 49 32 ou au 06 48 81 69 13. Elle pourra vous proposer un RDV individuel dès à présent ou vous conseiller une de nos futures formations.
     

    ]]>
    AgroalimentaireEntreprise agricoleGestion de l'entrepriseInstallationViticulteurProductions végétalesGrande cultureVigne
    news-115193Fri, 01 Jul 2022 08:57:29 +0200Chronique ovine - Sevrer plus tôt pour se passer de flushing https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/chronique-ovine-sevrer-plus-tot-pour-se-passer-de-flushing/Quelle que soit la période de lutte, la prise de poids des brebis n’est pas obligatoire si celles-ci sont en bon état à la mise à la reproduction.Quelle que soit la période de lutte, la prise de poids des brebis n’est pas obligatoire si celles-ci sont en bon état à la mise à la reproduction.

    Avec des femelles adultes qui affichent une note d’état corporel de 3, les taux de fertilité et de prolificité sont optimums.Une note de 3 (sur une grille de 0 à 5) signifie que les os des vertèbres dorsales ne peuvent être individualisés que sous l’effet d’une pression des doigts. Les apophyses transverses (situées de chaque côté de la colonne vertébrale) sont bien couvertes. Seule une forte pression permet d’en distinguer les extrémités.
    Par contre, si les brebis sont maigres, leur fertilité sur le premier cycle de lutte est inférieure de 8% à celles qui sont en notes 3 et 4. De même, le nombre d’agneaux nés est diminué de 20 % entre les deux types de brebis. Et seule une augmentation de leur poids lors de l’introduction des béliers permet d’éliminer ces écarts.

    Ne pas laisser maigrir les brebis
    Compte tenu du prix des aliments, l’idéal serait que les brebis ne maigrissent pas trop en période estivale. En effet, il faut 40 kg de céréale pour faire prendre un point de note d’état corporel avec une ration à base de foin de qualité moyenne. La remise en état pour la mise à la reproduction serait alors couteuse sans repousse d’herbe.
    En conséquence, si la ressource fourragère vient à manquer pour les brebis qui allaitent actuellement, une solution à envisager serait un sevrage plus précoce qu’à l’accoutumée, soit à partir de 70 jours.
    Pour en savoir plus, des fiches CIIRPO sont à votre disposition sur idele.fr/ciirpo et www.inn-ovin.fr : « Effets de l’état corporel des brebis à la lutte sur leur fertilité en lutte naturelle d’automne » et « Effets de l’état corporel des brebis à la lutte sur leur prolificité en lutte naturelle d’automne ».

    Contacts :
    Nathalie Augas - Chambre d'Agriculture 16
    Laurence Sagot, Institut de l’Elevage/CIIRPO

    ]]>
    Productions animalesOvin
    news-115060Tue, 28 Jun 2022 15:46:37 +0200Grêle du 20 juin 2022 - Note technique pour le vignoble des Charenteshttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/grele-du-20-juin-2022-note-technique-pour-le-vignoble-des-charentes/Que faire après la grêle ? Traitements phyto, fumure, taille...Lundi 20 juin dans la soirée, le vignoble de Cognac a subi un épisode de grêle très violent en provenance de la Gironde. Trois couloirs orageux de plusieurs kilomètres de large et avec de violentes chutes de grêle ont frappé la Charente Maritime et la Charente.

     

    Téléchargez la note technique.

    ]]>
    Vigne
    news-115027Mon, 27 Jun 2022 17:06:37 +0200PROT&OSEhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/protose/Eleveur ou céréalier, répondez à ce questionnaire concernant vos besoins de toastage de graines d’oléo-protéagineuxAvec l’arrivée d’un toasteur mobile en Dordogne en 2022, il sera possible de transformer votre production d'oléo-protéagineux et de mettre en place une filière locale.

    Que vous soyez éleveur ou céréalier : vous pourrez vendre localement vos graines à toaster et/ou les reprendre. Une première étude des besoins liés au toastage de graines d’oléo-protéagineux et diverses céréales a été menée en 2020. 2 ans après, nous souhaitons refaire le point

    Questionnaire graines toastées

    ]]>
    Productions animalesGrande cultureCharente
    news-114646Mon, 20 Jun 2022 15:21:34 +0200Foin - MONTBOYERhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/foin-montboyer/Type de fourrageFoinPrécision sur le fourrage proposéNaturelComposition (espèces fourragères)BioConditionnement proposéLivré, AutreQuantité disponible150 petites bottes de 20 kg environDate de disponiblité20-06-2022Commune où se trouve le fourrageMONTBOYERDate de fin de disponiblité de l'offreindefiniPrénom et NOMBenoît GUILLONAdresse1 LE MAINE BRUNCode postal et Ville16620 MONTBOYEREmailthierry.guillon2@sfr.frTéléphone (portable de préférence)0649487754]]>news-114551Fri, 17 Jun 2022 11:24:15 +0200Pourquoi élever du Poulet de race Barbezieux ?https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/pourquoi-elever-du-poulet-de-race-barbezieux/L’ASPOULBA (Association de Sauvegarde du Poulet de chair de Race Barbezieux) vous présente les 10 bonnes raisons d’élever du poulet de race Barbezieux.
  • Bénéficier de la notoriété du « Poulet de Race Barbezieux » développée depuis de nombreuses années par l’Aspoulba auprès des grands chefs cuisiniers, des bouchers et des consommateurs. C’est un produit reconnu et apprécié pour ses qualités gustatives par les grands chefs : La Ribaudière, Château de l’Yeuse, la Grange aux oies, les Sources de Fontbelle, etc. qui le mettent souvent à leur carte. 
  • L’origine des poussins de « Race Ancienne de Barbezieux » est garantie par un certificat d’origine fourni par le couvoir accompagnant la livraison. Ils bénéficient des résultats d’une sélection sur 20 générations réalisée à Béchanne ayant permis une nette amélioration de la conformation et des performances de notre poulet sans dénaturer ses qualités gustatives. 
  •  Les poussins ont une qualité sanitaire irréprochable garantie par un programme complet de vaccination réalisé au couvoir (Bronchite Infectieuse, Maladie de Newcastel, Marek, Gumboro, et Anticoccidien) ce qui évite tout traitement médicamenteux en cours d’élevage.
  • Le Poulet de Race Barbezieux est bien adapté à l’élevage fermier, « plein air » ou bio grâce à sa rusticité et son dynamisme et à sa couverture vaccinale très complète ! Il est également parfaitement adapté à l’élevage fermier ou biologique en vente directe avec abattage à la ferme.
  • Il présente des qualités organoleptiques d’une race ancienne à croissance lente : 120 à 150 jours.
  • Il n’est ni trop gros ni trop gras même s’il est abattu à un âge élevé.
  • Sa viande est peu grasse au goût giboyeux, les filets sont très tendres et savoureux.
  • Poids de carcasses variés : Coqs : 1,6kg à 2,2kg, poulettes : 1,2kg à 1,8kg.
  • Produit de qualité haut de gamme complémentaire à la production de poulets d’autres races qui permet de diversifier une gamme de volailles.
  • Un appui technique et des conseils d’élevage sont poposés par l’Aspoulba.
  • Contact Association de Sauvegarde du Poulet de chair de Race Barbezieux : JM Arsicaud : 06 29 84 10 47 - jm.arsicaud@remove-this.gmail.com
    Site Internet : www.aspoulba.fr   Page Facebook 
     

    ]]>
    Productions animales
    news-114528Fri, 17 Jun 2022 08:43:28 +0200Éleveurs laitiers : quel est votre ressenti face à la conjoncture ?https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/eleveurs-laitiers-quel-est-votre-ressenti-face-a-la-conjoncture/Face au contexte économique et environnemental (aléas climatiques, fortes chaleurs), la Chambre d’agriculture de la Charente souhaite faire le point sur la situation et l'avenir de vos exploitations laitières.Nous vous invitons donc à prendre quelques minutes pour répondre à un questionnaire en ligne accessible en cliquant ici.

    Contact : Anne-Laure VEYSSET  - 05 45 24 49 36

     

    ]]>
    Productions animales
    news-114514Thu, 16 Jun 2022 17:06:00 +0200Canicule - transport d'animaux vivantshttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/canicule-transport-danimaux-vivants/Dès le jeudi 16 juin 2022, les transports d'animaux ne seront pas possibles entre 13h et 18h dans les départements classés orange ou rouge sur la carte de vigilance canicule par METEO FRANCE, selon l'arrêté ministériel du 22 juillet 2019 publié au Journal Officiel . À noter que la carte des vigilances (actualisée au moins deux fois par jour à 6h et 16h) est disponible sur : vigilance.meteofrance.com

    L'interprofession ruminants INTERBEV a par ailleurs mis en place sur leur site internet une page dédiée au rappel des règles à respecter en cas de canicule : www.interbev.fr/canicule

    Les dispositions du règlement (CE) n°1/2005 sur la protection des animaux pendant le transport s'appliquent aux déplacements sur le territoire national tout comme aux échanges et aux exports.

    Pour les transports nationaux :

    • pas de "souffrances évitables", notamment des températures jugées excessives à l'intérieur des véhicules, quels que soient les horaires et températures extérieures.
    • pas de transport entre 13h et 18h conformément à l'arrêté du 22 juillet 2019 "restreignant le transport routier d'animaux vertébrés terrestres vivants durant les épisodes caniculaires"

     

    Pour les échanges intra-UE et les exports pays tiers :

    • art.3 du R(CE) n°1/2005 : "nul ne transporte ou ne fait transporter des animaux dans des conditions telles qu'ils risquent d'être blessés ou de subir des souffrances inutiles".
    • art.5 : l'organisateur du voyage doit s'assurer que les conditions de bien-être ne sont pas compromises du fait d'une coordination insuffisante des différentes étapes du voyage, et qu'il est tenu compte des conditions météorologiques au départ et tout au long du voyage.


    En cas de difficultés, merci de bien vouloir contacter la DDETSPP.

    ]]>
    Productions animales
    news-114532Wed, 15 Jun 2022 09:01:00 +0200Avec la hausse des engrais, revalorisez votre fumier !https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/avec-la-hausse-des-engrais-revalorisez-votre-fumier/Dans la conjoncture actuelle, les charges des exploitations agricoles ont explosé, notamment le coût des engrais. Si beaucoup d’éleveurs ont fait l’impasse ce printemps des apports azotés sur leurs cultures, il faut aujourd’hui revoir les échanges paille-fumier établis jusque-là car le fumier a pris de la valeur cette année.

    Engrais

    Cours au 28/05/2021

    Cours au 13/05/2022

    Evolution

    Urée 46362,5 €/T820 €/Tx 2,3Ammonitrate 33,5%325 €/T790 €/Tx 2,4Starter 18-46516,5 €/T1145 €/Tx 2,2PK 0-20-30362,5 €/T875 €/TX 2,4Solution phosphate triple 0-46-0426 €/T970 €/TX 2,27

     

    En un an, les coûts des engrais ont plus que doublé. Ci-contre les données issues du site Terre-Net.
    Avec cette inflation, la vigilance est surtout de mise pour ceux qui « vendent » du fumier.

    Pour rappel, la vente de fumier n’est pas la pratique la plus convoitée ni la plus préconisée. Il est préférable d’effectuer un échange de fumier contre de la paille. Les deux parties y trouvent leurs intérêts : l’éleveur récupère de la paille pour l’hivernage des animaux et déstocke le fumier qu’il ne peut pas épandre sur ses terres et le céréalier récupère un fertilisant organique pour ses cultures plus riche que les résidus de paille.

    Pour ne pas être perdant dans vos échanges, le plus simple est d’utiliser la calculatrice Paille-Fumier d’Arvalis qui se base sur une équivalence économique en éléments fertilisants. En choisissant le type de paille et fumier, en renseignant les modalités de l’échange, et en saisissant les valeurs des unités d’engrais à l’instant T, vous aurez l’équivalence au moment même de l’échange.

    Par exemple, un échange de paille de céréales contre du fumier de bovins (paillés, aire couverte, stockés plus de deux mois), avec à la charge de l’éleveur le pressage et le transport de la paille, et à la charge du céréalier le transport et l’épandage du fumier, la calculatrice donnait 1 T de paille contre 1,35 T de fumier l’an dernier, et donne aujourd’hui 1 T de paille contre 1,22 T de fumier. Quelques kilos de moins, mais qui ne sont pas à négliger sur la totalité d’un échange.

    La calculatrice Paille-Fumier d’Arvalis est disponible dans la rubrique Paille fourrage > Publier une offre de fourrage (dans l'encadré jaune OUTILS)

    Accédez à la plateforme d’annonces de pailles et fourrages EN CLIQUANT ICI

     

    ]]>
    Productions animalesPlante fourragère
    news-114300Mon, 13 Jun 2022 14:11:32 +0200Déclarez vos dégats de culturehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/declarez-vos-degats-de-culture/La Chambre d'agriculture enquête sur les dégâts d'espèces animales et végétales afin d'appuyer et défendre les demandes des agriculteurs concernés.Les dégats sur cultures progressent chaque année, ils se traduisent par des pertes économiques importantes pour les agriculteurs et les filières. Dans le contexte actuel de pénurie alimentaire, de sécheresse et de besoin de diversification des cultures,nous devons être en mesure de limiter ces impacts par la recherche de solutions de lutte efficaces contre les déprédateurs.Afin d’avoir enfin une vision réelle des dégâts occasionnés, des espèces concernées et des pertes correspondantes, nous proposons à chacun de signaler les dégâts observés sur les cultures par le biais d’un questionnaire.

    Signalez un dégat sur culture grace au formulaire en ligne

    Ou avec l'enquète papier disponible en cliquant ici

    ]]>
    Productions végétalesGrande culture
    news-114170Thu, 09 Jun 2022 10:29:25 +0200Méthode MERCIhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/methode-merci/Présentation d'un logiciel d’aide à la décision qui permet d’estimer les apports nutritifs d’un engrais vert après destruction à utiliser aussi en viticulture !Méthode d’Estimation des Restitutions potentielles de N, P, K par les Cultures Intermédiaires (MERCI).

    C’est un outil d’aide à la décision qui permet d’estimer les apports nutritifs (azote, phosphore et potassium) d’un engrais vert après destruction. Ce logiciel est un outil terrain utilisé depuis janvier 2010 par la Chambre Régionale d’Agriculture Poitou-Charentes. Il a été initialement conçu pour les grandes cultures, mais peut s'utiliser au vignoble !

    Grace au logiciel MERCI, l’exploitation peut prendre en compte les apports nutritifs des engrais verts dans sa stratégie d’alimentation de la plante.

    Présentation de la méthode MERCI :

     

    ]]>
    VigneCharente
    news-114005Fri, 03 Jun 2022 16:43:24 +0200Jachères 2022 : dérogation Ukrainehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/jacheres-2022-derogation-ukraine/En règle générale, la fauche des jachères pour une valorisation par des animaux est interdite pendant la période de présence obligatoire. Cette année, une possibilité de valoriser les jachères est ouverte au travers de la « Dérogation Ukraine – pâture ou fauche ». En effet, en raison de l'agression de l'Ukraine par la Russie, la valorisation des jachères est possible sous réserve de les déclarer à la PAC comme "jachères SIE avec dérogation Ukraine", et ceci que vous soyez ou non éleveur.

    Dans le cas où vous n’auriez pas mentionné la dérogation « Ukraine » au moment de la déclaration, vous devez nécessairement déposer une modification de votre déclaration (www3.telepac.agriculture.gouv.fr/telepac/pdf/tas/2022/Dossier-PAC-2022_modification-declaration.pdf) auprès de la DDT, avant de pouvoir faucher vos jachères (le dépôt de la modification est possible par courrier ou par mail).

    Sur le descriptif des parcelles, vous devez ajouter la précision 002 (Dérogation Ukraine – pâture ou fauche), comme montré ci-dessous :

    Cliquez sur le tableau pour une meilleure lisibilité

    Un arrêté pris le 23 mai 2022, suspend l’interdiction de fauche et de broyage des jachères actuellement en cours (du 16 mai au 24 juin 2022) pour les jachères pour lesquelles la dérogation Ukraine a été demandée. Cela permet donc de faucher dès maintenant les jachères correctement déclarées.

     

     

    ]]>
    PAC
    news-114004Fri, 03 Jun 2022 16:32:25 +0200Un groupe de producteurs bio en Charente ? Donnez votre avis !https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/un-groupe-de-producteurs-bio-en-charente-donnez-votre-avis/Vous êtes agricultrice, agriculteur en Charente, vous avez un projet bio ou êtes déjà en bio sur votre exploitation ? Votre avis est essentiel pour la création d'un collectif d'agriculteurs bio !La Chambre d’agriculture de la Charente souhaite constituer un groupe d’agriculteurs bio dans le cadre du projet régional pour le développement et de l'accompagnement à l'agriculture biologique en Nouvelle-Aquitaine.

    Nous vous invitons à répondre à un court questionnaire en ligne en cliquant ci-dessous. Quelques minutes suffisent ! Nous vous remercions par avance de votre collaboration.

    Répondre au questionnaire en cliquant ici


    Contact : Anne Laure VEYSSET, référente Agriculture biologique à la Chambre d'agriculture de la Charente - anne-laure.veysset@charente.chambagri.fr - Tél : 06 25 64 54 55

     

    ]]>
    Agriculture biologique
    news-114003Fri, 03 Jun 2022 16:18:27 +0200Prix des engrais : réfléchir avant de broyer les pailles !https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/prix-des-engrais-reflechir-avant-de-broyer-les-pailles/Avec la forte augmentation du prix des intrants et notamment celui des engrais azotés, certains céréaliers pourraient décider de broyer les pailles au moment de la moisson pour les restituer au sol en espérant réduire leur consommation d’engrais. Mais cette pratique serait illusoire pour apporter de l’azote et réduirait la masse de paille disponible pour les animaux. En effet à court terme c’est bien l’exportation des pailles qui va accroître la disponibilité en azote minéral pour la culture suivante. On vous explique pourquoi :

    La restitution au sol des pailles de céréales provoque une forte augmentation des populations de champignons et de bactéries qui assurent leur décomposition. Le développement de ces micro-organismes nécessite, entre autres, de l’azote. Or la quantité d’azote dans les pailles étant insuffisante pour subvenir à leur besoin ils prélèvent l’azote minéral du sol. Et momentanément cet azote mobilisé manquera pour soutenir les premiers stades de développement de la culture suivante.

    On parle « d’organisation », processus qui conduit à une diminution du stock d’azote minéral dans le volume de sol où il se déroule.

    Inversement, lorsque les pailles sont exportées, il y absence de cette « organisation », ce qui provoque une augmentation de la disponibilité de l’azote pour la culture suivante. Ce supplément est d’environ 10-20 kg N/ha (selon Arvalis Institut du Végétal). Cette valeur étant variable en fonction de plusieurs facteurs tels que la gestion des chaumes, la quantité et la qualité des résidus restitués, le climat de l’hiver, le travail du sol…

    Ce n’est que sur le long terme que l’exportation des pailles impactera la fourniture d’azote par le sol (conséquence d’une moindre minéralisation, due à la baisse du stock de matière organique).
    L’exportation des pailles peut alors être compensée par des apports de fertilisants organiques qui permettra également un meilleur raisonnement de la fertilisation phospho-potassque.

    Dans ce contexte ou l’envolée du prix des engrais et de l’énergie pèse sur nos exploitations agricole, sans oublier l’impact des conditions météo sur les récoltes, l’échange paille contre fumier ou compost peut-être une stratégie gagnante pour tous.

    Contacts : Lise GOUAUD-LECOQ - 06 14 09 65 46 et Pauline GAUTHIER - 06 25 64 14 04

     

    ]]>
    Plante fourragère
    news-113789Mon, 30 May 2022 14:34:00 +0200Valoriser des protéines produites localementhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/valoriser-des-proteines-produites-localement/Avec des cours du tourteau de soja qui atteignent des records, des volontés locales émergent pour créer des filières de valorisation des graines d’oléo-protéagineux pour l’alimentation des ruminants et des monogastriques. En Dordogne, la Fédération Départementale des Cuma investit en 2022 dans un toasteur mobile et va assurer avec la coopérative SCAR la logistique, le traitement et la commercialisation de graines produites localement.
    Quel est le principe du toastage ?

    Les graines atteignent un caisson à fond mouvant perforé où de l’air chauffé à 280°C est insufflé. Les graines ressortent après quelques secondes à 120-130 °C, avant d’être refroidies.

    Par ce procédé, la matière grasse est conservée et les matières azotées solubles et les protéines dégradées dans le rumen diminuent sans modifier le taux de MAT. Cette solution est donc une façon d’améliorer la digestibilité de la graine et sa valorisation par les animaux ruminants mais également par les porcins.

    Sur le département de la Dordogne et ses zones limitrophes comme la Charente, le projet Protéose (2022& 2023) va permettre de sensibiliser les céréaliers et les éleveurs aux intérêts agro-écologiques de ces cultures. Cela sera complété par le transfert de références techniques sur les pratiques culturales et la mise en place d’une aide technique pour la bonne conduite des sojas, notamment, mais aussi des autres cultures aux graines toastables. Le projet permettra également de travailler et d’acquérir des références sur l'intérêt ou non de l’introduction des graines toastées dans les rations des animaux.

    Pour en savoir plus sur les possibilités du toaster mobile, rendez-vous à la journée technique « Solutions hyperprotéinées » le 08 juin 2022.

     

    ]]>
    Productions animalesOléoprotéagineux
    news-113708Mon, 30 May 2022 11:11:00 +0200Plan de résilience - Ouverture de l'aide alimentation animale - PROLONGATION DE L'AIDEhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/plan-de-resilience-ouverture-de-laide-alimentation-animale-prolongation-de-laide/PROLONGATION DE L'AIDE ! Le dispositif est ouvert jusqu'au 29 juin.Le Gouvernement alloue 308 M€ issus de crédits nationaux et de l’enveloppe « PAC crise », pour absorber pendant 4 mois (16 mars 2022 – 15 juillet 2022) une partie des hausses des coûts de l’alimentation animale dues aux perturbations engendrées par la guerre en Ukraine, en attendant que la répercussion amont-aval de ces hausses soit effective, conformément aux dispositions nouvelles de la Loi EGALIM2.

    PROLONGATION DE L'AIDE - Le dispositif est ouvert jusqu'au 29 juin.

    1. Critères d’éligibilité :

    • Personnes physiques ou morales constituées en tant qu’exploitant agricole, groupement agricole d'exploitation en commun (GAEC), exploitation agricole à responsabilité limitée (EARL), ou autre personne morale petites et moyennes entreprises) ayant pour objet l'exploitation agricole ou piscicole ;
    • un SIRET actif au moment du dépôt de la demande
    • la mention de la production principale dans l’attestation comptable
    • un seuil d’entrée dans le dispositif de 3000 € de charges d’alimentation (correspond au compte 60.14) sur la période de référence allant du 16 mars 2021 au 15 juillet 2021 (sauf cas particuliers)
    • un taux de dépendance à l’alimentation animale d’au moins 10 %, ce taux de dépendance étant calculé à partir des charges d’alimentation animale (correspond au compte 60.14) et des charges d’exploitation (comptes 60, 61, 62, 63 et 64) du dernier exercice clos avant le 28/02/2022 (sauf cas particuliers)
    • et, pour les structures porteuses de contrats d’intégration ou de production, la participation du demandeur à une ou plusieurs activités poursuivant au moins un des quatre objectifs suivant :
      • économie circulaire,
      • gestion des nutriments,
      • utilisation rationnelle des ressources,
      • méthodes de production respectant l’environnement et le climat

    Pour les centres équestres, le demandeur devra être affilié à la MSA

     

    2. Calcul de l’aide :

    Le calcul est proportionnel à l’impact de ces hausses spécifiques.

    3 catégories de bénéficiaires sont éligibles à partir d’un taux de dépendance minimum à l’alimentation animale de 10 % (= part des charges d’alimentation animale dans le total des charges de l’exploitation).

    Type de catégorie

    Taux de dépendance

    Aide allouée

    Catégorie 1taux de dépendance compris entre 10 % (inclus) et 30 % (non compris)1 000 € d’aide forfaitaire quels que soient l’élevage éligible et les espèces d’animaux de rente élevées.
    Catégorie 2taux de dépendance compris entre 30 % (inclus) et 50 % (non compris)prise en charge de 40 % des surcoûts d’alimentation animale
    Catégorie 3taux de dépendance supérieur ou égal à 50 %, et, dans le cadre d’un dispositif dédié, organisations porteuses de contrats de production (structures qui prennent en charge les coûts de l’alimentation animale pour le compte des éleveurs : généralisée en volailles et en veaux notamment), et provendiers (uniquement hors hexagone).prise en charge de 60 % des surcoûts d’alimentation animale

     

    NB1 : L’aide est plafonnée à 35 000€ pour les éleveurs (structures non porteuses de contrats d’intégration ou de production).
    NB2 : Aucun montant inférieur à 500 € ne sera attribué.
    NB3 : Les intégrateurs et organisations porteuses de contrats de production (structures qui prennent en charge les coûts de l’alimentation animale pour le compte des éleveurs : généralisée en volailles et en veaux notamment) et provendiers (hors hexagone) feront l’objet d’une notification à part.


    3. Comment déclarer sa demande d’aide ?

    Les demandes sont obligatoirement faites sur la plate-forme d’acquisition des données (« PAD ») de FranceAgriMer : https://www.franceagrimer.fr/Accompagner/Plan-de-resilience/Alimentation-animale-eleveurs

    La procédure de dépôt est disponible sur le site de FranceAgriMer.

    L’accès au formulaire ne pourra se faire qu’à l’aide d’un SIRET valide.

    Attention, la période de dépôt des dossiers sera de 3 semaines uniquement (30/05/22 au 17/06/22 à 14h). À l’issue des dépôts et dans le cas où le montant de l’enveloppe serait dépassé, un stabilisateur budgétaire linéaire sera appliqué à chaque montant d’aide calculé lors du dépôt de la demande.

    L’instruction des dossiers sera réalisée par les DDT(M) ou les DRAAF (pour le dispositif « intégrateurs »), sous la supervision de FranceAgriMer.

    ACCEDER A LA TELEPROCEDURE


    4 - Pièces justificatives à prévoir :

    Pièces à déposer en ligne lors de la demande d’aide :

    • Un RIB
    • Une attestation par un tiers de confiance (par exemple établie par un centre de gestion agréé, un expert-comptable ou un commissaire aux comptes identifié), pour le compte du demandeur précisant :
      • l’activité principale du demandeur de l’aide
      • le montant des charges d’alimentation sur la période de référence,
      • le montant des charges d’alimentation correspondant au compte 60.14 sur le dernier exercice clos au plus tard le 28/02/2022,
      • le montant total des charges d’exploitation correspondant aux comptes 60, 61, 62, 63 et 64 sur le dernier exercice clos au plus tard le 28/02/2022,


    Pour les récents installés, et dans le cas où l’attestation ne peut être établie, elle peut être remplacée par le Plan d’entreprise.

    Pour les agriculteurs au micro BA, le montant des charges d’alimentation sera démontré par les factures d’achat sur la période de référence.

    Pour les structures porteuses de contrats d’intégration ou de production :

    • Le contrat en vigueur, permettant d’identifier les modalités de répercussion des variations du coût de l’alimentation animale sur l’éleveur et ainsi de s’assurer, le cas échéant, du reversement approprié de l’aide aux éleveurs ;
    • Les structures devront apporter la preuve de la répercussion du bénéfice économique de l’aide aux éleveurs ;
    • L’attestation comptable devra préciser également les bandes en production sur la période de référence ;
    • La liste des éleveurs, avec leur numéro SIRET et la programmation de leurs bandes en production de mars à juillet 2022 ;
    • Les justificatifs associés au critère d’entrée dans le dispositif (participation à au moins une activité poursuivant un des 4 objectifs mentionnés au point 1 relatifs aux critères d’éligibilité).


    Soit :
    - le montant correspondant au prorata temporis du dernier exercice fiscal clos avant le 28/02/2022, en l’absence d’historique sur la période allant du 16 mars 2021 au 15 juillet 2021 ;
    - le montant sur la même période sur l’année 2020, si l’exploitation a été affectée par un cas de force majeure survenu entre le 16 mars 2021 et le 15 juillet 2021 (crise sanitaire par exemple).

    Contact : Service élevage 05 45 84 09 28

    ]]>
    Autres politiques communautairesProductions animales
    news-113435Wed, 25 May 2022 13:16:58 +0200Le marché des protéines : quelles perspectives ?https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/le-marche-des-proteines-quelles-perspectives/Le 8 juin prochain, Vincent DREVET, de la Coopération Agricole Nouvelle-Aquitaine nous parlera du marché des protéines.
  • Quel est le marché actuel des protéines et les marchés à venir ? Quels sont les débouchés ? Exemple concret du positionnement des coops et négoces sur les marchés.
     
  • Filière spécifique au sein des organismes. Comment créer une filière ? Comment répondre à une demande spécifique ?
  • Sous forme de graines pour l’alimentation humaine ou de tourteaux pour l’alimentation animale, les protéines végétales attirent l’attention de tous les acteurs des filières, des agriculteurs jusqu’aux consommateurs.

    Pourquoi ? Parce-que la plupart de ces cultures et notamment les légumineuses (soja, pois, féverole, lentille…) vont dans le sens des principales transitions en cours, issues de la société ou soutenues par les pouvoirs publics : diminution des intrants chimiques, diversification des cultures, respect de la biodiversité et des pollinisateurs, développement de l’autonomie territoriale pour l’alimentation animale, diminution des importations de soja OGM, souveraineté alimentaire, augmentation des protéines végétales dans l’alimentation humaine…

    Pour autant, ces productions sont souvent soumises à des marchés instables, encore limités pour l’alimentation humaine, concurrentiels, avec des rémunérations incertaines et inférieures aux rémunérations des cultures plus classiques comme les céréales.

    Les filières qui y répondent doivent investir à la fois les secteurs de la production, du stockage, du tri et de la conservation, de la commercialisation voire de la transformation des grains pour répondre efficacement en quantité et en qualité aux attentes des clients.

    Le 8 juin prochain lors de la journée technique Solution Hyperprotéinées un atelier présentera une vision actuelle et générale des marchés des principales cultures riches en protéines. Deux acteurs locaux viendront également présenter leurs expériences et projets en la matière, l’un pour des productions à destination de la consommation humaine, et l’autre à destination de l’alimentation animale.

    Vous n'êtes pas encore inscrit ? C'est par ici

     

    ]]>
    Oléoprotéagineux
    news-113352Tue, 24 May 2022 10:30:29 +0200Période d'interdiction de broyage et fauchage des jachèreshttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/periode-dinterdiction-de-broyage-et-fauchage-des-jacheres/Le broyage et le fauchage des surfaces agricoles déclarées en jachères à la PAC est interdit entre le lundi 16 mai 2022 et le vendredi 24 juin 2022 inclus. Conformément aux dispositions du code de l'environnement, le broyage et le fauchage des surfaces agricoles déclarées en jachères à la PAC (jachères classiques et jachères SIE) est interdit entre le lundi 16 mai 2022 et le vendredi 24 juin 2022 inclus.
     
    Téléchargez l’arrêté préfectoral du 17 mai 2022 en cliquant ici.

    L'articulation de ces dispositions du code de l'environnement, avec les dispositions de la PAC 2022 liées à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, sera précisée par un arrêté national.

    Attention, certaines parcelles déclarées à la PAC en prairies et engagées en mesures MAEC peuvent être concernées par un nécessaire retard de fauche, précisé dans le cahier des charges de la mesure MAEC.

     

    ]]>
    PAC
    news-114806Mon, 23 May 2022 09:34:00 +0200Le soja une culture intéressante en Charente... https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/le-soja-une-culture-interessante-en-charente/Le soja, prisé pour ses protéines, est une culture rotationnelle intéressante qui peut répondre aux réflexions sur l’autonomie alimentaire animale. La progression de la culture en Poitou-Charentes, bien qu’encore modeste au niveau des surfaces, est cependant bien réelle : de 400 ha en 2013 (dont 60 ha en Charente), la sole soja est passée à près de 4 000 ha sur les campagnes 2019 et 2020 (dont presque 1 000 ha en Charente).

    Peu sujet aux maladies et aux attaques de ravageurs, ne nécessitant aucun apport d’engrais azoté, le soja possède des atouts environnementaux très favorables.

    Agronomiquement, il est intéressant par sa capacité à produire l’azote dont il a besoin et par sa participation à l’amélioration de la structure du sol. Excellent précédent, il s’intègre bien dans les exploitations, que ce soit en système conventionnel ou en agriculture biologique, en système classique ou en double culture.

    Ses débouchés diversifiés (alimentation animale ou humaine, conventionnel ou bio) et la traçabilité très souvent mise en œuvre pour sa production  par les différents opérateurs (producteurs, collecteurs, transformateurs) constituent des atouts complémentaires pour cette production.

    Il est donc intéressant de le faire entrer dans les rotations.

    Cette culture est techniquement possible au sein des exploitations agricoles de Poitou-Charentes en respectant quelques points fondamentaux.

    Contact : Lise GOUAUD-LECOQ - lise.gouaud@charente.chambagri.fr - 06 14 09 65 46

    ]]>
    Oléoprotéagineux
    news-114811Fri, 20 May 2022 09:57:00 +0200L’ambroisie dans les cultures à fortes valeurs protéiques : une adventice à problématique sanitaire !https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/lambroisie-dans-les-cultures-a-fortes-valeurs-proteiques-une-adventice-a-problematique-sanitaire/L’ambroisie à feuille d’armoise (Ambrosia artemisiifolia) est une plante exotique envahissante très concurrentielle dans les cultures de printemps, en particulier le tournesol, le soja, le maïs, le sorgho et même le pois. En culture de tournesol, les pertes sont de 3 q/ha par tranche de 10 ambroisies au m2 avec une perte de rendement qui peut aller jusqu’au deux tiers de la récolte.

    Son cycle de vie s’étend d’avril à novembre. C’est une adventice inscrite au code de la santé publique. La loi de modernisation de notre système de santé de 2016 interdit son déplacement, son commerce et sa culture et oblige chaque propriétaire à détruire cette plante si elle est présente sur ses terres.

    Dans ce contexte un arrêté préfectoral existe en Charente qui impose la destruction des ambroisies avant que les graines soient viables.

    L’ambroisie produit entre juillet et septembre un pollen très allergène qui entraîne un problème de santé publique, puis entre septembre et novembre, la plante produit de nombreuses semences (en moyenne 3000 graines par an et par plant) qui provoquent une problématique au niveau agricole (perte de rendement, déclassement des récoltes, voire leurs refus).

    Article de Manon Zanuto – FREDON NA – manon.zanuto@fredon-na.fr - 07 48 72 27 95

     

    ]]>
    Oléoprotéagineux
    news-114813Thu, 19 May 2022 10:13:00 +0200Le tournesolhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/le-tournesol/Connu pour sa rusticité, le tournesol est souvent cultivé dans des terres à faible potentiel.Connu pour sa rusticité, le tournesol est souvent cultivé dans des terres à faible potentiel. En effet, peu exigeant en intrants, il sait également valoriser l’eau de manière efficace et s’adapter aux conditions difficiles.

    Les interventions au cours du cycle sont relativement peu nombreuses mais elles doivent être réfléchies à l’échelle de la parcelle et positionnées avec soin. En effet, les étapes d’implantation, de désherbage et de fertilisation sont des points clés dans la réussite de la culture de tournesol.

    Par ailleurs, il existe une large gamme de variétés de tournesol adaptées aux contraintes locales (différentes précocités, tolérance aux maladies, tolérance à l’orobanche cumana ou encore Variétés Tolérantes aux Herbicides (VTH) pour la lutte contre l’ambroisie à feuille d’armoise).  Cette diversité variétale permet également de répondre aux différentes filières (oléique, oisellerie etc…)

    En plus de sa richesse en huile, le tournesol est également riche en protéines. Valorisées dans les tourteaux, elles occupent une place non négligeable dans l’alimentation animale. Connu comme oléagineux, le tournesol a cependant toute sa place parmi les Solutions Hyper Protéinées.

    En raison de charges opérationnelles limitées, la marge du tournesol est intéressante. Cette marge peut d’ailleurs être augmentée en activant des leviers simples tels que le choix d’une variété oléique ou encore la mise en place d’une irrigation maîtrisée. Le prix de vente du tournesol actuellement élevé est un bonus pour sa marge.

    Article proposé par Terres Inovia

     

    ]]>
    Oléoprotéagineux
    news-113048Tue, 17 May 2022 09:04:59 +0200Plan de résilience - aide alimentation animale : anticipez votre demande d'aide !https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/plan-de-resilience-aide-alimentation-animale-anticipez-votre-demande-daide/Le Gouvernement va allouer 489 M € pour absorber pendant 4 mois une partie des hausses des coûts de l’alimentation animale. Le Gouvernement va allouer 489 M € issus de crédits nationaux et de l’enveloppe « PAC crise », pour absorber pendant 4 mois (16 mars 2022 – 15 juillet 2022) une partie des hausses des coûts de l’alimentation animale dues aux perturbations engendrées par la guerre en Ukraine, en attendant que la répercussion amont-aval de ces hausses soit effective, conformément aux dispositions nouvelles de la Loi EGALIM2.


    L’Union Européenne est en cours de validation du dispositif qui sera accessible aux alentours de la fin du mois de mai 2022. Ce dispositif ne sera ouvert que pour 3 semaines sur le site de France AgriMer, aussi n’hésitez pas dès aujourd’hui à préparer vos dossiers !

    1. Critères d’éligibilité :
    • un SIRET actif au moment du dépôt de la demande
    • la mention de la production principale dans l’attestation comptable
    • un seuil d’entrée dans le dispositif de 3000 € de charges d’alimentation (correspond au compte 60.14) sur la période de référence allant du 16 mars 2021 au 15 juillet 2021 (sauf cas particuliers )
    • un taux de dépendance à l’alimentation animale d’au moins 10 %, ce taux de dépendance étant calculé à partir des charges d’alimentation animale (correspond au compte 60.14) et des charges d’exploitation (comptes 60, 61, 62, 63 et 64) du dernier exercice clos avant le 28/02/2022 (sauf cas particuliers)
    • et, pour les structures porteuses de contrats d’intégration ou de production, la participation du demandeur à une ou plusieurs activités poursuivant au moins un des quatre objectifs suivant :
          - économie circulaire,
          - gestion des nutriments,
          - utilisation rationnelle des ressources,
          - méthodes de production respectant l’environnement et le climat.

    2. Calcul de l’aide :

    Le calcul est proportionnel à l’impact de ces hausses spécifiques. 3 catégories de bénéficiaires sont éligibles à partir d’un taux de dépendance minimum à l’alimentation animale de 10 % (= part des charges d’alimentation animale dans le total des charges de l’exploitation) :

    Type de catégorie

    Taux de dépendance

    Aide allouée

    Catégorie 1taux de dépendance compris entre 10 % (inclus) et 30 % (non compris)1 000 € d’aide forfaitaire quels que soient l’élevage éligible et les espèces d’animaux de rente élevées.
    Catégorie 2taux de dépendance compris entre 30 % (inclus) et 50 % (non compris)prise en charge de 40 % des surcoûts d’alimentation animale
    Catégorie 3taux de dépendance supérieur ou égal à 50 %, et, dans le cadre d’un dispositif dédié, organisations porteuses de contrats de production (structures qui prennent en charge les coûts de l’alimentation animale pour le compte des éleveurs : généralisée en volailles et en veaux notamment), et provendiers (uniquement hors hexagone).prise en charge de 60 % des surcoûts d’alimentation animale

     

    NB1 : L’aide est plafonnée à 35 000€ pour les éleveurs (structures non porteuses de contrats d’intégration ou de production).
    NB2 : Aucun montant inférieur à 500 € ne sera attribué.
    NB3 : Les intégrateurs et organisations porteuses de contrats de production (structures qui prennent en charge les coûts de l’alimentation animale pour le compte des éleveurs : généralisée en volailles et en veaux notamment) et provendiers (hors hexagone) feront l’objet d’une notification à part.


    3 - Comment déclarer sa demande d’aide :

    Dès que la procédure sera validée, il faudra se rendre sur les téléprocédures FranceAgriMer (hors DOM et Corse, pour l’aide aux éleveurs) d’ici fin mai.

    Attention, la période de dépôt des dossiers sera de 3 semaines uniquement. . À l’issue des dépôts et dans le cas où le montant de l’enveloppe serait dépassé, un stabilisateur budgétaire linéaire sera appliqué à chaque montant d’aide calculé lors du dépôt de la demande.
     
    L’instruction des dossiers sera réalisée par les DDT(M) ou les DRAAF (pour le dispositif « intégrateurs »), sous la supervision de FranceAgriMer.


    4 - Pièces justificatives à prévoir :

    Pièces à déposer en ligne lors de la demande d’aide :

    • Un RIB
    • Une attestation par un tiers de confiance (par exemple établie par un centre de gestion agréé, un expert-comptable ou un commissaire aux comptes identifié), pour le compte du demandeur précisant :
      • l’activité principale du demandeur de l’aide
      • le montant des charges d’alimentation sur la période de référence,
      • le montant des charges d’alimentation correspondant au compte 60.14 sur le dernier exercice clos au plus tard le 28/02/2022,
      • le montant total des charges d’exploitation correspondant aux comptes 60, 61, 62, 63 et 64 sur le dernier exercice clos au plus tard le 28/02/2022,


    Pour les récents installés, et dans le cas où l’attestation ne peut être établie, elle peut être remplacée par le Plan d’entreprise.

    Pour les agriculteurs au micro BA, le montant des charges d’alimentation sera démontré par les factures d’achat sur la période de référence.

    Pour les structures porteuses de contrats d’intégration ou de production :

    • Le contrat en vigueur, permettant d’identifier les modalités de répercussion des variations du coût de l’alimentation animale sur l’éleveur et ainsi de s’assurer, le cas échéant, du reversement approprié de l’aide aux éleveurs ;
    • Les structures devront apporter la preuve de la répercussion du bénéfice économique de l’aide aux éleveurs ;
    • L’attestation comptable devra préciser également les bandes en production sur la période de référence ;
    • La liste des éleveurs, avec leur numéro SIRET et la programmation de leurs bandes en production de mars à juillet 2022 ;
    • Les justificatifs associés au critère d’entrée dans le dispositif (participation à au moins une activité poursuivant un des 4 objectifs mentionnés au point 1 relatifs aux critères d’éligibilité).


    Soit :
    - le montant correspondant au prorata temporis du dernier exercice fiscal clos avant le 28/02/2022, en l’absence d’historique sur la période allant du 16 mars 2021 au 15 juillet 2021 ;
    - le montant sur la même période sur l’année 2020, si l’exploitation a été affectée par un cas de force majeure survenu entre le 16 mars 2021 et le 15 juillet 2021 (crise sanitaire par exemple).

     

    Contact : Service élevage 05 45 84 09 28

     

     

     

     

     

     

     

    ]]>
    Autres politiques communautairesProductions animales
    news-112972Thu, 12 May 2022 15:20:00 +0200Le tournesol : une culture aux multi performanceshttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/le-tournesol-une-culture-aux-multi-performances/La filière tournesol est dynamique et la culture bénéficie de débouchés diversifiés et assurés. Une culture très présente en Nouvelle-Aquitaine

    Au cours des dernières années, les surfaces de tournesol ont progressé en France, passant de 553 850 ha en 2018 à 691 000 en 2021 pour une production estimée à 2 million de tonnes en 2021 (source agreste novembre2021), soit 19% du total européen (estimée à 10.5 Mt).

    La région Nouvelle-Aquitaine est l’une des principales régions de production avec près de 194 858 ha de tournesol. Ces surfaces sont notamment situées dans l’ex Région Poitou-Charente avec 136 101 ha dont 27 440 ha en Charente (soit 14.1 % de la surface en Nouvelle-Aquitaine).

    Des débouchés assurés

    Tout comme le colza, le tournesol est une culture olé-protéagineuse, c’est-à-dire riche en huile (44%) et en protéines (18%). Ses usages sont multiples. Que ce soit en AB ou en conventionnel, la filière tournesol est dynamique et la culture bénéficie de débouchés diversifiés et assurés (huile alimentaire et industrielle, biocarburant à bas GES, oléo-chimie avec des protéines concentrées, tourteaux…). La filière tournesol doit satisfaire une demande forte et stable en huile (1ère huile de table consommée en France) et répondre également au déficit en matière riche en protéines produites en France. La production de tourteau de tournesol High Pro français offre des perspectives dans ce domaine. La composition de la graine de tournesol, parfois méconnue, permet en effet au tournesol de contribuer à notre autonomie protéique.

    Des avantages agronomique et environemental

    Le tournesol revêt aussi bien d'autres avantages pour ses qualités agronomiques évidentes et ses performances environnementales. C’est en effet une culture qui nécessite peu d’intrant et qui contribue à la diversité des paysages et au maintien de la biodiversité en étant une importante ressource alimentaire pour les abeilles et autres pollinisateurs. Culture clé pour assurer une production protéique locale, le tournesol est une véritable culture agro-écologique indispensable dans les rotations. Il répond au nouveau modèle agricole devant faire face au changement climatique, à la pression sanitaire, à la réduction des produits phytosanitaires et aux exigences sociétales.

    Ambroisie et dégâts d'oiseau, une menace pour la culture

    Pourtant dans notre bassin de production, les attaques récurrentes des oiseaux ravageurs, véritable cause d’incertitude pour les producteurs, ainsi que les problèmes d’ensalissement par des espèces invasives telle que l’ambroisie remettent en question le maintien même de la culture. Ces problématiques imposent des gestions individuelles et collectives. C’est pourquoi la Chambre d’agriculture de la Charente poursuit avec ses partenaires son engagement et ses travaux de recherches pour développer des nouvelles solutions et compléter les possibilités de lutte.


    Pour en savoir plus sur l'intéret de la culture du tournesol dans les rotation, les itilnéraires techniqes et moyens de lutte contre l'ambroisie, rendez-vous
    MERCREDI 8 JUIN 2022
    à la journée technique Solutions Hyperprotéinées
    au Lycée de l'Oisellerie en Charente !

    Infos et inscription ici


     

    ]]>
    Grande cultureOléoprotéagineux
    news-112864Wed, 11 May 2022 16:09:14 +0200Le rôle des protéines dans le bilan carbonehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/le-role-des-proteines-dans-le-bilan-carbone/L’intégration de légumineuses dans nos systèmes de production est l’un des leviers pour répondre à l’immense défi du 21ème siècle : le changement climatique. Relocaliser la production de protéines végétales diminue les émissions de gaz à effet de serre (GES) et donc atténue le changement climatique.

    La fabrication et l’utilisation d’engrais azoté génèrent des quantités importantes de GES. Grâce aux nodosités (voir photo), les légumineuses n’ont pas besoin d’apport d’azote. L’intégration de légumineuses dans la rotation diminue l’utilisation d’engrais azoté et donc les émissions de GES.

    L’importation d’aliments riches en protéine pour l’alimentation animale génère des quantités importantes de GES avec la fabrication et le transport. L’impact climatique est d’autant plus important lorsque ces aliments sont responsables de la déforestation de l’Amazonie. L’augmentation de l’autonomie protéique dans nos élevages grâce à différentes pratiques (méteils, luzerne, toastage des graines de protéagineux…) réduit l’importation des aliments et donc les émissions de GES.

    L’autonomie peut être aussi à l’échelle d’un territoire avec des de co-produits agricoles entre céréaliers et éleveurs.

    En relocalisant la production de protéine végétale, les agriculteurs français luttent activement contre le changement climatique en diminuant les GES. Les efforts des agriculteurs contre le changement climatique peuvent être valorisés sous forme de crédit carbone.

    Le sujet vous intéresse ? Participez à la journée technique Solutions Hyper Protéinées dédiée à la culture de la protéine le 8 juin prochain en Charente ! L’impact de la souveraineté protéique sur le changement climatique et les aménités de ces cultures sur les bilans carbone feront l'objet d'une conférence dédiée. Cette journée sera notamment l’occasion de démêler le vrai du faux d’un sujet qui est au cœur du débat public.

    Accédez au programme et inscriptions en cliquant ici.

     

    ]]>
    Productions animalesGrande cultureOléoprotéagineux
    news-112771Mon, 09 May 2022 16:16:55 +0200Foin - MONTEMBOEUFhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/foin-montemboeuf/Type de fourrageFoinPrécision sur le fourrage proposéprairie permanenteConditionnement proposéSur pied à couper, En tas à chargerQuantité disponibleplusieurs prairiesDate de disponiblité09-05-2022Commune où se trouve le fourragemontemboeufDate de fin de disponiblité de l'offrepas de limite pour le momentPrénom et NOMGilles DutilletAdresseImpasse des grandes GaudiniesCode postal et Ville16310 MontemboeufEmailmcdutillet@gmail.comTéléphone (portable de préférence)0681757814]]>news-112733Mon, 09 May 2022 09:53:37 +0200Agriculteurs, faites visiter votre ferme lors des Journées Nationales de l’agriculturehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/agriculteurs-faites-visiter-votre-ferme-lors-des-journees-nationales-de-lagriculture/Inscrivez-vous jusqu'au 15 mai !Lancées en 2021, les Journées Nationales de l’Agriculture (JNA) permettent aux agriculteurs d’ouvrir leurs fermes au public et de créer du lien entre agriculteurs, voisinage et grand public.

    En 2021, plus de 1 000 événements ont été organisés dans le cadre des JNA avec plus de 100 000 visiteurs.

    Cette année les JNA auront lieu les 17, 18 et 19 juin 2022 partout en France avec un objectif de 2 000 événements.

    La Chambre d’agriculture de la Charente soutient cette démarche et invite les agriculteurs charentais à se mobiliser pour proposer un événement tel qu’une visite de ferme, un pique-nique à la ferme, etc.

    Pour inscrire un événement aux JNA et bénéficier de la communication, vous avez jusqu’au 15 mai 2022. C’est gratuit !

    Retrouvez toutes les informations sur www.journeesagriculture.fr

    Votre contact à la Chambre d’agriculture de la Charente : Jennifer LEOUTRE - jennifer.leoutre@charente.chambagri.fr - 06 14 09 33 27

     

    ]]>
    news-112713Fri, 06 May 2022 15:55:04 +0200Cas d'influenza aviairehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/cas-dinfluenza-aviaire/Le premier un foyer d'influenza aviaire hautement pathogène (H5N1) a été détecté en Charentedans un élevage de canards sur la commune de Saint-Romain. Un périmètre réglementé de protection (3 km) est mis en place ainsi qu'une zone de surveillance (10 km). Des règles sanitaires strictes sont à mettre en place sur ces zones.

    Retrouvez :

    et d'autres d'infos ici

    ]]>
    Productions animalesCharente
    news-112373Fri, 29 Apr 2022 15:23:30 +0200MAEC VITICULTURE « Suppression des traitements herbicides en vignes et réduction des traitements phytosanitaires hors herbicides »https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/maec-viticulture-suppression-des-traitements-herbicides-en-vignes-et-reduction-des-traitements-phy/Le Syndicat du Bassin Versant du Né et l’EPTB Charente proposent pour 2022 une MAEC dédiée à la viticulture. Les objectifs de contractualisation ne sont pas atteints, « il reste de la place ».Les conditions sont les suivantes :
    • Engagement pour un an du 15/05/2022 au 15/05/2023
    • Herbicides : pas d’utilisation d’herbicides de synthèse sur les parcelles engagées.
    • Hors herbicides : mêmes conditions que pour les précédentes démarches :
      • Parcelles engagées : IFT inférieur à 13,84 (réduction de 20% de l’IFT de référence)
      • Parcelles non engagées : IFT inférieur à 17,3

    Le financement est de 489,76 €/Ha. Votre engagement est à déclarer dans votre déclaration PAC et vous devez avoir un diagnostic d’engagement.

    Pour réaliser votre diagnostic d’engagement (obligatoire), contactez la Chambre d’agriculture de la Charente au 05 45 36 34 00

     

    ]]>
    Vigne
    news-112368Fri, 29 Apr 2022 15:09:47 +0200Plan de résilience : les agriculteurs sont éligibles au Prêt Garanti par l'Etat disponible le 8 avril - PROLONGATION DU DISPOSITIF https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/plan-de-resilience-les-agriculteurs-sont-eligibles-au-pret-garanti-par-letat-disponible-le-8-avri/Le dispositif de PGE (prêt garanti par l'Etat) permet de soulager les difficultés de trésoreries PROLONGATION DE DU DISPOSITIF - Le dispositif est prolongé jusqu'au 31 décembre 2022. 

    Le PGE est un prêt octroyé à une entreprise ou un professionnel par sa banque habituelle, en dépit de la forte incertitude économique, grâce à la garantie apportée par l’Etat sur une partie importante du prêt. Le PGE est un prêt d'une banque à une entreprise : ce n'est pas un prêt de l'Etat.

    À qui s'adresse ce PGE ?

    Les seules entreprises exclues de ce dispositif sont :

    • les sociétés civiles immobilières sauf celles autorisées expressément
    • les établissements de crédit ou sociétés de financement
    • les entreprises faisant l'objet d'une procédure collective ouverte avant le 31 décembre 2019. Les entreprises entrées en procédure collective depuis le 1er janvier 2020 ou en cours d'exécution de leur plan sont éligibles au PGE. Les entreprises en procédure préventive amiable (mandat ad hoc, conciliation) sont bien éligibles au dispositif.

    Quelles sont les caractéristiques du PGE ?

    • un différé de remboursement initialement d'un an, qui peut être allongé de 12 mois supplémentaires (soit 2 ans au total de différé)
    • Après la 1ère année, possibilité d'amortir le prêt sur une durée de 1 à 5 ans de plus.
    • Coût du PGE : Le coût du prêt dépendra des banques (taux d’intérêt), avec le principe du "prix coûtant", auquel s’ajoutera le coût de la garantie de l’Etat.

    Quel est le montant du PGE ?

    Le PGE résilience permet de couvrir jusqu'à 15 % du chiffre d'affaires annuel moyen au cours des trois dernières années, pour face aux difficultés de trésorerie.

    Le PGE Résilience interviendra en complément du PGE instauré avec la crise sanitaire (prêt jusqu'à 25 % du chiffre d'affaires, qui reste disponible jusqu'au 30 juin 2022).

    Comment fonctionne la garantie de l'Etat ?

    L'Etat apporte sa garantie sur un pourcentage du prêt pouvant aller jusqu'à 90% pour les entreprises de moins de 5 000 salariés avec un CA inférieur à 1,5 milliard d'euros.

    Procédure d'obtention du Prêt

    (pour les entreprises de moins de 5 000 salariés avec un chiffre d'affaires inférieur à 1,5 milliard d'euros) :

    1. L'entreprise se rapproche d'un partenaire bancaire pour demander un prêt
    2. La banque donne un pré-accord de prêt après analyse de la situation de l'entreprise
    3. L'entreprise se connecte sur attestation-pge.bpifrance.fr/description pour obtenir un identifiant unique qu'il faut communiquer à la banque
    4. La banque accorde le prêt sur confirmation du numéro unique par Bpifrance


    Contact : Léna MASSON - 05 45 24 49 25

     

    ]]>
    Autres politiques communautaires
    news-112339Thu, 28 Apr 2022 16:36:06 +0200Avec les chercheurs, mieux lutter contre les dépérissements !https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/avec-les-chercheurs-mieux-lutter-contre-les-deperissements/Interview de Cyril GERVAIS Viticulteur et éleveur à Bréville.Comme tous, les maladies du bois m’impactent directement. Les vignes sont très touchées à partir d’une dizaine d’années. Je gère les manquants en entreplantant jusqu’à 10 ans. Ensuite c’est du provignage. On marque les ceps lors des prospections flavescence dorée. A la taille on arrache les ceps morts et on adapte la longueur des lattes pour les probins.

    Quelle a été la motivation pour rejoindre un groupe MI Vigne ?
    Je note le plus souvent que c’est lorsque qu’un stress hydrique estival arrive subitement, avec des températures élevées induisant une forte évapotranspiration que les symptômes apparaissent plus fortement. C’est la manière dont tout ça s’enchaine qui fait que les symptômes sont plus marqués ou non et plus ou moins précoces. Avec le réchauffement climatique je crains que l’on s’expose à davantage de problèmes de dépérissements. Dans mes sols de Pays bas qui ont la particularité de crevasser l’été, l’idée de garder de la fraicheur, de l’humidité au sol et de protéger le sol du rayonnement m’a semblé être une piste intéressante. Atténuer la vitesse d’arrivée d’un stress hydrique estival nous a guidé vers la piste du paillage. C’est venu assez naturellement d’autant plus que la ressource n’est pas limitée pour moi en tant qu’éleveur. Nous verrons sur plusieurs années si l’idée est probante ou pas.

    Concrètement qu’avez-vous mis en place ?
    Avec la Chambre on regarde comment la vigne se comporte dans des situations avec une couverture paillée à 100%, 50% et intégralement travaillé. Un engrais vert à base de féverole est implanté sur les inter rangs amenés à être travaillés.
    La vigne répond très différemment selon le taux de paillage. L’effet année compte aussi : le paillage a eu un effet très positif en 2020, millésime plutôt sec surtout sur la fin de cycle. L’excès d’humidité en 2021 a produit l’effet inverse. Le paillage a davantage sensibilisé au gel aussi. L’intérêt de la technique ne pourra s’appréhender que sur plusieurs années.

    Quelles sont les pistes d’amélioration ?
    Le paillage est à adapter : je pense qu’il faut l’envisager après les relevages. En 2021 ça a été fait en avril. Rien ne sert d’en mettre trop tôt et en trop grosse quantité. J’ai investi dans une pailleuse : la couverture sera plus homogène avec une quantité de paille plus restreinte. Une autre piste à explorer consiste à déporter le broyat des couverts engrais vert sous le rang sans l’enfouir pour ne plus avoir à travailler le cavaillon ou le désherber.

    Qu’attendez vous du PNDV Tour ?
    Et bien justement comprendre pourquoi on a une telle variabilité d’expression des symptômes selon l’année. En parcourant la presse, certains travaux permettent d’expliquer pourquoi lors de millésimes secs on a moins de maladies du bois. Il semble qu’il y ait un lien entre stress hydrique et l’esca. Et puis bien d’autres thématiques seront présentées. J’espère qu’en mobilisant plusieurs leviers on parviendra à maîtriser ces dépérissements. Identifier tous les moyens à notre portée, c’est important, mieux comprendre les perspectives qui s’offrent à nous aussi !

    Témoignage de Cyril GERVAIS

    Inscription à la journée

    ]]>
    Vigne
    news-112333Thu, 28 Apr 2022 16:16:36 +0200Interview : questions sur le dépérissement de la vignehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/interview-questions-sur-le-deperissement-de-la-vigne/L’ambition 4 du Plan National de Dépérissent du Vignoble (PNDV) a financé une 20aine de projets de recherche. Depuis maintenant 4 ans, ces travaux avancent. Mais le retour sur le terrain est parfois encore long. Proposer aux viticulteurs de côtoyer les chercheurs et aux chercheurs d’être davantage en contact avec la réalité des exploitations viticoles, telle est l’ambition du PNDVTour. C’est une proposition du réseau des Chambres d’agriculture pour permettre les échanges concrets entre deux mondes parfois lointains.Laurent Cuisinier, viticulteur à Gémozac, nous fait part de ses motivations.

    Il travaille en famille et exploite environ 100 ha dont 30 de vigne. En EARL à trois, avec son épouse et son fils, ils produisent du vin de distillation donc exclusivement à base d’Ugni-Blanc.

    Quel dépérissement dans ton vignoble ?
    C’est essentiellement dû aux maladiesdu bois, depuis la disparition des produits curatifs. Les vielles parcelles seraient moins atteintes. On observe parfois des taux important de mortalité, selon les années et les parcelles. Jusqu’à 15/ 25 ans, il faut enrtreplanter. Nous pratiquons ensuite le renouvellement, comme les voisins. Mais cela a un cout. C’est du travail et parfois, même une parcelle plus jeune doit être arrachée.

    Tu as adhéré à un groupe MIVIgne* animé par la Chambre d’agriculture. Pourquoi ?
    Nous souhaitions partager sur la taille et les maladies du bois. Nous avions nos habitudes de travail, et échanger avec d’autres viticulteurs a été un plus. Nous avons acquis de nouvelles façons de tailler, notamment les jeunes, et innové avec les équipes de la Chambre d’agriculture.

    Rencontrer les chercheurs ?
    Oui, une bonne idée pour poursuivre ce besoin d’échanger. Et partager les compétences : Les viticulteurs parlent de leur connaissance terrain et les chercheurs de la recherche fondamentale

    PNDV Tour le 12 mai à l’Abbaye de Fontdouce, y participeras-tu ?
    Oui et avec plaisir. Le programme est intéressant car on y parle beaucoup des maladies du bois, de la flavescence dorée, une autre inquiétude qui a laissé des traces. Nous avons dû arracher, il y a 10 ans, 500 ceps sur 2 ha. Je vois des échanges possibles aussi sur les viroses, autre préoccupation venir... et le changement climatique. Je viendrai avec mon fils !

    Propos recueillis par Michel GIRARD, Chambre d’agriculture de Charente-Maritime.

    Inscription à la journée

    MIVIGNE : Mobilisation Innovation Vigneronne : des groupes d’échanges entre viticulteurs et qui a pour ambition de dénicher les savoir-faire dans les vignes pour les valoriser et les diffuser. Financés par le PNDV. 4 groupesde réflexion ont été mis en place en
    Charentes, en 2019 : Taille et dépérissement, maintien de la productivité, matériel végétal et gestion des aléas climatiques.

    PNDVTour : Une Journée Technique au cours de laquelle les chercheurs sur les dépérissements rencontreront les viticulteurs. Une occasion d’échanger et de comprendre ce que la recherche peut apporter aux viticulteurs et à leur vignoble.

    ]]>
    Vigne
    news-112235Tue, 26 Apr 2022 15:39:57 +0200La culture des protéines : un atout pour l’Eco-régime de la PAC 2023https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/la-culture-des-proteines-un-atout-pour-leco-regime-de-la-pac-2023/Pour les exploitations qui ne sont pas engagées dans des démarches de certification, le moyen d’accéder à l’aide « éco-régime » sera le plus souvent la voie des « pratiques agro-écologiques ». Sur la partie de l’exploitation en terres arables, cela passera inévitablement par une diversification des cultures.L’ambition agro-écologique de la PAC 2023, en plus de la conditionnalité renforcée, s’accompagne de la mise en place d’un nouveau paiement facultatif nommé « éco-régime » (ou éco-scheme).

    Pour rappel (voir article de présentation de l’éco-régime ici), l’atteinte des objectifs de diversification est mesurée par le calcul d’un score.

    Un nombre de points est attribué en fonction du poids de chaque famille de cultures dans la surface de l’exploitation.
    Le barème utilisé est représenté dans le tableau en fin d'article.

     

    Exemples de calculs de score :

     

     

     

    Pour atteindre le niveau de base de l’éco-régime (estimé à 50€/ ha), la conduite des surfaces en terres arables devra permettre d’obtenir 4 points.
    Pour atteindre le niveau supérieur (estimé à 70€/ ha), le score devra être de 5 points ou plus.  

    La lecture de ces exemples montre que des exploitations qui restent sur des rotations très classiques risquent de plafonner à 4 points (niveau de base de l’éco-régime), voire moins (pas d’accès à l’éco-régime) pour les systèmes de culture peu diversifiés.

    L’introduction de protéines dans ces exploitations constitue un levier intéressant, pour passer à un score de diversité qui permettra d’atteindre le niveau supérieur de l’éco-régime, et ainsi espérer maintenir le montant de ses aides PAC.


    Sans oublier, bien sûr, les bénéfices techniques, que vous pourrez découvrir le 8 juin lors de notre journée « Solutions Hyper Protéinées » !

     

     

    ]]>
    2027Oléoprotéagineux
    news-112147Mon, 25 Apr 2022 10:58:33 +0200Ouverture du volet 2 du Plan de sauvegarde de la filière porcine - aide de 175 M €https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/ouverture-du-volet-2-du-plan-de-sauvegarde-de-la-filiere-porcine-aide-de-175-m-eur/La décision de FranceAgriMer de mise en œuvre de l'aide de structuration (volet 2 du Plan de sauvegarde de la filière porcine - aide de 175 millions €) est publiée au Bulletin Officiel du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.Vous la trouverez en ligne via ce lien : www.franceagrimer.fr/Accompagner/Dispositifs-par-filiere/Aides-de-crise/PORCS-Plan-de-sauvegarde-Volet-2-restructuration

    Par ailleurs, nous vous informons que les demandes d’aide devront être obligatoirement déposées en ligne sur ce site à partir du lundi 25 avril 2022 à 10h jusqu'à épuisement des crédits et au plus tard le 15 mai 2022.
    Sur ce site sont également présentées le guide de dépôt une Foire Aux Questions.
    Tous les documents (décision FAM, modèle d’attestation comptable, FAQ et Guide de dépôt) sont accessibles tout en bas de la page internet du portail FAM dans la partie « documents associés ».

    Attention : le Guide de dépôt reprend étape après étape la téléprocédure pour permettre d’accompagner les demandeurs lors de leur saisie. Ce Guide, combiné à la FAQ, constituent deux documents incontournables. Nous vous invitons à bien lire ce Guide jusqu’au bout. En effet, il faut absolument cliquer sur « Valider le dépôt du dossier » pour recevoir le mail de confirmation de validation du dossier en fin de procédure. Sinon la demande ne sera pas considérée comme déposée !

    Nous vous rappelons que cette aide est destinée aux éleveurs de porcins propriétaires de leurs animaux ayant élevé au moins :

    • 500 porcins en 2021 pour le cas général
    • 200 porcins en 2021 pour les éleveurs bénéficiaires de l'indemnité compensatrices des handicaps naturels (ICHN) en 2021.

     

    Le montant de l'aide est calculé selon :

    • le taux de spécialisation des élevages : attestation comptable à fournir (modèle disponible ici)
    • le nombre et le type d'animaux élevés durant la période du 01/09/2021 au 28/02/2022 (porcelets 8 kg, porcelets 25 kg et porcs charcutiers).

     

    Contact Chambre d'agriculture de la Charente : 05 45 84 09 28

    ]]>
    Productions animales
    news-111930Fri, 15 Apr 2022 12:05:57 +0200Groupes Viticulture Raisonnéehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/groupes-viticulture-raisonnee/Rendez-vous du 25 au 29 avril pour la première réunion « bout de vigne ».Rejoignez l’un de nos groupes sur votre secteur

    Les Groupes Viticulture Raisonnée ce sont :

    12 à 13 réunions hebdomadaires sur le  terrain, du débourrement à la véraison
    et une réunion bilan de campagne.

    • Profitez de la dynamique d'un groupe pour échanger sur des pratiques culturales novatrices
    • Soyez informé des dernièes évolutions réglementaires
    • Bénéficiez d'une information complète par secteur et d'un conseil indépendant de la vente de produits

    En savoir plus

    ]]>
    Vigne
    news-111752Tue, 12 Apr 2022 17:34:38 +0200Aides à l'Agriculture Biologiquehttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/aides-a-lagriculture-biologique-1/Documents élaborés compte-tenu des éléments disponibles au 31 mars 2022Aides en faveur de l’agriculture biologique

    Mise en oeuvre des mesures CAB et MAB en 2022

    Le crédit d’impôt (CI) en faveur de l’agriculture biologique

    ]]>
    PAC
    news-111663Mon, 11 Apr 2022 12:35:02 +0200Les protéagineux : intérêt et faisabilité dans les systèmes charentaishttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/les-proteagineux-interet-et-faisabilite-dans-les-systemes-charentais/Accroitre la production nationale en protéines végétales pour répondre aux besoins des consommateurs et garantir la souveraineté protéique des exploitations est au cœur des enjeux d’aujourd’hui.Dans ce contexte, les légumineuses à graines (pois, féverole, lupin, pois chiche, lentille) caractérisées par leur richesse en protéines, présentent de nombreux atouts.

    Avec seulement 8 000 ha de protéagineux (principalement pois de printemps) et 3 000 ha de légumes secs dans le département, les légumineuses à graines représentent une réelle opportunité pour la diversification des assolements charentais. De par leur indépendance à l’azote, leurs besoins économes en intrants et leurs intérêts agronomiques à l’échelle de la rotation, les légumineuses constituent de formidables leviers de compétitivité. De plus, il s’agit de cultures à fort enjeu nutritionnel, via leur richesse en protéines, les graines pouvant être destinées aussi bien à l’alimentation animale qu’à l’alimentation humaine.

    Pour en savoir plus, un atelier  sur les protéagineux sera proposé lors de la journée technique « Solutions hyper protéinées » le mercredi 8 juin 2022 organisée par la Chambre d’agriculture de Charente.

    Vous découvrirez ou confirmerez vos connaissances sur l’itinéraire technique de ces légumineuses, en lien avec les résultats agro-économiques des cultures en région.

     

    Article de Terre Innovia

    ]]>
    Oléoprotéagineux
    news-111554Thu, 07 Apr 2022 15:51:00 +0200Demander l’aide aux légumineuses fourragèreshttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/demander-laide-aux-legumineuses-fourrageres/Tous les exploitants qui cultivent des légumineuses fourragères sont éligibles à cette aide couplée sous certaines conditions.En particulier pour les agriculteurs sans cheptel, il faut avoir un contrat avec un éleveur. Ce dernier ne doit pas demander cette aide sur son exploitation et ne peut avoir qu’un seul contrat avec un demandeur.

    Soyez attentif, un contrat mal rédigé rend inéligible la demande ! Ce contrat doit mentionner la campagne culturale 2022, reprendre les coordonnées des parties, l'objet du contrat : fourniture de légumineuses fourragères, les signatures des co-contractants, avant le 16 mai 2022 ; des contrats types existent
    Télécharger le modèle contrat légumineuses fourragères 2022

    Depuis 2018 les couverts de mélanges de légumineuses et de graminées ne sont plus éligibles à l’aide. Restent éligibles les couverts suivants : luzerne, trèfle, sainfoin, vesce, mélilot, jarosse, serradelle, pois fourrager, lupin fourrager, féverole fourragère, lotier et minette. Sont également éligibles les surfaces fourragères implantées d'un mélange de légumineuses fourragères éligibles (liste ci-dessus) et de céréales et/ou, d'oléagineux, si le couvert contient plus de 50 % de légumineuses fourragères lors du contrôle visuel sur place.

    ]]>
    PAC
    news-111519Thu, 07 Apr 2022 08:55:38 +0200Autorisation de tirs d’oiseaux et déclaration de dégâts pour se protéger des dégâts de semishttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/autorisation-de-tirs-doiseaux-et-declaration-de-degats-pour-se-proteger-des-degats-de-semis/Les agriculteurs ont la possibilité de demander l’autorisation de tirs d’oiseaux pour se protéger de dégâts occasionnés sur les semis.La demande se fait en ligne sur le site de la Préfecture de la Charente
    1. Il vous faudra créer un compte ou vous identifier si vous avez déjà un compte (il s’agit de France Connect plateforme utilisée pour vos impôts, dossiers retraites ...)
    2. Vous pouvez alors faire votre demande en complétant le formulaire en ligne.

    Un mail de dépôt de votre demande vous sera immédiatement envoyé ce qui vous permet de savoir si votre demande a bien été déposée sur la plateforme.

    Une fois que la DDT traitera votre demande, vous recevrez alors par mail un accusé de réception de votre demande par le service instructeur puis un second mail avec votre autorisation (ou le refus en cas de problème). A tout moment vous pourrez suivre l’avancé de votre dossier.

    Faites aussi remonter vos dégâts !

    La Chambre d'agriculture enquête sur les dégâts d'espèces animales et végétales afin d'appuyer et défendre les demandes des agriculteurs concernés. Les renseignements fournis ne seront pas divulgués de manière individuelle.

    Pour nous faire remonter vos dégâts .

    Fiche rappel des animaux susceptibles d’être classés « nuisibles » ou « susceptibles d’occasionner des dégâts »

    Votre contact à la Chambre d’agriculture de la Charente : Nicolas CHASLARD - 05 45 24 49 95

    ]]>
    Agriculture localeAutre animal
    news-111461Tue, 05 Apr 2022 16:41:35 +0200Transferts de DPBhttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/transferts-de-dpb/Les clauses de transfert de Droit au Paiement de Base (DPB) doivent être transmises à la DDT avant le 16 mai.Les pièces justificatives doivent être transmises en même temps. Ces deux points sont importants car leur obtention peut être longue ; par exemple un extrait Kbis, un bail, une attestation de propriété, une fin de convention de mise à disposition du foncier …. Ces démarches conditionnent le versement des aides découplées pour la campagne en cours. Assurez-vous du transfert par un envoi en accusé réception « AR » et n’attendez pas les derniers jours.

    La question du transfert de DPB doit être examinée lorsqu’il y a : mouvement de foncier, changement d’exploitant ou de forme juridique... La reprise de l’exploitation par le conjoint implique aussi un transfert de DPB.
    Quant aux sociétés, chaque situation de radiation de société, de fusion, de scission, de création, de transformation doit être examinée pour analyser les transferts.

    Pour effectuer un transfert de DPB, le cédant n’a pas de conditions particulières à remplir. Quant au repreneur, excepté pour les héritages et les donations, il doit être exploitant c’est-à-dire avoir une activité agricole et une exploitation.

    Les DPB transférés sans lien avec le foncier font toujours l’objet d’un prélèvement définitif de 30 %.
    Dans le cadre d’un transfert avec foncier, il n’y a pas de prélèvement sauf  si vous transférez plus de DPB que de surface. Les DPB en surnombre seront prélevés de 30 %.

    Attention, si les DPB ne sont pas activés pendant 2 années consécutives, ils donneront lieu à une remontée en réserve.

    Conseil : la démarche est complexe et les éléments justificatifs du transfert ne sont pas forcément disponibles sous 24 heures comme les justificatifs de propriété. Commencez les démarches dès que possible et bien avant le 16 mai ; les clauses et les notices sont disponibles sous Télépac.

    L’année 2022 sera la dernière sous cette règlementation. La période 2023-2027 ne devrait pas ouvrir de gros changement, la vigilance portera sur l’éligibilité et les conditions de transfert pour le cédant.

    ]]>
    PAC
    news-111458Tue, 05 Apr 2022 16:36:20 +0200Obligation d’avoir un numéro SIREThttps://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/obligation-davoir-un-numero-siret/Attention, la détention d’un numéro SIRET est obligatoire pour percevoir le paiement des aides PAC surfaciques et animales. En clair, si vous ne rentrez pas dans un des cas dérogatoires à l’obligation d’un numéro SIRET et que vous n’en n’avez pas, vous pourrez tout de même faire votre déclaration PAC. Par contre, tant que votre situation ne sera pas régularisée vous ne percevrez pas vos aides.

    Pour rappel, le numéro SIRET est obligatoire pour les sociétés, les employeurs de main d’œuvre, et les structures ayant une activité de vente d’une production.

    Dans le cas d’absence de production ou de production non vendue, le numéro SIRET n’est pas obligatoire. L’agriculteur doit par contre fournir un justificatif à la DDT.

    Pour obtenir un numéro SIRET, contactez le Centre de Formalités des Entreprises (CFE) à la Chambre d’Agriculture  au  05 45 24 49 49.

    Le numéro SIRET est à renseigner dans la téléprocédure « Données de l’exploitation », accessible toute l’année.

    ]]>
    PAC
    news-111435Tue, 05 Apr 2022 12:21:50 +0200Quelles obligations de maintien pour les prairies permanentes ?https://charente.chambre-agriculture.fr/actualites-agenda/detail-de-lactualite/actualites/quelles-obligations-de-maintien-pour-les-prairies-permanentes/Depuis 2015, l’obligation de maintenir les prairies permanentes n’est plus liée à une référence en prairies de l’exploitation, mais à l’évolution d’un ratio régional.Jusqu’en 2014, chaque exploitation avait une référence en prairies qu’elle devait maintenir individuellement.
    Depuis la réforme de la PAC de 2015, ces références individuelles ont disparu et l’obligation de maintien des surfaces en prairies permanentes est devenue une obligation collective contrôlée par le calcul chaque année d’un ratio régional de prairies permanentes.
    Ainsi, un ratio de référence a été calculé en 2015 et chaque année, le ratio est recalculé à l’échelle de la région Nouvelle-Aquitaine. C’est l’évolution de ce ratio qui va déterminer si des mesures d’interdiction de retournement des prairies permanentes doivent être mises en place.
    Rappelons qu’une prairie permanente est : soit une prairie naturelle, soit une prairie temporaire qui n’est pas entrée dans une rotation depuis plus de 5 ans (elle devient permanente la 6ème année). Le fait qu’une prairie ait été labourée puis remise en herbe ne constitue pas une rotation (cela ne remet pas le compteur à zéro pour calculer l’âge de la prairie).
    Si le ratio régional connait une baisse supérieure à 2,5%, des mesures de demandes d’autorisation préalable au retournement sont mises en place.
    Si le ratio régional connait une baisse supérieure à 5%, des mesures d’interdiction de retournement, accompagnées d’obligation de réimplantation de prairies